Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des téléphones à grand stockages bientôt dans vos poches

4 Mars 2016, 20:28pm

Publié par Grégory SANT

Vous êtes coincé à supprimer des applications et d’anciens podcasts pour faire de la place sur votre smartphone ? Cela pourrait ne plus être un problème avec la nouvelle gamme de puces de stockage de Samsung, qui peut stocker jusqu’à 256 Go de données, dans une puce d’une taille plus petite qu’une carte micro-SD.

En utilisant le Stockage Flash Universel (UFS, pour Universal Flash Storage), ce type de mémoire flash a pour objectif d’améliorer la vitesse de transfert et la fiabilité du stockage en mémoire flash tout en éliminant la diversité des connecteurs. Selon Samsung, elle peut gérer des données deux fois plus rapidement qu’un SSD lambda dans un ordinateur de bureau, avec environ la même quantité d’espace de stockage que l’on retrouve dans un ordinateur portable traditionnel.

En alliant la fois des vitesses de transfert assez élevées, et une grande capacité de stockage, les puces de stockage UFS pourraient faire en sorte que le streaming vidéo en 4K sur les appareils mobiles soit un jeu d’enfant, et ajouter de plus grandes capacités dans le multitâche. Samsung veut se concentrer sur ce besoin, en mentionnant que l’énorme capacité de stockage permet aux puces d’accorder “une plus grande flexibilité dans l’électronique grand public de poche”.

Prête pour le Galaxy S8 ?

La nouvelle technologie de Samsung est également compatible avec l’interface USB 3.0, ce qui signifie des transferts plus rapides, et de meilleurs temps de chargement entre les appareils mobiles. Depuis que l’USB 3.0 permet de transférer un film full HD en quelques secondes, les utilisateurs peuvent remplir tous ces gigaoctets supplémentaires en un rien de temps.

Les puces sont actuellement en production de masse, mais Samsung n’a pas encore fourni de détails sur les appareils qui vont recevoir cette puce. Le streaming 4K fonctionne généralement mieux sur une tablette haut de gamme, mais peut-être que cette puce fera son apparition sur le Galaxy S8.

Peu importe où elles finissent par arriver, étant donné que le stockage est souvent synonyme d’un coût supplémentaire, espérons que cela ne va pas impacter le prix d’un futur dispositif.

Source : blog-nouvelles-technologies.fr

Voir les commentaires

Les nouvelles technologies arrivent dans les fermes

4 Mars 2016, 20:24pm

Publié par Grégory SANT

Une plate forme mobile de phénotypage d'Arvalis.

Les structures d'accompagnement aux agriculteurs s’emparent des outils numériques pour pousser plus loin la connaissance et la modélisation des cultures et fournir des outils performants aux agriculteurs, à l’instar de l'institut technique Arvalis - Institut du végétal.

Arvalis – Institut du végétal - est caractéristique de la conversion au numérique des acteurs agricoles. Cette association de recherche privée pour agriculteurs d'environ 400 permanents a initié il y a une dizaine d’années cette conversion, plus présente que jamais parmi ses orientations de recherche : des technologies de capteurs qui peuvent aujourd’hui être directement intégrés dans le téléphone pour évaluer le taux d’azote dans des céréales, ou compter le nombre de grains sur un épi de maïs ; le transfert de données du terrain aux outils informatiques, et vice-versa, en 2G, 3G, 4G ; et encore - la spécialité de l’Institut - la mise au point de modèles agronomiques toujours plus performants car construits grâce aux données récoltées sur le terrain, des machines agricoles, capteurs météo et satellites.

