Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Concept-car Tesla Allraod par Jason McGinnity

9 Septembre 2015, 17:16pm

Publié par Grégory SANT

  • Source : industrialdesignserved.com

Voir les commentaires

Maison&Objet sept 2015

8 Septembre 2015, 19:55pm

Publié par Grégory SANT

Après deux jours passés au salon, il est temps de vous proposer notre petit compte-rendu. Nous avons eu l’occasion de participer aux Prix Les Découvertes en tant que jury du Hall 7 Now! Nous avions donc pour mission de dénicher la nouveauté, qui selon nous, est la plus marquante de cette édition.

Tâche loin d’être évidente lorsque l’on sait que ce secteur du salon regroupe « les nouvelles idées du design », où beaux objets et meubles audacieux et fonctionnels sont regroupés. Notre coup de coeur s’est porté sur Boulon Blanc et sa table modulable Archimède qui propose deux positions, une haute et une basse par un habile système de déploiement. Nous ferons un article complet dans les jours qui viennent sur cette création. En attendant, voici deux photos et une vidéo de la démonstration est visible sur notre instagram (cliquez ici).

Tous les autres exposants n’ont pas démérité, de belles découvertes, des créations aussi fonctionnelles qu’esthétiques, des designers toujours plus innovants et des échanges intéressants. Nous reviendrons dans les semaines qui suivent, séparément, sur les éditeurs et designers qui nous ont séduits.

Deux espaces incontournables dans le Hall 7:

Memento Mori par Arthur Gillet / Paravent de Gilles Neveu

jardin floral flottant par Espace teamLab x M&O

Tous les autres secteurs sont à découvrir, ils sont aussi nombreux que variés ! Vous avez jusqu’au mardi 8 septembre au soir pour vous rendre au salon.

Voici un aperçu en images des créations que vous pouvez découvrir à Maison & Objet Paris, édition septembre 2015:

The Skateroom:

Lampe CAPE par Constance Guisset chez Moustache:

Broke Bikes:

Lampes Sister et brother de Thomas Merlin chez Eno Studio:

Woodspot Table Lamp de Alessandro Zambelli:

Stand Hartô:

Assiette Mix and Match par Leslie David chez TH Manufacture:

Assiettes Blue Notes d’Eric Hibelot chez TH Manufacture:

Lampes Parc et lampes Petite de nos amis MAIORI:

Source : journal-du-design.fr

Voir les commentaires

IFA 2015 : tendance à la réduction d'énergie

8 Septembre 2015, 19:51pm

Publié par Grégory SANT

La 55e édition de l'IFA, le premier salon d'électronique grand public et d'appareils électroménagers au monde a ouvert ses portes au Berlin ExpoCenter City le 4 septembre 2015. C'est une vitrine mondiale pour le lancement collectif d'appareils électroménagers, qui présente les derniers produits et innovations de 2015.

Cette année, l'IFA a attiré 1.493 exposants répartis sur une surface d'exposition de 145.000 mètres carrés.

La maison intelligente, le développement durable, l'efficacité énergétique et l'alimentation sont les dernières tendances. Les appareils électroménagers ont mis l'accent sur l'alimentation "saine", l'inter-connectivité "intelligente" et la conservation de l'énergie, ce qu'illustrent des produits novateurs tels que le réfrigérateur de style triptyque Cloud Jane, la machine à laver double emploi « à double tambour » et la cave à vin à refroidissement par semi-conducteurs.

Le réfrigérateur de style triptyque Cloud Jane de Casarte (la marque haut de gamme de Haier) a attiré l'attention lors de l'évènement en tant que premier réfrigérateur au monde avec une porte en « T », alimenté par un compresseur sans huile et par une technologie d'alimentation par suspension à gaz, ce qui garde une température constante dans la cavité du réfrigérateur, garantissant la fraîcheur des aliments jusqu'à niveau cellulaire, et assurant aux consommateurs du monde entier un régime sain et nutritif.

Ensuite, l'appareil électroménager le plus représentatif de l'efficacité énergétique n'a été ni plus ni moins que la machine à laver « à double tambour » de Haier, qui est équipée de deux tambours séparés - un supérieur et un inférieur - pour laver des charges différentes. Pour les acheteurs européens et des États-Unis, cela devrait être un choix permettant d'économiser davantage d'énergie et de temps.

Enfin, la cave à vin à refroidissement par semi-conducteurs présentée sur l'IFA est le plus emblématique des produits qui sortent sur le marché de l'électroménager intelligent à l'échelle mondiale.

Les utilisateurs peuvent jeter un œil sur le contenu à distance et contrôler à tout moment le fonctionnement et l'environnement de la cave à vin grâce à une application mobile. La cave à vin apporte ainsi l'environnement de stockage le plus spécialisé et le plus approprié au vin, offrant aux amateurs de vin « la cave à vin familiale » la plus professionnelle en vente sur le marché.

