Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #design-concept

Spark : le rasoir laser

30 Septembre 2015, 19:18pm

Publié par Grégory SANT

Après avoir révolutionné le monde de l'épilation avec la technologie Intense Pulsed Light, Morgan Gustavsson et Paul Binum souhaitent révolutionner le marché du rasoir avec le Skarp, véritable rasoir laser.

Il aura fallu dix ans de travail pour trouver l’onde laser de très faible intensité capable de couper tout type de poil, quelle qu’en soit la couleur, à leur base.

Le Skarp fera disparaître démangeaisons, risques de coupures, irritations, etc. De plus, les gels et autres mousses à raser, ainsi que les besoins en eau nécessaires pour le rasage ne seront plus que de lointains souvenirs.

Il évitera également le problème du recyclage des rasoirs et têtes de rasoir jetés chaque année dans le monde.

A noter que la campagne de financement participatif Kickstarter a déjà récolté 1.198.219 dollars alors que la demande initiale n’était que de 160.000 dollars.

Les Hipsters n’ont qu’à bien se tenir.

Source : mensup.fr

Voir les commentaires

Casper : le premier Nap Truck

16 Septembre 2015, 18:46pm

Publié par Grégory SANT

Est ce que cela vous tente de profiter d’une bonne petite sieste durant votre pause-déjeuner par exemple ?
Casper, la célèbre marque américaine de matelas, a eu l’idée d’un tout nouveau concept basé sur les food trucks.
Il s’agit en effet, d’un camion aménagé en plusieurs compartiments pour faire la sieste.
Baptisé la Napmobile, le camion a commencé sa tournée en proposant pour le moment des siestes gratuites aux habitants de Boston, New York et Miami.

Source : w3sh.com

Voir les commentaires

Une Apple Watch Hermès

11 Septembre 2015, 20:07pm

Publié par Grégory SANT

Pour débuter sa keynote, la firme de Cupertino a commencé par parler de l'avenir de l'Apple Watch.

Apple a entamé sa keynote de septembre 2015 avec son Apple Watch. Outre quelques chiffres plus ou moins intéressants (10 000 applications compatibles avec la montre), la firme a tout d’abord révélé que watchOS 2 arriverait le 16 septembre prochain et embarquerait notamment de nouvelles applications tierces natives et permettrait de meilleures performances.

De nouvelles applications importantes

Ainsi, Facebook Messenger, iTranslate, GoPro ou encore Airstrip (une appli médicale qui permet notamment aux médecins d’écouter les battements d’un fœtus et de faire du monitoring à distance) pourront prochainement être utilisées depuis le poignet des utilisateurs.

Des bracelets par Hermes pour l’Apple Watch

Enfin, Apple a dévoilé de nouveaux bracelets (dont un rouge) et nouvelles couleurs de montres (doré et rose doré) disponibles dès maintenant. Par ailleurs, des modèles en cuir en partenariat avec Hermes arriveront également en octobre prochain. Les prix n’ont pas été dévoilés et ce n’est peut-être pas plus mal pour le cœur.

Source : begeek.fr

Voir les commentaires

Maison&Objet sept 2015

8 Septembre 2015, 19:55pm

Publié par Grégory SANT

Après deux jours passés au salon, il est temps de vous proposer notre petit compte-rendu. Nous avons eu l’occasion de participer aux Prix Les Découvertes en tant que jury du Hall 7 Now! Nous avions donc pour mission de dénicher la nouveauté, qui selon nous, est la plus marquante de cette édition.

Tâche loin d’être évidente lorsque l’on sait que ce secteur du salon regroupe « les nouvelles idées du design », où beaux objets et meubles audacieux et fonctionnels sont regroupés. Notre coup de coeur s’est porté sur Boulon Blanc et sa table modulable Archimède qui propose deux positions, une haute et une basse par un habile système de déploiement. Nous ferons un article complet dans les jours qui viennent sur cette création. En attendant, voici deux photos et une vidéo de la démonstration est visible sur notre instagram (cliquez ici).

Tous les autres exposants n’ont pas démérité, de belles découvertes, des créations aussi fonctionnelles qu’esthétiques, des designers toujours plus innovants et des échanges intéressants. Nous reviendrons dans les semaines qui suivent, séparément, sur les éditeurs et designers qui nous ont séduits.

