Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

architecture-environnement

La fo^rêt verticale de l'architecte Stefano Boeri

6 Février 2017, 19:36pm

Publié par Grégory SANT

L’architecte italien Stefano Boeri vient de réaliser la première forêt verticale de Chine. Appelées tours de Nanjing, elles contiendront environ 1000 arbres et 2500 arbustes, permettant de dégager 60 kilos d’oxygène par jour. Ces bouffées d’air frais abriteront un musée, un hôtel Hyatt, une piscine et des bureaux.

Voir les commentaires

La plus grande pâle d'éolienne au monde

26 Septembre 2016, 18:18pm

Publié par Grégory SANT

Adwen et LM Wind Power se sont associés pour réduire le coût de l'énergie éolienne l'offshore, en pour construire la pale la plus longue du monde. L'énorme composant de 88,4 mètres a été spécialement conçu pour l’éolienne AD 8-180 d’Adwen, avec 8MW capacité et un diamètre du rotor de 180 mètres. La première de ces énormes lames est sortie de l'usine de LM Wind Power à Lunderskov (Danemark) fin juin 2016. Ces pales seront transportées vers le site d’Aalborg afin d’être testés .

Source : usinenouvelle.com

Voir les commentaires

Jikka : de tipis indiens par l'architecte Issei Suma

21 Septembre 2016, 18:34pm

Publié par Grégory SANT

Voici Jikka, un habitat japonais aux formes de tipi indien mais avec tout le confort moderne, étudié pour accueillir et faciliter la vie des personnes âgées. Imaginé par l’architecte japonais Issei Suma, l’habitat propose le parfait équilibre entre le minimalisme propre à la culture nippone et le grandiose des possibilités architecturales modernes.

Ces habitations étranges en forme de tipis furent développées par l’architecte tokyoïte Issei Suma dans le but de proposer des infrastructures adaptées aux personnes du troisième âge d’une petite communauté de la préfecture de Shizuoka, bordée par le Mont Fuji. Contrairement aux apparences, les cinq sections sont strictement carrées au sol. Seul la toiture spiralée, assez proche d’un eco-dome, se rapproche du style des tentes tipis indiennes.

La cuisine et la salle à manger, au centre de la structure, sont partagées entre les habitants de la Jikka. Au total, l’habitat est étudié pour que quatre personnes puissent y vivre avec ses deux salles de bains et ses deux chambres. Aujourd’hui, deux femmes retraitées, soutenues par deux personnels de soins, occupent les lieux pour un repos paisible et surtout confortable, la structure complète offrant un espace de 100m2 en pleine nature.

Les bains chauds gardent un rôle très important au Japon, et les personnes âgées aiment particulièrement en bénéficier pour des questions sanitaires et de bien-être. Le seiketsu (propreté) étant une notion essentielle dans la vie des japonais, la salle de bain joue ici un rôle central dans l’habitat. Bénéficiant d’un large espace, la baignoire en forme de spirale est entièrement intégrée dans le sol du bâtiment.

L’architecte explique en toute simplicité que son habitat alternatif n’est que la jonction de cinq petites huttes carrées formant ensemble un complexe miniature. Si de l’extérieur, c’est la chaleur du bois qui définit l’habitat, la structure intérieure est beaucoup plus minimaliste et monochrome, entre murs en béton, grandes baies vitrées et poutres porteuses en bois. L’architecte ne donne cependant pas de détails sur le caractère écologique de la construction, ce qui est regrettable au regard des lieux magiques qui l’encadrent.

Si la démographie japonaise, vieillissante, se concentre aujourd’hui essentiellement dans les grandes villes où l’activité économique est vive, cela s’est fait au détriment des campagnes où nombre de maisons et de lieux sont abandonnés. Par opposition, là où à Tokyo une petite maison suffira à vous endetter sur plus d’une génération, il reste possible de devenir propriétaire en pleine nature pour une bouchée de pain. De quoi nous donner envie de passer nos vieux jours dans la campagne japonaise, en espérant peut-être y trouver Totoro au fond du jardin...

Source : 2012un-nouveau-paragdime.com

Voir les commentaires

Créations de Mayer & Selders au Portugal

20 Septembre 2016, 18:25pm

Publié par Grégory SANT

Jardim do Mar est un petit village de pêcheurs et d’agriculteurs, situé au pied de falaises abruptes sur la côte sud-ouest de l’île de Madère. Le projet se trouve sur un versant nord-ouest, avec une vue imprenable sur la côte.

