Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A quoi va ressembler le véhicule du futur ?

13 Mai 2015, 19:40pm

Publié par Grégory SANT

L'automobile du futur sera intelligente car nous sommes intelligents. Soit. Que disent les signaux faibles du futur de l'automobile ?

Dans quinze ans, 60% des terriens seront urbains. Dans trente-cinq ans, 70%. Autant dire que les villes seront rapidement polluées de CO2 (entre autres gaz à effet de serre) et saturées d'automobiles. Avec une température moyenne à +1°C ou +2°C d'ici à une vingtaine d'années en Europe et le dérèglement climatique, la voiture que nous connaissons est clairement remise en cause.

Restons-en à la voiture urbaine

L'axe le plus sage est la voiture guidée. Ce véhicule est un smartphone à quatre roues, mais variant de deux places assises à 45 places en version bus. Il est programmé, il est guidé. Son énergie ?

Elle est inspirée du système Olev (Olevtech.com). L'électricité venue du soleil et de la chaleur des véhicules est stockée sous l'asphalte. Elle est transmise au véhicule sans fil, notamment lorsqu'il est à l'arrêt à un carrefour, par induction électromagnétique, de la « witricity » en quelque sorte.

Le poids du véhicule est largement allégé, car l'ensemble du trafic est contrôlé par langage V2V (véhicule à véhicule), il consomme moins d'énergie et produit peu ou pas de CO2. Les anciens véhicules, non guidés, sont soit adaptés soit interdits de circulation.

La fin de l'individualisme à roulette

Le second axe est la fin de la voiture de masse, la voiture individuelle, rendue nécessaires par la pollution et la saturation permanentes. Le transport urbain global est fondé sur le transport collectif à très faible production de CO2. Pour assurer le trajet de porte à porte, les extrêmes des transports collectifs sont développés.

Ce sont des véhicules automobiles (au sens premier, sans conducteur) et comme pour l'axe précédent, ne produisant pas ou peu de CO2. Ils répondent pour l'essentiel à un système collaboratif de partage de véhicule entre deux points, auquel s'ajoute une demande de temps (express/normal) et éventuellement un critère privé/public.

Ils peuvent avoir de 2 à 45 places. La voiture personnelle est interdite.

Deux axes extrêmes ? Le protocole de Kyoto (décembre 1997) pour la réduction des gaz à effet de serre n'est pas du tout respecté. Pour sauver non pas la Terre mais l'Homme sur la Terre, nous entrons dans un monde de plus en plus artificiel. Curieusement, ce sont les mégapoles qui sauveront l'Homme sur la Terre. En effet, elles ont les moyens de protéger leur air. Elles sauvent les abeilles, elles sauveront les moineaux. Au détriment des autos. Pour sauver l'Homme.

Dans quinze ans, 60% des terriens seront urbains. Dans trente-cinq ans, 70%. Autant dire que les villes seront rapidement polluées de CO2 (entre autres gaz à effet de serre) et saturées d'automobiles. Avec une température moyenne à +1°C ou +2°C d'ici à une vingtaine d'années en Europe et le dérèglement climatique, la voiture que nous connaissons est clairement remise en cause.

Restons-en à la voiture urbaine

L'axe le plus sage est la voiture guidée. Ce véhicule est un smartphone à quatre roues, mais variant de deux places assises à 45 places en version bus. Il est programmé, il est guidé. Son énergie ?

Elle est inspirée du système Olev (Olevtech.com). L'électricité venue du soleil et de la chaleur des véhicules est stockée sous l'asphalte. Elle est transmise au véhicule sans fil, notamment lorsqu'il est à l'arrêt à un carrefour, par induction électromagnétique, de la « witricity » en quelque sorte.

Le poids du véhicule est largement allégé, car l'ensemble du trafic est contrôlé par langage V2V (véhicule à véhicule), il consomme moins d'énergie et produit peu ou pas de CO2. Les anciens véhicules, non guidés, sont soit adaptés soit interdits de circulation.

La fin de l'individualisme à roulette

Le second axe est la fin de la voiture de masse, la voiture individuelle, rendue nécessaires par la pollution et la saturation permanentes. Le transport urbain global est fondé sur le transport collectif à très faible production de CO2. Pour assurer le trajet de porte à porte, les extrêmes des transports collectifs sont développés.

Ce sont des véhicules automobiles (au sens premier, sans conducteur) et comme pour l'axe précédent, ne produisant pas ou peu de CO2. Ils répondent pour l'essentiel à un système collaboratif de partage de véhicule entre deux points, auquel s'ajoute une demande de temps (express/normal) et éventuellement un critère privé/public.

Ils peuvent avoir de 2 à 45 places. La voiture personnelle est interdite.

