Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’E-INK

11 Juin 2008, 19:23pm

Publié par Grégory SANT

Souvenez-vous : nous écrivions en introduction que l’écran avait un terrible défaut sur le papier : il n’est pas agréable pour les yeux. Personne aujourd’hui n’a envie de lire Proust sur un écran, soit-il portable et léger. Ce défaut est en passe de disparaître - et cela pourrait marquer le vrai début de la révolution du Livre du futur.

Cette encre programmable, développée par une start-up américaine issue du Massachusetts Institute of Technology [M.I.T.], est composée de milliers de petites billes bicolores, de la taille d’un cheveu. Chacune de ces billes contient des pigments blancs, chargés positivement, et des pigments noirs, chargés négativement. En fonction du courant appliqué sous la bille, les pigments blancs montent à la surface, et les noirs restent au fond - ou l’inverse. Si bien que la bille peut « afficher » une face blanche ou une face noire. Le champ magnétique qui parcourt la feuille peut en conséquence former des caractères, des mots, des phrases, des gravures, des tableaux de chiffres, des dessins...

Avantage : pas besoin de rétro-éclairage. Ce qui rend l’affichage plus confort pour les yeux et permet un sacré gain de poids et d’épaisseur.

L’e-ink ouvre des perspectives immenses car, grâce à elle, tout support deviendra à terme un écran en puissance : un mur pourra faire apparaître des textes ou de images, mais on pourra aussi modifier à volonté les motifs d’un T-shirt, d’un rideau ou d’un papier-peint. Les écrans n’existeront plus, car tout sera écran. [On imagine avec horreur les perspectives que cela ouvre à l’affichage publicitaire...]

Dans le domaine du livre, l’encre programmable est déjà utilisé dans de nombreux lecteur portable. Mais lorsque le produit aura été perfectionné, il pourra donner naissance au papier-écran. On peut imaginer que l’on utilisera des livres aux pages blanches - d’une texture renforcée pour un usage répété - qui deviendront sur commande « L’Iliade », Le catalogue de La Redoute, « Tintin au Tibet » ou « 20 000 lieux sous les mers ».

Source : cafardcosmique.com

Commenter cet article