Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 10 technos qui vont faire notre futur

8 Décembre 2016, 20:31pm

Publié par Grégory SANT

Les 10 technos qui vont vraiment changer nos vies (et pourquoi)… selon l’OCDE

L’OCDE innove dans son nouveau rapport Science, technologie et innovation : perspective 2016. Outre l’étude des politiques d’aide à l’innovation de ses États membres, les analystes ont étudié les études prospectives sur les technologies clés des différents pays pour en extraire 10 qui, selon eux, vont changer nos vies. La liste est sans surprise, mais les auteurs ont mis en perspective ces technologies vis-à-vis des grands enjeux, santé, environnement, vieillissement… de nos sociétés.

Après le World Economic Forum, qui s’était prêté en 2015 à l’exercice de la prospective sur les technologies numériques et leur chance de se démocratiser, c’est au tour de l’OCDE de sortir sa boule de cristal sur les technologies de rupture. Analysant les études prospectives de ses 35 états membres – comme l’étude Technologies clés 2020 de la DGE –, les analystes de l’OCDE spécialisés en innovation ont répertorié 40 technologies clés pour le futur. Parmi elles, ils en ont sélectionné 10, qui ont le potentiel de vraiment changer nos vies. L’originalité de la démarche ne réside pas dans le choix des technologies — la liste ressemble à s’y méprendre à celles des Accenture, IBM, MIT Technology Review et autres cabinets conseil en innovation – mais dans l’ajout d’éléments économiques chiffrés qui mettent en perspective le potentiel de ces technologies. Et leur impact. Ainsi, selon l’étude, les technologies clés numériques (l'intelligence artificielle, l’Internet des objets, la blockchain et le big data) rendraient automatisable un emploi sur dix ! Côté santé publique, la démence a coûté, en 2013, 645 milliards de dollars à nos sociétés (dont 213 milliards en Europe), soit l’équivalent du PIB de la Suisse. D’où l’importance des neurosciences. Tour d’horizon de l’impact de ces 10 technos clés qui vont changer nos vies.

1 Analytique de données massives ou big data. Pour l’OCDE, les implications socio-économiques de ces technologies seront considérables (donc impossibles à évaluer), mais vont obliger les politiques à trouver l’équilibre entre la nécessité d’ouverture et la protection contre les menaces qu’une « mise en données » extrême de la vie sociale pourrait faire peser sur la vie privée, la sécurité, l’équité et l’intégrité.

2 - La biologie de synthèse : Ce nouveau champ de recherche s’appuie sur des principes d’ingénierie pour manipuler l’ADN des organismes pour la conception et la construction de nouveaux éléments biologiques et la réingénierie de systèmes biologiques naturels à des fins utiles. La biologie de synthèse promet des bénéfices socio-économiques substantiels dans plusieurs secteurs clés comme l’énergie (par exemple carburant à relativement bas coût pour les transports), les médicaments (par exemple développement de vaccins), l’agriculture (par exemple plantes modifiées) ou les produits chimiques.

3 - La chaîne de blocs (ou blockchain) : Cette technologie de base de données distribuée fonctionne comme un registre public ouvert, commun et digne de confiance, que personne ne peut falsifier et que tout le monde peut inspecter. Rien qu’en remplaçant les infrastructures bancaires, la blockchain pourrait réduire de 20 milliards de dollars par an à l’échelle mondiale les coûts associés aux paiements transfrontières, aux transactions sur titres et au respect des dispositions réglementaires. Or la blockchain pourrait être appliquée dans l’industrie pour la traçabilité et dans l’économie collaborative, pour sécuriser tous les échanges y compris ceux mettant en œuvre des objets connectés.

4 - Fabrication additive : L’ajout progressif de matière pour qu’un produit prenne forme constitue une approche sans précédent de la fabrication, qui appelle de nouveaux modèles d’activité et suppose des changements substantiels dans les industries existantes, prévient l’OCDE. Les ventes de systèmes et services de fabrication additive se chiffreront à 21 milliards de dollars en 2020 (MarketsandMarkets). Cette technologie tirerait l’innovation dans l’ingénierie mécanique, l’automobile, la défense et l’industrie spatiale mais aussi dans les domaines de la santé, des médicaments et de la biotechnologie.

5 - L’intelligence artificielle. Les systèmes intelligents, et autres robots, seront à l’origine de gains de productivité considérables et de transformations irréversibles de nos sociétés, en entraînant un phénomène massif de « destruction créatrice », avance le rapport de l’OCDE. Si le taux de remplacement de la main-d’œuvre par l’IA fait toujours débat (associées, les technologies numériques pourraient détruire un emploi sur 10 selon le rapport), il est inévitable que le développement des systèmes intelligents permettra d’automatiser une partie du travail intellectuel.

6 - Internet des objets : Le nombre d’objets connectés passerait d’un milliard en 2016 à 14 milliards en 2022. Et en 2030, huit milliards de personnes et peut-être 25 milliards d’appareils « intelligents » actifs seront interconnectés et s’enchevêtreront dans un seul et même vaste réseau d’informations. Cette société hyperconnectée aurait un impact économique compris entre 2 700 milliards et 6 200 milliards de dollars par an d’ici 2025 (source MGI, 2013).

7 - Nanomatériaux : Le marché des nanomatériaux était déjà estimé à environ 20 milliards d’euros en 2014. Malgré les incertitudes concernant leur toxicité, ils sont exploités pour leurs propriétés optiques, magnétiques et électriques uniques, qui pourront servir notamment pour améliorer les diagnostics de santé. 

8 - Nano/microsatellites : En 2014, 158 nano- et microsatellites ont été lancés, soit une hausse de 72 % par rapport à l’année précédente. D’ici à 2020, plus de 2 000 nano- et microsatellites seront lancés à travers le monde l’utilisation pour des applications à la fois civiles au service de l'environnement (recherche, observation des terres et océans) et de défense. 

9 - Neurotechnologies : Les neurotechnologies (optogénétique, neuromodulation, interfaces cerveau-machine, nanorobots…) sont riches de promesses pour de nouvelles thérapies et pour l’augmentation de l’homme.

10 - Technologies avancées de stockage de l’énergie : Si des innovations radicales sont nécessaires dans ce domaine pour optimiser les performances des systèmes énergétiques et faciliter l’intégration des sources d’énergie renouvelables, elles sont indispensables à la lutte contre le réchauffement climatique et à la transition énergétique.

Source : industrie-techno.com

Commenter cet article