Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qwant Music : le moteur de recherche pour mélomane

6 Juin 2016, 17:05pm

Publié par Grégory SANT

Le moteur de recherche français Qwant vient de lancer la bêta test d’un moteur de recherche entièrement dédié à la musique.

Il n’est pas facile de concurrencer Google en ce qui concerne les moteurs de recherche. C’est pour cela que Qwant, une alternative française qui se veut soucieuse du respect de la vie privée et plus neutre dans l’affichage des résultats, vient de lancer la version bêta de « Music ». Ce moteur de recherche intégré dans Qwant entend proposer aux utilisateurs « le plus grand univers dédié à la musique ».

Grâce à ce dernier, vous pourrez découvrir de nouveaux artistes ou mieux suivre le travail de vos favoris. Vous aurez ainsi accès à ses dernières actualités, ses prochains concerts, ses collaborations, ses vidéos, ses contenus sur les réseaux sociaux, sa biographie, qu’il soit une grande star, un jeune espoir ou un indépendant.

Le service s’est également associé à Radioline pour intégrer l’accès aux radios ; avec BandSquare, pour l’actualité de promotion de concerts ; et avec iMusic-school, pour les cours de musique relatifs aux œuvres recherchées. Il permet d’écouter directement de la musique, et est compatible avec les abonnements iTunes, Deezer et Spotify.

Source : journaldugeek.com

Voir les commentaires

La Norvège sans voiture à essence en 2025

6 Juin 2016, 17:01pm

Publié par Grégory SANT

Très dépendante de l'exportation de pétrole, la Norvège envisagerait de miser totalement sur les voitures électriques dès 2025. Une décision qui entraînerait l'interdiction à la vente de véhicules roulant à l'essence.

La rumeur enfle : selon le journal norvégien Dagens Naeringsliv, repris par The Independent, certains partis politiques du pays seraient en train de se mettre d'accord pour interdire la commercialisation de véhicules roulant à l'essence, et ce, dès 2025. Le Parti démocrate et le Parti libéral ont assez rapidement confirmé à un autre média norvégien être effectivement en train de réfléchir à une proposition de loi allant en ce sens, tandis que le Parti du progrès (extrême droite) est, de son côté, allé dans le sens du démenti. Le Parti travailliste, quant à lui, avait déjà évoqué une proposition relativement similaire durant les dernières élections, mais visait plutôt l'année 2030.

Un pays écologiquement engagé


Les quatre partis, qui gouvernent ensemble à travers un système de représentation proportionnelle, se sont par ailleurs déjà mis d'accord sur une nouvelle taxe climatique sur l'électricité, ainsi que sur un plan « zéro déforestation » - c'est le premier pays au monde à s'engager sur ce point, qui consiste à « ne pas contribuer à la déforestation de la forêt tropicale ».

Actuellement, la Norvège compte environ 24% de voitures fonctionnant à l'électricité - en mars 2016, une voiture achetée sur trois était un véhicule de ce type. Le pays est également un gros producteur d'énergie renouvelable : 99% de son électricité est issue de l'énergie hydraulique.
Bannir les voitures à essence au nom de l'écologie dès 2025 ne serait cependant pas nécessairement synonyme de désintérêt de la Norvège pour le pétrole. En effet, le pays s'avère être le 12e exportateur d'or noir à travers le monde. L'argent rapporté au pays par cette industrie pourrait cependant l'aider à financer ses plans pour rendre le pays plus vert : parmi les objectifs de la Norvège, il y a celui de tripler sa capacité d'énergie éolienne d'ici à 2020, à travers un plan de 3 milliards de dollars d'investissement.

La perspective de voir un monopole de la voiture électrique s'établir dans les prochaines années en Norvège n'a pas manqué de faire réagir le patron de Tesla, Elon Musk : « Je viens d'apprendre que la Norvège envisage de bannir les ventes de voitures fonctionnant à l'énergie fossile en 2025. Quel pays génial. Vous assurez, les gars ! » a-t-il déclaré sur Twitter.

Source : clubic.com

Voir les commentaires

La réalité augmentée intègre un casque de plongée

6 Juin 2016, 16:59pm

Publié par Grégory SANT

L'armée américaine est en train de développer un casque sous-marin muni d'un écran de réalité augmentée. Un équipement qui pourrait un jour aussi équiper les plongeurs loisir.

