Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cykno Bicycle Design

10 Avril 2013, 17:45pm

Publié par Grégory SANT

 

Cykno est un vélo électrique très réussi combinant une technologie innovante tout en adoptant un style rétro. Conçu par la société italienne de conception « Engeenius », ce projet est présenté à la Milan Design Week.

 

 

Source : fubiz.net

Voir les commentaires

Hyperbole lauréat du concours Boulle-Majencia

10 Avril 2013, 17:42pm

Publié par Grégory SANT

Hyperbole
Le projet Hyperbole © concoursboulle-majencia.com

Lancé en octobre 2012 par Majencia en partenariat avec l’Ecole Boulle sur le thème "Innover pour des espaces de vie

La 1ère édition du « Majenius du Design », concours prospectif sur l’environnement de travail lancé par Majencia en partenariat avec l’Ecole Boulle, a désigné l’équipe lauréate.professionnelle créatifs, ergonomiques et durables", le concours a abordé sa phase finale. Invités par Majencia à repenser les espaces ouverts dans une dimension créative et prospective, les participants, cinq équipes composées de trois ou quatre étudiants tous élèves à l’Ecole Boulle en section Design Produit et Mobilier ont présenté leur travail.

La soirée de remise des prix a été présidée par Vincent Gruau, PDG de Majencia, aux côtés de la présidente du Jury Olivia Putman, designer et directrice du Studio Putman. Le Majenius du Design a été décerné à l’équipe #5 pour son projet l’Hyperbole, pour sa vision prospective innovante et concrète d’un espace de vie professionnelle qui préfigure l’intégration technologique dans un environnement de travail futuriste mais néanmoins humain, en ayant bien cerné les enjeux liés aux nouvelles technologies et à son impact sur les solutions d’aménagement et de mobilier.

En 2e position, le jury a également récompensé l’équipe #2 pour son projet Mon-Majencia qui a axé sa réflexion sur la qualification de 3 strates de mobilier à durées de vie différenciées, pour une gestion plus intelligente et plus efficiente de ses espaces. Enfin, le vote du public a élu l’équipe #1 pour son projet Polysensorialité, qui s’est attachée à considérer l’environnement de travail comme source de stimulations sensorielles multiples au service du bien-être du collaborateur.

Source  : businessimmo.com

Voir les commentaires

Shapeways industrialise l'impression 3D

10 Avril 2013, 17:37pm

Publié par Grégory SANT

Grâce à ses progrès technologiques, la fabrication 3D n'est plus cantonnée au prototypage. Elle permet aussi l'assemblage de pièces physiquement utilisables. Et fait ainsi de plus en plus d'adeptes, de l'usine la plus traditionnelle au nouvel acteur du e-commerce. Jusqu'où cette déferlante impactera-t-elle notre modèle industriel ?

Jusqu'à 5 millions de produits uniques fabriqués chaque année. Le hollandais Shapeways, qui n'était encore qu'une start-up il y a quelques années, est passé maître dans l'industrialisation de la fabrication 3D, avec son usine inaugurée cette année à New-York. Celle-ci comptera 30 à 50 machines. Différents procédés de fabrication seront disponibles pour ses clients, ainsi qu'une variété de matériaux : plastiques, céramiques, sable... Un changement d'échelle révélateur de l'évolution du secteur dans son entier. La fabrication additive, qui consiste à assembler un objet couche par couche, n'est pas une nouveauté en soi. Mais les usages et les applications qui en découlent sont en plein boom. « Les technologies ayant évolué, plusieurs procédés permettent désormais de produire directement des pièces, en petite et moyenne série », confirme Éric Baustert, responsable R&D au sein de la société MB Proto, qui produit notamment des prothèses dentaires, en plus de son activité de prototypage. Une tendance confirmée par le dernier rapport du cabinet de conseil Wohlers Associate. Ce document souligne que la part relative du prototypage dans les revenus issus de la fabrication 3D, écrasante au début des années 2000, a été ramenée en 2011 à 76 %. De fait, les raisons d'adopter la technologie pour un usage industriel sont de plus en plus nombreuses. D'abord, sur des petits volumes ou des marchés de niche, elle permet de réaliser des économies substantielles de temps et d'argent. Ainsi, par rapport à l'injection plastique, les coûts de fabrication peuvent être réduits d'un facteur dix et le cycle de production raccourci de quelques heures à quelques semaines, grâce à la suppression de l'étape de création d'un moule dédié.

 

Des atouts industriels indéniables

Autre critère d'intérêt pour les industriels : l'allégement des pièces. Un atout de plus en plus net dans un grand nombre de secteurs, dont les transports et l'électronique. Selon EADS, qui construit des prototypes de vélo et de drones en matière plastique en fusionnant plusieurs pièces en une et en éliminant les éléments d'assemblage, comme les vis ou les écrous, un allégement de 65 % est possible à performances mécaniques égales.

