Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pavegen imagine le revêtement de sol générateur d'électricité

6 Juillet 2016, 18:53pm

Publié par Grégory SANT

Pavegen est une jeune pousse britannique qui a développé un revêtement de sol basé sur la récupération de l'énergie cinétique. Placées sur des zones très passantes, ces tuiles peuvent récolter assez d'énergie pour alimenter des lampadaires, mais pas seulement…

Royaume-Uni, espère faire de la marche une nouvelle source d’énergie renouvelable. Elle a mis au point un revêtement de sol capable de produire de l’électricité à partir de l’énergie cinétique récupérée. L’idée première est de se servir de ce courant pour alimenter l’éclairage urbain, mais les possibilités sont nombreuses.

Concrètement, il s’agit de tuiles qui peuvent être intégrées dans le sol et qui sont reliées à des systèmes de récupération d’énergie. Lorsque l’on marche dessus, les tuiles s’enfoncent légèrement, procurant une sensation proche de celle des revêtements sécurisés dans les airs de jeux pour enfants. La force verticale actionne un volant d’inertie qui tourne pendant une quinzaine de secondes et convertit l’énergie cinétique en courant électrique via une induction électromagnétique.

Selon Pavegen, sa troisième génération de tuiles de forme triangulaire peut actionner simultanément trois volants d’inertie et produire cinq watts par pas. Ces tuiles peuvent être recouvertes de divers revêtements pour un usage en intérieur ou en extérieur et on peut également les personnaliser avec des messages publicitaires. L’énergie produite est principalement pensée pour alimenter des systèmes d’éclairage Led. Laurence Kemball-Cook, le jeune entrepreneur qui a fondé Pavegen en 2009, évoque également la possibilité de recharger des batteries de smartphones et d’autres petits appareils électroniques.


À Rio de Janeiro, au Brésil, ce stade niché au cœur d’une favela est en partie éclairé grâce aux tuiles cachées sous la pelouse synthétique. Celles-ci récupèrent l’énergie cinétique produite par les pas des joueurs et la convertissent en électricité. © Pavegen, Shell

L'entreprise Pavegen veut vous payer pour marcher

Pavegen a déjà déployé une centaine d’installations dans le monde. Aux États-Unis, des tuiles ont été posées au niveau du rond-point Dupont Circle, à Washington, non loin de la Maison Blanche. À Londres, 51 tuiles ont été installées en guise de démonstration dans un couloir de l’aéroport d’Heathrow. À l’occasion de l’édition 2013 du marathon de Paris, Laurence Kemball-Cook (lui-même un triathlète accompli) avait installé une section de 25 mètres de long de tuiles Pavegen qui ont produit 4,7 kWh sur la durée de l’épreuve.

En mars 2014, des tuiles ont été placées aux abords de la gare de Saint-Omer (Pas-de-Calais) pour alimenter l’éclairage Led de deux bancs ainsi que des prises USB dont les passants peuvent se servir pour recharger leurs smartphones, ordinateurs portables, tablettes

Toutefois, la réalisation la plus convaincante est sans doute celle de deux terrains de football, l’un à Rio de Janeiro, au Brésil, l’autre à Lagos, au Nigeria. Sous la pelouse synthétique, une centaine de tuiles convertissent chaque pas des joueurs en électricité qui, combinée à des panneaux solaires, sert à éclairer le terrain (voir la vidéo publiée sur YouTube). Et ce n’est pas tout…

Pavegen se sert également de ses tuiles pour récolter des données qui peuvent permettre d’analyser les modèles de déplacements urbains. Par ailleurs, la jeune pousse britannique a imaginé un système de rémunération original. Les personnes intéressées peuvent en effet installer une application pour smartphone codéveloppée avec Tribal Planet qui récupère les informations de leur passage sur une zone Pavegen via une liaison sans fil. Chaque pas est ensuite converti en une monnaie numérique. L’argent peut être accordé par une marque dans le cadre d’un programme de fidélisation ou bien servir pour faire des dons à des œuvres de charité. La marche, c’est donc bon pour la santé, la planète et le portefeuille !