Les militaires utilisent des écrans de réalité augmentée depuis des années. La plupart d’entre eux ont été installés dans des avions, en premier pour un affichage tête haute, puis directement dans le casque des pilotes. Cette fois, des ingénieurs de la marine américaine (US Navy) veulent leur faire changer d’univers et intégrer ces écrans dans des casques de plongée sous-marine.

Le casque DAVD (Divers Augmented Vision Display) intègre un écran tête haute qui peut guider le plongeur où il doit aller, localiser des objets et même lui permettre de "voir" alors que la visibilité est quasi nulle. L’écran peut également afficher des images sonar en haute résolution et les superposer à l’environnement autour du plongeur ainsi que des données envoyées par un bateau en surface: photos, diagrammes, messages…

Un dispositif sécurisant

Disposer de données en temps réel permet aux plongeurs d’être plus efficaces et de sentir en parfaite sécurité lors de leur mission, indique la Navy dans un communiqué. Au lieu de s’appuyer uniquement sur un briefing pré-plongée pour déterminer ce qu’ils vont rencontrer, le casque fournit des informations aux plongeurs à chaque fois que nécessaire au cours de la plongée. Et si le plongeur peut activer ou désactiver directement l'affichage, l’écran est installé par une équipe dédiée à bord du bateau.

Le DAVD fonctionne en fait de la même façon que les dispositifs de réalité augmentée utilisés dans l’industrie qui permettent aux ouvriers de savoir où poser un rivet ou trouver un équipement défectueux à partir de données d’analyses.

Le casque pourrait servir dans différentes missions poursuit la Navy comme des travaux sous-marins, des opérations de sauvetage ou encore le relevage de navires ayant sombré. Il pourrait même un jour être utilisé par des plongeurs loisir! Mais on est encore loin de sa commercialisation au grand public puisque les premiers essais sous-marins ne sont prévus que pour le mois d’octobre prochain.

Source : bfmtv.com

Voir les commentaires

Windows Holgraphic pour Hololens

6 Juin 2016, 16:55pm

Publié par Grégory SANT

Alors que Facebook, via sa filiale Oculus, vend déjà des casques de réalité virtuelle, Microsoft teste encore les Hololens, ses lunettes de réalité augmentée. Pour le moment, on ne sait pas quand celles-ci seront commercialisées au grand public, mais la chose dont on peut être sûr, c’est que la plateforme Windows Holographic, qui propulse ces lunettes, ne sera pas réservée à la firme de Redmond.

En effet, lors du salon Computex à Taiwan, Microsoft a annoncé que cette plateforme sera ouverte aux autres constructeurs. De ce fait, des entreprises comme ASUS, par exemple, pourront créer des produits similaires aux Hololens.

D’ailleurs, Microsoft ne cible pas que les lunettes de réalité augmentée (qui insèrent des objets virtuels sous forme d’hologrammes dans l’environnement de l’utilisateur). Dans un billet de blog, Terry Myerson, Executive Vice President, Windows and Devices Group, chez Microsoft, explique que « Windows Holographic va arriver sur des appareils de toutes les formes et de toutes les tailles » et évoque les casques de réalité virtuelle.

En fait, les Hololens seront l’équivalent des convertibles Surface dans le marché. Le but de Microsoft est de proposer sa plateforme et son écosystème aux constructeurs. Et pour rappel, en plus de faire tourner les applications spécialement conçues pour la réalité augmentée, la plateforme Windows Holographic peut aussi lancer des applications universelles pour Windows 10 sur des écrans virtuels.

Sinon, en faisant cette annonce, Microsoft semble aussi vouloir rassurer les développeurs qui codent déjà des applications pour les Hololens. « Pour les développeurs, les applications Windows Holographic peuvent être écrites aujourd’hui avec l’assurance qu’elles pourront être utilisées sur un lange choix d’appareil », écrit Terry Myerson.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Design For Peace : le design solidaire

3 Juin 2016, 17:12pm

Publié par Grégory SANT

Design for peace est avant tout un projet qui a du sens car il porte les valeurs de solidarité et d’humanité.