Le paysage de l’île se compose de terrasses, soutenues par des murs en pierre. Le terrain de cette habitation est de petite taille, en forme de L et comprend 2 terrasses avec une différence de hauteur d’environ 3 m. Le maintien du mur existant et du paysage rural était non seulement un choix formel, mais aussi une nécessité économique. Le projet visait donc à créer deux petits studios. L’appartement inférieur se compose d’un espace ouvert avec une petite cuisine, une table à manger et un salon, le tout presque complètement ouvert sur la vue de la baie. Le mur de pierres existant à l’arrière a été laissé au naturel à l’intérieur de la salle de bains, montrant ainsi quelques belles roches. L’appartement supérieur profite d’une belle hauteur sous plafond ayant permis la création d’une mezzanine où la chambre a été placée. L’escalier, la petite cuisine, un placard de rangement et une table sont assemblés dans une seule pièce de mobilier afin de tirer le meilleur parti de l’espace limité.

Photos: courtesy of Mayer & Selders

Source : journal-du-design.fr

Voir les commentaires

Smart Home par Sophia Qadiri

12 Septembre 2016, 19:27pm

Publié par Grégory SANT

Des boîtes postales géantes, des vélos à disposition et un abonnement “mobilité” : l’immeuble conçu pour les cyclistes est en construction à Malmö. Description.

Les smart home intéressent de plus en plus : 45% des Américains possèdent ou posséderont d’ici à la fin de l’année 2016 des technologies pour rendre leur maison intelligente, selon une étude Coldwell Banker. Des Suédois proposent eux une smart home originale : un bâtiment spécial pour cyclistes à Malmö. Dans cette ville aux 42km de pistes cyclables, le vélo est en effet un moyen de transport privilégié comme il peut l’être à Copenhague

L’immeuble de sept étages pour cyclistes a été conçu par le cabinet d’architecture Hauschild + Siegel pour encourager ses habitants à se passer de voiture le plus simplement possible. Les portes, couloirs et les ascenseurs sont suffisamment grands pour faire passer les vélos, la surface du sol est facilement nettoyable et les parking sont également adaptés pour accueillir les cyclistes. Des installations sont prévues pour recharger les vélos électriques, gonfler les pneus et faire quelques réparations.

Pour pallier l’absence de grand coffre pour transporter des objets volumineux, les architectes ont imaginé des boîtes postales géantes. Les résidents pourront ainsi se faire livrer et retourner facilement les colis non souhaités. Autre initiative : des vélos pliables seront mis à disposition des “commuters” (ceux qui travaillent dans une autre ville et font la navette) pour leur permettre de se rendre à la gare. Les occupants des logements bénéficient aussi automatiquement d’un abonnement d’un an à un service de vélos à la demande et de vélos-cargos. Enfin, le bâtiment héberge un hôtel pour les cyclistes de passage. Une manière efficace de promouvoir le concept.

Source : atelier.net

Voir les commentaires

Maisons scandinaves

4 Juillet 2016, 16:54pm

Publié par Grégory SANT

Nul besoin de se rendre jusqu’en Nouvelle-Zélande pour s’immerger dans l’univers de la comté, village bucolique habité par les Hobbits dans le Seigneur des Anneaux. En effet, le nord de la Scandinavie regorge de petites habitations, semblables à de petites collines recouvertes d’herbes, à l’intérieur desquelles de chanceux habitants vivent à l’année.

Bien que la nature seulement pourrait y être pour quelque chose, on doit cela à la Scandinavian Green Roof Association, qui depuis des années encourage les gens à installer un toit végétal. Ce type de toiture, semblant tout droit sortir d’un conte féérique, dispose de certaines vertus écologiques telles que l’absorption de l’eau de pluie, la réduction des coûts de chauffage et de climatisation.

Source : fubiz.net

Voir les commentaires

VILLES VERTES : les Etats-Unis dans la course

3 Mai 2016, 19:41pm

Publié par Grégory SANT

Plutôt que de bâtir un énième quartier résidentiel, ce projet entend construire la première cité verte du pays, capable d’accueillir 50.000 habitants.