Source : futura-sciences.com

Voir les commentaires

Un fauteuil roulant qui défie les obstacles

5 Juillet 2016, 20:17pm

Publié par Grégory SANT

C'est peut-être le fauteuil roulant du futur. Il n'existe pas encore, mais sa vidéo de démonstration est très parlante. Elle a été mise en ligne par la société canadienne Argonault, dédiée aux technologies de la mobilité, qui vient de lancer un projet de financement participatif sur la plateforme Indiegogo.

En 3D, on découvre un fauteuil aux multiples fonctionnalités. Une simple marche ou une étagère trop haute ne sont plus des obstacles de la vie quotidienne.

C'est peut-être le fauteuil roulant du futur. Il n'existe pas encore, mais sa vidéo de démonstration est très parlante. Elle a été mise en ligne par la société canadienne Argonault, dédiée aux technologies de la mobilité, qui vient de lancer un projet de financement participatif sur la plateforme Indiegogo.

En 3D, on découvre un fauteuil aux multiples fonctionnalités. Une simple marche ou une étagère trop haute ne sont plus des obstacles de la vie quotidienne.

Source : huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

Le bras bionique se perfectionne

5 Juillet 2016, 20:14pm

Publié par Grégory SANT

Des chercheurs australiens travaillent à la mise au point d’un bras robotisé véritablement biomécanique. Cette équipe, basée à l’université de Melbourne, a mis au point des puces électroniques capables de servir d’interface entre les nerfs et les muscles. Cette avancée pourrait permettre de connecter les nerfs sensorimoteurs et une prothèse robotique d’une façon qui se rapproche du mouvement physiologique.

"Nous disposons d’un système d’électrodes sur lequel nous avons fait pousser des cellules, et nous sommes capables de décoder la fonction musculaire en sortie, explique le Professeur Rob Kapsa, de l’université de Melbourne. Nous avons créé un cocktail qui produit des connexions neuromusculaires, et qui pourra améliorer la connexion entre le signal musculaire et un mouvement mécanique robotisé". Ces recherches ont permis de créer une forme de jonctions neuromusculaires biomécaniques.

A terme, les chercheurs espèrent parvenir au Graal de la robotique prosthétique : un bras robotisé contrôlé par la pensée – ce qui existe déjà –, mais surtout d’offrir une sensation de feedback analogue à celle d’un membre biologique, le tout dans une prothèse en forme de bras normal.

"Pour l’instant, on peut seulement obtenir un feedback visuel, en regardant sa prothèse", explique le Professeur Denny Oetomo, du département d’ingénierie mécanique de l’université de Melbourne. Ce projet australien ambitieux doit donner lieu à la création d’un centre de recherche spécialement dédié à Melbourne, le Aikenhead Centre for Medical Discoverty (AKMD).

Source : rtflash.fr

Voir les commentaires

Une tablette pliante par Samsung

4 Juillet 2016, 17:00pm

Publié par Grégory SANT

Des rumeurs veulent que le géant coréen travaille à des smartphones pliables mais un brevet dévoile désormais qu'il pourrait également préparer des tablettes pliables.

Depuis quelques années, Samsung cherche à développer un smartphone pliable, le Galaxy X. Selon la rumeur, il pourrait même sortir en 2017. Ce qui n’empêche pas les équipes du constructeur sud-coréen de continuer à travailler autour de ce concept. Un nouveau brevet dévoilé en ce mois de juillet 2016 a ainsi été déposé, en novembre 2015 auprès de l’United States Patent and Trademark Office, par la marque. Il porte non seulement sur des smartphones pliables mais aussi sur des tablettes.

Ce brevet détaille l’exécution de différentes tâches quand la tablette est dépliée. Un utilisateur pourrait ainsi toucher une icône qui s’affiche sur l’écran supérieur lorsque la tablette est fermée et que cela lance l’appli à l’ouverture de l’appareil.

Une autre fonction dévoilée par ce brevet permettrait à plusieurs personnes d’utiliser une tablette pliable en toute confidentialité. L’écran (en mode plié) pourrait afficher différents profils d’utilisateurs. Il faudrait alors y entrer son mot de passe pour accéder à sa session une fois la tablette dépliée.

