Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"iphonisation" au pays du soleil levant

15 Décembre 2008, 22:07pm

Publié par Grégory SANT

"Y a pas à dire, les mobiles japonais sont carrément géniaux": ainsi est titré un long dossier consacré par le bimensuel nippon "Dime" aux récents téléphones lancés au Japon. Sous-titre: "réflexion sur les avancées des terminaux nippons". Tout un programme. Et le magazine de présenter ainsi sur 22 pages « les plus remarquables » produits dégotés dans les rayons, avec force illustrations. Autant vous dire que les marques non japonaises sont reléguées en fin de tableau. Chauvin, nationaliste ce magazine ?

Peut-être un brin, mais en réalité, il n'y peut rien: les offres des opérateurs japonais sont aux neuf dixièmes constituées de terminaux conçus par leurs compatriotes et les clients sont davantage attirés par ces modèles que par les marques étrangères. Qu'on s'en réjouisse ou qu'on le déplore, c'est ainsi et cela s'explique par des raisons historiques et économiques (importance des firmes nationales du secteur de l'électronique), culturelles (attachement aux marques locales très appréciées) ou encore par des causes pratiques plus triviales (fonctionnalités et ergonomie en phase avec les habitudes et besoins du cru), etc. Dans ces circonstances, il n'est pas anormal que les nouveaux appareils nippons se taillent ainsi la part du lion dans les magazines censés les présenter.

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant
Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


Si Dime et d'autres consacrent autant de pages aux mobiles ces jours-ci, c'est que les principaux opérateurs locaux ont tous dévoilé dernièrement leurs collections hivernales, lesquelles sont particulièrement hautes en couleurs. Premier constat: les terminaux sont de plus en plus ciblés vers des publics dont les attentes et pratiques sont désormais bien identifiées et disséquées.
Deuxio: les fabricants japonais ne restent pas inertes face aux innovations venues d'ailleurs mais s'ingénient à n'en retenir que le meilleur et à faire encore mieux. Tertio: la course a la qualité et au surcroît de fonctionnalités se poursuit.

Reprenons: le ciblage de plus en plus fin du public est brillamment illustré par NTT Docomo (numéro un local, 49% de parts de marché) qui vient d'abandonner sa précédente nomenclature d'appareils (par séries successives) pour créer un catalogue où cohabitent quatre familles de produits destinés à autant de types d'utilisateurs.

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


Il y a les modèles "style", censés refléter des tempéraments bien trempés. Le design et les fioritures gadgets des modèles "Style" l'emportent sur le reste, même s'ils offrent une jolie palette de fonctions. Cible principale: les adolescentes qui perçoivent leur mobile comme un signe extérieur de personnalité et un accessoire de mode. Etat d'esprit: "jibun rashii " (dans mon genre, à ma façon). Trois terminaux constituent pour l'heure cette collection. Ils sont siglés Fujitsu et NEC (2 modèles).

Viennent ensuite les appareils "Prime", une série destinée aux jeunes adultes fanas de musiques, jeux, et images. Pour eux, le téléphone est d'abord un objet de divertissement multimédia, un outil de partage de contenus et sensations avec les membres de leurs tribus. Dans cette gamme figurent cinq modèles colorés signés Sharp, Fujitsu, NEC et LG Electronics (le seul étranger).

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


La troisième collection, baptisée "Smart", s'adresse clairement aux adultes, "salarymen" et "office ladies (OL)", travailleurs un tantinet stéréotypés que l'on croise par milliers dans les quartiers de bureaux des mégapoles nippones, ceux qui peuplent les trains matinaux et nocturnes et utilisent leur mobile tant pour des motifs professionnels que personnels. Quatre modèle forment cette catégorie, appareils au design sobre très léché, classieux, et dotés de fonctions de pointe sans pour autant être des "smartphone".

