Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des bateaux adaptables par LH Boats

8 Février 2017, 19:54pm

Publié par Grégory SANT

Bertrand Maillard, dans l'atelier où il donne vie à ses bateaux havrais créés sur-mesure, et l'esquisse d'un de ses projets.

Bertrand Maillard construit des bateaux de plaisance innovants et sur-mesure. Il a reçu le trophée « Coup de coeur 2017 » de la CCI Seine Estuaire avec son projet.

 L'entreprise

Le hangar est immense, sur la zone portuaire du Havre. Accolé à l'ancienne gare maritime, où appareillaient les mythiques paquebots transatlantiques, il abrite des bateaux de plaisance, sous bâches et sur chariots.

Tout au fond, une coque noire, perchée sur cales, avec une inscription peinte en blanc : « LH 700 ». Le bateau long de 7 mètres a quitté les allées bruyantes du 56e salon nautique international où il était exposé, à Paris, en décembre. Il a retrouvé l'atelier havrais dans lequel il a été conçu et construit. Depuis, son créateur, Bertrand Maillard, a reçu cinq commandes pour créer des bateaux sur-mesure, de 5,50 à 9 mètres. Et le 30 janvier, il a été lauréat du trophée « Coup de coeur », décerné par la CCI Seine Estuaire.

Passionné des bateaux et de la mer

Bertrand Maillard explique le succès de sa gamme par les innovations qu'il apporte sur le marché du bateau de plaisance : « Les LH 700 ont un design nouveau, sont particulièrement stables et s'adaptent à plusieurs types d'aménagement, pour le loisir, le sport ou à des fins professionnelles. »

C'est une longue histoire d'années passées entre terre et mer qui a donné vie au concept. Dès l'âge de 5 ans, le Havrais tire ses premiers bords sur les catamarans d'une école de voile. À 7 ans, il commence ses premières régates, une passion qu'il exerce toujours aujourd'hui, en solitaire ou en équipe : « Pour le plaisir, le partage, la performance et le dépassement de soi. »

Il ne suit pas de longues études, mais obtient un premier travail dans une voilerie, à 16 ans, puis dans un chantier naval, à Honfleur. La mer, toujours, quand il devient entraîneur au sein de l'école de voiles de la Société des régates du Havre.

La connaissance de la voile passe aussi par celle des matériaux composites : Bertrand Maillard a ensuite travaillé à Lyon dans une petite et moyenne industrie spécialisée dans les pièces en carbone, avant de revenir au Havre, chez Aircelle (Safran). Au bout de dix ans, l'ouvrier qualifié décide de voler de ses propres ailes.

Les commandes se multiplient

Il crée d'abord, en 2011, la société Solutions océanes services, qui propose d'entretenir et de réparer des bateaux, à moteur ou à voile. Ensuite, « à force d'entendre les gens insatisfaits des aménagements standards sur leurs bateaux », il se lance dans l'aventure LH Boats.

Avec la volonté de faire du sur-mesure. LH Boats (trois salariés permanents) dessine et fait valider les plans par l'agence d'architecture navale et d'ingénierie maritime BMS et l'agence de design Racinecubik. Le premier modèle, construit est homologué CE (1).

Depuis, une école de voile bretonne lui a commandé des études, ainsi qu'un club de plongée normand, un guide de pêche, et deux particuliers. Fort de ce succès, Bertrand Maillard se prépare à s'agrandir : il devrait prochainement déménager sur la zone technique de l'Escaut, dans les quartiers sud du Havre.

(1) Le marquage CE atteste de la conformité aux exigences de sécurité selon la réglementation européenne pour tous les bateaux de plaisance, de 2,5 à 24 mètres.

LH Boats : ce qu'il faut savoir

La construction d'un bateau (de catégorie C) se fait en « sandwich » (contreplaqué/époxy). Trois gammes sont disponibles : loisirs, sport ou travail. La motorisation peut aller du hors-bord jusqu'à 200 CV (essence). Un bateau LH Boats peut accueillir jusqu'à 8 passagers.

En ce qui concerne les prix, le coût est d'environ 50 000 € pour un 7 mètres (largeur : 2,50 m ; poids : 1,2 tonne, tirant d'au : 70 cm). Des options sont possibles : cabine, cuisine, douche de pont, mat de wakeboard ou de ski nautique, GPS, cartographie électronique, notamment.

Niveau prestations, les esquisses sont faites selon les demandes du client, avec modélisation 3D, calculs de structure, kit de découpe et plans de fabrication, ainsi que les études de stabilité.

Quatre entrepreneurs havrais récompensés

Avec les Trophées des entrepreneurs de l'Estuaire, la chambre de commerce et d'industrie Seine Estuaire veut « valoriser le dynamisme et l'implication dans la vie économique locale ».

Le 30 janvier, au Havre, huit entrepreneurs ont grimpé sur le podium, venus des deux rives de la Seine depuis la fusion des CCI du Havre, de Fécamp-Bolbec et du Pays d'Auge. Quatre lauréats sont havrais.

Le trophée « Commerçant innovant » a ainsi été décerné au trio Anthony Gaudin, Valérie et Stéphanie Camus. L'enseigne LOHO « valorise le patrimoine culturel, gastronomique, historique et artistique du Havre », tandis que la boutique LOHO Local shop commercialise une production 100 % locale, via l'achat direct aux producteurs et la vente de produits normands.

Christophe Ternynck a repris et redynamisé la Miroiterie Liot A40 (neuf salariés), en 2015. Une entreprise créée au Havre au XIXe siècle. « Il allie travail artisanal et industriel et est capable de faire des produits sur-mesure et standards », félicite la CCI qui lui a décerné le trophée « Espoir de l'économie ».

Emmanuel Stefanoff, qui a créé en 2016 le service en ligne TrouverMonAuto.com (trois salariés, 140 000 références) a reçu le trophée « Start-up ».

Enfin, Bertrand Maillard, avec son LH Boat, a reçu le trophée « Coup de coeur ».

Les autres lauréats sont Didier Pinel, directeur de CMQ3E (Fécamp), qui a reçu le trophée « Clubs et réseaux » ; Éric Burnotte, dirigeant d'Alliansys (Honfleur) pour le trophée « Innovation » ; Vincent Le Gouic d'Adial (Lisieux) pour le trophée « International » ; le trophée « Entrepreneur de l'année » a été décerné à Antoine Bouguet, créateur de Réseaux & Environnement, implanté à Bréauté-Beuzeville (Seine-Maritime) et à Saint-Martin-de-la-Lieue (Calvados).

Source : ouest-france.fr

Commenter cet article