Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dess nonomachines pour intervenir dans le corps humain

12 Novembre 2015, 19:05pm

Publié par Grégory SANT

Pour la première fois, des chercheurs américains de l'Université de Californie sont parvenus à utiliser des micromoteurs à l'intérieur d'un organisme vivant. Ces dernières années, des progrès considérables ont été réalisés dans la conception de ce type de micromachine. Mais il restait à démontrer que ce type de machine pouvait évoluer au sein d'un organisme vivant.

Ces chercheurs ont conçu des micromoteurs de seulement 20 micromètres (µm) de longueur (l'épaisseur d'un cheveu humain), en utilisant de minuscules tubes fabriqués à base de polymères et recouverts de zinc. In vivo, ces derniers ont été capables de déposer avec succès des nanoparticules d'or au sein de la muqueuse gastrique d’une souris.

Les premiers essais ont permis de montrer qu'après ingestion par voix orale, ces microscopiques engins artificiels se frayent un chemin jusqu'à l'estomac. Là, exposés aux sucs gastriques, leur vitesse atteint brusquement 60 micromètres par seconde (3,6 millimètres par minute), grâce à la réaction biochimique du zinc dans ce milieu acide.

Ces petits engins permettraient de délivrer trois fois plus de nanoparticules d'or au tissu ciblé qu'une administration orale classique. Selon les chercheurs, cette méthode offrirait donc une méthode plus efficace pour traiter certaines maladies comme l'ulcère gastro-duodénal. Les espoirs nourris par les scientifiques vont même bien au-delà : ils espèrent que de tels dispositifs pourront, à l'avenir, administrer des médicaments dans différentes zones ciblées de l'organisme, réparer des tissus endommagés ou encore d'interagir de manière spécifique avec certaines cellules.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Commenter cet article