Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Nasa et le remplaçant du Concorde

25 Janvier 2011, 21:27pm

Publié par Grégory SANT

Si le Concorde a longtemps été limité à des vols au dessus de l’Atlantique, il y avait une raison simple à cela.

Les ondes de choc dues au passage à une vitesse supersonique provoquaient un bruit trop important pour permettre à l’avion de survoler les habitations, et ce désagrément a largement desservi le Concorde au début de son exploitation commerciale.

Aujourd’hui, la NASA aimerait créer un nouvel avion de ligne supersonique tout en faisant disparaitre ce phénomène de Bang caractéristique.Il est toujours bon de rappeler quelques faits pour prendre conscience du problème étudié ici.

Ce qui est communément appelé le ” Mur  du Son ” correspond au déplacement d’un corps ( un avion par exemple ) à une vitesse au moins égale à la vitesse du son, soit, 1 224 km/h (dans l’air à 15 °C). Cette vitesse particulière est plus communément désignée par l’appellation Mach 1, et provoque lorsqu’elle est atteinte, une onde de choc que l’on appelle “Bang supersonique”.

Lorsqu’un avion atteind cette vitesse, un phénomène de concentration des ondes se produit et provoque une onde de choc.

Le principal désagrément étant que ce bruit est continu tant que l’avion se déplace à une vitesse égale ou supérieure à celle du son… plutôt difficile dans ces conditions d’envisager l’utilisation quotidienne et régulière d’avions supersoniques pour des vols intérieurs.

La NASA aimerait pourtant proposer un nouvel avion avec les avantages que propose une vitesse supersonique ( Concorde reliait Paris à New York en 3 heures et demie, dont environ 3h en vol supersonique ), sans les inconvénients.

Les nombreux projets ( “Quiet Spike,” “SonicBOBS,” “SonicBREW,” “LaNCETS,” “House VIBES,” “Low Boom/No Boom” ) sont actuellement peu aboutis, mais quelques solutions sont déjà privilégiées, comme l’ajout d’appendices au nez de l’avion, permettant de casser les ondes, ou de les absorber partiellement .

L’autre principal inconvénient des avions supersoniques étant leur consommation excessive ( il fallait en moyenne 60 tonnes de carburant à Concorde pour relier Paris à New York avec une charge maximale de passagers) , la NASA devra également se pencher sur une optimisation des réacteurs ou des sources d’énergies alternatives.[NASA

Source : gizmodo.fr

Commenter cet article