 

De nouveaux débouchés

Le même type de résultats peut être atteint avec les métaux, en créant des structures plus fines. Le français Poly-Shape, qui utilise la fusion laser de poudre métallique, parvient par exemple à obtenir des roues de turbine en titane 50 % plus légères que des roues standards, en construisant des sections alvéolées.

En outre, comme le souligne la société de conseil Computer Sciences Corporation (CSC) dans un rapport sur la fabrication 3D, la technique est parfois la plus adaptée pour mettre en oeuvre certains matériaux. C'est le cas du titane qui, malgré ses attraits, résiste mal aux moyens d'usinage conventionnels, comme la découpe ou le soudage.

La fabrication additive permet donc de produire mieux. Mais aussi et surtout d'ouvrir de nouveaux débouchés. Ainsi, les machines de frittage de poudre du français Phenix Systems sont à même de mélanger métaux et céramiques dans une même poudre, pour créer des composites à très haute performance mécanique ou thermique, inaccessibles par des techniques conventionnelles.

L'industriel travaille aussi à fonctionnaliser des pièces. Ainsi, sur la même « tranche » d'un objet, il serait possible d'associer deux matériaux différents. Par exemple, sur une forme sphérique, un coeur en matériau conducteur et un pourtour en métal anticorrosion.

Du côté des poudres organiques, des recherches ont lieu pour mettre au point de nouvelles formules aux propriétés finement contrôlées, que ce soit en termes d'homogénéité, via le contrôle de la taille des grains, de la résolution des motifs (jusqu'au dixième de micron) ou via l'ajout de fonction comme la capacité à conduire le courant électrique ou à s'autoréparer, entre autres. Dans le biomédical par exemple, on peut envisager d'imprimer des matrices servant de support à des cellules pour reconstruire des tissus. À mesure que les machines progressent, des pièces plus grandes et plus fiables peuvent être fabriquées. « Pour les drones, il est déjà possible de construire des ailes en sections, puis de les assembler », souligne Terry Wohlers, fondateur de Wohlers Associates. Même si la perspective d'imprimer en 3D une aile d'avion paraît encore lointaine, les constructeurs aéronautiques ne perdent pas de vue l'objectif. En témoigne le projet de recherche européen Amaze, qui vise à produire par fabrication additive des composants métalliques de deux mètres d'envergure à l'horizon 2017. L'Agence spatiale européenne et Thales Alenia Space y sont associés.

 

Vers une transformation des usines ?

En arrivera-t-on, comme le prédit le cabinet CSC, à voir des machines de fabrication 3D dans toutes les usines ? Des procédés hybrides mélangeant impression 3D et usinage conventionnel verront-ils le jour ? Pour Terry Wohlers, le prix des machines industrielles pourrait freiner ce mouvement. À l'heure actuelle, celui-ci reste élevé, même pour un grand groupe.

« Certaines usines produisant des volumes faibles et des pièces très complexes seront concernées. Mais la technologie va surtout contribuer à créer de nouvelles opportunités commerciales : de nouveaux types de produits et de nouvelles façons de créer des pièces et des assemblages complexes », analyse l'expert. « Je ne vois pas la fabrication 3D devenir le mode de production universel », estime quant à lui le directeur général de Phenix Systems, Patrick Teulet. « En revanche les progrès permettront à cette technologie de se positionner sur des secteurs très techniques, comme le spatial ou l'aéronautique, avec la possibilité de créer de nouveaux matériaux et de miniaturiser les composants. »

À l'heure où l'avenir de certaines usines reste incertain, la fabrication 3D a au moins le mérite de promettre des lendemains industriels.

Source : industie-techno.com

Voir les commentaires

La Honda Odyssey Touring elite intégre un aspirateur HondaVac

9 Avril 2013, 17:42pm

Publié par Grégory SANT

L'aspirateur intégré de la Honda Odyssey

Les voitures familiales rivalisent de trucs et astuces pour simplifier la vie de ses passagers. Rangements, équipements, modularité, les constructeurs se doivent de rivaliser d’ingéniosité pour vendre leurs créations. La Honda Odyssey se paie même le luxe d’avoir son propre aspirateur intégré.

Présentée au Salon Internation de l’Auto de New York (qui s’achevait le 7 Avril), la Honda Odyssey Touring Elite est une grande familiale (jusqu’à huit places) relativement classique. Ce modèle bénéfice des toutes dernières avancées de la marque, concernant notamment la gestion du carburant et l’aide à la conduite et même une application dédiée.