L'exposition de produits novateurs sur l'IFA reflète l'accent mis par les consommateurs mondiaux sur la santé personnelle, la conservation de l'énergie et les caractéristiques intelligentes des appareils. Le réfrigérateur « à la fraîcheur cellulaire », la machine à laver « à double tambour », la cave à vin contrôlée par téléphone portable, ainsi que d'autres produits novateurs émergents, serviront à assurer une existence plus saine et plus heureuse aux consommateurs à l'échelle du globe.

** L'IFA est organisé conjointement par la Société pour l'électronique des loisirs et des communications (GFU) et Messe Berlin.

Source : enerzine.com

Voir les commentaires

Des villes qui se déplacent sur terre

8 Septembre 2015, 19:37pm

Publié par Grégory SANT

FUTUR - Imaginer la ville de demain est un grand classique de l'architecture. Sur terre, sous terre, sur la mer, dans les airs: tout ou presque a déjà été pensé et esquissé. Mais peut-être pas encore la ville... mobile.

Partant du principe que dans le futur, les populations seront amenées à ne pas toujours rester au même endroit avec les bouleversements climatiques ou la raréfaction des ressources, l'architecte espagnol Manuel Dominguez a dessiné une ville sur une immense plateforme roulante.

Sa "Very Large Structure" est conçue pour conduire ses habitants sur un parcours nomade à travers le monde. Elle peut contenir des bureaux, logements, commerces et bâtiments industriels, ainsi que des structures de production d'énergie et d'eau douce.

Source : huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

Des arbres artificiels pour diminuer le CO2 atmosphèrique

8 Septembre 2015, 19:35pm

Publié par Grégory SANT


Le projet est à peine croyable, mais l’affaire est tout à fait sérieuse. Selon des scientifiques britanniques, il serait possible de capturer une majeure partie des émissions de CO2 de la Grande-Bretagne en implantant près de 100 000 arbres artificiels dans le Royaume. Présentée dans un récent rapport de l’Institut britannique de mécanique avancée (IMechE), l’idée viserait à parsemer le sol de la Perfide Albion de machines dotées d’un filtre capturant le dioxyde de carbone. Une fois traité, le CO2 serait emprisonné dans le fond des océans. Encore au stade de prototype, l’arbre magique s’alimenterait grâce à 5% du gaz capté.

Un arbre contre 20 000 voitures

A en croire les estimations de l’IMechE, un arbre artificiel permettrait de capter davantage de CO2 que le bon vieux chêne de notre enfance. Les scientifiques évoquent ainsi le chiffre de 90 000 tonnes de CO2 par an et par machine. Soit 100 000 arbres pour capturer l’ensemble des émissions des logements, transports et industries légères de Grande-Bretagne. Placés notamment le long des routes, les arbres pourraient s’appuyer sur les réseaux de gaz existants pour faire transiter le CO2 capté. Gros bémol de ces forêts d’un nouveau genre : leur coût. Comptez environ 13 600 euros pour un arbre artificiel selon Klaus Lackner, professeur de l’université Columbia et papa du concept. A ce prix, pas sûr que les gouvernements acceptent d’investir dans un projet à la réussite incertaine. Des décideurs à qui les scientifiques conseilleront peut être de méditer la célèbre maxime de Lao-Tseu : « Le plus grand arbre est né d’une graine menue ».

Source : cleantechrepublic.com

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

7 Septembre 2015, 20:08pm

Publié par Grégory SANT

Quand l’être humain se rendra compte que les routes sont trop congestionnées, il s’attaquera peut être au ciel. Je ne vous parle pas des lignes aériennes actuelles mais bien de véhicules de transport individuels et autonomes. C’est en tout cas l’idée derrière le projet Terrafugia TF-X.

Une voiture électrique parfaitement homologuée pour la route qui se transforme en avion personnel et complètement autonome, c’est à dire sans pilote. Bon, ce concept est pour l’instant une belle utopie et de toute façon, quand l’être humain se rendra compte qu’il n’est plus possible de circuler sur les routes, alors il sera déjà trop tard pour la planète…

Source : w3sh.com

Voir les commentaires

Dreadnought 2050 : un nouveau bateau de guerre nouvelle génération

7 Septembre 2015, 20:06pm

Publié par Grégory SANT

À quoi pourraient bien ressembler nos flottes militaires à l'horizon 2050 ? Une question à laquelle il est bien difficile de répondre, assurément. Cela n'a pas empêché la British Royal Navy (la marine britannique) d'y réfléchir. Voici un concept de navire du futur, le Dreadnought 2050.

Contrôlé à distance et entièrement fait de matériaux ultra-légers – à base d’acrylique et de graphène -, ce Dreadnought 2050 serait invisible à nos yeux. Les ingénieurs de la Royal Navy sont persuadés que ce vaisseau pourrait repousser une fois encore les limites de la technologie telle que nous la concevons à l’heure actuelle.

Exit les avions, bonjour les drones avancés et autres engins militaires autonomes. Pour l’armement, des canons électromagnétiques capable de lancer des projectiles à très haute vitesse jusqu’à 200 km.

Et pour contrôler tous ces systèmes automatisés et robotisés, le Dreadnought 2050 aurait besoin d’un équipage de 50 à 100 hommes – 4 fois moins que les vaisseaux actuels qui embarquent environ 200 hommes -.

