Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Salon de l'Auto Genève 2014

17 Mars 2014, 17:57pm

Publié par Grégory SANT

A Genève, la marque au trident qui célèbre cette année son centenaire, a dévoilé un concept de coupé 2+2 baptisé Alfieri, en hommage à à l\'ingénieur de génie fondateur des “Officine Alfieri Maserati”, qui a de bonnes chances d’entrer en production avant trois ans. - DR

A Genève, la marque au trident qui célèbre cette année son centenaire, a dévoilé un concept de coupé 2+2 baptisé Alfieri, en hommage à à l'ingénieur de génie fondateur des “Officine Alfieri Maserati”, qui a de bonnes chances d’entrer en production avant trois ans. - DR

Le concept de coupé Maserati Alfieri promis à devenir un modèle de série

Pour le Salon de Genève de son centenaire Maserati s’offre deux bonnes nouvelles : la production des carrosseries de son nouveau SUV Levante débutera en 2015 dans l’usine turinoise de Mirafiori, a confirmé Sergio Marchionne l’administrateur délégué du groupe Fiat Chrysler, qui, dans le cadre de sa politique de réactivation des sites italiens , a décidé de faire de cette usine Fiat une des plates-formes de production de ses marques de luxe. Autre bonne nouvelle  : le prototype de coupé 2+2 Alfieri conçu par le Centro Stile turinois et dévoilé ce mercredi au Salon, devrait déboucher sur un modèle de production dont la fabrication pourrait être lancée avant trois ans. « Les plates-formes et les moteurs sont là, techniquement, la production pourrait démarrer dans 24 à 28 mois », a assuré Sergio Marchionne, alors que la marque au trident qualifie elle même l’Alfieri, réinterprétation moderne de l’A6 GCS 53 son premier modèle Grand Tourisme, de porte sur l’avenir de Maserati.Un avenir qui, depuis le lancement des Quattroporte et Ghibli l’an dernier se veut plus ambitieux. En un an, la marque bolognaise a vu ses ventes mondiales bondir de 150 %, à 15.400 automobiles (contre 6.200 en 2012). Elle reste néanmoins encore loin de son objectif : atteindre les 50.000 unités en 2015.

 

 

De Ferrari à Bugatti, l'offre s'enrichit

Combien ce nouveau modèle ? Attention, poser la question à Genève, produit parfois de bonnes surprises : A 13.950 euros, l’étonnant C4 Cactus s'annonce comme une affaire pour l'amateur de cross-over familial. Mais peut aussi causer un choc : un peu plus de 235.000 euros... mais pour une MacLaren 650S quand même. Voire un gros choc : 2,8 millions d'euros... hors taxes bien sûr, pour la Bugatti Veyron Rembrandt. Le prix de l'exclusivité décoiffante. Car ce modèle qui développe 1.200 ch et peut atteindre 409km/h ne sera produit qu'à trois exemplaires. Un peu trop haut dessus de vos moyens ? Opter pour la Lamborghini Huracan proposée à partir de 205.000 euros ou pour la California T, qui se veut l'entrée de gamme de Ferrari, à un peu plus de 200.000 euros. Ou encore, pour un budget équivalent, pour la Rolls Royce Ghost Serie II. Car, qu'il s'agisse de super cars ou de limousines - cette 84e édition du Salon de Genève en apporte une nouvelle preuve -, l'offre est riche et à l'avenant d'un segment du luxe dont l'avenir s'annonce bien. Les ventes des supersportives pourraient, en effet, croître de 14 % en Europe d'ici à 2018 pour atteindre 15.200 unités, selon les dernières statistiques d'IHS.

 

 

La progression du marché auto mondial freine, mais l’Asie reste moteur

Le marché auto mondial devrait à nouveau croître cette année, mais sa progression devrait se limiter 2% contre 3,9% l’an dernier. Ce qui porterait les ventes de véhicules à travers le monde à 88 millions d’unités, a annoncé ce mercredi l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA), qui tenait son habituel point presse annuel au Salon de l’automobile de Genève. Une fois encore l’Asie devrait servir de moteur. Car malgré la forte croissance des marchés asiatiques (hors Japon), le taux d’équipement des ménages n’y dépasse pas 67 voitures pour 1.000 habitants (contre 170 pour 1000 en moyenne dans le monde dont 531 en Europe et 647 en Amérique du Nord). Soit un niveau « qui reste bas, et donne l’ampleur du potentiel que représente ces marchés » a souligné Patrick Blain, président du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). La fabrication en revanche s’y développe à grande vitesse au point que l’Asie et le Moyen-Orient ont représenté l’an dernier 52% d’une production automobile mondiale, en progrès de 3,6% à 87,2 millions d’unités.

Source : lesechos.fr

Commenter cet article