Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des bactéries magnétiques artificielles

9 Mai 2014, 19:33pm

Publié par Grégory SANT

Des chercheurs de l'Université de Grenade ont développé pour la première fois des bactéries magnétiques qui, une fois inclues dans les aliments et ingérées, aident à diagnostiquer des maladies digestives comme le cancer de l'estomac.

Les chercheurs ont incorporé des particules magnétiques à des bactéries (probiotiques) qui se trouvent dans de nombreux aliments. Le comportement de ces "probiotiques magnétiques" ressemble à celui de bactéries magnétiques qui existent dans la nature mais qui sont très difficiles à obtenir en grande quantité et n'ont jamais été utilisées chez des humains.

Des chercheurs de l'Université de Grenade sont arrivés à créer pour la première fois des bactéries magnétiques artificielles qui pourraient être inclues dans des aliments et aider, une fois ingérées, à diagnostiquer des maladies du système digestif comme le cancer de l'estomac. C'est la première fois dans le monde qu'un aliment est employé comme médicament naturel et aide à diagnostiquer une maladie.

Les chercheurs, membres du groupe de Bionanoparticules Métalliques (Bionanomet) du département de Chimie Inorganique et de l'Institut de Biotechnologie de l'Université de Grenade, ont développé ce travail avec la collaboration de l'entreprise BIOSEARCH SA. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans le dernier numéro de la revue Advanced Functional Materials.

Pour dessiner ces bactéries magnétiques artificielles, les scientifiques se sont inspirés de bactéries existant dans la nature (magnétobactéries), qui produisent de façon naturelle dans leur intérieur de petits aimants qui leur servent fondamentalement de système d'orientation, c'est-à-dire, de boussole interne.

Applications biomédicales

Ces bactéries magnétiques artificielles pourraient s'employer dans des applications biomédicales pour obtenir des images de résonance magnétique et pouvoir diagnostiquer, ou pour chauffer des cellules malignes moyennant hyperthermie magnétique et ainsi soigner des maladies comme le cancer.

Cette nouvelle technologie, qui a été brevetée par l'entreprise BIOSEARCH SA, se trouve en phase expérimentale et permettrait l'utilisation de ces bactéries probiotiques, utilisées habituellement dans l'alimentation, pour le diagnostic et le traitement de tumeurs ainsi que comme complément alimentaire en fer.

Ce projet a été développé dans le contexte d'un projet subventionné par l'Agence d'Innovation et de Développement d'Andalousie (IDEA) de la Junte Andalouse, et a été couronné par un brevet sur cette nouveauté technologie et ses applications et une première publication dans une des revues à plus fort impact dans le domaine de matériaux appliqués.

 

Source : techno-science.net

Commenter cet article