Des digifermes pour tester les technologies numériques

Dans le cadre du projet Digifermes présenté à la presse en novembre 2015, l’Institut va expérimenter ces nouvelles technologies. Une première «digiferme» se met en place dans l’Essonne, à Boigneville, dédiée aux grandes cultures, et une seconde à Saint Hilaire-en-Woëvre, dans la Meuse, en zone de polyculture et d’élevage. « L’objectif est de fédérer et de montrer l’utilité de ces nouvelles technologies, explique Pascal Kardacz, un technicien de Saint Hilaire. C’est aussi d'ouvrir la porte aux start-up, et d’évaluer les bénéfices de ces technologies ». Y sont et seront testés des logiciels de suivi de gestion des parcelles, ou encore des capteurs météo dans les cultures. Depuis 2013, grâce à des modèles agroclimatiques, « un baromètre maladies » renseigne sur le développement probable de cinq maladies du blé tendre et distingue trois niveaux de risque selon la période la plus pertinente pour raisonner les interventions. Réalisé en partenariat avec Météo-France, ce baromètre pourrait être encore plus précis si couplé avec des capteurs météo au niveau de la parcelle. « On peut imaginer qu’à terme, ces capteurs soient installés durablement dans les champs », explique Xavier Gautier, un porte-parole d'Arvalis. Autre type d’innovation testée par l’Institut : le GPS RTK. Le débit d’épandage d’engrais est modulé dans la parcelle selon les besoins définis aux différents endroits de la parcelle.

Elevage : une «barrière virtuelle» pour clôturer les pâturages

Arvalis s’intéresse aussi à l’élevage. Entre autres technologies qui pourraient par exemple être testées à Saint Hilaire, Arvalis regarde de près les technologies de barrières virtuelles. Dans le cadre d'un échange entre instituts, un ingénieur du pôle fourrage d'Arvalis est accueilli pour une période de six mois au Teagasc en Irlande. L'idée de ces barrières virtuelles testées en Irlande ? Le collier permet de géolocaliser la vache dans son champ en permanence. En outre, plus besoin de clôtures, particulièrement contraignantes dans les zones de montagne. L'éleveur définit un périmètre virtuel que ne doit pas quitter le troupeau. Si une vache s'approche de cette «barrière virtuelle» elle reçoit une petite décharge électrique ou un signal sonore tellement effrayant qu'elle revient en arrière. On pourrait même imaginer différentes zones d’accès personnalisées pour chacune des vaches. Combinée avec des technologies de mesure de hauteur d'herbe et un système de traite automatique, les barrières virtuelles pourraient permettre une gestion intégralement automatisée d'un troupeau laitier allaitant.

Source : industrie-techno.com

Voir les commentaires

OpenAI: le centre de recherche dédié à l'Intelligence Artificielle

4 Mars 2016, 20:16pm

Publié par Grégory SANT

La création d'OpenAI (AI comme Artificial Intelligence) a été annoncée vendredi 11 décembre. Avec des fondateurs prestigieux et fortunés: Elon Musk (Tesla, SpaceX), le capital-investisseur Peter Thiel (un homme qui compte vivre 120 ans) - Musk et Thiel se sont connus à l'époque de Paypal, qui les a rendu milliardaires -, Amazon Web Services (AWS), Reid Hoffman (LinkedIn), Sam Altman et Jessica Livingston (Y Combinator, société d'investissement), l'indien Infosys et YC Research (branche d'Y Combinator dédiée à l'innovation).

OpenAI sera un centre de recherche dédié à l'intelligence artificielle (IA), à but non lucratif et basé à San Francisco.

Brevets "partagés avec le monde"

Ses fondateurs prévoient d'y consacrer au moins un milliard de dollars – dont une petite fraction seulement pendant les premières années. L'objectif annoncé est de développer "l'intelligence numérique" au profit de l'humanité, et de diffuser les connaissances dans ce domaine, déclare OpenAI dans sa présentation:

"Etant à but non lucratif, notre but est de créer de la valeur pour tous au lieu de nos actionnaires. Les chercheurs seront fortement encouragés à publier leur travail, aussi bien compte-rendus, billets de blog ou code, et nos brevets (s'il y en a) seront partagés avec le monde. Nous travaillerons avec d'autres à travers de nombreuses institutions et comptons travailler avec des entreprises pour la recherche et la diffusion de nouvelles technologies." Le texte ne parle pas d'open source, mais l'idée semble proche.