Deux espaces incontournables dans le Hall 7:

Memento Mori par Arthur Gillet / Paravent de Gilles Neveu

jardin floral flottant par Espace teamLab x M&O

Tous les autres secteurs sont à découvrir, ils sont aussi nombreux que variés ! Vous avez jusqu’au mardi 8 septembre au soir pour vous rendre au salon.

Voici un aperçu en images des créations que vous pouvez découvrir à Maison & Objet Paris, édition septembre 2015:

The Skateroom:

Lampe CAPE par Constance Guisset chez Moustache:

Broke Bikes:

Lampes Sister et brother de Thomas Merlin chez Eno Studio:

Woodspot Table Lamp de Alessandro Zambelli:

Stand Hartô:

Assiette Mix and Match par Leslie David chez TH Manufacture:

Assiettes Blue Notes d’Eric Hibelot chez TH Manufacture:

Lampes Parc et lampes Petite de nos amis MAIORI:

Source : journal-du-design.fr

Voir les commentaires

Dyson : champion de l'innovation

5 Septembre 2015, 18:56pm

Publié par Grégory SANT

Les ventes du britannique ont progressé de 9,5% en 2014. Ses aspirateurs sans fil devancent désormais les modèles traîneaux.

L’inventeur de l’aspirateur sans sac, Dyson, poursuit sa marche en avant. Son pari : le haut de gamme dans un marché en pleine déflation. Et ça paie ! Malgré des prix pour ses aspirateurs, deux à trois fois plus élevés que ses concurrents, le britannique a vu ses ventes progresser de 9,5 % en 2014, à 1,3 milliard de livres sterling (1,7 milliard d’euros). Le résultat net s’est envolé de 41 % pour atteindre 113 millions de livres.

L’innovation reste au cœur de la stratégie. «Nous avons augmenté notre budget R&D de 40% en 2014 et dépensons 3 millions de livres sterling par semaine afin de développer notre expertise dans des nouvelles catégories, précise James Dyson, le fondateur, à la tête du département recherche. Notre technologie est notre avenir ». La preuve : ce sont les aspirateurs sans fil, que Dyson a lancés en 2011, qui ont tiré sa croissance l’an dernier. Leur vente a bondi de 68 %, pour un prix entre 350 et 500 euros. Alors que les autres fabricants d’électroménager en proposaient depuis longtemps, le groupe, avec son modèle plus léger et maniable, a su conquérir les consommatrices, y compris en Chine. Son moteur numérique Dyson V6 (les premiers ont été lancés il y a 15 ans) en fait « le plus puissant du marché », selon la société. Désormais, les sans fil se vendent plus que les aspirateurs traîneaux.

Une hausse des capacités de production

Autre levier de croissance : la gamme Dyson Air Multiplier, le premier ventilateur sans pales du marché, dont les ventes ont progressé de 20% en Asie. Le britannique parie aussi sur son humidificateur, qui fait un carton au Japon. Le produit a été lancé jeudi en France. Le Japon est le second marché de Dyson, derrière les Etats-Unis, et devant le Royaume Uni.

Pour maintenir son avance, Dyson avait annoncé l’an dernier un investissement de 1,5 milliard de livres pour agrandir ses laboratoires, et son siège à Malmesbury. Les travaux sont en cours.A Singapour, où se trouve le site de fabrication des moteurs, 160 millions de livres sterling ont injectées. Ce qui a permis l’ajout de quatre nouvelles lignes de production. Et va permettre de porter la capacité de production à 11 millions de moteurs par an.

Source : lesechos.fr

Voir les commentaires

Cuisiner avec des oeuvres d'art avec Dragos Motica

2 Septembre 2015, 19:06pm

Publié par Grégory SANT

.

AMANITA CAESAREA

BOLETUS LURIDUS

BOLETUS EDULIS

MACROLEPIOTA PROCERA

BOLETUS AEREUS as (Hribul negru) “The Black Hrib”

Source : mocoloco.com

Voir les commentaires

Toulet : des billards et baby-foot design

26 Août 2015, 18:12pm

Publié par Grégory SANT

« Aujourd’hui, qui a envie d’un billard marron tapis vert ? », lâche Marc-Alain Deledalle, directeur général dans le showroom clinquant de l’usine. Armature rouge croco ou dorée, tapis rose ou bleu criard aux boules assorties, diodes clignotantes, finition vache… Ici, aucun billard ne se ressemble : « Et c’est ce que nous recherchons : du sur-mesure à la démesure des clients. » Depuis le rachat de la société à la famille Toulet, en 2008, le jeune entrepreneur travaille à moderniser, avec son épouse spécialiste de la décoration d’intérieur, « un objet qui était devenu vieillissant et relégué au grenier ».