Deux axes extrêmes ? Le protocole de Kyoto (décembre 1997) pour la réduction des gaz à effet de serre n'est pas du tout respecté. Pour sauver non pas la Terre mais l'Homme sur la Terre, nous entrons dans un monde de plus en plus artificiel. Curieusement, ce sont les mégapoles qui sauveront l'Homme sur la Terre. En effet, elles ont les moyens de protéger leur air. Elles sauvent les abeilles, elles sauveront les moineaux. Au détriment des autos. Pour sauver l'Homme.

Source : latribune.fr

Voir les commentaires

Led and Life : les LEDs de deuxième génération

13 Mai 2015, 19:35pm

Publié par Grégory SANT

« À 63 ans, je ne me voyais pas encore prendre ma retraite ». Alors Marc Gavard a décidé de se lancer dans l'aventure d'une start-up en créant Led and Life. Il vient de s'installer dans un bureau d'une pépinière d'entreprises, sur le campus technologique Effisciences, près de Caen.

Pousser des idées innovantes, cet ancien ingénieur de Philips-NXP a l'habitude. « J'ai travaillé pendant trente-cinq ans dans des services de recherche et développement sur le compact disque, la télé numérique, la capture d'image, la téléphonie mobile... ». Après s'être mis à son compte comme consultant en 2013, il décide de se relancer dans l'aventure de l'entreprise avec Philippe Maugars, « un ingénieur spécialisé en architecture électronique et gestion de puissance. »

Led deuxième génération

Leur sujet de travail : la led de 2e génération. « On peut en contrôler l'amplitude, la couleur et imaginer de nombreux systèmes automatisés ». Surtout, la start-up veut surfer sur les nouvelles réglementations au niveau européen.

Led and Life a donc lancé le développement de prototypes de luminaires dit « intelligents », capable de s'adapter à leur environnement. Quelles applications possibles ? La dépendance par exemple, et plus largement ce que l'on appelle la « silver économie », à savoir les services et technologies développés pour répondre au besoin des « seniors ».

« Le champ des possibles est immense. Beaucoup de gens arrivent aujourd'hui à la retraite en se disant qu'ils ont toute la vie devant eux. Leurs modes de consommation vont évoluer ». L'équipement des logements serait donc un marché prometteur sur lequel Led and Life a bien l'attention d'apporter ses lumières...

Source : ouest-france.fr

Voir les commentaires

Nouveaux véhicules agricoles par JJ Hwang

12 Mai 2015, 21:51pm

Publié par Grégory SANT

image: http://www.yankodesign.com/images/design_news/2015/05/07/beehive_06.jpg

Voir les commentaires

Zephyr 7 : un drone à longue autonomie

12 Mai 2015, 21:48pm

Publié par Grégory SANT

Le drone Zephyr 7 mis au point par Airbus risque d’intéresser pas mal d’entreprises, car avec des possibilités de vols à très haute altitude et surtout avec une autonomie de 14 jours, les opportunités de commercialisation sont nombreuses.

Airbus dévoile son drone Zephyr 7

La société Airbus basée à Toulouse et employant plus de 3500 personnes, s’intéresse aux drones depuis plusieurs années maintenant et aurait travaillé en secret sur des projets de drones vraiment époustouflants. Airbus est d’ailleurs la société parraine du festival du drone qui a eu lieu ce weekend à Toulouse.

C’est la branche Airbus Defence & Space qui est à l’origine d’une série de drones Zephyr, dont on apprend l’existence seulement maintenant avec le drone Zephyr 7. Ce drone a des dimensions qui sortent de l’ordinaire par rapport aux drones des particuliers, il mesure 23 mètres de long et pèse environ 55 kilos. Ses très grandes ailes sont recouvertes de cellules solaires afin de rendre le drone parfaitement autonome pendant une longue période.

Un drone avec une autonomie de 14 jours, cela laisse rêveur !

On ne peut s’empêcher de voir une certaine ressemblance avec Solar Impulse, à la différence que le Zephyr n’est pas un avion, mais un drone, et qu’il a battu le record du monde, du vol le plus long sans ravitaillement. 14 jours rien que cela ! Autre record du monde détenu par ce bijou, il a été capable de voler jusqu’à presque 22 kilomètres d’altitude.

Il ne fait aucun doute que la technologie du Zephyr 7 attirera les militaires en priorité, car ce drone peut rester plusieurs jours en vol statique aux dessus d’une région du monde pour réaliser une surveillance ou effectuer une cartographie. Les satellites ne permettant pas ce niveau de précision, car ils changent constamment d’angle. Mais ils pourraient également intéresser de nombreux secteurs dans le civil aujourd’hui bridés par les capacités d’autonomie des drones professionnels, comme la cartographie, les télécommunications, la surveillance, le suivi en temps réel d’une catastrophe (incendie de forêt, inondation, etc.).

