Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #design-concept

Cannette PET de Volksbier par Cristian Stancu, Viorel Rusu.

31 Mars 2016, 17:51pm

Publié par Grégory SANT

Volksbier PET container by Cristian Stancu, Viorel Rusu. Golden A’ Design Award Winner in the Packaging Design Category.

Voir les commentaires

Quand le plastique contient du bois

30 Mars 2016, 18:23pm

Publié par Grégory SANT

Remplacer le célèbre plastique ABS – celui des briques Lego notamment – par un mélange de lignine et de caoutchouc synthétique serait assez facile selon des scientifiques américains. La réaction peut se faire à moins de 160 °C et sans solvant. Une recette prometteuse mais qu'il reste à peaufiner.

Lego, c’est 6.000 tonnes de plastique utilisées chaque année, dont 70 % d'ABS, issu de dérivés du pétrole. Une situation qui ne devrait plus durer très longtemps. Peut-être grâce à un plastique à base de lignine développé par des chercheurs américains de l'Oak Ridge National Laboratory. © ThamKC, Shutterstock

Pare-chocs de voiture, casques de protection et briques de Lego ont une chose en commun : ils sont moulés dans une matière plastique à la fois légère et résistante, un polymère appelé ABS, pour acrylonitrile butadiène styrène. Et c’est bien là que le bât blesse. Car le plastique ABS présente l’inconvénient d’être produit à l’aide de dérivés du pétrole. La situation semble ne plus convenir au géant du jouet danois Lego qui a annoncé, à l’été 2015, un investissement de quelque 135 millions d’euros et un recrutement d’une centaine d’ingénieurs pour mettre au point un nouveau plastique sans pétrole, plus respectueux de l’environnement. À en croire l’annonce de chercheurs américains de l’Oak Ridge National Laboratory, la solution pourrait venir de la lignine, l’un des principaux constituant du bois.

La lignine est un polymère naturel. Après la cellulose, elle est le deuxième biopolymère renouvelable le plus abondant sur Terre. Mais elle est loin d’être exploitée à sa juste valeur. Alors, les chercheurs de l’Oak Ridge National Laboratory se sont intéressés à l’une de ses principales caractéristiques physiques. La lignine confère en effet au bois sa rigidité. Les chercheurs américains ont donc pensé l’utiliser pour produire une matière plastique meilleur marché et plus propre que le plastique ABS avec, qui plus est, des performances au moins égales de fusibilité, de ductilité et de moulabilité et même des performances bien supérieures de résistance.


Le plastique à base de lignine conçu par les chercheurs de l’Oak Ridge National Laboratory est « vert » en ce sens qu’il compte 50 % de composants renouvelables. Il est également recyclable au moins trois fois, sans perdre de ses qualités. © Yves Tennevin, Flickr, CC by SA 2.0

De la lignine « trempée »

La lignine, cependant, est un polymère plutôt fragile. Il fallait trouver le moyen de la « tremper », au sens que donnent à ce mot les métallurgistes. Les chercheurs américains ont dispersé des morceaux de lignine de dimensions nanométriques dans une matrice de caoutchouc synthétique. Pour coupler les deux, ils n’ont pas eu à faire appel à des solvants. En effet, le caoutchouc butadiène-acrylonitrile – encore appelé caoutchouc nitrile – qu’ils ont utilisé et la lignine présentent des groupes chimiques dans lesquels les électrons sont inégalement distribués et sont donc susceptibles d’interagir entre eux.

Après avoir malaxé le mélange en fusion, les chercheurs de l’Oak Ridge National Laboratory ont observé la formation de structures à base de lignine de 10 à 200 nanomètres de long qui se sont mises à interagir avec le caoutchouc nitrile. Le résultat : une matière plastique baptisée ABL – acrylonitrile butadiène lignine – ne présentant plus ni toutes les propriétés du caoutchouc, ni celles de la lignine mais une combinaison intéressante mêlant la rigidité de la lignine à l’élasticité du caoutchouc.

Pour préciser leurs travaux, les chercheurs américains ont étudié les conséquences de diverses variations de paramètres sur le matériau obtenu en fin de processus. Ils ont ainsi déterminé que la lignine issue de feuillus, comme le chêne, présente une stabilité thermique optimale. Ils ont aussi conclu que la proportion idéale d’acrylonitrile dans le mélange se situe autour de 41 %. Quant à la température du mélange, mieux vaut la garder entre 140 et 160 °C.