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant
Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


Le quatrième groupe d'appareils, nommé "Pro" est justement celui des hybrides téléphones/assistants numériques personnels quasiment censés pouvoir remplacer un PC. Dans l'esprit de Docomo, ces "smartphone" s'adressent surtout à une niche d'hommes technophiles d'une trentaine ou quarantaine d'années qui sévissent dans des milieux artistiques, dans la pub, la musique, la presse, la création multimédia ou autres secteurs en vue ou high-tech, et qui veulent expérimenter toutes sortes d'innovations sur un terminal haut de gamme polyvalent, lequel est d'ailleurs souvent pour eux un deuxième mobile (l'autre étant dévolu à d'autres types d'usage, communication vocale notamment).

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant
Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


A cette cible, qui est aussi pour partie la principale cliente de l'iPhone d'Apple, Docomo propose à ce jour cinq appareils. Pour le coup, il s'agit majoritairement de produits étrangers, à savoir deux HTC, un Nokia (E71), un RIM (Blackberry Bold) et un Sharp (le seul japonais). Nouvellement créé, ce dernier modèle semble très attendu et il risque bien de faire de l'ombre aux produits concurrents, du fait de l'excellente réputation locale de Sharp (pionnier des écrans LCD), laquelle lui confère depuis des mois le titre de numéro un des mobiles aux Japon.

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


Le deuxième élément caractéristique des catalogues hivernaux souligné plus haut concerne la capacité des fabricants japonais à tirer les leçons de leurs propres échecs ainsi que des enseignements des réussites de leurs concurrents. Même si l'iPhone n'est guère une menace pour eux, compte tenu de lacunes rédhibitoires pour la plupart Japonais (batterie à plat rapidement en utilisation sur réseau 3G, pas de clavier réel, pas de fonction TV ni vidéo, pas de porte-monnaie électronique, par de lecteur de QR Code...), les Panasonic, Fujitsu, Sharp et consorts ont bien compris qu'il s'agissait quand même d'un produit innovant et, partant, intéressant.

Du coup, eux aussi ont pondu des modèles à écran tactile multipoint. Mais ils ont gardé aussi un clavier réel (créant des appareils contorsionnistes) et conservé toute la palette de fonctions habituelles. Leurs terminaux (qui ne pèchent pas non plus sur l'autonomie) sont ainsi pensés pour cumuler tous les atouts des modèles classiques et de l'iPhone, tout en étant débarrassés des faiblesses des uns et de l'autre. Le patron de Softbank, Masayoshi Son, le seul à proposer l'iPhone au Japon, parle à ce propos d'« iphoneka », néologisme que l'on pourrait traduire par « iphonisation », pour qualifier la tendance actuelle à s'inspirer de l'objet de Steve Jobs. Dans le même élan, M. Son souligne néanmoins que, pour les Japonais, l'écran tactile et les "widgets" ne suffisent pas.

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant
Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


Le PDG de Softbank a compris qu'il doit faire figurer dans sa gamme des produits s'inscrivant dans le sillage de l'iPhone, mais plus aboutis, plus proches des attentes de ses compatriotes, sauf à prendre le risque de laisser un boulevard aux opérateurs rivaux. Il a ainsi ajouté quatre nouveaux terminaux à écran tactile dans sa gamme, en plus de l'iPhone, appareils qui, contrairement à ce dernier, sont adaptés aux services et usages en vogue au Japon (TV, porte-monnaie électronique, etc., navigation et saisie facile de textes avec une seule main). Gageons toutefois que M. Son poussera son ami Jobs à créer un « iPhone 3G bis » qui collera davantage aux attentes des Nippons.

Le convaincra-t-il ? Bonne question, sachant que le singulier marché japonais des mobiles (où les normes et pratiques sont parfois uniques) est réduit à moins de 50 millions d'unités par an, du fait d'une saturation et de la propension des Japonais à conserver plus longtemps un terminal qui leur donne satisfaction. Ces particularités en ont déjà découragé plus d'un. Nokia les rejoints d'ailleurs, qui vient d'annoncer (enfin!) qu'il allait renoncer à fournir des terminaux aux opérateurs nippons, après avoir maintes fois essayé de se frayer une place digne de son importance mondiale.

