Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Japonais mesureront la qualité de l’air avec leur mobile

9 Juin 2008, 21:38pm

Publié par Grégory SANT

 

Des chercheurs japonais ont conçu un minuscule capteur capable d’analyser la qualité de l’air, qu’ils envisagent de coupler à un téléphone portable. "Ce serait une bonne chose de pouvoir se servir de son téléphone personnel pour se faire une idée de la pollution respirée tout au long de la journée", a commenté l’un des chercheurs qui travaillent pour le géant des télécommunications japonais NTT.

Le capteur photochimique se présente sous la forme d’un carré de verre transparent de huit millimètres de côté. Il accumule dans ses innombrables pores de 8 nanomètres de diamètre (huit milliardièmes de mètre), et sur une période choisie, les nano-particules environnantes, ce qui fait varier proportionnellement les propriétés spectrales dudit verre. Ces changements sont invisibles à l’oeil nu, mais peuvent être analysés par un instrument de mesure spécifique.

Les chercheurs songent à développer un logiciel pour téléphone portable qui permettrait de quantifier la qualité de l’air en prenant une photo du capteur avec son mobile, lequel ferait alors en quelque sorte office de spectromètre. Une autre possibilité consisterait à envoyer le cliché à des spécialistes, via un service dédié.

L’équipe travaille aussi sur les moyens de rendre visibles à l’oeil nu sur le capteur les variations dues à l’absorption de corps polluants. Par ailleurs, un autre laboratoire du groupe NTT, associé à un professeur de sciences du vivant de l’Université de Tokyo, a récemment indiqué travailler sur l’intégration dans un téléphone portable d’une puce qui analyse en temps réel un état biochimique pour transmettre les données résultantes via un réseau. Cette "biochip" permettrait de diagnostiquer des maladies ou de détecter une émotion par l’analyse des biomolécules contenues dans une goutte de sueur ou de sang et l’envoi des données à un centre médical, le tout avec un mobile. Un téléphone portable muni d’une telle "biochip" pourrait aussi ouvrir la voie à d’autres types d’applications dans le domaine environnemental (analyse d’eau), dans le secteur de la sécurité sanitaire et alimentaire ou même dans l’univers du divertissement.

Source : Tregouet.org

Commenter cet article