Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des emballages en impression 3D

9 Mars 2017, 18:52pm

Publié par Grégory SANT

inoritete
A partir du fichier numérique de conception d’une pièce, Inori est en mesure de fabriquer son emballage 3D. © Philippe Bohlinger.

Inori a levé 1,5 million d’€ en vue de commercialiser sa solution d’emballage 3D par fabrication additive « Pack&Strat ».
Cette plateforme d’innovation implantée à Saint-Dié (Vosges) entend séduire les fabricants de pièces industrielles haut-de-gamme et les emballeurs.
La structure qui associe vingt partenaires industriels et financiers vise 6 millions d’€ de chiffre d’affaires d’ici 2020.

« Le conditionnement constitue bien souvent la dernière fonction chez un industriel. Le manque d’attention accordé à cette étape peut être préjudiciable en termes d’image pour des produits à forte valeur ajoutée », expose Claude Barlier, président d’Inori.

 

« Certes, il existe des solutions d’emballage à partir de polystyrène injecté pour les grandes séries. Mais, aucune solution industrielle n’avait été jusqu’alors imaginée pour le conditionnement des petites séries ou pièces unitaires », poursuit le dirigeant de la petite entreprise qui emploie cinq personnes à Saint-Dié (Vosges).


Brevet délivré pour la Chine, l’Europe et le Canada

 

inorimoule
L'emballage épouse parfaitement la forme de la pièce. © Philippe Bohlinger.

 

A partir du fichier numérique de conception d’une pièce, Inori est en mesure de fabriquer son emballage 3D. En l’absence de fichier, la société scanne numériquement le produit :   « Cela prend  quelques minutes. »

 

L’entreprise propose sa solution complète associant un logiciel à une machine de découpe d’un fabricant suisse, mais aussi le logiciel seul à intégrer à des machines existantes de découpe cutter, micro-fraisage, laser, etc.


Inori aura patienté dix ans entre le dépôt du brevet de Pack&Strat en 2007 et le lancement de sa commercialisation. « En raison de l’importance du marché ciblé, nos conseillers en propriété industrielle nous ont suggéré d’attendre la délivrance du brevet avant de lancer la commercialisation », détaille le dirigeant.

 

La Chine aura été la première à délivrer le brevet en 2015, suivie en 2016 de l’Union européenne, puis du Canada. Les Etats-Unis et le Japon devraient leur succéder cette année.

 

inorimachine
Le logiciel de stratoconception peut-être couplé à une machine de découpe cutter, micro-fraisage ou encore laser existante. © Philippe Bohlinger.

 

Inori a vu le jour en 2012 pour déployer la technologie de fabrication additive par « stratoconception » brevetée par Claude Barlier en 1991. Une technologie qui consiste à fabriquer un objet, couche après couche, par empilement de feuilles de matériaux.


« Nous avons commencé à fabriquer des pièces par stratoconception et à les envoyer à nos clients, des grands groupes comme Areva, Airbus ou PSA, mais aussi des ETI. Cependant, nous rencontrions parfois des difficultés à expédier ces pièces complexes et coûteuses », se remémore Claude Barlier, co-auteur de l'ouvrage Fabrication Additive : du Prototypage Rapide à l'Impression 3D (éditions Dunod, 2015).

 

Inori a eu l’idée d’exploiter les fichiers numériques des pièces pour générer des emballages sur-mesure en négatif. C’est ainsi qu’est née la solution Pack&Strat.

 

La société cible les secteurs de la pièce industrielle et des emballeurs. Son business-model anticipe un chiffre d’affaires de 2 millions d’€ pour le premier exercice et de 6 millions d’€ en 2020.

Source : tracesecritesnews.fr

Commenter cet article