Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des écrans interactifs XXL

7 Juin 2016, 18:42pm

Publié par Grégory SANT


© CNRS-LRI

Les murs d'écrans à très haute résolution permettent d'afficher une grande quantité de données. Face aux données massives, ces murs d'écrans donnent la possibilité de visualiser les informations et de les manipuler pour mieux les appréhender à l'échelle humaine, après d'éventuels traitements algorithmiques. Le mur WILD du Laboratoire de Recherche en Informatique (LRI - CNRS & Université Paris-Sud, Université Paris Saclay) accueille par exemple des astronomes qui visualisent ainsi de très grandes images du ciel, ou encore l'IGN qui navigue dans de grandes cartes comportant des informations dynamiques pour des situations de crise (risque de tsunami dans les Caraïbes).

Les murs d'écrans à très haute résolution permettent d'afficher une grande quantité de données. Face aux données massives, ces murs d'écrans donnent la possibilité de visualiser les informations et de les manipuler pour mieux les appréhender à l'échelle humaine, après d'éventuels traitements algorithmiques. Le mur WILD du Laboratoire de Recherche en Informatique (LRI - CNRS & Université Paris-Sud, Université Paris Saclay) accueille par exemple des astronomes qui visualisent ainsi de très grandes images du ciel, ou encore l'IGN qui navigue dans de grandes cartes comportant des informations dynamiques pour des situations de crise (risque de tsunami dans les Caraïbes).
Au-delà de la visualisation, l'affichage de données permet de les classifier ou de les ordonner , comme par exemple la classification d'images 3D de cerveaux suivant leur morphologie avec des neurobiologistes, la découverte de similitude dans des dizaines de réseaux sociaux avec des sociologues, ou l'établissement du programme d'une conférence comportant plus de 500 présentations en une douzaine de sessions parallèles.

Toutes ces utilisations nourrissent le travail des chercheurs en interaction homme-machine qui cherchent à faciliter l'interaction sur ces supports exceptionnels. Un point commun est apparu entre ces activités: elles nécessitent toutes la manipulation et le déplacement d'objets (images, graphes, description textuel...) sur le mur. Mais, pour de telles interactions, plus question d'utiliser une souris, un clavier ou même de toucher le mur ! Les utilisateurs doivent pouvoir se déplacer pour avoir une vision d'ensemble ou au contraire se concentrer sur une information, et doivent ainsi interagir à distance. L'emploi d'un pointage "laser" permet ainsi, par exemple, d'attraper un objet à distance pour le déplacer et le déposer à un endroit d'intérêt (drag-and-drop ou pick-and-drop). Les chercheurs ont ainsi conceptualisé ces actions pour l'expérience qu'ils ont menée.

Une autre particularité prometteuse des grands murs d'écrans est qu'ils sont adaptés à l'interaction à plusieurs. En effet, le grand espace devant le mur et la grande surface d'affichage permettent à plusieurs utilisateurs d'interagir ensemble ; soit côte à côte sur un même sujet d'intérêt, soit indépendamment à distance. Cette organisation ouvre la possibilité d'une division du travail à la manière de deux processeurs œuvrant en parallèle. Cela peut permettre également une addition d'expertises complémentaires menant les utilisateurs vers la bonne décision.

Dans une expérience qu'ils ont menée, les chercheurs ont associé l'abstraction des actions de manipulation de données et le concept d'interaction partagée, où deux personnes doivent se synchroniser pour effectuer une action (porter un objet lourd, monter un meuble, allumer une cigarette de quelqu'un d'autre, etc.). Ils ont appliqué ces deux concepts dans le contexte particulier de classification de données. La tâche de classification abstraite à exécuter dans l'expérience avait été spécialement conçue pour leur permettre de tester des hypothèses sur les phénomènes interactifs avec les murs d'écrans, et d'obtenir ainsi des résultats généralisables.


Pour plus d'information:
WILD en détails
Le Laboratoire de Recherche en Informatique (LRI - CNRS & Université Paris-Sud, Université Paris Saclay) abrite un mur d'écrans, WILD, qui mesure 5,5 mètres de large sur 1,8 mètre de haut. Il est composé de 32 écrans de 30 pouces qui permettent d'afficher 20480 pixels par 6400, soit plus de 131 millions de pixels de définition. Pour le faire fonctionner, 16 ordinateurs (un pour deux écrans) ainsi qu'un ordinateur maître pour la synchronisation du rendu sont nécessaires. Ce type de mur (en comparaison avec l'utilisation de projecteurs) a la particularité de pouvoir afficher une très grande densité d'informations. Il est ainsi possible et nécessaire de s'approcher du mur pour voir les détails (par exemple du texte de petite taille, des détails d'une image en haute résolution) et s'éloigner pour avoir une vue d'ensemble (pour détecter un point d'intérêt potentiel). Il faut donc se déplacer physiquement pour profiter pleinement des potentialités de ces murs.

Source : techno-science.net

Commenter cet article