Elon Musk (qui outre les voitures électriques Tesla fait beaucoup parler de lui pour ses investissements spatiaux, avec SpaceX) a indiqué dans un e-mail au New York Times, qu'OpenAI cherche à long terme à créer "une intelligence artificielle générale", une machine capable de réaliser n'importe quelle tâche intellectuelle qu'un humain peut faire; cela afin d'augmenter plutôt que de remplacer les humains.

Elon Musk (comme Bill Gates, Stephen Hawking et d'autres) a à plusieurs reprises souligné son inquiétude que l'IA puisse servir un jour à créer des machines qui se retourneraient contre l'humanité.

Des experts de l'IA venus de Google et Stripe

Ilya Sutskever est recruté comme directeur de la recherche d'OpenAI. Il travaillait depuis trois ans comme chercheur chez Google, où il a travaillé "avec quelques-uns des plus grands noms de l'IA et du machine learning [apprentissage automatique], comme Geoff Hinton et Andrew Ng (qui travaillent respectivement chez Google et Baidu)", rapporte Popular Science.

Le directeur de la technologie (CTO) est Greg Brockman, ex-CTO de Stripe (société spécialisée dans le paiement en ligne). Les autres cofondateurs annoncés sont les chercheurs et ingénieurs Trevor Blackwell, Vicki Cheung, Andrej Karpathy, Durk Kingma, John Schulman, Pamela Vagata et Wojciech Zaremba. Les coprésidents d'OpenAI sont Sam Altman et Elon Musk.

Source : zdnet.fr

Voir les commentaires

L'avion hypersonique par la NASA

3 Mars 2016, 20:17pm

Publié par Grégory SANT

Le dernier vol du Concorde s'est déroulé le 23 octobre 2003, il y a près de douze ans. Dans quatre ans, il pourrait pourtant revoler à nouveau, du moins dans un tout nouveau modèle, imaginé par les Américains.

La Nasa travaille en effet sur la création d'un avion de ligne supersonique, en collaboration avec l'entreprise américaine Lockheed Martin.

Ce tout nouveau modèle, dont le simple financement des études et tests de faisabilité s'élèverait à plus de 18 millions d'euros, se distinguerait de ces prédécesseurs par un niveau sonore et une consommation de carburant plus faibles. Des premiers essais pourraient se dérouler à l'horizon 2020.

Source : huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

Nettoyeur Haute-Pression VariClean

3 Mars 2016, 20:09pm

Publié par Grégory SANT


  • Source : industrialdesignserved.com

Voir les commentaires

Concept de Superyacht à hydrofoils Tetrahedron

3 Mars 2016, 19:47pm

Publié par Grégory SANT

L'architecte et designer Jonathan Schwinge vient de dévoiler un projet de superyacht un peu particulier, ressemblant à s'y méprendre à un vaisseau intergalactique digne de Star Wars ou de Star Trek, qui semble "léviter" sur l'eau en navigation, et dont la carène reprend une technologie Hyswas !

Il y a des concepts de superyachts finalement assez classiques dont on se dit qu'ils ne sont que les teasers de projets sur le point d'aboutir ; il y en certains qui sont franchement farfelus et puis il y en a d'autres enfin, qui sont tellement étonnants qu'on aimerait bien finalement les voir un jour exister, tant leur originalité stylistique ou technique interpelle.

C'est clairement à cette dernière catégorie qu'appartient Tetrahedron, un superyacht imaginé par Jonathan Schwinge, un architecte et designer établi en Grande-Bretagne, qui propose pas moins qu'un étrange mélange entre un avion furtif, un appartement de grand standing, un superyacht, un sous-marin et un vaisseau intergalactique.

Dans le concept, Tetrahedron se présente comme une pyramide à 3 côtés, dont la base et quatrième face est reliée par un mât étiré coulissant, à une torpille ailée lui servant de carène, selon le principe de la technologie hyswas, dérivé "foilé" des carènes swath généralement utilisées sur des catamarans de servitude.