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant
Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant


"Au Japon, nous avons une faible part de marché, par ailleurs inférieure à nos objectifs. Nous y avons investi depuis longtemps, mais la situation n'a pas changé", avoue Thomas Jönsson, vice-président exécutif chargé de la communication de Nokia. Ce dernier refuse de préciser la part de marché de Nokia au Japon (où tous les terminaux vendus le sont via les opérateurs, lors d'une prise d'abonnement ou d'un renouvellement). Peu importe, on la connaît : 0,3%. Humiliant pour le groupe finlandais qui, à l'échelle du monde, contrôle 38% des ventes de terminaux en nombre d'unités.

Nokia estime toujours en revanche que sa marque exclusive de grand luxe « Vertu » aura du succès sur une niche du marché japonais, en dépit de la crise financière mondiale qui pousse les Nippons à mieux surveiller leur compte en banque. Les médias locaux affirment que Nokia va lancer début 2009 ses propres services de téléphonie mobile au Japon, en louant des capacités sur le réseau de NTT Docomo, bref en devenant opérateur virtuel (MVNO).

"Nokia prévoit de proposer un ensemble de prestations et téléphones dédiés à partir du mois de février/mars prochain", a récemment assuré en une le premier quotidien généraliste japonais, le Yomiuri Shimbun. Ce sont de fâcheuses spéculations", répond M. Jönsson, tout en soulignant que Nokia ne commentait jamais les rumeurs. En devenant lui-même un prestataire de services prestigieux (musique, assistant-concierge 24H/24, etc.), et pas seulement un simple fournisseur de terminaux, Nokia se contenterait paraît-il volontiers pour l'honneur d'une clientèle richissime dont le budget "mode et mobile" est abondamment doté, des flambeurs capables de claquer plusieurs milliers d'euros pour un terminal et des centaines chaque mois ensuite pour le rendre utile.

Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant
Live Japon : "iphonisation" au pays du soleil levant

Voir les commentaires

Des sculptures en crayons

15 Décembre 2008, 22:01pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires

Domyos groupe Oxylane : l'utilisateur, source d'innovations

13 Décembre 2008, 20:36pm

Publié par Grégory SANT

Domyos est la marque qui crée, industrialise et commercialise les articles destinés au fitness, à la danse et aux sports de combat. Patrick Stassi, Directeur de Domyos, affiche son ambition de voir Domyos devenir leader mondial sur son marché. Il insiste sur la nécessité de disposer d'une véritable organisation dédiée à l'innovation pour atteindre cette ambition...

 

 

Domyos est la marque qui crée, industrialise et commercialise les articles destinés au fitness, à la danse et aux sports de combat. Patrick STASSI affiche son ambition de voir Domyos devenir leader mondial sur son marché : "la forte croissance de nos ventes actuelles et à venir repose sur une valeur forte qui est d’apporter toujours plus de plaisir aux utilisateurs. C’est grâce à la conception originale et pertinente de nos produits que nous y parviendrons et aussi grâce aux services que nous commençons à mettre à la disposition de nos clients comme, par exemple, des lieux de pratique du fitness dans lesquels Domyos pourra leur apporter tous ses conseils et toute son expérience du sport".

Patrick STASSI insiste sur la nécessité de disposer d’une véritable organisation dédiée à l’innovation, pour atteindre cette ambition : "Notre réflexion stratégique à 10 ans nous conduit à définir des axes de différenciation de notre offre et aboutit à un plan d’innovation fixant les priorités et les enjeux. La concrétisation et la mise en oeuvre de ce plan est animée par un responsable "Innovation" qui aide les différents acteurs, chefs de produits, concepteurs... à faire converger leurs efforts vers nos priorités. Cet animateur est bien sûr en relation avec les experts de Oxylane qui apportent tous leurs savoir-faire à Domyos dans les domaines de la veille, de la recherche et développement, du design...".


