Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #impression 3d-fabrication additive

Impression 3D bi-matière

4 Mai 2008, 21:02pm

Publié par Grégory SANT



Source : Youtube

Voir les commentaires

RepRap, l’imprimante 3D autoréplicatrice

29 Avril 2008, 19:02pm

Publié par Grégory SANT

Les fans de nanotechnologies rêvent volontiers tout haut de machines autoréplicatrices, voire cauchemardent au sujet de la “gelée grise” (grey goo), cette catastrophe hypothétique selon laquelle des nanorobots se reproduisent jusqu’à dévorer l’écosystème entier. De leur côté, les adeptes de la biologie synthétique envisagent eux aussi de créer des créatures vivantes d’un nouveau genre, mais capables, comme leurs équivalents naturels, de se reproduire, pour le meilleur et pour le pire. Bien plus prosaïques que ces visions futuristes, les concepteurs de RepRap, avec à leur tête Adrian Bowyer du Biomimetic Research Group de l’université de Bath, n’en déclinent pas moins le concept d’autoréplication de manière excitante. Leur but est en effet de concevoir une imprimante 3D capable de fabriquer des copies d’elle même. Pour être plus précis, elle crée ses propres composants, qu’il faut toutefois ensuite assembler à la main !

RedRap, l

RepRap, comme Fab@Home, est une imprimante 3D dont les spécifications sont disponibles en open source. Chacun devrait donc être en mesure non seulement de fabriquer cette machine, mais également d’en produire d’autres, ou de la réparer lui même. L’équipe de conception travaille également sur une autre machine, le “RepStrap” : il s’agit d’une imprimante 3D “simplifiée” dont l’unique but est en fait de créer les composants de la RepRap, à savoir mouler les pièces en plastique qui entrent dans sa fabrication.

Si à l’heure actuelle nombre d’éléments de la RepRap sont effectivement susceptibles d’être générés par elle-même, d’autres font encore de la résistance, les circuits électroniques, notamment. Pour l’instant, nous explique Computer World, RepRap est capable de couler deux sortes de plastique. Mais les concepteurs du projet envisagent d’utiliser des têtes “d’impression” capables de déposer du métal, et même de permettre à l’imprimante de produire des objets de métal insérés dans du plastique. Selon Vik Olliver, membre de l’équipe, “cela devrait permettre, en théorie, de bâtir des structures comme des moteurs”.

RepRap, qui apparait comme l’aboutissement du concept d’imprimante 3D, va-t-elle transformer chacun en concepteur d’objets, mettant fin, si l’on en croit certaines prévisions, à l’ère de la production de masse ?


Source : Internetactu.net Par Rémi Sussan

Voir les commentaires

Prototypage rapide par découpe de papier

27 Avril 2008, 20:53pm

Publié par Grégory SANT



Source : YouTube

Voir les commentaires

Imprimante 3D Couleur

4 Avril 2008, 20:29pm

Publié par Grégory SANT

L’imprimante ZPrinter 450 de Contex est une imprimante 3D couleur utilisée pour le prototypage rapide dans les bureaux d’études. Elle coûte environ 27 000 euros et peut être utilisée aussi bien pour la mécanique que pour tout type d’architecture.



Source : julg7.com

Voir les commentaires

Prototypage rapide : frittage poudre

31 Mars 2008, 18:42pm

Publié par Grégory SANT



Source : Youtube

Voir les commentaires

Commande numérique multi-axe

28 Mars 2008, 20:58pm

Publié par Grégory SANT



Une machine à commande numérique multi-axe.

Source : Core77.com

Voir les commentaires

Le synthétiseur de matière

27 Mars 2008, 20:53pm

Publié par Grégory SANT

Gregory Daigle pour OhMyNews! signe un papier assez étonnant sur l’avenir de l’impression, un univers qui va de l’encre électronique aux nanofabriques en passant par les imprimantes 3D. Les recherches laissent à penser que nous pourrons, un jour, indifféremment, produire des circuits électroniques, du papier réinscriptible, des tissus organiques ou d’habillement, des objets 3D complexes voir même n’importe quel produit. D’où l’idée de pouvoir produire son propre robot : des objets mécaniques et électroniques fonctionnels, ne nécessitant pas nécessairement d’assemblage, et qui se réalisent simplement en intégrant ses composantes (mécaniques et électroniques) durant le processus d’impression. Reste encore que nous disposions un jour d’imprimantes capables à la fois d’imprimer des circuits électroniques, des batteries, des étiquettes électroniques, des diodes Oled et même des “muscles” en polymères capables de réagir aux stimuli électriques…
Après avoir détaillé les progrès dans certains de ces domaines, Gregory imagine à quoi pourrait ressembler ce premier robot : un papillon, semblable à un origami, capable de voler grâce à ses propres batteries et d’exécuter des tâches physiques élémentaires. Effectivement, c’est là un bel horizon pour donner des ailes à la recherche.

Source : OhMyNews

Voir les commentaires

Une chaise en prototypage rapide

24 Mars 2008, 21:07pm

Publié par Grégory SANT


La révolution est donc en marche d’autant que la gamme d’objets fabriqués par ce biais ne cesse de s’élargir. Après les petits objets fragiles comme les lampes, voici la chaise Solid de Patrick Jouin.
Première du genre, cette assise entièrement imprimée en 3 dimensions ouvrent des possibilités crédibles pour une vraie révolution de la production et commercialisation des objets usuels. Grâce à l’entremêlement de ses pieds, elle offre une résistance classique et grâce à son mode de fabrication (3 jours d’impression tout de même), elle laisse présager un temps où les designers, comme les musiciens, pourront dans certains cas se passer d’éditeurs et de distributeurs.
Certains cas seulement, car l’industrie musicale offre un modèle où les maisons de disques sont tout, sauf disparues.a3w-3.jpg





















Source : admirabledesign

Voir les commentaires

Le synthétiseur de matière

7 Mars 2008, 21:01pm

Publié par Grégory SANT

 
Gregory Daigle pour OhMyNews! signe un papier assez étonnant sur l’avenir de l’impression, un univers qui va de l’encre électronique aux nanofabriques en passant par les imprimantes 3D. Les recherches laissent à penser que nous pourrons, un jour, indifféremment, produire des circuits électroniques, du papier réinscriptible, des tissus organiques ou d’habillement, des objets 3D complexes voir même n’importe quel produit. D’où l’idée de pouvoir produire son propre robot : des objets mécaniques et électroniques fonctionnels, ne nécessitant pas nécessairement d’assemblage, et qui se réalisent simplement en intégrant ses composantes (mécaniques et électroniques) durant le processus d’impression. Reste encore que nous disposions un jour d’imprimantes capables à la fois d’imprimer des circuits électroniques, des batteries, des étiquettes électroniques, des diodes Oled et même des “muscles” en polymères capables de réagir aux stimuli électriques…
Après avoir détaillé les progrès dans certains de ces domaines, Gregory imagine à quoi pourrait ressembler ce premier robot : un papillon, semblable à un origami, capable de voler grâce à ses propres batteries et d’exécuter des tâches physiques élémentaires. Effectivement, c’est là un bel horizon pour donner des ailes à la recherche.

Source : OhmyNews

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32