L’association Africa Tiss qui en est à l’origine se préoccupe de nécessités humaines, où qu’elles se trouvent sur la planète et dans ce cas celles de réfugiés maliens en exil forcé au Burkina Faso.

Pour ces hommes et ces femmes dont les conditions de vie restent fragiles et incertaines, pouvoir être de nouveau en capacité de répondre à leurs besoins est essentiel. Leurs métiers et savoir-faire sont des points d’appui qui vont leur permettre d’accéder de nouveau à l’autonomie à laquelle tout humain a droit pour se sentir faire partie de ce monde, y prendre sa place et y faire son apport.

Pouvoir acheter les matières premières nécessaires à l’exercice de leur artisanat est un premier pas, le suivant est de distribuer pour vendre et de préférence sur le marché international.

Cela implique que les produits soient avec un design et une qualité acceptés par ce marché, ce qui constitue un vrai défi mais aussi une garantie de pérennité.

Design for peace est aussi l’histoire d’une rencontre. Celle de dix-sept artisans Touaregs détenteurs de savoir-faire traditionnels et variés et de 6 designers français formés dans les grandes écoles d’art et de design.

Les premiers travaillent le cuir, le bois, la vannerie, le métal ou encore la laine et ont été choisis pour leurs talents et compétences.

Les seconds, créateurs dans différents domaines ont répondu à l’appel avec leur book personnel mais aussi avec des propositions sur la base de deux proverbes Touaregs « les gestes sont les tambours d’eau de la parole » et « que celui qui réside fasse en sorte que celui qui passe se souvienne ». Un début de réflexion et une immersion anticipée dans l’univers que leur réservera une fois sélectionnés, la résidence artistique de 7 semaines au Burkina Faso à laquelle ils sont invités.

La collection « Transhumance » issue de cette collaboration reflète le mélange des univers et cultures de leurs créateurs, dans laquelle la tradition est respectée mais aussi réinventée se jouant de l’utilisation de la matière et la détournant, modifiant parfois les usages et destinations des objets.

En regardant les créations, qui ont surgi de cet échange inédit, on imagine l’effervescence, le désordre joyeux, les gestes partagés, les tentatives, et probablement les errements pour enfin se comprendre et que la rencontre se produise, une rencontre technique et artistique mais aussi humaine.

Les pièces sont le résultat des interrogations et de la recherche commune, comme la volonté de mettre en valeur les objets du quotidien lesquels, pour les peuples nomades, sont petits pour être transportables.

Elles sont aussi le témoignage de l’intérêt et du respect que les participants au projet se sont mutuellement portés.

Devenus nomades à leur tour, les objets de décoration et les accessoires de mode embelliront délicatement nos vies en y semant un peu de l’esprit de la transhumance saharienne.

La collection est accueillie à la galerie Made in Town à Paris jusqu’au 23 juillet et à l’Institut français de Ouagadougou du 04 juin au 23 juillet.

Source : pressenza.com

Voir les commentaires

iPhone7

3 Juin 2016, 17:09pm

Publié par Grégory SANT

Si l'iPhone 7 (attendu en octobre prochain) fait déjà beaucoup parler de lui, la génération suivante alimente aussi de nombreuses rumeurs. Face à des ventes moribondes dans un marché arrivé à maturité, Apple doit se différencier de la concurrence et pourrait pour cela introduire un nouveau design encore plus haut de gamme.

En avril dernier, un analyste du cabinet KGI indiquait que l'iPhone 2017 serait doté d'un dos en verre à la manière de l'iPhone 4/4S. Toutefois, selon le PDG de la société Catcher Technology en charge de la fabrication des châssis de l'iPhone, il se pourrait bien que l'intégralité du châssis soit fait en verre. Le smartphone serait donc entièrement recouvert. Un design inédit qui serait disponible sur une seule version. On imagine que ce sera la plus haut de gamme, de quoi se différencier de la masse.

Quoi qu'il en soit, nous sommes encore loin de la présentation de ce modèle. L'iPhone 7 qui arrivera en octobre prochain devrait se contenter du design déjà éprouvé de l'iPhone 6/6S, l'arrivée d'un tout nouveau style en 2017 reste donc plus que probable.