BlackLight, l’eurêka total !

« La déco a pris énormément d’importance, toute notre activité est orientée sur le design », signale le directeur. Tout, à l’exception des billards de compétition qui doivent afficher un bon vieux tapis vert, bleu ou gris. Mais aujourd’hui, le marché aux particuliers tient une place majeure dans le chiffre d’affaires de l’entreprise, près de 90 %. C’est l’arrivée, en 2010, du BlackLight, pensé pendant une année avec des élèves de l’Institut supérieur de design de Valenciennes, qui marque le tournant Toulet : « Sans pied, sans bois, résolument moderne : l’eurêka total ! Les ventes ont explosé, on en vend un par semaine. »

En redessinant le billard, Toulet lui offre une place au salon : convertible en table à manger, il séduit les familles européennes et devient totalement excentrique sur le marché mondial (50 % du chiffre d’affaires) : diamants, saphirs, juke-box, strass, Bluetooth, les Qataris, Dubaïotes et Américains en raffolent et formulent les demandes les plus folles à des prix tout aussi extravagants. L’une des dernières commandes par exemple : un billard dans une structure de Mini, dessiné sur mesure pour la modique somme de 35 000 €.

Touche française

Pour titiller et dominer le marché international, le directeur le sait, la touche française est son atout. « Délocaliser, c’est perdre sa liberté, on produit au maximum sur place, sauf certains produits précis comme les tapis, faits en Belgique, ou l’ardoise, qui vient d’Italie. » Jouxtant le showroom, l’atelier, une scierie à première vue bien classique, mais où les machines de découpe 5D côtoient des menuisiers aux savoir-faire spécifiques. « Si la moitié des ouvriers s’en allaient, je serais très mal, car ils se transmettent les techniques entre eux. » Ici, on débite et soude les structures métalliques, on pose l’ardoise qui permet de donner l’effet aux boules, on pose l’antirouille, la laque pour ensuite emballer les billards en kit dans d’immenses boîtes en bois avant expédition.

La dernière bonne idée du fabricant : lancer, avec le footballeur Mathieu Debuchy, une marque de baby-foot design et résolument moderne. « Un carton », sourit le chef d’entreprise.

Source : lavoixdunord.fr

Voir les commentaires

La platine disque vinyle de Gramovox

8 Juillet 2015, 19:13pm

Publié par Grégory SANT

Le fabricant Gramovox, spécialisé dans l'équipement audiovisuel vintage artistique, allie praticité et beauté à son dernier projet en date qui a pulvérisé ses objectifs de financement sur Kickstarter en un temps record.

Plus de 900 000 dollars récoltés en une semaine

La campagne de financement participatif pour la platine vinyle Floating Record n'a eu besoin que de quelques heures pour atteindre son objectif de 50 000 dollars. Une semaine après le lancement, Gramovox avait carrément récolté plus de 900 000 dollars ! Ce design inédit pour une platine permet de lire les vinyles non plus à l'horizontale mais à la verticale pour ainsi libérer de l'espace dans son salon – et mettre encore mieux vos disques en valeur !


A quoi ressemble cette platine verticale ?

Un socle en bois brut de 25cm/43cm soutient cette platine au design épuré. Le fabricant loue la facilité d'utilisation de cet appareil, qui n'est pas réservée aux audiophiles inconditionnels, et une très belle qualité d'écoute malgré son design peu conventionnel. Il intègre amplis et enceintes pour une écoute immédiate, sans ajout de câble et d'autre matériel.


Un engouement jamais vu

Plusieurs types de platines minimalistes sont déjà sur le marché, mais, avec cette approche verticale, Gramovox innove vraiment. Le record de financement en à peine quelques jours montre l'engouement accru pour les vinyles et la tendance actuelle à miniaturiser ses appareils du fait du manque de place grandissant dans les foyers citadins.


