Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les moteurs de Rocket Lab imprimés en 3D

31 Mai 2017, 19:23pm

Publié par Grégory SANT

Les moteurs de Rocket Lab imprimés en 3D
Les moteurs de Rocket Lab imprimés en 3D
Les moteurs de Rocket Lab imprimés en 3D

Rocket Lab a fait la démonstration jeudi dernier du lancement de sa fusée Electron. La start-up de Nouvelle Zélande souhaite s’imposer sur le marché des microsatellites grâce à des méthodes de fabrication low cost des fusées, dont l’impression 3D des moteurs.

La startup Rocket Lab a procédé au lancement de son microlanceur Electron jeudi 25 mai, depuis la Nouvelle-Zélande. Il s’agit du premier lancement d’une fusée chargée de mettre des satellites en orbite depuis un site de lancement privé. Autre particularité marquante de la fusée réalisée en composite de carbone: elle est propulsée par dix moteurs pour la construction desquels a été largement utilisée l’impression 3D. Tous les comosants pricinpaux du moteur ont été imprimés en 3D :  la chambre de combustion, les pompes, les valves et les injecteurs. Selon notre confrère the Guardian, les moteurs auraient été ainsi conçus en une journée. D’autres équipements de la fusée sont conçus par fabrication additive. Contrairement à SpaceX, qui s’appuie sur la réutilisation de ses fusées pour proposer des vols « low cost », Rocket Lab ne souhaite pas pouvoir réutiliser ses fusées, mais les produire à la chaine très rapidement, et pour un prix très inférieur, grâce à ses méthodes de fabrication.

Rocket Lab vise 120 tirs par an

Ce premier vol était destiné à valider les étapes de vol, jusqu’au placement de la charge utile sur l’orbite de test, qui a échoué. Malgré tout, le fondateur de la start-up, Peter Beck, considère le vol comme une réussite, et souhaite pouvoir commencer l’exploitation commerciale d’ici la fin de l’année, à raison de 120 tirs par an une fois les lancements rodés. Inspirée par le succès de SpaceX ou Blue Origin, Rocket Lab, créé en 2006, est un nouvel entrant sur ce marché en pleine mutation, à l’instar d’autres start-up comme Vector Space ou Firefly. La start-up se spécialisera dans le lancement de microsatellites en orbite basse, qui nécessitent une cadence de tir élevée. Les microsatellites sont l’objet d’une tendance du marché visant à remplacer les gros satellites par des constellations de satellites plus petits. Toutefois, les premier vol opérationnel de la fusée pourrait être à destination de la lune, Electron étant en effet chargé de poser le Module lunaire Moon Express, l’un des projets concourant à la compétition Google Lunar X Prize.

La vidéo du lancement (Rocket Lab)

Commenter cet article