Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le prototypage rapide à Imagina 09

5 Mars 2009, 20:12pm

Publié par Grégory SANT

Imagina 2009 - Bibus
L'an passé, lors de l'édition 2008 d'Imagina, nous avions pu expérimenter une étonnante imprimante 3D, capable de reproduire de petits objets via une technologie d'impression par ajout de matière (ici de la poudre de plâtre). Déjà particulièrement précieuses pour les professionnels amenés à concevoir des prototypes, ces imprimantes 3D à poudre cèdent progressivement la place à une nouvelle génération de machines encore plus précises.

Quels sont les bénéfices apportés par ces nouvelles imprimantes qui font appel à une résine acrylate ?
  • La possibilité de créer des pièces plus fines, de seulement 0,6 mm contre 2 mm dans le cas de l'imprimante à poudre vue l'an passé. En contrepartie, le délai d'impression s'allonge.
  • L'absence de post-traitement : alors que les pièces de l'an passé devaient être poncées puis durcies au moyen de résines pour présenter une bonne résistance aux manipulations, rien de tel ici où les pièces sont parfaitement lisses et solides au sortir de l'imprimante.
  • La possibilité de réaliser des jeux avec des pièces mobiles.
Imagina 2009 - Bibus

Les nouveaux modèles permettent de réaliser des pièces mobiles d'une grande précision

  • La possibilité de faire appel à plusieurs consommables différents présentant divers niveaux de souplesse.
  • La possibilité de créer ses propres matériaux depuis l'éventail de matières qui existent. Entre un plastique rigide et un souple, on peut ainsi créer une dizaine de variantes. Il suffit d'attribuer les matériaux à des zones du modèle 3D pour que l'objet soit ensuite réalisé en une fois. Cette possibilité est l'apanage des modèles haut de gamme (comptez 250 000 euros pour le modèle Connex 500).

Imagina 2009 - Bibus
Imagina 2009 - Bibus


Imagina 2009 - Bibus
Imagina 2009 - Bibus

Quelques exemples de pièces faisant appel à différentes qualités de résine (souple, rigide, translucide…)


La résine acrylate présente enfin l'avantage de bien accrocher les peintures de finition.

Imagina 2009 - Bibus
Imagina 2009 - Bibus

La résine acrylate présente enfin l'avantage de bien accrocher les peintures de finition


L'imprimante procède par des balayages gauche / droite destinés à déposer la matière. Elle est équipée de deux têtes d'impression qui travaillent simultanément : l'une dépose la résine acrylate photosensible en couches de 28 microns, l'autre le gel qui sert de support dans la construction. Le mouvement de retour des têtes d'impression permet pour sa part de polymériser la couche qui vient d'être déposée à hauteur de 70%. La polymérisation, c'est-à-dire la transformation d'un liquide en solide, est obtenue au moyen d'UV. On s'assure ainsi de bonne la adhérence avec la couche suivante et on se donne dans le même temps la garantie d'un objet solide dont les strates sont bien imbriquées les unes dans les autres.

Imagina 2009 - Bibus

Deux cartouches de gel et deux cartouches de résine offrent une autonomie de 36 heures d'impression


La seule étape dont la nouvelle technologie ne peut encore s'affranchir est celle du nettoyage des résidus du gel employé pour aider à la construction de la pièce. Chaque machine est à cet effet livrée avec une station de nettoyage (« Water jet ») équipée d'une sorte de « Karcher ». Pour une petite pièce telle que le lézard montré plus bas, il faut compter environ deux minutes de nettoyage manuel. Un mot pour finir sur le coût de la matière qui peut représenter un frein. La résine se négocie à 250 euros du kilo et le gel à 110 €/kg, ce qui amène notre tête de dinosaure à environ 300 euros.

Imagina 2009 - Bibus
Imagina 2009 - Bibus

Une fois la pièce achevée, il faut retirer la résine qui a aidé à sa construction


Quelles seront les prochaines évolutions de ces technologies ? La nouveauté pourrait une nouvelle fois venir des matériaux, dont la gamme est appelée à évoluer. Après les résines rigides, souples, clipables ou encore bio-compatibles (utilisé pour les prothèses auditives par exemple), l'innovation pourrait venir d'un matériau fusible qui ouvrirait de nouvelles voies aux professionnels de la joaillerie ou du dentaire par exemple. Une technologie à suivre…

Imagina 2009 - Bibus
Imagina 2009 - Bibus


Imagina 2009 - Bibus
Imagina 2009 - Bibus

La précision est telle qu'elle l'on peut prendre pour modèle des photographies (les zones claires sont creusées tandis que les zones foncées sont en relief .

Source : clubic.com

Commenter cet article