Autre information intéressante évoquée dans ce brevet, différents gestes exécutés lorsque la tablette est fermée pourraient permettre l’affichage de fonctions différentes une fois la tablette ouverte. Samsung a aussi imaginé qu’en fonction de l’orientation de la tablette (portrait ou paysage), les fonctions diffèrent. Ainsi avec la tablette placée en mode paysage, on pourrait lire un livre tandis que l’ouverture de la boîte e-mail serait activée en mode portrait.

Evidemment, comme pour tous les brevets, on ne sait pas quand ces fonctions seront un jour proposées dans des produits commerciaux ni même si elles le seront un jour. Mais il montre que Samsung semble réellement croire dans le potentiel de ces nouveaux produits.

Source : 01net.com

Voir les commentaires

ALPHA gagne face à un pilote de chasse

4 Juillet 2016, 16:57pm

Publié par Grégory SANT

Les intelligences artificielles n'ont aucune limite, elles peuvent apprendre n'importe quoi, et parvenir à maîtriser la chose très facilement. Les exemples sont déjà nombreux. Aujourd'hui, un nouveau système de combat aérien via intelligence artificielle, ALPHA, s'est mesuré à l'un des plus grands experts tactiques de l'Air Force. Et elle a gagné !

Le colonel Gene Lee, aujourd’hui à la retraite, était instructeur, il est considéré par ses pairs comme ayant une « expertise considérable des avions de chasse et du combat aérien« . Durant les simulations de combat effectuées contre la machine, l’homme a été abattu plusieurs fois. ALPHA se révèle être « la plus agressive, le plus réactive, la plus dynamique et la plus crédible intelligence artificielle » des intelligences artificielles qu’il a pu voir.

L’IA de ALPHA a été développée par Psibernetix, Inc., une société dépendant de l’Université de Cincinnati. Et il semblerait que le travail ait été très bien fait : « On aurait dit qu’elle connaissait mes intentions et réagissait instantanément à mes changements en vol et à mes déploiements de missiles. Elle savait comment se débarrasser du tir que je faisais. Elle passait instantanément d’une action défensive à une action offensive quand il le fallait.«

ALPHA pourrait d’ailleurs aussi se révéler être un partenaire de choix au sein d’une escouade, par exemple. Comme l’explique le chercheur Kelly Cohen, elle « pourrait déterminer de manière continue les meilleurs moyens d’effectuer certaines tâches, ou offrir des conseils tactiques et de positionnement au reste de la formation.«

Et si ces capacités de pilote sont impressionnantes, ses algorithmes n’ont besoin que de peu de puissance pour fonctionner. En vérité, le système a été entraîné et testé sur un PC à 500$, mais il pourrait tout à fait tourner sur une machine comme un Raspberry Pi à 35$. Pas mal, non ?

Source : ubergizmo.com

Voir les commentaires

Maisons scandinaves

4 Juillet 2016, 16:54pm

Publié par Grégory SANT

Nul besoin de se rendre jusqu’en Nouvelle-Zélande pour s’immerger dans l’univers de la comté, village bucolique habité par les Hobbits dans le Seigneur des Anneaux. En effet, le nord de la Scandinavie regorge de petites habitations, semblables à de petites collines recouvertes d’herbes, à l’intérieur desquelles de chanceux habitants vivent à l’année.

Bien que la nature seulement pourrait y être pour quelque chose, on doit cela à la Scandinavian Green Roof Association, qui depuis des années encourage les gens à installer un toit végétal. Ce type de toiture, semblant tout droit sortir d’un conte féérique, dispose de certaines vertus écologiques telles que l’absorption de l’eau de pluie, la réduction des coûts de chauffage et de climatisation.

Source : fubiz.net

Voir les commentaires

Une caméra de la taille d'un grain de sable

4 Juillet 2016, 16:49pm

Publié par Grégory SANT



La lentille en question ne mesure de 100 micromètres ou 0,1 millimètre et 0,12 millimètre avec le châssis complet de la caméra. Cette dernière est en mesure de faire le focus sur un élément placé à 3 mm et de transférer l'image via la fibre optique longue de 1m70.

La lentille en question ne mesure de 100 micromètres ou 0,1 millimètre et 0,12 millimètre avec le châssis complet de la caméra. Cette dernière est en mesure de faire le focus sur un élément placé à 3 mm et de transférer l'image via la fibre optique longue de 1m70.