Pour finir, ce Deadnought 2050 a été imaginé en s’inspirant du Dreadnought Battleship original qui était en service en 1906.

Voir les commentaires

De l'habitat en impression 3D sur Mars

7 Septembre 2015, 19:59pm

Publié par Grégory SANT

« Petit 3 pièces de 80m², salle de bain, WC. Nombreux rangements. Jardin avec vue sur la Terre. Idéal jeunes explorateurs martiens ». Voici peut-être le genre d’annonce que l’on verra fleurir sur des sites internet à l’avenir. La NASA vient de recevoir un projet français d’impression 3D de maisons sur la planète rouge.

Imprimer une maison à partir des matériaux présents dans le sol martien

La planète Mars intéresse de plus en plus la NASA, qui compte y envoyer une mission habitée en 2030. L’agence spatiale vient de débuter une expérience d’un an, où elle a enfermé 6 personnes dans un dôme dont un français, afin d’étudier leur comportement. Cette fois, elle vient recevoir un projet d’un concours qu’elle a organisé, pour imprimer une maison sur Mars à partir de matériaux locaux.

La France s’illustre une nouvelle fois dans la conquête de Mars, puisque c’est une société bien de chez nous, qui est parvenue à mettre au point, une imprimante 3D destinée à imprimer des maisons à la surface de la planète rouge. Les futurs habitants ne seraient pas trop à l’étroit puisque d’après les plans de cette habitation, la maison ferait trois étages et mesurerait 80 mètres carré ! Elle disposerait même d’un jardin pour faire pousser des légumes.

La Nasa va étudier très en détail l’ensemble du processus pour valider sa faisabilité sur Mars et fournira ses conclusions fin septembre. Si ce projet est sélectionné par la NASA, c’est la société Fabulous qui serait chargée de la réalisation. Pierre Brisson, membre de la Mars Society a expliqué : « L’avantage de l’impression 3D, c’est qu’on peut tout faire sur place avec ce que l’on y trouve, en l’occurrence le fer et l’eau sous forme de glace».

Arnault Coulet, le PDG de la société française Fabulous, explique que l’impression d’une maison martienne devrait prendre entre trois et quatre mois, et sera rendue possible grâce à un mât central qui supporte deux bras indépendants. « Il y a un bras de la foreuse qui trie la matière et l’autre qui fusionne pour constituer la coque » déclarait-il.

Les astronautes qui se rendront sur Mars en 2030 seront heureux d’apprendre qu’ils auront un toit !

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Samsung imagine la télé qui s'adapte à votre vue

7 Septembre 2015, 19:57pm

Publié par Grégory SANT

Via des technologies de eye-tracking et de reconnaissance faciale, Samsung veut allier confort d’utilisation et véritable bien-être médical dans ses futures télévisions.

Est-ce que plutôt que de le regarder, ce sera bientôt l'écran de télévision qui nous regardera ? Cela semble en tout cas bien parti pour ! En effet, Samsung aurait déposé selon le DailyMail un brevet d'invention pour un écran de télévision s'adaptant à la vision du spectateur (ou plutôt à ses problèmes de vue) grâce à des caméras présentes au devant de cet écran et utilisant des technologies de eye-tracking et de reconnaissance faciale.

Plus concrètement, en fonction des difficultés que pourrait avoir le spectateur à visionner l'écran de sa télévision, celle-ci serait capable de zoomer automatiquement certaines parties de l'image, de changer la luminosité de l'écran et, dans le cas de sous-titres, de changer leur taille, leur couleur, leur vitesse...

Si l'on s'intéresse un peu plus en profondeur à cette technologie, on voit 2 types de capture d'image. La première serait de l'ensemble de la pièce dans laquelle se trouve le spectateur. Ainsi, la caméra pourrait évaluer si la lumière ambiante ou celle du soleil, par exemple, gêne l'image, mais également pourrait déterminer si la distance du spectateur par rapport à l'écran n'indique pas qu'il peine à bien voir ce qu'il s'y passe.

Le eye-tracking viendrait alors en second et se focaliserait sur la pupille du spectacteur. Si celle-ci est dilatée, c'est que l'écran manque certainement de luminosité et devra donc s'adapter dans ce sens. Si au contraire, il est identifié que le spectateur plisse les yeux, la technologie sera capable de comprendre que ce dernier à des difficultés à bien voir et proposera des solutions en fonction de la dilatation progressive de la pupille.

La question désormais serait de savoir si le but ultime de cette technologie ne serait pas la santé visuelle du consommateur. Le brevet déposé semble aller dans ce sens en tout cas puisqu'il laisse entendre que les données issues des zooms et autres modifications de l'écran pourrait être directement rattachées à un dossier médical en ligne adressé à son médecin. L'écran pourrait d'ailleurs même alerter le spectateur lui-même de la nécessité de consulter.

Source : atelier.net

Voir les commentaires

Avion géant imaginé pour l'armée russe

5 Septembre 2015, 19:05pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires