Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Octobot : le robot autonome et mou

31 Août 2016, 18:07pm

Publié par Grégory SANT

Des chercheurs de l'université d'Harvard se sont inspirés directement du poulpe pour créer un robot autonome qui n'embarque aucun élément rigide. Octobot est alimenté par une réaction chimique et contrôlé grâce à un circuit logique micro-fluidique.

Dans le monde de la robotique, les poulpes ont décidément le vent en poupe. Après la présentation d’Octobot n°1, fruit des travaux de chercheurs du laboratoire italien BioRobotics, voici Octobot n°2, issu de l’institut Wyss de l'université d'Harvard.

Dans une publication parue mercredi 24 août dans la revue scientifique Nature, Robert Wood et Jennifer Lewis présentent Octobot comme le premier robot entièrement mou et autonome.

Pour le créer, les chercheurs ont combiné trois méthodes de fabrication : l’impression 3D, le moulage et la lithographie. Sa particularité ? Il fonctionne sans aucun composant électronique. Les chercheurs ont, en effet, souhaité se débarrasser de toutes les parties rigides d’un robot, comme les batteries et les cartes électroniques.

Propulsion chimique et contrôle micro-fluidique

Pour parvenir à cette prouesse, ils ont mis au point un système de propulsion pneumatique original. Dans les détails, une réaction chimique, à partir du platine, permet de transformer une petite quantité de carburant liquide (du péroxyde d’hydrogène) en grande quantité de gaz. Celui-ci est alors propulsé dans les bras du poulpe pour les gonfler comme des ballons. En matière de contrôle, les chercheurs ont développé un circuit logique micro fluidique : une alternative « soft » à un simple oscillateur électronique. Le système permet alors de contrôler la transformation du liquide en gaz dans le robot.

« Ces recherches constituent une preuve de concept. Nous espérons que notre approche pour créer des robots mous autonomes va inspirer des roboticiens, des ingénieurs en matériaux et des chercheurs spécialisés dans les nouvelles techniques de fabrication » indique Ryan Truby, étudiant au laboratoire de Jennifer Lewis et co-auteur de l’article.

A terme, les équipes espèrent mettre au point une nouvelle version d'Octobot plus complexe, capable de ramper, nager et interagir avec son environnement.

Source : industrie-techno.com

Commenter cet article