Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biomimétisme : des idées pour la maison

11 Mars 2012, 19:09pm

Publié par Grégory SANT

Le système de ventilation du Eastgate Centre, situé à Harare, capitale du Zimbabwe, est inspiré de celui des termitières africaines. L'air frais entre constamment en bas de l'édifice et circule jusqu'en haut pour être évacué par une série de cheminées, sur le toit.

Biomimétisme: le design qui imite la nature

 

Un immeuble inspiré d'une termitière, de la peinture qui imite la feuille de lotus, un tapis qui rappelle le sol de la forêt... La nature est une source presque infinie d'inspiration. La vie domestique peut aussi bénéficier du savoir-faire et des qualités particulières de la faune, de la flore et des phénomènes naturels. Pour une fois, la copie en design est appréciée.

 

D'après la définition de l'organisation Biomimicry Institute, le biomimétisme est une discipline qui étudie les meilleures idées de la nature pour ensuite imiter ses processus et ses designs afin de résoudre les problèmes des humains. L'idée centrale, en essence, est que la nature, imaginative par nécessité, a déjà résolu plusieurs énigmes qui nous donnent encore du fil à retordre.

C'est l'auteure Janine Denyus, également présidente de l'organisme qui promeut le biomimétisme, qui aurait suggéré l'utilisation du terme dans son livre Biomimicry: Innovation Inspired by Nature, publié en 1998. On fait aussi référence à la même idée sous le terme bionique, la science ayant pour objet l'étude des processus biologiques en vue de leur application dans les processus industriels et de l'ingénierie.

Le principe ne date pas d'hier. Déjà, dans les années 40 naissait le Velcro. La fameuse bande textile a été inspirée des fruits de bardane, les «toques» qui s'agrippent à nos vêtements - ou à notre chien! - pendant les promenades dans les bois. Les petits crochets d'un côté harponnent les loupes de fils du velours de l'autre moitié pour fixer un objet ou fermer une ouverture.

 

On observe toujours aujourd'hui notre environnement pour trouver des solutions sensées et écologiques à nos problèmes, ou simplement pour créer des design aux formes plus intéressantes. Nos modes d'habitation peuvent, eux aussi, être améliorés par l'influence de la nature, flexible et en constante adaptation. Voici quelques bonnes idées qu'architectes et designers lui ont déjà «empruntées»!

La peinture autonettoyante

La peinture Lotusan de la compagnie américaine Sto se nettoie d'elle-même comme les feuilles de lotus sacré. La surface de la feuille de lotus dispose d'une topographie complexe qui interagit avec les molécules d'eau. À cause de sa rugosité, les gouttes d'eau qui y tombent rétrécissent jusqu'à atteindre une forme sphérique. Elles roulent donc en dehors de la surface en entraînant avec elles saletés et poussières. La peinture d'extérieur Lotusan - qui peut être teintée dans une vaste gamme de couleurs - utilise les mêmes principes pour profiter des averses de pluie. Pas besoin, donc, de détergents ou d'énergie pour nettoyer la paroi peinte.

Des condos flexibles

La nature est flexible, elle s'adapte. La firme d'architecte Sweeny Sterling Finlayson&Co et Parallax Invesment Corporation ont entrepris de transformer une tour de bureaux abandonnée du centre-ville de Toronto en condos selon un système de planification presque aussi souple baptisé FlexNatür. Les appartements du projet Downtown ont été pensés pour répondre aux besoins changeants de ses occupants.

Le «nid» peut donc grandir avec la famille. Aucun mur porteur ne sépare les unités: le proprio pourra configurer l'espace à sa guise beaucoup plus facilement. Les résidants ont aussi la possibilité d'acheter un petit condo et d'y ajouter une unité voisine, plus tard. Chaque appartement dispose aussi de ses propres commodités, comme la plomberie; le tout peut être modifié sans affecter tout l'immeuble. Selon Francesca Milan, relationniste du promoteur, 85% des unités sont déjà vendues.

La douche-pluie

Les pommes de douche à effet pluie sont de plus en plus courantes. Moen a notamment lancé en 2011 une pomme de douche plate à débit réduit, mais qui offre un arrosage efficace. Selon le fabricant, la disposition des buses du large pommeau, inspiré de la spirale de Fibonacci permet d'obtenir une couverture complète du corps. Des douches plus agréables, donc! La spirale logarithmique est une forme que l'on trouve un peu partout dans le règne animal et végétal. Cette spirale offre aussi, selon la Biomimicry Institute, un débit naturellement plus puissant, car elle permet aux fluides de circuler plus vite.

Le ventilateur-samare

Ce ventilateur n'a qu'une seule palme balancée selon le principe de la samare, cette graine ailée qui tombe des érables en virevoltant. La compagnie australienne Sycamore Technology soutient qu'on peut obtenir un haut débit d'air pour rafraîchir une pièce avec un bruit minimal grâce à cette forme de lame aérodynamique. Et l'idée est résolument plus design que le commun fan de plafond!

Un tapis comme en forêt

Le tapis modulaire Entropy du fabricant InterfaceFLOR a été calqué sur les motifs organiques présents par la nature. Comme un champ de fleurs ou le sol de la forêt, les carreaux de tapis d'InterfaceFLOR ne sont pas uniformes, mais créent tout de même un ensemble cohérent. Au lieu de produire des tuiles identiques, le manufacturier a fait varier les formes et les teintes, tout en respectant un style particulier. On n'a donc pas à faire de grosses réserves dans l'éventualité qu'un bout du tapis se brise. Sa surface n'étant pas uniforme, on pourra facilement s'accommoder d'un carré d'un autre lot. Moins de perte donc, à la production comme à l'installation.

La termitière humaine

Le Eastgate Centre situé à Harare, capitale du Zimbabwe, est le plus gros complexe commercial du pays. L'immeuble, dessiné par l'architecte Mic Pearce en collaboration avec des ingénieurs d'Arup Associates, n'a pas de système d'air conditionné ou de chauffage central conventionnel, mais la température y demeure balancée toute l'année grâce à un procédé inspiré des nids de boue autorefroidissant des termites africains. Au cours de la journée, ces insectes contrôlent la température à l'intérieur de leur habitat en couvrant et fermant consécutivement des conduits d'air sur leur termitière pendant la journée. Ils créent ainsi un système de convection. Le centre commercial, en béton, ventile ses espaces de la même façon. Le Eastgate Centre utilise donc 10% de l'énergie normalement nécessaire aux immeubles de sa taille. La construction a aussi coûté moins cher, puisque aucun système de ventilation n'a été installé. L'air frais entre constamment en bas de l'édifice et circule jusqu'en haut pour être évacué par une série de cheminées, sur le toit.

Du béton qui se cicatrise

Chez les organismes vivants, la réparation des tissus et des os ne s'opère pas de l'extérieur, mais bien de l'intérieur. Natural Process Design a créé un béton qui se répare tout seul, ne nécessitant aucune action manuelle extérieure. Donc, quand le matériau craque, une substance réparatrice est émise de l'intérieur des fibres pour boucher le trou et le souder au matériau mère. La réparation se fait sur-le-champ, empêchant donc une plus grande dégradation.

Source : cyberpresse.ca

Commenter cet article