Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plastic Omnium s'intéresse à la pila à combustible

5 Octobre 2016, 17:37pm

Publié par Grégory SANT

L’équipementier automobile français a créé une société avec l’Israélien Elbit Systems pour développer des piles à combustibles et des super condensateurs. Par ailleurs, il présente un prototype de stockage d’hydrogène à haute pression.

Après avoir développé des réservoirs pressurisés pour les véhicules hybrides, Plastic Omnium (PO) se lance désormais dans les piles à combustibles en fondant la société POCellTech avec le groupe israélien de défense Elbit Systems. Un centre de recherche commun vient d’ouvrir ses portes à Caerarae, au Nord de Tel Aviv, pour concevoir une pile à combustible à très faible teneur en métaux précieux, afin d’en réduire le coût, et d’un super-condensateur de nouvelle génération. « Notre objectif est de proposer des solutions pour le marché automobile, alors qu’Elbit va plutôt s’intéresser aux marchés militaires », précise Jean-François Bérard, directeur R&D de PO Auto Energy.

Une cinquantaine de personnes se partagent déjà entre la Belgique, où Plastic Omnium dispose d’un centre de R&D, et Elbit Systems. L’un des défis des ingénieurs est de s’affranchir des métaux chers comme le platinum et le palladium, habituellement utilisés dans les piles à combustibles. L’autre objectif est d’innover dans les super-condensateurs, ce système qui permet de récupérer l’énergie cinétique et de la restituer. « Nous sommes en TRL 3-4 ; donc nous pensons présenter un démonstrateur d’ici trois ans », ajoute Jean-François Bérard. En parallèle, PO investit 50 millions d’euros dans un centre de recherche fondamentale à Bruxelles sur les énergies nouvelles, Deltatech, qui emploiera à terme 200 personnes et accompagnera les développements de POCellTech.

Concernant la partie stockage de l’énergie, Plastic Omnium a présenté au Mondial de l’Automobile un prototype de réservoir pressurisé à 700 bars capable d’assurer 500 à 600 kilomètres d’autonomie à un véhicule type Toyota Mirai, et ce, avec un temps de recharge limité à 3 minutes. Des performances à l’évidence bien meilleures que la propulsion électrique basée sur les batteries. Pour résister à la pression tout en offrant une masse acceptable, le réservoir présenté par PO est composé de fibres de carbone avec la technique de l’enroulage filamentaire. Ce type de stockage pèse environ 100 kilos, mais l’équivalent dans les technologies batteries nécessiterait 1,5 tonne de batteries Li-ion, selon Jean-François Bérard.

Source : industrie-techno.com

Commenter cet article