Source : cnetfrance.fr

Voir les commentaires

L'impression 3D s'impose en aéronautique

3 Juin 2016, 17:07pm

Publié par Grégory SANT

Économisant poids, temps et matière, l'impression de pièces d'avion en trois dimensions s'impose au salon aéronautique ILA de Berlin comme une évidence technologique, économique et même écologique pour le futur du secteur aérien.


Il fait figure de Petit Poucet entre les gigantesques A380 et A350 qui l'entourent, et pourtant ce petit avion blanc de 21 kilos et moins de quatre mètres de long attire les regards à l'ILA. Baptisé "Thor", il s'agit du tout premier avion imprimé en 3D.
"Il s'agit d'un test sur ce qui est possible avec la technologie de l'impression 3D. Nous voulions voir si nous pouvions accélérer un procédé de développement où l'impression 3D ne serait pas utilisée seulement pour des pièces isolées, mais pour un système entier", explique à l'AFP Detlev Konigorski, responsable du développement de Thor chez Airbus.
Et cet appareil en polyamide piloté depuis le sol, dont seuls les éléments électriques ne sont pas imprimés, "vole à merveille. Il est très stable", se félicite l'ingénieur en chef Gunnar Haase, qui a mené le vol inaugural de Thor en novembre non loin de Hambourg (nord).
- Gain de poids -
Si les possibilités ouvertes par l'impression 3D dans l'aéronautique sont encore en pleine exploration, cette technique a déjà des applications concrètes, puisqu'Airbus et Boeing ont commencé à y avoir recours, notamment pour des pièces de leurs avions A350 et 787 Dreamliner.
Chez Hofmann, une entreprise bavaroise spécialisée de 250 employés, cela se conjugue aussi au présent.
"Les pièces imprimées ont l'avantage de ne pas nécessiter d'outillage et de pouvoir être fabriquées immédiatement", met en avant Jens Henzler, responsable commercial, devant une vitrine de petites pièces ajourées.
Autre avantage, les pièces en métal peuvent être 30% à 50% moins lourdes, ajoute-t-il.
L'impression en trois dimensions réduit en outre à presque à zéro les déchets de fabrication, puisqu'il ne s'agit plus de tailler une pièce dans un bloc brut de matière, mais de la créer en déposant la matière choisie couche par couche selon le modèle préalablement créé sur ordinateur.
Parmi 102 responsables du secteur aérien interrogés par la fédération allemande de la high-tech Bitkom, 70% considèrent qu'en 2030, des petites pièces de rechange seront imprimées directement à l'aéroport, et 51% tablent sur la fabrication par ce biais de parties entières d'avion.
- Dans l'espace aussi -
Les avions ne sont pas les seuls à chercher à s'alléger grâce à l'impression 3D. La future fusée Ariane 6, qui volera à partir de 2020, comptera aussi de nombreuses pièces imprimées.
"Cela apporte énormément de réduction de coûts sur la fabrication des pièces", explique à l'AFP Alain Charmeau, le président d'Airbus Safran Launchers, alors qu'Ariane 6 est censée être quasiment moitié moins chère qu'Ariane 5.
Toutes les pièces d'une taille inférieure à 40 centimètres de côté pourront être imprimées en 3D. Un procédé particulièrement intéressant pour les pièces complexes.
"Nous avons déjà testé un ensemble d'injection pour un moteur qui est complexe. Aujourd'hui, ce sont 270 pièces qui sont fabriquées unitairement et qu'ensuite il faut assembler. Avec l'impression 3D, on a trois pièces", explique M. Charmeau.
Si pour les industriels de l'aéronautique, l'intérêt de l'impression 3D est avant tout économique, certains y voient aussi une chance de rendre le transport aérien moins dommageable pour l'environnement, car avion moins lourd signifie moins de consommation de carburant.
Pour réduire les émissions de CO2 de ce secteur en pleine croissance - le trafic aérien est amené à à doubler dans les 20 prochaines années -, "la question décisive est celle d'innovations techniques radicales, et ce dans un laps de temps relativement court", considère Ralf Fücks, président de la fondation Heinrich Böll, proche du parti allemand des Verts.
L'impression 3D en fait sans aucun doute partie, a-t-il estimé, lors d'une conférence à l'ILA aux côtés du président d'Airbus Tom Enders.