Source : smartdrones.fr

Voir les commentaires

Une moto surprenante par Alfa Romeo

12 Mai 2015, 21:44pm

Publié par Grégory SANT

Spirito est une étude de style d’un designer industriel turc. Taillée pour la course, il s’agit d’une moto pensée pour le constructeur italien Alfa Roméo. Un concept qui jongle entre style classique et avant-gardisme.

A première vue, la Spirito Alfa Romeo s’apparente à une moto vintage mais en regardant de plus près, il n’en est rien. Dotée d’une couleur rouge vive typique de la marque, elle affiche une courbe généreuse et des lignes futuristes. Conçue pour la vitesse, la monoplace est pourvue d’un nez allongé inspiré du modèle Alfa Roméo Typo B des années 30.

On doit cette étude de style à Mehmet Doruk Erdem. Purement conceptuelle, la Spirito Alfa Romeo se veut une interprétation des traditions de la marque.

Source : tomsguide.fr

Voir les commentaires

Melt Mug par Lenka Czereova

12 Mai 2015, 21:43pm

Publié par Grégory SANT

Original et décalé avec son fond qui semble dégouliner dans la main, coup de coeur pour l’excellent « Melt Mug », un mug en porcelaine blanche imaginé par la designer slovaque Lenka Czereova.

Source : trendsnow.net

Voir les commentaires

Des îles à énergie positive

12 Mai 2015, 21:38pm

Publié par Grégory SANT

Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, accompagne le Président de la République à la Martinique pour un sommet des pays des Caraïbes, qui se réuni à Fort de France le 9 mai 2015.

Ce sommet est consacré aux réponses concrètes à apporter aux dérèglements climatiques.

Ségolène Royal, lors de son dernier déplacement à la Martinique sur le thème de la transition énergétique et de la croissance verte, en septembre dernier, avait déjà souligné la chance historique que représente la transition énergétique pour les outre-mer français. Depuis, les premières initiatives « îles à énergie positive » appelées de ses vœux par la Ministre, ont été engagées et la dynamique d'un nouveau modèle de développement, qui ne sera plus fondé sur une dépendance aux énergies importées, s'accélère.

La Ministre souligne qu'en Martinique et au-delà, les îles sont à l'avant-garde de l'autonomie énergétique, parce qu'elles ont un potentiel exceptionnel pour faire monter en puissance les énergies vertes (éolien, solaire, géothermie, biomasse, énergies marines).

Enfin, elle rappelle, comme dans le Message de la Guadeloupe en octobre 2014, que la protection des îles contre les dérèglements climatiques est intimement liée à la protection de la biodiversité. Elle souligne à cet égard l'importance de la conservation et de la restauration des écosystèmes comme les mangroves ou les barrières de corail.

Les énergies renouvelables

A la demande de Ségolène Royal, une attention toute particulière sera donnée dans l’élaboration des schémas régionaux de raccordement des énergies renouvelables, à la prise en compte des spécificités des départements et territoires d’outre-mer, au premier rang desquels la Guadeloupe.

La ministre proposera avant la fin de l’été des dispositions pour mettre en œuvre un plafonnement de la quote-part des frais de raccordements payée le producteur en fonction des montants observés sur le territoire métropolitain.

La filière éolienne

Concernant des risques d’exploitation de la filière éolienne en raison d’interférences avec le radar Météo France du Moule, Ségolène Royal validera avant l’été une méthode avancée de modélisation qui permettra de libérer certaines zones de développement de l’éolien.

La Transition Energétique

La spécificité et le potentiel des Outre-Mer sont autant d’atouts pour devenir des précurseurs de la transition énergétique et climatique. C’est pour cela que Ségolène Royal a dédié un chapitre spécifique aux Outre-Mer dans son projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte. Cette loi a permis d’élargir la boîte à outils, mais la réussite de la transition énergétique passe maintenant par la mobilisation des territoires : innover dans les énergies renouvelables et dans la mobilité propre ainsi que développer l’économie circulaire.

Appel d'offres pour les installations solaires

Ségolène Royal lance un nouvel appel d’offres portant sur une capacité de 50 MW pour les installations solaires de grande taille (puissance minimale de 100 kWc, soit environ 600 m²), situées dans les Départements d’outre-mer (DOM).

Développement de la géothermie

La géothermie est une énergie renouvelable exemplaire, locale et créatrice d’emplois. Les départements- d’outre-mer, qui disposent d’une grande ressource exploitable, sont par
conséquent moteurs dans l’atteinte de cet objectif.

Dans ce contexte, l’ADEME travaille en étroite relation avec le commissariat général à l’investissement (CGI) à l’extension du fonds de garantie GEODEEP pour la géothermie volcanique. Véritable aide à l’engagement d’investissement, GEPODEEP est un fonds de garantie doté de 50 millions d’euros, crée le 30 mars dernier. Il garantit les porteurs de projets contre le risque de trouver une ressource géothermale insuffisante et indemnise le porteur de projet en cas d’échec des forages d’exploration et d’exploitation.

