Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'énergie bleue avec OIST

16 Mars 2016, 20:01pm

Publié par Grégory SANT

Alors que les combustibles fossiles ont propulsé la révolution industrielle et accompagné les progrès technologiques jusque là, notre avenir ne peut toutefois se fonder uniquement sur eux, parce qu'ils constituent une ressource finie et que nous sommes très proche de les épuiser.

Les énergies renouvelables provenant du solaire comme l'éolien sont toujours considérées comme les principales "locomotives" de la révolution énergétique à venir. Cependant, il devient de plus en plus évident que les panneaux solaires et les éoliennes seules ne pourront fournir toute l'énergie dont nous avons besoin, surtout en considérant que la consommation d'énergie dans le monde ne cesse de croître. En raison des cycles jour-nuit et des conditions météorologiques saisonnières, ce type d'énergie est par nature intermittente. De plus, construire des parcs de taille industrielle impliquerait de vastes étendues de terres.

Les courants océaniques forment une autre source d'énergie, comparable aux combustibles fossiles en termes "de cohérence et de fiabilité", et sont en même temps, "propres et renouvelables".

L'Institut des sciences et technologies d'Okinawa (OIST) a dévoilé dans la revue "Renewable Energy", le "Quantum Wave Microscopy Unite", une conception de turbine immergée capable d'exploiter l'énergie des courants marins de Kuroshio, le second plus grand au monde, après le Gulf Stream.

Cette conception semble particulièrement adaptée aux régions régulièrement "dévastées" par les tempêtes et les typhons, comme le Japon, la Taiwan et les Philippines. La turbine fonctionne dans la strate moyenne du courant, à 100 mètres sous la surface, où les eaux coulent calmement et régulièrement, même pendant de fortes tempêtes.

"Notre conception est simple, fiable et économe en énergie", a expliqué le Dr Katsutoshi Shirasawa, un scientifique en charge du "Quantum Wave Microscopy Unite". La turbine comprend un flotteur, un contrepoids, une nacelle, des composants de production d'électricité, et trois pales. Minimiser le nombre de composants est essentiel pour faciliter l'entretien, le faible coût, et un faible taux d'échec.

La conception de l'OIST est un hybride entre un cerf-volant et une turbine éolienne : la turbine ancrée au fond de la mer avec une ligne flotte dans le courant, tandis que l'eau entraîne ses trois pales. Les courants océaniques sont plutôt lents, avec une moyenne de 1-1,5 m / s. Cependant, l'eau est plus de 800 fois plus dense que l'air, et même un courant lent contient de l'énergie comparable à un vent fort. En outre, les courants ne sont pas arrêtés ou ne changent pas de direction.

L'équipe de OIST, dirigée par le professeur Tsumoru Shintake a construit un prototype de turbine avant de mener diverses expériences pour tester sa conception et diverses configurations. Les résultats ont confirmé la robustesse et la stabilité de la construction de la turbine. L'efficacité obtenue est comparable à celle des éoliennes commerciales.

La conception peut être facilement mise à l'échelle vers le haut (Top) ou vers le bas (Down), en fonction des conditions et des besoins locaux.

Le Dr. Shirasawa et ses collègues aspirent à construire un parc de 300 turbines de 80 m de diamètre. Le résultat attendu est d'environ 1 GW - l'équivalent d'un réacteur nucléaire, capable d'alimenter plus de 400.000 foyers. Ce projet sera une étape importante vers le développement de l'énergie verte.

Commenter cet article