Mais ce qui la différencie vraiment des autres se trouve dans son coffre. Là, sur le côté gauche, un aspirateur, le HondaVAC, avec filtre et sac facilement accessibles. Conçu en partenariat avec Shop-Vac, il peut fonctionner en continu lorsque branché sur secteur et jusqu’à huit minutes sur batterie. De quoi conserver sa voiture propre après chaque virée en famille !

Source : gizmodo.fr

Voir les commentaires

Overkill Shop

9 Avril 2013, 17:41pm

Publié par Grégory SANT

 
Overkill shop est une boutique à Berlin qui offre une bonne sélection de sneakers, streetwear, accessoires et tout ce dont vous avez besoin  ! T

Voir les commentaires

Nokia lance un four à micro-ondes à écran tactile

9 Avril 2013, 17:33pm

Publié par Grégory SANT

Nokia micro ondes Nokia annonce le Constellation 5AM TH1N6, son premier four à micro ondes

Répondant à la demande d’écrans toujours plus grands des clients, Nokia a annoncé aujourd’hui qu’elle allait élargir son offre de produits en commercialisant un four à micro-ondes à écran tactile.

Ce nouveau produit se distingue de ses concurrents par son transformateur 8 cœurs haute tension ultra-rapide et refroidi à l’eau ainsi que par sa puissance de 5 000 watts qui permet de réchauffer des plats en quelques secondes.

« Nokia possède une expérience éprouvée et de nombreux droits de propriété intellectuelle en matière de radios micro-ondes. Pour nous, c’était donc la prochaine étape logique. Nous pouvons défier nos concurrents dans leur cœur de métier », a expliqué Olavi Huhtikuu, directeur des innovations domestiques chez Nokia. « C’est la raison pour laquelle nous avons mis au point le très innovant Constellation 5AM-TH1N6, qui va révolutionner les cuisines des particuliers comme des collectivités. »

Le nouveau Nokia 5AM-TH1N6 intègre des fonctionnalités encore plus innovantes.

Il cuisine des plats appétissants grâce à une technologie de pointe de commande oculaire, qui arrête la rotation du plat lorsque vous le regardez et ajuste automatiquement la température en fonction de votre faim.

De plus, il est équipé d’un écran tactile ultra-sensible, qui peut être commandé avec un gant de four, et qui vous permet de sélectionner une des 25 puissances disponibles pour chauffer sa capacité de 40 litres. Reflet du vaste héritage de Nokia en matière de design, ce four est disponible dans divers coloris : cyan bleu d’Auvergne, jaune citron, noir réglisse…

Le four Constellation intègre également une sélection d’applications, des capteurs et un appareil photo PureFood haute résolution qui prend automatiquement des clichés de votre mauvaise alimentation pour les partager avec vos amis et votre famille sur les réseaux sociaux. Il devrait être commercialisé dès le deuxième trimestre à un prix de vente au détail estimé à 399 € HT (hors subvention). L’extension de la gamme est déjà prévue avec la commercialisation d’une version mini destinée aux petits estomacs et une version de 25 cm destinée à personne en particulier.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Porsche Panamera par Kahn Design

9 Avril 2013, 17:27pm

Publié par Grégory SANT

142131 Kahn Design et une Porsche Panamera

Kahn Design a plusieurs cordes à son arc… Et ne manque pas de mettre son savoir-faire en valeur sur différentes autos de différents constructeurs. Voici leur dernière version d’une Porsche Panamera, un modèle mis en vente par Kahn Design.

 

Avant que la dernière génération de la berline de Zuffenhausen ne débarque progressivement chez les revendeurs de la marque, puis fasse le bonheur des préparateurs, Kahn Design se penche sur celle que nous connaissons aujourd’hui.

14214 Kahn Design et une Porsche Panamera

Source : kahn design

Voir les commentaires

Twin'z le concept-car tout éléctrique de Renault

8 Avril 2013, 17:59pm

Publié par Grégory SANT

ross lovegrove: twin'z concept car for renault

Voir les commentaires

Des cellules solaires à partir de bois

8 Avril 2013, 17:54pm

Publié par Grégory SANT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cellule solaire fonctionne à la manière d'une feuille végétale, captant les rayons du soleil avant de les convertir en énergie. Tellement ressemblant, qu'elle peut désormais être partiellement conçue à partir de bois.

Des chercheurs de l'institut technologique de Georgia et de l'Université de Purdue ont en effet mis au point des cellules solaires qui utilisent des substrats naturels dérivés d'arbres. Tout aussi important : en fabriquant ces cellules solaires sur des substrats en nanocristaux de cellulose (CNC), elles ont la possibilité d'être rapidement dégradées dans l'eau, en fin de cycle.

