Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Disney imagine l'internet des jouets

17 Septembre 2015, 19:41pm

Publié par Grégory SANT

Le centre R&D du géant américain du divertissement a développé une technologie de communication par la lumière à l’aide de microcontrôleurs Linux intégrés dans des ampoules LED du commerce. Mais le débit est encore faible : 1 kbit/s.

Dans le marché encore naissant du « Li-fi » (Light Fidelity), chacun commence à pousser ses pions. Il y a quelques jours, le fabricant français Lucibel montrait un prototype de communication haut débit par diodes électroluminescentes pour équiper des bureaux, des écoles ou des hôpitaux. Pour leur part, les chercheurs de Disney Research ont présenté la semaine dernière, à l’occasion de la conférence MobiCom 2015 à Paris, un dispositif Li-Fi pour faire communiquer… les jouets d’enfants.

Le principe technologique reste toujours le même : on module le signal lumineux d’une LED pour envoyer un signal vers un récepteur photoélectrique capable de le décoder. Le tout étant – et c’est l’un des principaux avantages – totalement indétectable à l’œil nu car la modulation se fait à haute fréquence.

L’originalité de la technologie de Disney Research est de proposer une véritable architecture réseau en IP, constitué d’ampoules LED du commerce qui sont à la fois émettrices et réceptrices. En effet, une LED peut non seulement convertir un signal électrique en lumière, elle peut également faire l’inverse.

Partant de ce constat, les chercheurs de la maison de Mickey ont développé un protocole de communication de bas niveau permettant à des LED de pouvoir envoyer et recevoir des données de manière ad hoc entre elles. En 2014, ils ont montré que l’on pouvait réaliser un tel réseau avec des ampoules du commerce. Et la semaine dernière, ils ont montré que l’on pouvait transformer chaque ampoule en véritable objet communicant sur IP, en les dotant d’un microcontrôleur sous Linux.

Evidemment, cela suppose quelques adaptations matérielles sur les ampoules, en ajoutant des minicartes électroniques et des parties en plastiques imprimées en 3D.

Si la promesse est belle, la performance d’un tel réseau est encore très faible : le débit constaté est de l’ordre de 1 kbit/s. Mais les usages visés par Disney ne sont pas gourmands en bande passante. Il s’agit, par exemple, d’activer la sirène d’une petite voiture de police, de faire briller un habit de princesse en approchant une baguette magique lumineuse ou d’échanger des messages avec des smartphones. C’est suffisant pour créer la magie chez les petits. D’autres usages sont également envisageables comme la géolocalisation à l’intérieur des bâtiments ou la domotique.

Source : 01net.com

Commenter cet article