Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Starck : sa vision de notre société

8 Avril 2013, 17:27pm

Publié par Grégory SANT

Philippe Starck, l’homme qui a révolutionné le design. Photo AFP

Philippe Starck, l’homme qui a révolutionné le design. Photo AFP

 

À 64 ans, l’homme qui a révolutionné le design appelle les dirigeants à une révolution de la pensée pour faire face aux défis d’un monde en crise. Une situation qui n’est pas sans influence sur ses créations.

Pourquoi vous êtes-vous associé à Serge Trigano pour assurer le design des hôtels Mama Shelter ?

« C’est l’histoire d’une rencontre. Le concept est très simple : je ne suis pas persuadé que le but d’une vie soit de gagner de l’argent. Je ne suis pas persuadé que cette société basée sur l’argent soit totalement la bonne. Il y a des gens qui gagnent de l’argent et qui sont tout à fait respectables. Il y a aussi des gens qui ne gagnent pas d’argent, qui sont tout à fait respectables mais qui ne sont pas respectés. Les hôtels Mama Shelter sont faits pour des gens qui ont tout bêtement oublié de gagner de l’argent. Ils ne forment ni une sous-caste ni un sous-groupe. Ils sont des gens respectables. L’argent ne fait pas tout. Donner autant d’attention, de créativité, d’imagination, de rigueur et de tendresse pour tout le monde me paraît juste. C’est pour ça que je fais des palaces et aussi d’autres choses abordables. »

Pourquoi êtes-vous designer et quelle est aujourd’hui votre définition du design ?

« Beaucoup de choses ont changé brutalement. Beaucoup de choses vont encore changer, encore plus. On aurait pu penser il y a quinze ans que les paramètres de la société allaient se perfectionner, allaient évoluer, mais ça allait. Or tout a changé. Les centres d’intérêt économiques ont changé, les philosophies ont changé, les valeurs ont changé et vont encore changer. Elles appellent de nouvelles demandes, de nouvelles urgences, de nouvelles priorités. Le design ne peut pas répondre à tout, mais dans le design je peux répondre. Il y a de nouvelles choses à faire. Il y a de nouvelles questions auxquelles je veux répondre. »

La crise économique qui frappe influence-t-elle votre travail de création ?

« Il n’y a pas de crise, mais une mutation qui n’est pas à notre profit, ici en occident. Parmi les questions auxquelles j’essaie de répondre, il y a notre changement de statut. Quel va être notre nouveau statut d’occidental, car c’est toute la civilisation occidentale qui va être remise en cause. »

Quelle est votre réponse ?

« Il y a des gens qui vont en mourir, mais ceux qui vont survivre, surtout les jeunes, ont une opportunité extraordinaire devant eux. Comme après une guerre, il y a un eldorado. Les principales choses qui sont à réinventer sont notre façon de penser, nos valeurs et notre nouvelle dignité de pauvre. Comment va-t-on vivre en n’étant plus maître du monde. Il y a tout à faire : nouveaux produits, nouvelle esthétique, nouveau système. C’est un moment extraordinaire. Tout le problème est maintenant de savoir pendant combien de temps nous allons faire l’autruche et à quel moment nous allons traiter les difficultés. Si nous ne les traitons pas, nous sommes finis. Si nous réagissons, nous devrions être en position d’être de nouveau un phare éclairant et d’avoir des propositions à faire face au véritable état du monde. »

Source : estrepublicain.fr

Commenter cet article