Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un nouveau procédé rend le bois de hêtre résistant à l'extérieur

20 Mars 2009, 21:34pm

Publié par Grégory SANT

 

Des scientifiques du réseau de recherche "Produits innovants en bois de hêtre modifié", basé à Göttingen et dirigé par le Prof. Holger Militz du département de biologie et de produits du bois de l'Université de Göttingen ont développé une nouvelle méthode permettant d'augmenter la résistance, la dureté de la surface et la durabilité du bois de hêtre, ce qui rend possible son utilisation en extérieur. Les résultats de leurs travaux ont été présentés lors de la conférence des laboratoires organisée au Centre Helmholtz de recherche sur l'environnement (UFZ). Grâce à une substance spécifique et à un procédé en deux étapes consistant en l'imprégnation et à la réticulation du bois, les chercheurs sont parvenus à limiter l'effet négatif de l'eau sur le bois.


Le matériau conserve sa forme et ses dimensions, c'est-à-dire qu'il gonfle ou se rétracte très peu sous l'influence de l'humidité. Il est en outre davantage résistant aux champignons lignivores, un aspect important pour la longévité du bois. Grâce à cette méthode innovante, le bois de hêtre peut passer de la classe V de résistance (la plus mauvaise) à la classe I ou II, et offre ainsi, dans tous les domaines où un bois résistant aux intempéries est requis, une alternative durable aux espèces de bois tropicales. Ceci permet non seulement de protéger les espèces menacées des Tropiques, mais aussi d'entériner le développement d'une sylviculture durable qui s'appuie sur une augmentation des forêts mixtes et une part croissante d'espèces feuillues. Derrière l'optimisation de la qualité du bois de hêtre se cache une substance hydrosoluble, la diméthyloldihydroxyéthylène-urée (DMDHEU). Elle réagit fortement avec les groupements hydroxyles libres de la cellulose et de l'hémicellulose. Ce sont ces groupements qui sont responsables de la fragilité du bois. Grâce à une alternance de pression et de vide, la DMDHEU pénètre dans l'intérieur du bois et le place dans un état de gonflement constant en liant aux groupements hydroxyles des molécules réticulantes. En présence d'une forte chaleur et de chlorure de magnésium comme catalyseur, les molécules forment entre elles ou avec la membrane cellulaire un réseau. Si les processus sont correctement coordonnés, le bois de hêtre conserve ses excellentes qualités initiales tout en gagnant les avantages des essences tropicales - grande durabilité, stabilité des dimensions, résistance et solidité. La DMDHEU est aussi utilisée dans l'industrie textile pour améliorer la qualité de la cellulose.

Source : technicites.fr

Commenter cet article