Ancien joueur de football américain, Syd Kitson a les poches bien garnies et une fibre d’écologiste bien développée, ce qui lui a permis de lancer en Floride la construction de la première ville américaine uniquement alimentée par l’énergie solaire. Dix ans après avoir acquis le terrain, la construction bat aujourd’hui son plein pour ce qui sera la première cité verte du pays, une ville capable d’accueillir 50.000 personnes.

Aucune maison n’est encore achevée, mais les premiers résidents devraient être en mesure d’emménager en début d’année prochaine, estime Syd Kitson, 57 ans, qui a joué dans la lucrative Ligue de football américaine (NFL) pendant cinq saisons avant de devenir promoteur immobilier. «On est en train de créer une nouvelle ville», souligne l’ancien joueur des Green Bay Packers et des Dallas Cowboys. «Notre mission est de prouver que croissance raisonnable et protection de l’environnement peuvent aller de pair».

Plutôt que de bâtir un énième quartier résidentiel ou un lotissement éloigné du centre ville, il a décidé de construire une ville écologique de A à Z, avec tout le confort nécessaire à la vie moderne. Son projet prévoit un établissement scolaire public, un quartier avec boutiques et restaurants, des chemins de randonnée et des lacs pour s’adonner aux sports nautiques. Les habitants de «Babcock Ranch» devraient pouvoir à terme commander avec leurs smartphones une voiture sans chauffeur pour se déplacer. Appartements et maisons imposantes sont conçus pour des occupants de tous âges, à des prix allant de 200.000 à 800.000 dollars, selon M. Kitson. La fin de la première phase de construction, avec 1.100 logements, est prévue d’ici 2017.

Une ville alimentée en électricité par le soleil

La ville devrait être équipée des toutes dernières technologies écologiques et être certifiée respectueuse des critères de développement durable par la Coalition pour la construction verte de Floride. Mais le parcours a été truffé d’obstacles. A commencer par la crise financière mondiale de 2007, qui a éclaté juste après l’achat des terrains. La construction est un temps restée au point mort. Des habitants ont aussi argué que le projet allait porter atteinte à l’environnement et affecter leur mode de vie rural. Certains ont menacé de lancer des poursuites pour tenter de bloquer la vente du terrain par ses propriétaires depuis 1914, les Babcock.

M. Kitson est parvenu à éteindre l’opposition en achetant les presque 370 km2 détenus par la société familiale Babcock Florida avant d’en revendre la grande majorité - 295 km2 - à l’Etat de Floride pour créer une réserve naturelle. Il a versé environ 700 millions de dollars à la famille Babcock, puis récupéré quelque 350 millions avec la vente des terrains à l’Etat, a indiqué sa porte-parole à l’AFP. Et il y avait aussi des doutes sur la possibilité de produire de l’énergie solaire à un prix abordable. «Une ville alimentée en électricité par le Soleil? Ca ne s’était jamais fait auparavant», a relevé Eric Silagy, PDG de la compagnie d’électricité Florida Power and Light (FPL).

Lorsqu’il a rencontré le promoteur immobilier pour la première fois il y a neuf ans, M. Silagy l’a prévenu du coût élevé de l’énergie solaire. «Syd a écouté avec grande attention et il a dit OK. On va tout simplement vous donner le terrain», se souvient le patron du producteur d’électricité. «Et, honnêtement, ça m’a surpris.» Le promoteur a finalement donné 179 hectares à FPL pour la construction d’une ferme solaire. Si les documents de présentation du projet évoquent «la première ville au monde marchant à l’électricité entièrement solaire», l’énergie produite par l’installation solaire n’alimentera pas directement le nouvel éco-village mais sera injectée dans le réseau de FPL.

Source : lefigaro.fr

Voir les commentaires

Le restaurant au Chäserrug par le cabinet d’architecte Herzog & de Meuron.

29 Avril 2016, 17:15pm

Publié par Grégory SANT

A plus de 2000 mètres d’altitude sur le sommet du Chäserrug se situe un restaurant imaginé par le cabinet d’architecte Herzog & de Meuron. Cet établissement à l’intérieur boisé offre à ses clients une vue imprenable sur la montagne suisse et ses magnifiques sommets.

Source : fubiz.net

Voir les commentaires

Le bureau le plus écologique au monde

15 Avril 2016, 18:10pm

Publié par Grégory SANT

Le nouveau siège social du fabricant de sécheurs et de refroidisseurs Geelen Counterflow, situé à Haelen aux Pays-Bas, est devenu le bureau le plus écologique au monde en obtenant un score de 99,94 % selon la méthode d'évaluation de la performance environnementale des bâtiments développée par le BRE (BREEAM).