La filière biomasse dans le futur mix énergétique

Le plan développement de la biomasse doit veiller à la meilleure utilisation possible des gisements et éviter les conflits d’usage.

Pour garantir cela, le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte instaure des schémas régionaux de la biomasse, co-élaborés par l’Etat et la région.
En outre, la ministre souscrit pleinement à la proposition de mise en place d’une stratégie régionale biomasse en Guadeloupe pouvant s’inspirer des méthodes de contrôle et de suivi de la biomasse déployées en métropole (mise en place d’une « cellule biomasse » en Guadeloupe, d’un observatoire régional de la biomasse, etc)…

La mobilité électrique

La ministre soutient l’option de déploiement des véhicules électriques au travers d’une alimentation en énergies renouvelables. Pour cela, elle souhaite que la question soit approfondie dans le cadre du groupe de travail sur l’autoconsommation dans les Zones NonInterconnectées (ZNI), au regard notamment du dispositif expérimental tout juste déployé en Martinique. Pour autant, l’articulation avec les réseaux électriques n’est pas à négliger, dans la mesure où la mobilité électrique peut avoir d’importantes synergies avec le reste du système électrique.

Afin d’assurer le déploiement des véhicules électriques, il est nécessaire de pouvoir disposer de bornes de recharge accessibles sur l’espace public offrant la possibilité aux usagers de faire face à une situation de faible autonomie. Pour cela, la ministre a alloué un budget total de 50 millions d’euros aux opérations soutenues dans le cadre des deux dispositifs de soutien au déploiement des infrastructures de recharge, portés par l’ADEME et la Caisse des Dépôts et Consignations dans le cadre des investissements d’avenir, sous forme de subventions.

Source : enerzine.com

Voir les commentaires

Les gâteaux changent de look

11 Mai 2015, 20:01pm

Publié par Grégory SANT

Quand un motif iconique de mode rencontre la texture sucrée d’une pâtisserie, ça donne des biscuits So haute couture. Ces tampons en bois du studio Lav reproduiront sur vos pains, gâteaux et cookies les fameux patterns Pied-de-Poule et Tweed Herringbone empruntés des robes des stylistes du siècle dernier. Vos pâtisseries n’auront jamais été aussi stylées !

Source : thetrendygirl.net

Voir les commentaires

SPA Bicicletto : le 2 roues électrique rétro

11 Mai 2015, 19:56pm

Publié par Grégory SANT

Champions européens du scooter, les italiens s'intéressent également aux vélos électriques. La société SPA dévoile cette suberbe "Bicicletto", un 2 roues électriques au look délicieusement néo-rétro

Facturé 11 000 euros, la SPA Bicicletto est clairement un modèle haut de gamme et affiche des prestations premium : chassis en carbone, poids total de 24 kilogrammes, autonomie de 50 kilomètres et vitesse de pointe de 45 km/h … sans réellement avoir à pédaler.

La bicyclette italienne est d’ailleurs plus proche du scooter que du traditionnel vélo puisqu’elle est également livrée avec de puissants freins Formula T1, un coffre de rangement et des phares à LED clignotants.

De quoi donner un coup de vieux au traditionnel Vespa et sans doute réinventer la Dolce Vita italienne

Voir les commentaires

Provender : des restaurants en relation directe avec les producteurs

11 Mai 2015, 19:43pm

Publié par Grégory SANT

Un entrepreneur montréalais a créé Provender, un marché en ligne qui met en relation directe les chefs cuisiniers québécois et les fermes locales, afin de livrer des produits frais directement dans les restaurants...

Avouez que vous avez toujours rêvé de prononcer cette phrase : « C'est moi le chef, c'est moi qui commande ! »

Grâce à un service innovant développé par l'entrepreneur montréalais Caithrin Rintoul, les restaurateurs québécois ont désormais la possibilité d'imposer des produits frais et locaux dans leur cuisine ! La plateforme en ligne créée par Caithrin, baptisée Provender, relie les fermes des agriculteurs aux cuisines des restaurateurs. Sur ce véritable marché en ligne à usage des professionnels, les fermiers membres prennent en photo leurs fruits et légumes prêts à être récoltés et les chefs de restaurants commandent les produits qu'ils souhaitent se faire livrer. Fini le gaspillage : ce nouveau marché dématérialisé et résolument « locavore » garantit fraîcheur et qualité des produits. Un bon moyen pour les restaurateurs de bousculer le système de distribution alimentaire traditionnel, tout en mettant en valeur, auprès de leur clientèle, la qualité et la proximité de leurs fournisseurs. Un conseil : si vous êtes chef, allez-y sur le champ !
Source : soonsoonsoon.com

Voir les commentaires