Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Concept Aston-Martin TRITON

29 Septembre 2017, 15:50pm

Publié par Grégory SANT

C’est la deuxième fois que la firme anglaise use d’un nom lié à mythologie. En 2015, Aston Martin baptisait sa supercar Vulcan. Outre le célèbre avion de chasse, ce nom est aussi celui du Dieu romain du feu. La voilà qui s’associe aujourd’hui avec un constructeur de sous-marins, Triton, pour créer un sous-marin sans équivalent, nommé Neptune. En référence au Dieu latin protecteur des pêcheurs…

L’objectif de Triton est simple : créer le sous-marin le plus luxueux possible, et bénéficiant d’un design séduisant. Dans ces derniers domaines, en faisant l’analogie avec l’automobile, quoi de mieux qu’un partenariat avec une firme anglaise synonyme de luxe et de hautes performances. En deux mots : Aston Martin?

L’Aston Martin aquatique ?

C’est sans doute ce qui a traversé l’esprit de Patrick Lahey, président de la firme Triton Submarine LLC. Ainsi, en faisant appel à la division Consulting du constructeur, l’homme savait qu’il faisait appel à des hommes capables d’allier technicité et esthétique.

Ainsi, Aston Martin a livré un bathyscaphe composé d’une cellule centrale à bulle en acrylique, entourée de deux pontons. Produit en quantité limitée, le Neptune est la seconde réalisation d’Aston Martin Consulting (après le bateau AM37), département créé il y a dix-huit mois. Basé sur le Triton 1650/3, et permet à trois personnes de naviguer dans les fonds marins. Et sa batterie lui autorise une autonomie de 12 heures. Esthétiquement, le Neptune n’est pas sans évoquer le sous-marin de poche dont se servit Ernst Stavro Blofeld pour tenter d’échapper à l’agent 007 dans le film Les diamants sont éternels

Maintenant que les équipes d’Aston Martin Consulting ont oeuvré sur et sous la mer, elles pourrait se tourner vers les cieux. Avec un avion de chasse par exemple ? Après tout, le siège de la marque, à Gaydon, est situé sur une ancienne base aérienne de la Royal Air Force…

Commenter cet article