Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eram présente les chaussures à couleur variable

2 Novembre 2015, 19:17pm

Publié par Grégory SANT

Présentée à l'état de prototype, la chaussure connectée est mise au point à Montjean-sur-Loire, dans le Choletais, par Eram. Selon les envies et grâce au smartphone, elle s'accordera à l'habit.

Dans l'usine de Montjean-sur-Loire du groupe Eram, on est « discret, mais pas fermé ». Profitant d'une visite de la manufacture rénovée, hier, la direction a dévoilé l'un de ses projets pour sa marque Eram, la chaussure dite connectée. « Elle fonctionne avec des fibres « intelligentes » qui remplacent les fibres textiles », indique Tiphaine Chateigner, responsable marketing.

L'objet en question, fait pour les dames, est une chaussure ouverte avec deux bandes qui entourent le pied. Ce sont justement celles-ci qui sont amenées à changer de couleur.

Deux leds dans la semelle

Deux leds (installés dans la semelle) peuvent refléter une infinité de couleurs. Une application smartphone qu'il suffit d'actionner à distance (par bluetooth) en propose une base de sept différentes. Toutefois, « on peut prendre la photo d'un vêtement et les chaussures prendront sa couleur. »

D'une autonomie de quatre à cinq heures, la chaussure est rechargeable. « En posant la chaussure sur une bobine, elle se recharge par une autre bobine placée dans la semelle », détaille Tiphaine Chateigner. Ainsi, ce système garantit l'imperméabilité et évite l'utilisation d'une prise apparente. « On peut imaginer plus tard que le système se recharge en marchant. »

Le prototype présenté a seulement quelques mois. Le projet développé par Phoceis, une agence de digitalisation basée dans le Nord, a été adopté le 17 février. Depuis, l'enseigne teste le concept dans ses murs de Montjean et ne l'a présenté qu'en octobre en salons. « Il y a un vif intérêt. Maintenant, l'enjeu est de l'industrialiser. ».

Eram, qui produit 1,2 million d'articles dans le Maine-et-Loire, dans ses usines de Montjean et Jarzé, attend que son produit soit perfectionné et testé. Avant de le retrouver en rayons, il faudra donc un peu de patience. « En réalisant un prototype, ça a levé des barrières. Mais en six mois, on n'a pas réussi à tout optimiser. »

Source : entreprise.ouest-france.fr

Commenter cet article