Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fabriquez vos produits vous même !

7 Juillet 2010, 20:02pm

Publié par Grégory SANT

 

Vous n'en avez jamais entendu parler, c'est normal. Le concept de « fab lab » arrive tout juste en France, grâce à une bouillonnante communauté d'enseignants, de hackers et d'artistes. Le principe ? Créer un lieu où les machines industrielles sont mises à la disposition du public. Une sorte d'« atelier de production 2.0 » comme le définit Stéphanie Bacquère, fondatrice avec Marie-Noéline Viguié de l'agence Nod-A.

Un fab lab, qu'est-ce que c'est exactement ?

Rien à voir avec la série télévisée britannique déjantée « Ab Fab ». Le terme fab lab vient de l'anglais « fabrication laboratory ». Il désigne un atelier industriel où les outils peuvent être utilisés par tous et pour construire à peu près n'importe quoi. « Un vélo, un meuble, améliorer une machine à laver ou modifier une moto », explique Jean-Louis Fréchin, architecte et enseignant à l'Ensci, une école de design industriel.

Dans un fab lab, on trouve le plus souvent des outils de découpe du bois, du métal, du plastique, et ces fameuses « imprimantes 3D », des machines coûtant environ 350 euros (au lieu de plusieurs milliers) et capables de produire automatiquement des petites pièces (comme un verre). Tout cela piloté par des logiciels libres. (Voir la vidéo extraite d'un reportage diffusé sur Itélé en 2006).

A quoi ça sert ?

Le premier fab lab à grande échelle est à vocation pédagogique. Il a été lancé en 2002 par Neil Gershenfeld, un professeur du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Aujourd'hui, on trouve une quarantaine de fab labs répartis sur tous les continents et qui ont des fonctions diverses.

En Espagne, le fab lab de Barcelone est un lieu d'innovation sur l'architecture, alors qu'au Kenya, on fabrique des pompes à eau sans avoir à faire venir les pièces d'Europe. Les fab labs peuvent répondre à un besoin social criant. C'est dans cet esprit qu'un plasticien, Jean-Noël Montagné, travaille sur un projet de machine à laver simplifiée.

Permettre à des étudiants de se frotter à la création, aider des populations enclavées dans les pays pauvres, ou encore mettre à disposition des machines pour des PME innovantes, voilà quelques unes des missions assignées aux fab labs.

 

En quoi est-ce révolutionnaire ?

Le concept de fab lab applique au monde industriel l'esprit de partage, d'innovation et de gratuité que l'on trouve sur Internet comme avec les logiciels libres et les réseaux sociaux. En permettant à n'importe qui d'accéder à des machines industrielles simples et à bas coût, on sort du mode de production classique. C'est en cela que des communautés de hackers veulent s'investir dans les fab labs.

Alexandre Korber, membre du TMP Lab, un lieu d'innovation tenu par des hackers à Vitry, en région parisienne, s'en explique :

« Le fab lab c'est le même principe que le hacking : on apprend aux gens à faire par eux-mêmes. »

En France c'est pour quand ?

En France, c'est tout un réseau formé d'acteurs d'horizons variés qui travaille à faire émerger un fab lab en région parisienne : la Fondation Internet nouvelle génération (Fing), les hackers du TMP Lab, l'école de création industrielle Ensci, l'atelier artistique Dork Bot, sans oublier Ping, Sillicon Sentier, l'Institut Télécom et plusieurs laboratoires de recherche.

Fabien Eychenne de la Fing évoque la forme que pourrait prendre le projet :

« Soit un fab lab mobile, une sorte de camion-bus qui se déplacerait dans les campagnes, les cités pour démystifier la technique, [ou] un lieu fixe qui puisse aussi servir aux entreprises. Où les industriels pourraient venir tester des produits à l'état de projet. »

Le fab lab n'est encore qu'à l'état de projet mais la Fing et les autres acteurs associés espèrent en mettre un sur pied à l'horizon 2010-2011. (Voir la video réalisée par Nod-A)

Source : rue89.com

Commenter cet article