Au mouillage, la torpille remonte vers la superstructure pour réduire le tirant d'eau, la flottabilité étant assurée par le mât de liaison et deux excroissances inférieures servant de flotteurs latéraux.

En navigation, la torpille descend au fur et à mesure que la superstructure du yacht s'élève au dessus des flots, sous l'action de foils orientables positionnés sur la torpille, le seul point de contact entre l'air, l'eau et le yacht consistant dans le mât de liaison.

le superyacht Tetrahedron au mouillage et en navigation

Ce concept de carène immergée est de fait une évolution poussée de la technologe swath, dénommée Hyswas, pour "Hydrofoil Small Waterplane Area Ship", testée dès 1995 sur le navire prototype The Quest, dont l'intérêt et de limiter la friction entre la coque et l'eau et de supprimer l'effet des vagues en navigation, à l'instar des navires swath.

Les avantages hydrodynamiques de cette architecture de carène ont permis au designer de s'affranchir totalement des contraintes des carènes classiques des yachts qui limitent fortement la créativité.

La pyramide à 3 faces du Tetrahedron est ainsi unique en son genre, et accueille une partie vie et loisirs libérée des parties techniques, situées dans la torpillle.

Question pilotage, Tetrahedron aurait recours à des solutions issues de l'aviation afin de maintenir l'équilibre de l'ensemble en cas de très gros temps.

Un projet qui a le mérite de sortir de l'ordinaire et de mettre en avant la technologie Hyswas de fait peu développée, et qui pour Tetrahedron nécessite un tirant d'eau certain...

Source : actunautique.com

Voir les commentaires

Aston-Martin DB11

3 Mars 2016, 19:34pm

Publié par Grégory SANT

Il y a quelques semaines, le constructeur de Newport Pagnell dévoilait un teaser laissant entendre les vocalises de l’Aston Martin DB11, la remplaçante de la – très – vieille DB9. Après un coup de canif dans son plan de communication, la marque est une nouvelle fois victime du couteau.

Quelques jours seulement avant l’ouverture des portes du salon de Genève, l’Aston Martin DB11 exhibe ses galbes sur la Toile. La GT inaugure une nouvelle signature stylistique, inspirée par les récentes études de style. On y retrouve alors les arches de toit de l’Aston Martin DBX, un faciès qui n’est pas sans évoquer le CC110 et certaines références à la DB10 aperçue dans le filmSpectre.SSource : larevueautomobile.com

Voir les commentaires

Tracteur Arion 400

2 Mars 2016, 19:26pm

Publié par Grégory SANT

La cabine Panoramic de l’Arion 400 primée pour sa visibilité au chargeur. (©Claas)

L'Arion 400 s'est imposé parmi plus de 5 000 dossiers déposés au concours, par 53 pays. La cabine Panoramic de l’Arion 400 Claas a gagné le prix 2016 des iF Design Awards dans la catégorie Automobiles, Véhicules, Cycles.

Le prix iF Product Design Award créé en 1954, récompense les innovations en termes de design partout dans le monde. « Le design industriel est l'activité qui consiste à utiliser les arts et les sciences appliquées pour améliorer l'esthétique, le dessin, l'ergonomie, la fonctionnalité, et l'"utilisabilité" d'un produit. » C’est bien de cette définition qu’il s’agit lorsque Claas présente son tracteur Arion 400 et sa cabine Panoramic.

Selon Paul Budde, designer industriel qui collabore avec Claas depuis 30 ans, « la vitre frontale de 2,41 m² qui se prolonge sans interruption dans la toiture et permet ainsi d'offrir au conducteur une visibilité totale du chargeur frontal, et ce, à tout moment » représente un véritable défi dans le design du tracteur.