Source : clubic.com

Voir les commentaires

X-57 : un avion de loisir électrique

1 Juillet 2016, 19:02pm

Publié par Grégory SANT

Le X-57 a une autonomie d'une heure à ce jour. (Crédit : NASA)

L'agence spatiale américaine assure qu'un tel modèle réduirait par cinq la quantité d'énergie aujourd'hui nécessaire aux petits avions privés. Sans compter l'absence de pollution sonore...

Si l’une de ses ambitions est de permettre à l’humanité de poser les pieds sur mars en 2030, la NASA en a révélé une autre le 17 juin : décarboner les transports aériens. Pour cela, l'agence spatiale américaine est en train de développer un avion entièrement électrique, baptisé X-57 et équipé de 14 moteurs électriques et de deux ailes ultra fines.

Jusqu'ici, il était impensable de construire un avion avec des ailes d'une telle finesse, sous peine de mettre en péril sa portance, c'est-à-dire sa capacité à se maintenir dans les airs. Mais la NASA assure qu'avec les nombreuses hélices qu'elle a disposées sur celles du X-57, elle contrebalance cette absence d'épaisseur : le flux d'air que ces dernières génèrent de part et d'autre des ailes comblerait, selon elle, ce déficit de portance.

En outre, ce système ne génèrerait quasiment aucune émission polluante. La NASA affirme qu'un tel appareil, s'il se substituait aux petits avions privés actuels, nécessiterait cinq fois moins d'énergie que n'en consomment aujourd'hui ces derniers. Sans compter l'absence de pollution sonore.

Vers une commercialisation dans cinq à dix ans ?

Reste que la NASA, à l'instar des autres constructeurs d'avions électriques, se heurte à la problématique de l'autonomie des batteries. Pour l'heure, le X-57 ne peut voler qu'une heure. Un laps de temps qui lui permet de parcourir 160 kilomètres (100 miles) à une vitesse de croisière de maximum 280 km/h.

Des limites qui ne découragent pas les ingénieurs de l'agence, comme l'explique Matt Rediefer, l'ingénieur en chef du projet :

Voir les commentaires

Cozmo le robot domestique de Anki

1 Juillet 2016, 18:59pm

Publié par Grégory SANT

La start-up Anki spécialiste des robots et de l’intelligence artificielle vient de dévoiler un robot plein de promesses destiné aux enfants. Le nom de ce nouveau jouet high-tech : Cozmo. Un robot aux airs de Wall-E…

Si vous connaissez la start-up Anki, vous devez savoir qu’elle n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’elle avait déjà lancé un jouet intelligent qui plaisait aux plus grands comme aux plus petits, l’Overdrive.

Cozmo, un robot attachant aux faux airs de Wall-E

Le robot Cozmo est toutefois différent et se destine essentiellement aux enfants cette fois. L’entreprise a travaillé en partenariat avec Pixar pour fournir un design et des expressions assez proches de celles du film d’animation dans lequel on retrouve le célèbre Wall-E. C’est donc un robot attachant et divertissant, qui fera sourire toute la famille.

L’entreprise est également très fière d’annoncer que le processeur qui équipe le robot Cozmo est deux fois plus puissant que le Rover Curiosity, qui circule sur la planète Mars ! Cela peut paraître anecdotique, mais cela ne l’est pas car cela montre le niveau de sophistication de ce jouet, doté d’une intelligence artificielle.

Le robot Cozmo est déjà disponible en précommande

Ce robot est capable de lancer des jeux, de discuter, de suivre une personne et même de piquer des crises quand il n’est pas content ! Pour le moment il est capable de jouer à 10 jeux, mais Anki a déjà fait savoir qu’il mettrait à disposition un SDK pour permettre aux développeurs de proposer des fonctions ou des jeux.

L’autonomie de ce jouet est d’environ deux heures et il ne faut que 10 minutes de charge pour jouer à nouveau avec lui. Bonne nouvelle, il ne sera pas nécessaire de se préoccuper de sa batterie, puisque Cozmo se recharge tout seul de façon plutôt originale, puisqu’il ronfle !

