Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'industrie adhère à l'impression 3D

15 Mars 2016, 18:07pm

Publié par Grégory SANT

Cahier "Eco & entreprise" du "Monde" du 15 mars.

Pièces d'avion, chaussures, automobiles... et bientôt des organes humains, la révolution de l'impression 3D s'étend s'étend. Cette technologie bouleverse toute la chaîne industrielle, de la conception à l'après-vente. Un dossier du cahier «Eco & entreprise » dans Le Monde du 15 mars signé par Sophy Caulier et Didier Géneau.

Pièces d'avion, chaussures, automobiles... et bientôt des organes humains, la révolution de l'impression 3D s'étend s'étend. Cette technologie bouleverse toute la chaîne industrielle, de la conception à l'après-vente. Un dossier du cahier v »Eco & entreprise » dans Le Monde du 15 mars signé par Sophy Caulier et Didier Géneau.

« L'impression 3D condamne-t-elle à terme les usines géantes et leurs interminables chaînes de production ? », s'interrogent les auteurs. « Cette technique de fabrication n'a pas besoin d'outils. La matière est mise en forme par un faisceau ­laser ou d'électrons commandé numériquement. Il suffit d'avoir de la matière et un plan. Le procédé est hyperflexible, et la machine peut être installée n'importe où », justifie Jean-Camille Uring, membre du directoire du fabricant de machines industrielles Fives, qui vient de créer avec Michelin une société commune dédiée à l'impression 3D.

Dans certains secteurs, l'impression 3D s'est déjà imposée grâce à ses capacités de personnalisation de la production. C'est le cas de la joaillerie ou de la prothèse dentaire.

Sophy Caulier et Didier Géneau expliquent qu'en matière de maintenance et de gestion des pièces détachées, l'impression 3D est imbattable. Sur les marchés des biens de consommation, l'impression 3D peut également se révéler source de simplification logistique. Avec pour exemple le groupe SEB, qui gère aujourd'hui un stock de 5 millions de pièces de rechange. Son PDG, Thierry de La Tour d'Artaise, a annoncé fin février que 50 % à 75 % des éléments du petit électroménager du groupe seraient désormais disponibles sous forme de fichiers 3D et imprimables à la demande.

La démocratisation des imprimantes 3D va permettre à des millions de particuliers, mais aussi à des concurrents indélicats, de cloner à un coût modique tout ou partie des produits du commerce. Gare à la contrefaçon...

Source : lemonde-emploi.blog.lemonde.fr

Commenter cet article