Source : web-agri.fr

Voir les commentaires

Fairpixels vend des logos d'occasion

2 Mars 2016, 19:22pm

Publié par Grégory SANT

Fairpixels est une agence de design aussi spécialisée dans la création de logos à prix réduit pour les startups. Les clients se succédant et de nombreuses propositions de logo n’ayant pas été acceptées, Fairpixels s’est retrouvé avec une grosse quantité d’identités stockées sur dans ses ordinateurs. Alors plutôt que de les laisser prendre la poussière, l’agence a décidé de les proposer sur une plateforme open source : logodust.com.

Tous les logos déposés sur ce site sont gratuits et en téléchargement libre. Dans un fichier zip vous trouverez un png illustré, et le logo dans un format Illustrator. Ce dernier format permettra d’adapter ou de reprendre le logo proposé.

Chaque mardi, l’agence déposera de nouveaux logos sur son site. Il est aussi possible de proposer des créations directement depuis logodust. Après validation elles seront proposées au même titre que les autres identités créées par Fairpixels.

L’agence a trouvé un moyen puissant de faire parler d’elle tout en offrant un vrai service aux entreprises en cours de création. Même si ce sont des logos ‘rejetés’ ils ont tous une qualité qui s’inscrit totalement dans les tendances du moment.

Quelques modèles disponibles sur le site :

Source : TheNextWeb.

Voir les commentaires

McLaren 570GT

2 Mars 2016, 19:18pm

Publié par Grégory SANT

Destinée à un usage au quotidien, la McLaren 570GT se pare d'un hayon vitré en forme de bulle qui offre un volume de 220 litres, portant la capacité de rangement totale à 370 litres.

A Genève, la McLaren 570S se rationalise davantage pour optimiser son usage au quotidien. Il en découle un nouveau modèle baptisé 570GT, remarqué pour son hayon vitré en forme de bulle.

L'ouverture de ce hayon laisse entrevoir un espace de rangement de 220 litres. La capacité de rangement totale s'élève à 370 litres puisqu'à l'instar du modèle de base, la 570GT renferme à l'avant un volume de rangement de 150 litres.

Cette petite McLaren à hayon embarque le même moteur que la 570S, modèle le plus puissant de la gamme Sports Series, à savoir le V8 biturbo 3.8 développant 570 ch pour un couple de 600 Nm. Néanmoins, ses performances sont en retrait en raison de son poids de 1.350 kg, soit 37 kg de plus que la 570S.

La 570GT est en mesure d'abattre le 0 à 100 km/h en 3,4 secondes, deux dixièmes de plus que la 570S, pour une vitesse de pointe de 328 km/h. Mais ce déficit de performance n'a que peu d'importance puisqu'elle n'est pas destinée au circuit.

Destinée à un usage au quotidien, la McLaren 570GT se pare d'un hayon vitré en forme de bulle qui offre un volume de 220 litres, portant la capacité de rangement totale à 370 litres.

A Genève, la McLaren 570S se rationalise davantage pour optimiser son usage au quotidien. Il en découle un nouveau modèle baptisé 570GT, remarqué pour son hayon vitré en forme de bulle.

L'ouverture de ce hayon laisse entrevoir un espace de rangement de 220 litres. La capacité de rangement totale s'élève à 370 litres puisqu'à l'instar du modèle de base, la 570GT renferme à l'avant un volume de rangement de 150 litres.


Cette petite McLaren à hayon embarque le même moteur que la 570S, modèle le plus puissant de la gamme Sports Series, à savoir le V8 biturbo 3.8 développant 570 ch pour un couple de 600 Nm. Néanmoins, ses performances sont en retrait en raison de son poids de 1.350 kg, soit 37 kg de plus que la 570S.

La 570GT est en mesure d'abattre le 0 à 100 km/h en 3,4 secondes, deux dixièmes de plus que la 570S, pour une vitesse de pointe de 328 km/h. Mais ce déficit de performance n'a que peu d'importance puisqu'elle n'est pas destinée au circuit.


Source : turbo.fr

Voir les commentaires