Les précommandes à destination des États-Unis ont été ouvertes depuis le début de semaine et il sera possible de devenir le propriétaire d’un robot Cozmo pour seulement 159 dollars au lieu de 179 $. L’entreprise a fait savoir que les premières livraisons débuteront début octobre, au même moment que la commercialisation du robot en magasin. Il est certain que ce robot in

Voir les commentaires

Quand votre pizza s'imprime en 3D

1 Juillet 2016, 18:56pm

Publié par Grégory SANT

La start-up californienne Zume Pizza a ouvert en avril dans la Silicon Valley. Ses deux robots ABB Marta et Bruno se chargent de composer vos pizzas.

Une pizzeria 4.0

A mi-chemin entre l’esprit organic de San Francisco et l’innovation technologique de la Silicon Valley se trouve Zume Pizza. Cette pizzeria de Mountain View a été lancée en 2015 par Alex Garden, fondateur de l’éditeur de jeux-vidéo Relic Entertainment et ancien président de Zynga Studios.

Sa marque de fabrique ? “Des ingrédients naturels, délivrés de manière non naturelle“. Tel est le slogan de cette pizzeria d’un nouveau genre puisqu’elle combine une cuisine naturelle (ingrédients frais et locaux, sans OGM, emballages biodégradables…) et des cuisiniers d’origine… métallique. Car pour réaliser ses pizzas façon artisanale, Zume Pizza s’est assurée les bons et loyaux services d’ABB. Une première pour le roboticien helvético-suédois qui troque l’industrie et les usines pour la gastronomie et les cuisines. Alex Garden a démarré son nouveau business en concevant des prototypes dans son garage et en recrutant des ingénieurs sous un pseudonyme pour ne pas éveiller les soupçons. En octobre, ABB et Garden commençaient à collaborer. Et en avril, ils vendaient la première pizza faite par une collaboration homme-machine.

Pour commander une pizza, il suffit de se connecter à l’application mobile de Zume Pizza et de choisir ses ingrédients pour que la machinerie en cuisine se mette en route automatiquement et commence un curieux processus.

D’abord il y a Marta, le robot à l’allure d’araignée. Elle s’occupe d’injecter la sauce sur la pizza qui défile sur un tapis roulant devant elle puis “de l’étaler délicatement mais pas trop“, pour que cela reste réaliste. Ensuite, les employés, bien humains, eux, se chargent d’ajouter les ingrédients frais avant que Bruno, le bras robotisé d’ABB, finisse le travail en mettant le tout au four.

Une start-up qui catalyse les investisseurs

“Nous voulons devenir l’Amazon de la nourriture” lance Alex Gar à Bloomberg. Il ne cache pas son ambition : concevoir des pizzerias qui nécessitent le moins de personnel pour un maximum de rentabilité. En attendant, l’entreprise a beaucoup plus de personnel humain que robotisé…

Mais la start-up semble avoir trouvé le bon filon. Un filon qui semble attirer l’attention. A deux pas des locaux de Google, Zume Pizza s’est très rapidement faite remarquer par les investisseurs. D’après Bloomberg, les discussions sur les prochaines levées de fonds de la start-up évoquent régulièrement Google Ventures ainsi que Kleiner Perkins Caufield & Byers. Tout deux seraient particulièrement intéressés par une levée de Série A. Le fondateur de Yahoo, Jerry Yang, aurait également été aperçu autour dans les locaux de la pizzeria avec ses collègues de AME Cloud Ventures.

Prochaine innovation en devenir ? Le camion de livraison qui fabrique les pizzas en chemin ! Alex Gartner compte bien déposer dans les prochains mois un brevet pour un camion-cuisine. En équipant le véhicule de 56 mini-fours, l’objectif est d’assurer une fraîcheur maximale à ses produits. Les pizzas seront toujours préparées en cuisine, mais leur cuisson ne sera lancée -automatiquement- que 3 minutes avant leur livraison à domicile. Alex a du mal à contenir son excitation : “Des robots se chargeront de remplir le camion avec différentes commandes. Et, précisément 3 minutes et 15 secondes avant d’arriver au domicile du client, le cloud ordonnera au four de s’allumer, et Boom ! Le client reçoit une pizza sortie du four sur le pas de sa porte“. Il faut avouer que le concept est plutôt appétissant…

Source : humanoides.fr

Voir les commentaires