Prix du bijou : environ 300 euros

Les personnes qui s'engagent à soutenir ce projet sur la plate-forme de financement, ouvert jusqu'au 28 juillet, peuvent d'ores et déjà choisir de recevoir leur Floating Record en bois de noyer ou d'érable pour 349$ (environ 310 euros). Leur livraison est annoncée pour décembre 2015.

Source : masculin.com

Voir les commentaires

Montre Bell&Ross Rafale

26 Juin 2015, 20:54pm

Publié par Grégory SANT

Sous le soleil de ce mois de juin, les badauds se pressent pour admirer cet avion superlatif, cet avion de chasse “omnirôle” aux performances inégalées, le Rafale. Un avion de combat d’un peu plus de 15 mètres pour un poids de 5 tonnes, capable d’intervenir dans les missions les plus complexes. C’est au salon du Bourget que Dassault et Bell & Ross, on dévoilé « la montre de l’avion ». Notre reportage au Bourget.

C’est l’année du Rafale pour Dassault, qui vient de signer coup sur coup avec l’Égypte, le Qatar et l’Inde. Et c’est aussi l’année du Rafale pour Bell & Ross, qui dédie une édition limitée de la BR03 à ce chasseur d’élite. « Notre référence principale, c'est l'aéronautique pour ses valeurs technologiques avant-gardistes rappelle Bruno Belamich, co-fondateur de Bell & Ross. Quand on est dans le luxe, on s'intéresse à ce qu'il y a de meilleur et donc ici à la technologie de pointe, soit l'aérospatiale, l'aéronautique civile, militaire, les nouveaux matériaux, les nouveaux systèmes et on s'en inspire à notre niveau. »

La montre de l’avion avant celle du pilote

image: http://static.mensup.fr/article/grande/br03_rafale_chapitre_1.jpg

Après un premier partenariat consacré au Falcon, les deux marques se sont retrouvées autour de valeurs communes. « Bell & Ross est une belle marque de montres, Dassault est une belle marque d'avions, ce sont deux mondes qui font rêver explique Eric Trappier, CEO de Dassault Aviation. Il paraissait naturel de faire un parallèle entre le Rafale et une montre qui représenterait l'image du Rafale ».

Pour Dassault, cette montre devait donc représenter « l’image du Rafale ». Un cahier des charges bien précis, sur lequel les équipes de design ont planché. «Dassault nous a demandé de faire la montre de l'avion, d'abord, avant d'être la montre du pilote. Et la montre de l'avion c'est quoi ? questionne Bruno Belamich. C'est une montre en céramique, de la fibre de carbone, des matériaux high tech. C'est une montre aux couleurs de l'avion, aux couleurs du fuselage gris du Rafale. C'est une montre emblématique. Dassault a participé autant que nos designers à la conception de cette montre » poursuit-il.

La BR03, inspirée des instruments de bord

Credit Photo - DR

Le choix de la BR03 n’a rien d’un hasard. Ce modèle emblématique, créé voici dix ans, est directement inspiré des horloges de bord. Un thème cher à Bruno Belamich.

Dans sa conception comme dans son esthétique, le chronographe BR03 Rafale a sans conteste un air de famille. High tech, robuste, efficace, malgré sa tenue de camouflage et ses détails orange, il ne passe pas inaperçu et pour Dassault, la mission est remplie et l’âme du Rafale se retrouve bel et bien dans la montre, que l’on porte avec la même fierté. A défaut de s’offrir un Rafale, on pourra donc s’offrir la montre, dont 500 unités ont été produites. En quelques années d’existence, Bell & Ross a gagné ses galons auprès des pilotes et de l’armée de l’Air. Et il semblerait bien que ce ne soit qu’un début.

Source : mensup.fr

Voir les commentaires

Decathlon : l'innovation se fait autour de l'utiilisateur

16 Juin 2015, 19:25pm

Publié par Grégory SANT

Si l'innovation est un levier majeur pour la plupart des marchés, il est encore beaucoup d'entreprises aujourd'hui en France qui peinent à prendre des risques. Decathlon n'en fait pas partie: innover fait partie intégrante de sa culture d'entreprise.