Reste désormais à pousser plus loin les investigations pour déterminer, entre autres, comment exploiter au mieux, par exemple, les sous-produits de l’industrie papetière pour alimenter une potentielle production industrielles d’ABL. Ou encore pour étudier les performances de cette nouvelle matière plastique dans des matériaux composites renforcés de fibres de carbone.

Source : futura-sciences.com

Voir les commentaires

Design Sprint : le design agile

10 Mars 2016, 20:03pm

Publié par Grégory SANT

A l’ère du digital, le cahier des charges traditionnel n’est plus adapté à l’exploitation rapide d’une bonne idée. Dans les grandes entreprises, entre l’idée et le lancement d’un projet, il peut s’écouler entre un à trois mois d’avant-projet et de cadrage. A l’échelle digitale, c’est une éternité !

Or, les directions informatiques contraignent, en général, les entités métiers à cet exercice fastidieux : pas de cahier des charges, pas de projet ! Elles continuent, en effet, à appliquer les anciennes méthodes de gestion de projet inadaptées à la rapidité et souplesse exigées par les projets digitaux.

De plus, une fois le cahier des charges rédigé, on en connaît les limites : les exigences implicites ne sont pas intégrées et suscitent des frustrations en mode projet, l’expérience utilisateur (User eXperience) est rarement abordée et surtout, l’attention portée aux détails conduit à perdre de vue le problème à résoudre.

Le digital a besoin d’un mode d’émergence rapide et efficace des projets ! La démarche “Design Sprint” répond à ce besoin car elle allie l’innovation et sa mise en œuvre rapide (une idée, c’est une maquette), la collaboration (une équipe pluridisciplinaire) et le respect d’un délai très court (une semaine).

Le Design Sprint

Le “Design Sprint” est inspiré du Design Thinking* et de l’approche agile. Il s’agit de concentrer sur une semaine les différentes phases du Design Thinking : inspiration, conceptualisation et réalisation.

Brice Kieffer, Consultant Expert chez SQLI Consulting

Le meilleur moyen pour valider une idée, c’est de la matérialiser. Il s’agit donc de partir d’une idée et de produire une maquette ou un Proof Of Concept (POC) sous la forme d’un story-board (scénario) des écrans principaux de la solution et ce, en cinq jours seulement.

Pour y parvenir, un objectif précis à atteindre est fixé chaque jour :

  • Jour 1 : Comprendre – Poser le problème à résoudre
  • Jour 2 : Diverger -Trouver le maximum de solutions pour répondre au problème
  • Jour 3 : Décider -­ Sélectionner une solution
  • Jour 4 : Prototyper -­ Réaliser le POC de la solution
  • Jour 5 : Tester -­ Valider la solution en la soumettant à des utilisateurs

Cette démarche a été créée par des équipes de designers dans les laboratoires de Google. Elle a été éprouvée dans des contextes variés (Chrome, Google Search). C’est notamment Jake Knapp qui est à l’origine de sa déclinaison officielle au sein de l’équipe de Google Ventures.

Le Design Sprint : réservé aux « geeks » ?

La démarche Design Sprint est rapide et efficace. La recette magique, c’est la contrainte de temps et l’attention de tous les instants, portée à l’utilisateur final ! En étant contrainte, l’équipe libère toute sa créativité.

Cependant, la démarche Design Sprint est bien adaptée pour tester une idée mais pas pour conceptualiser et tester le programme de refonte d’une centrale nucléaire ! Il faut donc l’utiliser à bon escient avec un objectif réaliste et atteignable sur une durée d’une semaine.

Pour finir, il ne faut pas penser que cette démarche est réservée uniquement aux start-ups ou aux « geeks ». Monter une équipe pluridisciplinaire sur une durée de cinq jours est tout à fait possible même au sein d’une grande entreprise et peut s’avérer rentable au regard du coût et moyens associés à la rédaction d’un cahier des charges plus classique.

Source : marketing-professionnel.fr

Voir les commentaires

Nettoyeur Haute-Pression VariClean

3 Mars 2016, 20:09pm

Publié par Grégory SANT


  • Source : industrialdesignserved.com

Voir les commentaires

TappLock : le cadenas connecté

29 Février 2016, 20:01pm

Publié par Grégory SANT

Si les lecteurs d’empreintes digitales sont de plus en plus présents chez les flagship de nombreuses marques téléphoniques, c’est désormais le cas sur nos bons vieux cadenas.