Source : jinnove.com

Voir les commentaires

Video mapping sur objets

13 Décembre 2008, 20:33pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires

Des écrans avec affichage 3D sans lunettes chez Nec

13 Décembre 2008, 20:26pm

Publié par Grégory SANT

Le fabricant japonais Nec vient de présenter des prototypes d'écrans LCD offrant un affichage en 3D perceptible à l'œil nu. La résolution est celle du SVGA et le procédé est désormais bien au point.

Les recherches sur l'affichage en trois dimensions vont bon train, notamment au Japon, et visent pour l'essentiel à éliminer le recours à des lunettes spéciales, qu'elles soient constituées de filtres vert et rouge ou bien polarisants. Nec vient de présenter une nouvelle réalisation au salon Ceatec Japan 2008, utilisant un écran à cristaux liquides (LCD).

Le constructeur japonais montrait deux petits écrans à résolution SVGA (800 x 600 points) de 3,1 et de 9 pouces, et affirme avoir développé un modèle de 12,1 pouces. Le principe repose sur un dispositif optique plaqué contre l'écran et composé d'un réseau de micro-lentilles renvoyant l'image d'un pixel d'un côté ou de l'autre, de sorte que chaque point de l'écran n'est vu que par un seul œil. Ce principe n'est pas nouveau. L'université de Tokyo avait déjà, en 2005, présenté un écran LCD en 3D de grande dimension. Nec fait appel à sa technique maison, baptisée HDDP (horizontally double-density pixels), consistant à doubler horizontalement le nombre de pixels, et dont les premiers essais remontent à 2004.

Usage professionnel

Sur un écran LCD classique, chaque ligne comprend une succession de pixels composés de triplets de points monochromes, ou sous-pixels, rouges, verts et bleus. Si l'on veut obtenir un effet de relief à l'aide d'un système optique créant deux images, un pixel sur deux servira à l'un des yeux et la résolution finale sera donc divisée par deux. Sur un écran HDDP (voir le schéma au bas de cet article), chaque pixel est organisé verticalement et les sous-pixels monochromes sont moitié moins grands. Sur une ligne se succèdent des points d'une même couleur, alternativement destinés à l'œil gauche et à l'œil droit. Il faut donc trois lignes pour afficher toutes les couleurs horizontalement.

Grâce à cette disposition, l'écran peut afficher indistinctement des images en 2D et en 3D. Dans le premier cas, deux sous-pixels monochromes successifs afficheront le même point. Les pixels seront donc plus gros mais en nombre égal. En d'autres termes, la résolution en 3D est la même qu'en 2D. Cette propriété autorise une utilisation plus souple, l'écran pouvant afficher indistinctement les deux types d'images.

Nec ne donne pas de détails supplémentaires. On aimerait savoir, par exemple, quelle est la latitude du placement de la tête pour que l'effet 3D soit perceptible. Le constructeur japonais ne précise pas non plus le coût estimé du produit final mais il est vraisemblable que ces écrans seront dans un premier temps réservés au marché professionnel, pour l'industrie (CAO par exemple) ou l'imagerie médicale.
 

A gauche, en haut, un écran LCD classique, et ses pixels composés de trois points monochromes. Dessous, un effet 3D obtenu avec des microlentilles orientant vers un seul œil un pixel sur deux (différenciés ici par la saturation des couleurs). A droite, le procédé HDDP affiche des pixels deux fois plus petits et organisés verticalement. © Nec








Source : futura-sciences.com

Voir les commentaires

Des jumelles associées à un électroencéphalogramme !

13 Décembre 2008, 20:23pm

Publié par Grégory SANT

On ne fait plus appel à l’intelligence des soldats mais à leur cerveau, devenus simple capteur d’un système d’alerte !