L’innovation s’avère être un puissant outil d’engagement pour les collaborateurs, fournisseurs, partenaires qui s’identifient à une marque “inspirante” et renouvellent leur expérience en permanence. Mais pour parvenir à ce résultat, l’entreprise doit intégrer une culture encore marginale en France, celle de la prise du risque et de l’échec. Un profond changement doit s’opérer pour stimuler l’intérêt collectif et accepter de perdre le contrôle. L’échec est aussi une façon d’engager à condition que la communication soit pleine d’humilité. Il faut transformer ses erreurs en processus d’engagement à l’instar des startups dont les phases bêta sont devenues source d’inspiration pour les grands groupes. Ces méthodes alternatives permettent de réduire les investissements et de tester des idées tout en intégrant les “power users” dans le processus d’innovation, ces fans motivés à l’idée de jouer un rôle dans l’évolution d’une marque. L’innovation renouant avec la réalité du client fait évoluer l’image de la marque, parfois de façon fulgurante. En devenant un véritable leader d’opinion, elle s’accorde les faveurs de communautés souvent très influentes.

Xavier Rivoire, Directeur de la communication externe chez Decathlon, nous parle d’innovation au sein d’un leader dont “c’est la marque de fabrique depuis 1976”. 40 ans d’innovation motivée par les “utilisateurs de produits sportifs” comme préfèrent les appeler les employés du groupe. Pour eux, l’engagement vient d’une marque qui sait interagir avec les utilisateurs : “l’engagement doit venir de nous, c’est à nous d’expliquer la R&D et la conception d’un produit ; qui et comment on a travaillé. Nous sommes ouverts à toute remarque et observation pour toujours avancer.” Un état d’esprit qui porte ses fruits et jalonne le processus d’innovation.

Leader du marché avec plus de 30% de parts de marché, Decathlon a changé les normes du marché, en devenant un sérieux concurrent pour les marques qu’il distribuait. Et les moyens suivent les ambitions: pas moins de 170 personnes travaillent pour la marque Quechua. Résultat : 6 à 7 brevets déposés par an, et une expérience utilisateur toujours plus réussie. Decathlon entend proposer l’innovation sportive à un prix défiant toute concurrence : “quand je cours avec mon Kalenji Run Light, je ne me suis pas ruiné et pourtant le produit est quasiment indispensable. L’innovation abordable est difficile ; elle demande un investissement permanent mais elle apporte tant de gratifications à nos équipes et clients”.

Et pour rester leader, Decathlon apporte une attention particulière à toutes formes d’avis : “chez Kalenji, chaque jour mes collègues lisent les avis clients déposés sur le site de Kalenji et les intègrent. Toutes les idées donnent lieu à une réponse de notre part, et certains clients sont invités à devenir testeurs, donc co-créateurs et ambassadeurs.” Pour aller plus loin, le site de co-création Decathlon Creation a été lancé en 2013 : “C'est ce que nous appelons l'avis client 2.0. Nous sommes passés à l'étape suivante en incluant le client dès le début du processus de fabrication”. La plateforme suscite l’engouement et rassemble divers pays du monde : "des produits de la plateforme sont déjà en phase d'industrialisation et seront bientôt commercialisés”.

Les 530 ingénieurs, 150 designers et 50 chercheurs sont en constant “test and learn” : “l’innovation est, en quelque sorte, leur métier.” Decathlon teste ses produits en situation avec des consommateurs qui sont amenés à skier, marcher, camper… Le client est au cœur de la démarche : “c’est en observant et en écoutant les sportifs dans notre centre de R&D qu’on imagine le produit qui va favoriser le confort, le plaisir et la sécurité. Sur 2800 produits lancés en 2013 et 25 brevets déposés par an, beaucoup sont issus d’une remontée utilisateur”. Quel que soit son poste, n’importe quel collaborateur peut participer à la création de produit : “l’innovation chez nous, c’est au quotidien et à tous les niveaux”. Un esprit partagé par tous, et célébré depuis 2005 lors des Innovation Awards qui réunissent salariés, clients, partenaires et même internautes afin d’élire les produits les plus innovants. Une façon de valoriser l’engagement du public à l’égard des nouveautés proposées par l’enseigne. Cette relation gagnante est même clé pour continuer à surprendre et ne pas se laisser distancer par la révolution digitale. Le digital qui offre déjà de nouvelles possibilités à la marque et aux pratiques sportives, abolissant encore plus les frontières entre amateurs et professionnels.

Source : ladn.eu

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>