Le bâtiment, qui peut accueillir 50 employés de bureau, génère 50% plus d'énergie solaire que ce dont il est nécessaire pour assurer le chauffage, la climatisation, l'éclairage et le fonctionnement des ordinateurs. L'énergie supplémentaire est utilisée dans l'usine pour le découpage au laser de l'acier inoxydable et pour le rechargement électrique des chariots élévateurs.

Les matériaux de construction sont certifiés « Cradle to Cradle » (du berceau au berceau) lorsque cela est possible, ce qui signifie qu'ils ne causent pas de dommages à l'environnement et qu'ils peuvent être réutilisés ou recyclés après utilisation. Le bâtiment est construit à partir de matériaux en bois, considérés comme ayant l'empreinte CO2 la plus basse parmi les matériaux de construction.

L'architecture est optimisée pour la santé et la productivité des employés par le biais d'un contrôle de la pénétration de la lumière du jour, de la qualité de l'air et de l'éclairage intérieur, et par l'utilisation de matériaux sains.

Un jardin naturel a été créé autour du bâtiment, en utilisant toute une variété de plantes et fleurs endémiques. L'aménagement paysager comprend également des lieux de nidification pour les oiseaux, les insectes, les chauves-souris et les amphibiens.

Sander Geelen, directeur général de Geelen Counterflow a déclaré : « Dans notre quête perpétuelle de construire les meilleurs sécheurs et refroidisseurs pour les aliments et les engrais, nous appliquons les lois de la nature concernant la gravité, l'aérodynamisme et la thermodynamique. De ce fait, lorsque nous construisons de nouveaux bureaux, il nous semble plus que naturel de respecter ces lois mais également les limites que la nature nous donne. Ce bureau est une nouvelle étape dans notre cheminement vers une élimination totale de l'utilisation des énergies fossiles. La prochaine phase sera de développer une nouvelle génération de sécheurs qui utiliseront uniquement des énergies renouvelables. »

Le bureau a été conçu par Architecten en Bouwmeesters. La supervision de la construction a été assurée par Wagemans Bouwadvies. Les installations techniques ont été développées par Dubourgraaf et M. Ad van de Ven a été désigné comme expert BREEAM-NL


La BREEAM est la plus importante méthode d'évaluation au monde des performances environnementales des bâtiments et des projets. Il y a plus de 540 700 projets certifiés BREEAM dans le monde. Aux Pays-Bas, la méthode est gérée par le Dutch Green Building Council.

Source : enerzine.com

Voir les commentaires

Treehouse la maison autour d'un arbre par Aibek Almassov

30 Mars 2016, 18:36pm

Publié par Grégory SANT

Les enfants rêvent d'avoir une cabane dans les arbres, l’architecte Aibek Almassov, lui, en a imaginé une pour les adultes. Dans son projet, nommé Treehouse, ce jeune Kazakhstanais a conçu un espace de vie entièrement vitré, de forme cylindrique, qui entoure un arbre sur quatre étages.

Avec une vue à 360 degrés sur la forêt, l'endroit "permettrait aux hommes de vivre en totale harmonie avec la nature", a confié l'architecte au Huffington Post américain. "Le but principal de ce projet est d'offrir une alternative à l'agitation de la ville".

La structure, totalement écologique, serait composée de panneaux solaires transparents inclus dans les parois en verre. Aibek Almassov explique aussi que "l'eau de pluie sera purifiée et renouvelée pour l'usage quotidien".

Actuellement en négociation avec de potentiels investisseurs, l'architecte espère pouvoir enfin entamer la construction de la maison en 2017 - comme le rapporte Insideedition (le projet est à l'étude depuis 2013).

Considérant le peu d'intimité que laisse la structure transparente (même installée au milieu d'une forêt), l'architecte envisage d'ouvrir le site au public plutôt que d'en faire une habitation familiale. Découvrez-là ci-dessous :

  • A. MASOW ARCHITECTS

  • A. MASOW ARCHITECTS

  • A. MASOW ARCHITECTS

  • A. MASOW ARCHITECTS

  • A. MASOW ARCHITECTS

  • A. MASOW ARCHITECTS

  • A. MASOW ARCHITECTS

  • Source : huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>