Les chercheurs ont affirmé que leurs cellules solaires organiques avaient atteint une efficacité de conversion de l'ordre de 2,7%, un chiffre sans précédent pour des cellules sur substrats issus de matières premières renouvelables.

Les substrats sur lesquels les cellules solaires sont fabriquées demeurent transparents (voir photo), ce qui permet à la lumière de passer à travers avant d'être absorbée par une couche mince d'un semi-conducteur organique. Pendant le processus de recyclage, les cellules solaires sont simplement immergées dans l'eau à température ambiante. En quelques minutes seulement, le substrat se dissout et la cellule solaire peut être séparée facilement de ses principales composantes.

Des cellules solaires recyclables conçues à partir du bois !

Pour le professeur Bernard Kippelen qui a dirigé l'étude, ce projet ouvre la porte à une technologie de cellule solaire véritablement "recyclable", "durable" et "renouvelable".

"Le développement et la performance des substrats organiques n'ont de cesse de s'améliorer, fournissant aux ingénieurs une bonne indication des applications futures", a t-il ajouté. "Mais les cellules solaires organiques se doivent d'être recyclables. Autrement, nous résolvons un seul problème, à savoir, moins de dépendance face aux combustibles fossiles, tout en créant un autre, une technologie qui produit de l'énergie à partir d'une source renouvelable, mais qui constitue un déchet à la fin de son cycle de vie."

Actuellement, les cellules solaires organiques sont conçues sur du verre ou du plastique. Aucun des deux n'est facilement recyclable. Par exemple, si des cellules solaires fabriquées sur du verre venaient à se briser lors des phases de fabrication ou d'installation, les matériaux devenus inutiles deviendraient difficiles à éliminer. Les substrats en papier sont bien meilleurs pour l'environnement, mais ils ont montré des performances limitées en raison de la rugosité ou de la porosité élevée de leur surface. Toutefois, les nanomatériaux fabriqués à partir de la cellulose de bois sont "recyclables", "renouvelables" et "durables". Les substrats possèdent une faible rugosité de surface de seulement 2 nanomètres.

"Notre prochaine étape consistera à travailler sur l'amélioration de l'efficacité de conversion électrique à des taux dépassant les 10%, des niveaux similaires aux cellules solaires fabriquées sur des substrats de verre ou à base de pétrole", a précisé Bernard Kippelen. L'équipe ambitionne d'y parvenir en optimisant les propriétés optiques de l'électrode de la cellule solaire. "Nous allons également revêtir ces cellules avec un revêtement protecteur afin de les protéger de l'eau et de l'oxygène lorsqu'elles opérèrent sur le terrain."

Source : enerzine.com

Voir les commentaires

Miroir en verre à effet holographique

8 Avril 2013, 17:46pm

Publié par Grégory SANT

Miroir LED HOLOTECH CRYSTALS par Elia FELICES

Elia Felices a développé un concept révolutionnaire de miroir qui a nécessité un mélange de créativité et de technologie pour définir une nouvelle catégorie d’éléments décoratifs en verre à effet holographique

 

 

Ce miroir holographique HOLOTECH CRYSTALS fonctionne grâce à un système de dépolissage qui permet de tracer différents motifs, qui sont dessinés avec une précision extrême grâce aux prestations techniques de la LED. Les modèles sont définis par des séquences de micro-points de différentes tailles, offrant du relief et de la profondeur et donnant comme résultat cette sensation d’hologramme !

Elia Felices a utilisé ce mode de dépolissage varie également en fonction de la distance d’observation. De loin, il est possible de l’apprécier dans son intégralité, il rappelle un tissu en dentelle. Cependant, à mesure que l’œil humain s’approche, il capte un changement tridimensionnel lorsqu’il perd la qualité du point, qui l’envoûte et qui provoque une sensation d’apesanteur. Ce résultat nous rapproche du concept de l’holographie, technique qui consiste en un effet optique qui crée des images en trois dimensions.
Lorsque le miroir est allumé, les mailles de micro-points transfèrent une lumière d’ambiance périphérique qui confère de la personnalité. Toute la collection est disponible en deux couleurs : projection blanche ou bleue. Cependant, même éteint, le dessin reste visible…

Miroir LED HOLOTECH CRYSTALS par Elia FELICES

La designer confie avoir pris la culture ottomane comme référence, et plus précisément les salles de bain turques. Des pièces décorées avec une géométrie élaborée, de style moresque, avec de petits trous dans le plafond qui laissaient entrer la lumière zénithale sous forme de rayons ou d’étincelles. Ces caractéristiques ont servi d’inspiration pour concevoir des designs uniques…

Miroir LED HOLOTECH CRYSTALS par Elia FELICES

Miroir LED HOLOTECH CRYSTALS par Elia FELICES

Source : deco-design.biz

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>