Source : leparisien.fr

Voir les commentaires

Peugeot Design Lab élargie leur offre transport

3 Juin 2016, 17:03pm

Publié par Grégory SANT

Pas de doute, nous sommes bien chez Peugeot. Mais c’est tout sauf du secteur automobile dont s’occupe l’équipe du Peugeot Design Lab.

Cathal Loughnane, responsable du Peugeot Design Lab : interview dans le reportage.

Basé à Vélizy, en région parisienne, le Peugeot Design Lab a réalisé depuis juin 2012 plusieurs projets aéronautiques pour des clients extérieurs. De la conception d’un siège d’avion ultra léger au design d’un nouvel hélicoptère.

Cathal Loughnane, responsable du Peugeot Design Lab : interview dans le reportage.

Une particularité que le Peugeot Design Lab est l’un des seuls au monde à proposer. Pour créer le design extérieur du H160, quatre designers ont été mobilisés. Leur mission, dessiner une structure qui allie fluidité et dynamisme. Ils ont notamment dessiné un cockpit en verre offrant une plus grande visibilité au pilote.

Pour notre caméra, le responsable projette un concept jet imaginé par son équipe. Une vitrine du savoir-faire des designers du studio, mais aussi un projet qu’ils rêveraient de réaliser.

A ce jour ce n’est pas sur le lancement d’un jet, mais sur celui d’un tramway pour la ville de Strasbourg que travaille l’équipe. Toutefois un projet classé confidentiel avec Dassault Aviation est actuellement en cours.

Source : aeronewstv.com

Voir les commentaires

Roland imagine le piano à queue design

2 Juin 2016, 18:38pm

Publié par Grégory SANT

Roland a publié le résultat de son concours de design du piano numérique de demain lancé en 2015. Certains ont eu beaucoup d’imagination.

L’année dernière, Roland a demandé aux designers de créer un tout nouveau concept de piano numérique. Des concepteurs et artistes du monde entier ont répondu à l’appel et ont fait montre d’une grande créativité pour arriver à concilier design du mobilier, qualité de la restitution sonore et nouvelles technologies. Il semble par contre que l'impasse ait été faite sur la compacité, si vous comptez un jour tourner avec ce genre d'instruments, il vous faudra une armée de déménageurs...

Roland a sélectionné sept gagnants venants des USA, d’Italie, du Japon, de Roumanie et de Pologne, dont vous pouvez découvrir le parcours et l’instrument créé sur www.roland.com. Reste à savoir maintenant si Roland, ou d’autres fabricants, vont concrétiser ces projets dans le futur…

Source : audiofanzine.com

Voir les commentaires

L'impression 3D très grand format avec Massivit

2 Juin 2016, 18:36pm

Publié par Grégory SANT

La société israélienne Massivit 3D Printing Technologies profite de la Drupa pour faire la première démonstration publique de sa nouvelle imprimante Massivit 1800. Les visiteurs sont invités à découvrir les nombreuses applications de la technologie 3D et les opportunités de marché qu’elle offre aux fournisseurs de services d’impression.

Cette imprimante 3D grand format ultra-rapide (la plus rapide disponible actuellement sur le marché selon le constructeur) peut produire des pièces de grande qualité jusqu’à 1,5 m x 1,2 m x 1,8 m !

Elle fonctionne grâce à une technologie hybride exclusive baptisée GDP (Gel Dispensing Printing) qui consiste à déposer du filament fondu couche par couche pour fabriquer un objet en 3D. La GDP ajoute également la photopolymérisation des couches imprimées en 3D par un éclairage UV. Résultat ; une imprimante capable d’imprimer jusqu’à 350 mm par heure. Comptez à peu près 5 heures pour imprimer un objet de la taille d’un humain. Elle peut également imprimer deux objets différents simultanément.

L’impression 3D représente pour les fournisseurs d’impression de nouvelles possibilités de créer de la valeur ajoutée dans le domaine de la communication visuelle.

Source : graphiline.com

Voir les commentaires