Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quoi vont ressembler nos voitures

29 Janvier 2016, 17:34pm

Publié par Grégory SANT

Dans l'impressionnante verrière installée devant les Invalides où a eu lieu mardi le gala du Festival international de l'automobile, de nombreux invités prestigieux se croisent. Jean Todt (président de la FIA), le philosophe Luc Ferry, la maire du 7e Rachida Dati : des personnalités de tous les univers se sont en effet retrouvées pour la 31e édition du festival qui a consacré la Renault Talisman « plus belle voiture de l'année ». La marque au losange a été à la fête puisque son chef du style, Laurens van den Acker, a été distingué par « le grand prix du design ». Le Néerlandais, qui a le chic pour associer des baskets colorés avec des costumes toujours élégants, est revenu pour Le Point.fr sur l'importance du design et sur ses inspirations.

Comment définissez-vous le design automobile ?

Laurens van den Acker : Le design, c'est une combinaison entre business et art. Ce n'est pas simplement de l'art pour soi, mais pour un public, un client. Il s'agit d'un domaine très créatif, qui fait la part belle à la magie. L'enjeu, c'est de parvenir à séduire tout en garantissant une rentrée d'argent à la marque.

Une exposition de concept-cars a lieu jusqu'à dimanche aux Invalides. Qu'est-ce que ces modèles apportent à la voiture de série ?

Avant tout, il s'agit d'un rêve pur. Un concept-car, c'est l'équivalent de la haute couture. C'est aussi l'expression du plaisir, de la rencontre, alors que la voiture de série s'apparente au mariage !

Quelles sont vos inspirations ?

J'essaie toujours de m'inspirer des valeurs de la marque. Ce qui caractérise Renault, c'est son caractère très humain. L'objectif, ensuite, c'est de transformer cet aspect et de le retranscrire dans le design d'une voiture. Renault est une marque latine, française, donc j'essaie de séduire, de rendre le design chaleureux et sensuel. Si je travaille pour Dacia, qui fait partie du groupe, je fais une voiture plus germanique, plus rationnelle, plus robuste, plus rassurante.

En matière de design, vous inscrivez-vous dans une tendance à long terme ?

Je crois beaucoup à l'école française. La France a une histoire riche et très accomplie en matière de design. Avec nos amis de PSA, comme chez Renault, nous avons la capacité d'avoir une offre importante. La nouvelle Megane, la 308, le C4 en sont les meilleures illustrations ! La France a besoin de cette industrie forte qui a toutes les armes pour continuer à se développer à travers le monde.

Vous êtes chez Renault depuis 2009. Comment parvenez-vous à vous renouveler ?

C'est une question que l'on se pose au quotidien. Je pense que l'essentiel, c'est d'avoir la conviction profonde que l'on peut apporter quelque chose au marché. Avec une approche centrée sur l'humain, sur l'innovation, sur la technologie et en se battant pour créer une meilleure vie à nos clients, nous avons chez Renault cette capacité à proposer constamment de la nouveauté.

En matière de design, à quoi la voiture du futur ressemblera-t-elle ?

J'espère qu'elle sera plus propre en matière de consommation d'énergie, plus belle, plus intelligente, mais surtout plus légère. Il faut parvenir à se débarrasser de tous les kilos inutiles qu'on n'utilise jamais. La voiture en la matière n'est pas encore efficace ! On dispose de douze airbags, alors qu'on ne les utilise jamais normalement : si la voiture est plus intelligente, elle pourra se débarrasser de ces poids inutiles. Du coup, nous aurons plus de liberté pour dessiner de plus belles voitures.

Source : lepoint.fr

Commenter cet article