Comme tous les éléments de la vie quotidienne, les cadenas aussi sont désormais connectés ! C’est notamment le cas du TappLock, un projet de crowdfunding audacieux sur Indigogo. Ce cadenas est en effet doté d’un lecteur d’empreintes digitales qui permet de débloquer le mécanisme sans avoir à utiliser de clé. Jusqu’à 200 empreintes peuvent être enregistrées, et se mettra à sonner si il est coupé.

Son créateur, un Canadien nommé David Tao, a largement dépassé ses objectifs sur le site. Le TappLock a en effet pas mal d’atouts. Il est léger, waterpoof et dispose d’une batterie conséquente qui peut durer jusqu’à 3 ans (et même recharger votre téléphone). Il peut également envoyer des notifications pour indiquer le besoin de recharge ou encore si quelqu’un d’autre a essayé de l’ouvrir. Il existe une version « Lite » de l’objet, pour des besoins moins importants (pas de recharge téléphonique).

Il est compatible avec iOS, Android et Windows Phone pour un peu plus de 60 dollars (si vous en achetez deux, un troisième sera offert).

Voir les commentaires

Gagnants du A’ Design Award 2015

26 Février 2016, 20:52pm

Publié par Grégory SANT

Hiza-contemporary cottage Single family holiday house by Proarh. Silver A’ Design Award Winner in the Architecture, Building and Structure Design Category. See all A’ Design Award Winners 2015.

Strata Chair by Ben Preston. Golden A’ Design Award Winner in the Furniture, Decorative Items and Homeware Design Category.

Volksbier PET container by Cristian Stancu, Viorel Rusu. Golden A’ Design Award Winner in the Packaging Design Category.

5X5 LED Lamp by BARBARA PRINCIC. Golden A’ Design Award Winner in the Lighting Products and Lighting Projects Design Category.

Ane Stool by Troy Backhouse. Platinum A’ Design Award Winner in the Furniture, Decorative Items and Homeware Design Category.

Minimal Bookshelf Bookshelf by Chan Hwee Chong. Silver A’ Design Award Winner in the Furniture, Decorative Items and Homeware Design Category.

Paper Teller Cuckoo Clock by Benjamin Ben Kemoun. Silver A’ Design Award Winner in the Furniture, Decorative Items and Homeware Design Category.

Source : mocoloco.com

Voir les commentaires

Le miroir du futur par Max Braun

9 Février 2016, 18:50pm

Publié par Grégory SANT

Max Braun n'est pas un ingénieur comme les autres. D'abord, il travaille chez Google. Ensuite, il est capable de concrétiser ses rêves futuristes, même pendant son temps libre.

Fasciné par les miroirs high tech qui affichent la météo, les infos et l'agenda dans les films de science fiction, comme celui qu'il a vu dans À l'aube du sixième jour avec Schwarznegger, notre ingénieur regrettait de ne pas trouver d'équivalent dans le commerce.

En bon bidouilleur, il s'est donc employé à bricoler le sien. Mais là où certains ont transformé un écran pour s'en approcher, avec un affichage par transparence, il a voulu un véritable miroir. "Je me suis commandé un miroir sans tain, une tablette, un panneau de contrôle, plus quelques composants et un peu de matériel de bricolage", explique-t-il sur son blog.

Le résultat est impressionnant, avec un véritable miroir, fonctionnel, peu encombrant. L'affichage est presque totalement monochrome pour rester discret. Quant aux informations, elles se mettent à jour automatiquement, mais une commande vocale existe tout de même. Max Braun admet avoir reproduit les principales fonctions de Google Now.

Tenté de faire la même chose? Max Braun a gentiment publié une photo détaillée de son montage électronique. Bon courage pour le reproduire...

Source : huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

Des étoiles au poignet avec Van Cleef & Arpels

9 Février 2016, 18:45pm

Publié par Grégory SANT

La haute joaillerie et la haute horlogerie n’ont jamais fait si bon ménage. Si les maisons investissent massivement le créneau de l’horlogerie féminine et les métiers d’art reviennent sur le devant de la scène. Mais Van Cleef & Arpels n’a pas attendu que le sujet soit à la mode pour se tailler une place à sa mesure dans ce domaine.