 

Lorsqu’un combattant observera le champ de bataille avec cet appareil, celui-ci sera en mesure de signaler les éléments du décor qui ont fait “tilt” dans le cerveau du soldat, révélant ainsi peut-être un danger imminent. Autrement dit, plutôt qu’interpréter l’environnement par lui-même à l’aide de capteurs et d’algorithmes sophistiqués, à la manière d’une intelligence artificielle, cette paire de jumelles laisse l’inconscient du soldat faire le travail !

 

 

Selon Dennis Mac Bride, président du Potomac Institute, l’être humain a largement développé le cortex préfrontal, qui permet de repérer plus aisément les structures, les modèles, mais qui possède aussi une forte capacité d’inhibition, susceptible d’éliminer bon nombre de données sans importance, mais aussi éventuellement de bloquer certaines informations capitales. Le rôle de l’électroencéphalogramme permettrait donc de court-circuiter ces fonctions inhibitrices. Reste à espérer que ce système ne va pas embrouiller les combattants avec une cascade de fausses alertes, ce que justement le cortex préfrontal nous permet d’éviter…

Source : naturavox.fr

Voir les commentaires

Nakheel Tower (1140 m) - Dubai

13 Décembre 2008, 20:18pm

Publié par Grégory SANT

L’architecture de la nouvelle ville sera inspirée de différents monuments et sites comme le palais Alhambra de Grenade en Espagne, le port d’Alexandrie en Egypte, la corniche de Tanger au Maroc ou la ville d’Ispahan en Iran.
http://www.dubaifrance.com/spip.php?article2801


http://www.nakheelharbour.com/
























Source : amush.org

Voir les commentaires

Vainqueur du 5ème Concours Peugeot

12 Décembre 2008, 20:29pm

Publié par Grégory SANT

Pour la 5eme édition, le concours international de design créé par Peugeot s'est clôturé lors du mondial de l'auto.

Le brief : "imaginer la voiture des mégalopoles de demain"
Une préoccupation bien dans l'air du temps dans cette période de pré-crise où les constructeurs cherchent le moyen de capter leurs clients de plus en plus réticents à dépenser des fortunes en carburant.
C'est l'occasion pour moi, de jeter un oeil amusé et critique sur les 3 projets récompensés cette année.

























Source : sqliangency.com

Voir les commentaires

Buddymob : Application sociale mobile geolocalisée

12 Décembre 2008, 20:24pm

Publié par Grégory SANT

buddymob

BuddyMob est une application mobile sociale pour Android. Elle permet aux utilisateurs de l’OS mobile de Google de suivre en temps réel la vie digitale de leurs contacts, et d’interagir en temps réel avec plusieurs environnement.

A partir d’une interface simple les mobinautes peuvent engager des discussions, localiser en direct leurs contacts sur une carte Google Maps, s’abonner à leurs flux pour suivre leurs envois de photos, vidéos ou commentaires, et bien sûr publier eux-mêmes du contenu directement depuis leur mobile.

Le service est compatible avec MSN, Twitter ou encore Google Talk. Une seule et même application permet de visualiser et d’interagir en temps réel avec plusieurs environnements.

La version beta privée est consultable sur Android Market, la plateforme pré-installée dans les téléphones Android et permettant le téléchargement d’applications, et sur www.buddymob.com.

Disponible dans sa forme définitive dès le premier trimestre 2009.

Source : leblog-vendeesign.com

Voir les commentaires

La lampe ZiPP par Arash et Kelly

12 Décembre 2008, 20:19pm

Publié par Grégory SANT

arash_kelly_zipp_light.jpg
La lampe ZIPP est réalisée en feuille de polypropylène et assemblée ensuite pour former cette lampe trés florale. L'assemblage des feuilles est direcetment inspirée des fermetures Eclair.

+ arashandkelly.com 
Source : mocoloco.com

Voir les commentaires