Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une journée comme les autres en 2050 : épisode 6

27 Mars 2008, 20:56pm

Publié par Grégory SANT

La fin du moi
Dans ce monde où la survie de l'humanité est conditionnée par le partage obligatoire des ressources, de la terre et même des enfants, le « moi » et les désarrois de la sphère intime passent à l'arrière-plan. La psychanalyse perd du terrain face aux psychothérapies relationnelles, intergénérationnelles et interculturelles. L'impératif est d'accepter l'autre, au pire de le supporter : les pays développés doivent compter avec un nombre croissant de personnes très âgées et l'irruption généralisée d'enfants de races différentes au sein des familles.
C'est une société où la famille verticale, celle des ancêtres qui, de génération en génération, transmet valeurs et traumatismes, fait place à la famille horizontale, adoptive, choisie, fluide. Une aubaine pour les thérapeutes systémiques qui ont dû réinventer les mots pour les places et les rôles de chacun : coparents, coenfants, coamants, etc. La question des origines est plus géopolitique que généalogique. Du coup, les tragédies oedipiennes intéressent moins que celles du déracinement des bébés adoptés dans le tiers-monde. Comment gérer les conflits de loyauté vis-à-vis des géniteurs, le don et le contre-don avec les parents adoptifs ? Comment ne pas se sentir coupable face aux inégalités entre pays pauvres et pays riches ? Telles sont les grandes problématiques psy de ce début des années 2050.

Blandine Grosjean
Source : femmes.fr.msn
Commenter cet article