« La mission d'une maison comme Van Cleef & Arpels, c'est avant tout d'enchanter et de faire rêver surtout dans le monde dans lequel on est explique Léa Dassonville, Directrice Marketing adjointe horlogerie. Aujourd'hui, ce que l'on a envie de susciter quand l'on regarde son poignet c'est une émotion, ça nous rappelle un souvenir, un sentiment d'éternité parce que les pierres qui sont là, représentent des années d'expérience, une bulle de beauté et de poésie dans la journée de la personne qui la porte. »

Enchanter le temps

Credit Photo - Van Cleef & Arpels

La spécialité Van Cleef & Arpels ? Le Temps Poétique. Voilà qui en dit long sur la manière dont le joaillier envisage le temps, prétexte à rêverie. Saison après saison, la maison enchante la ronde des minutes. Leur écoulement inexorable se métamorphose en carrousel poétique. Une ondine rêve au bord d’un lac, des papillons traversent les nuages, une hirondelle caresse les heures de la pointe de son aile. Ici le temps ne s’écoule plus entre nos doigts : Van Cleef & Arpels en fait une fête.

« On part toujours de ce que l'on a envie de dire, d'exprimer, une histoire, un dessin et on va chercher la technicité après » poursuit Léa Dassonville, faisant référence à une nouveauté de l’année, La Ronde des Papillons. « Nous avons trois aiguilles pour les minutes, qui sont en fait trois papillons, qui ont chacun un axe de rotation différent, une vitesse de rotation différente ». L’ensemble forme un sorte de petit théâtre du temps. « Nous aimons surprendre et réveiller l'enfant qui sommeille en chacun de nous. »

La nature comme source d'inspiration

Credit Photo - Van Cleef & Arpels

La nature fournit à Van Cleef & Arpels une source d’inspiration toujours renouvelée, un rêve et un étonnement permanent. Montres à secrets, complications poétiques, profusion de gemmes serties, les montres se font parures. Joyau parmi les joyaux, le bracelet montre Rubis Secret est une merveille. Il aura fallu 8 années pour rassembler les 115 rubis flamboyants et tous différents qui le composent, 1500 heures pour les sertir. Une expertise dont le joaillier s’est fait une spécialité, les « bijoux qui donnent l’heure », à l’origine des complications poétiques dans lesquelles la marque excelle plus que toute autre.

Surprise de cette édition 2016, Van Cleef & Arpels a trouvé un nouvel artifice pour étonner. Grâce à système astucieux, le tout nouveau mouvement de la Midnight Nuit Lumineuse produit de l’électricite, pour illuminer les diamants de la constellation de la Licorne. « Comment allumer une étoile dans le ciel ? » questionne Léa Dassonville. « Nous avons eu cette idée un peu folle il y a environ 4 ans ». L’équipe technique a utilisé la piézo-électricité pour faire briller les étoiles de ce ciel nocturne. « Pour nous c'est vraiment une nouvelle dimension, c'est comme si on ouvrait une porte, il y a un champ narratif qui s'ouvre ». Un champ tellement vaste qu’il ouvre bien des perspectives en matière d’astronomie poétique. « Nous sommes très heureux de partager cette enthousiasme et de voir en retour des petites lumières qui s'allument dans les yeux ».

Voir les commentaires

Le bikini au secours des océans

8 Février 2016, 18:24pm

Publié par Grégory SANT

Pour sauver les océans, n'ayez pas peur de vous mouiller.

Des chercheurs de l'université de Riverside, en Californie, ont conçu un bikini qui vous permet de réduire la pollution marine en barbotant. Baptisé Spongesuit, ce "costume d'éponge" hydrophobe absorbe tout sur son passage – tout sauf l'eau. Sa matière recyclable et poreuse, dérivée du saccharose, se gorge de tous les polluants : jusqu'à 25 fois son propre poids, sans rien rejeter dans la mer et sans contact avec votre peau. Le maillot de bain contient des sortes de coussinets tampons qui piègent les polluants et qui, une fois pleins, peuvent être recyclés et remplacés par des neufs. Vous allez enfin apprendre à nager proprement, du moins si vous acceptez de porter un bikini. Autant dire que tout baigne dans l'huile.

Source : soonsoonsoon.com

Voir les commentaires

Bootle Light par Steve Gates

8 Février 2016, 18:17pm

Publié par Grégory SANT

  • Source : industrialdesignserved.com

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>