Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fermes verticales

19 Février 2016, 19:11pm

Publié par Grégory SANT

Au fur et à mesure de la croissance des villes et de leur emprise sur le territoire agricole, se pose la question de l'agriculture urbaine et de l’invention d’une architecture qui donnerait le jour aux fermes de demain.

Comment l’architecte peut-il s’emparer d’un sujet aussi vaste que les jardins de ville ou la pratique maraîchère et le conduire à l’état de projet contextuel plutôt qu’à un simple système ? Comment œuvrer en relevant simultanément le défi d’une invention technique soumise aux lois de la nature et celui d’une insertion urbaine contribuant à enrichir la cité sans la défigurer ?

Urbanana est une ferme qui propose une large variété de bananes, aujourd'hui absentes du marché européen en raison de contraintes de mûrissage et de transport. Cultivant des espèces inexistantes en France métropolitaine, cette exploitation intègre un laboratoire de recherche et un espace d'exposition mettant en valeur la filière de la banane.

Ayant recours à un éclairage de croissance plus qu'à l'éclairage naturel, son insertion urbaine est peu contraignante et peut se faire plus discrète en adoptant le gabarit du tissu urbain dans lequel elle s'implante. Nichée entre des bâtiments d'habitation, c'est avant tout un projet de façade.

La ferme cactus est une exploitation agricole de production intensive divisée en plusieurs modules fixés sur un mât central. Ce projet polyvalent permet la cohabitation de plusieurs fermes ou d'une diversité de cultures au sein d’un bâtiment léger de structure modulaire, d’une emprise au sol de moins de 100 m2 se développant sur une cinquantaine de niveaux.

Sa disposition en tripale optimise son ensoleillement. Les différents modules garantissent plusieurs milieux clos et donc plusieurs environnements climatiques possibles hors-sol sur substrat.

Inspirée d’infrastructures techniques comme les poteaux télégraphiques, la ferme cactus est modulable, économique et rapidement constructible. Le mât central est un assemblage d’éléments en compression et en tension. Le béton et le métal sont donc préférables, bien que certains bétons de haute performance puissent être utilisés pour l’ensemble.

On pourra étudier les principes de tenségrité et réduire les assemblages à des éléments aux dimensions standardisées. Les modules font également appel à une technique de construction légère. Ils sont formés de planchers métalliques de type caillebotis à grande portée. Compte tenu de la hauteur du bâtiment, l’enveloppe est nécessairement rigide, de type feuille de polycarbonate. La séparation en plusieurs modules affaiblit la prise au vent du bâtiment.

Source : futura-sciences.com

Commenter cet article