Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #impression 3d-fabrication additive

Des pièces détachées en impression 3D chez Boulanger

2 Juin 2016, 18:33pm

Publié par Grégory SANT

La chaîne d’électroménager Boulanger ouvre les portes de sa plateforme Happy 3D, un site communautaire permettant de chercher des modèles de pièces détachées à imprimer en 3D pour réparer des équipements électroménagers.

Sur le site, on peut ainsi télécharger un peu plus de 100 modèles de pièces différentes en licence CC-BY-NC-SA. Une licence open source qui permet donc aux utilisateurs de modifier et repartager les modèles téléchargés depuis la plateforme Happy 3D, mais empêche ceux-ci de faire une utilisation commerciale des modèles.

our l’instant, le catalogue est constitué d’une centaine de pièces allant du bouton de cuisinière au-dessous de plat en passant par l’accessoire pour perche à selfie. Mais l'idée a du sens pour lutter contre l'obsolescence programmée de nombreux appareils que l'on doit changer à cause d'une simple pièce.

Le catalogue est encore relativement léger, mais constitue une bonne base qui pourrait s’enrichir si Boulanger parvient à convaincre les différents constructeurs de produits électroménagers distribués dans ses enseignes de partager leurs composants sur sa plateforme.

En attendant une offre plus exhaustive, Boulanger propose un espace communautaire afin de favoriser les échanges entre utilisateurs et en profite pour placer ses offres et ses partenaires sur le site. Celui-ci propose ainsi aux internautes d’être mis en contact avec un possesseur d’imprimante 3D, ainsi qu’une offre de formation à l’utilisation d’imprimantes via leur partenaire BDom.

Si Boulanger réussit son pari et parvient à fédérer une communauté suffisamment large, le service pourrait devenir intéressant. Suite à la fin des brevets pesant sur les technologies d’impression 3D, de nombreux services tels que Sculpteo proposent leurs services pour imprimer en 3D à des coûts relativement modiques. L’essor d’entreprise comme Makerbot a également permis le développement d’imprimantes 3D personnelles, destinées à prendre place aux côtés d’un scanner/photocopieur dans les bureaux, mais celles-ci restent aujourd’hui tournées vers un public de niche et de passionnés.

Source : zdnet.fr

Voir les commentaires

Fives-Michelin Solutions a de grandes ambitions sur le marché de l'impression 3D

2 Juin 2016, 18:29pm

Publié par Grégory SANT

Fives Michelin Additive solutions compte conquérir le marché de l'impression 3D métallique à grande vitesse. En automne 2015, le fabricant de pneumatiques auvergnat et l'ingénieriste créaient une société commune. Présente sur le salon Advanced Manufacturing Meetings de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), du 30 mai au 2 juin, la joint-venture a annoncé la livraison de ses premières imprimantes pour fin 2016-début 2017.

Les machines sont en production dans les sites Fives de Saint-Céré (Lot) et Louisville aux Etats-Unis. Le site de CapdeNac (Lot) sera également sollicité si besoin de plus de capacité. "Nous avons déjà reçu plusieurs précommandes", se félicite Vincent Ferreiro, directeur commercial de Fives Michelin Additive Solutions et directeur partenariats pour Michelin. Le secteur de l'énergie serait particulièrement intéressé. En plus des imprimantes, FMAS concevra et fabriquera des pièces métalliques, et proposera un service de formation et de SAV pour ses machines. Le tout vendu sous la marque "AddUp".

Industrialiser l'impression 3D

Les imprimantes 3D proposées par la joint-venture fabriquent des pièces par couches de poudre métallique mises en fusion par un laser. Une technologie déjà existante qui permet d'obtenir des pièces plus complexes qu'en usinage. Mais contrairement aux machines présentes sur le marché, FMAS affirme que ses imprimantes sont plus robustes. Elles peuvent fabriquer des pièces très fines jusqu'à 2/10ème de millimètre d'épaisseur. Et surtout elles peuvent en produire beaucoup, avec les mêmes caractéristiques. "Notre souhait est de sortir l'impression 3D du simple prototypage, explique Vincent Ferreiro. Nos machines sont conçues pour fonctionner 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, sans opération de maintenance."

La technologie a été développée en secret chez Michelin depuis une dizaine d'années, puis a été améliorée par Fives. Le pneumaticien l'utilise pour produire ses pneus CrossClimate et Premier. Certaines petites pièces des moules, celles qui forment les sillons des pneus, sont imprimées en 3D. "Nous avons produit un million de pièces", affirme Vincent Ferreiro. Toutefois, l'industriel avoue ne pas encore être parvenu au stade de la production de masse.

Doubler les effectifs

Michelin n'a pas peur de vendre sa technologie à d'autres industriels, voir à ses concurrents directs. Mais il espère bien conserver sa longueur d'avance. "Nous prévoyons le coup d'après", assure Vincent Ferreiro. Dans trois mois, Fives Michelin Additive Solutions devrait commencer à produire des machines capables de fabriquer des pièces plus grandes.

Pour accélérer la croissance de leur joint-venture, Fives et Michelin ne lésinent pas sur les moyens. Un premier programme de 25 millions d'euros a été engagé depuis 2015. "Et nous n'hésiterons pas à investir davantage", avance Vincent Ferreiro. Un plan de recrutement est en cours. FMAS compte embaucher 30 personnes supplémentaires dans les 18 prochains mois, et ainsi doubler ses effectifs. La joint-venture espère obtenir 20% de parts de marché d'ici à dix ans. Son ambition : devenir le leader mondial de la fabrication additive, elle prévoit même d'installer un site en Asie.

Fives Michelin Additive Solutions n'est pas le seul industriel à s'intéresser au marché de l'impression 3D métallique. En février, Siemens a annoncé un investissement de plus de 20 millions d'euros pour développer cette technologie. Thales imprimera des pièces pour satellites à Casablanca d'ici à 2018, et General Electric imprime en 3D son turboréacteur.

Marine Protais

FMAS veut séduire les PME
Fives Michelin Additive Solutions ouvrira une plate-forme technologique en octobre 2016. Sorte de showroom de 2 000 mètres carrés où les petites entreprises pourront essayer gratuitement, pour de petites séries de dix pièces, les machines de FMAS. "Nous avons besoin de leur montrer que la technologie marche", argumente Vincent Ferreiro. Une PME ne fera pas l'investissement d'acheter nos machines sans savoir ce qu'elle peut faire avec." La région Auvergne-Rhône-Alpes a investi 3,2 millions d'euros dans cette plate-forme. Un investissement dont bénéficient FMAS, mais aussi Aubert et Duval qui y présentera ses poudres métalliques pour fabrication additive.

Source : usinenouvelle.com

Voir les commentaires

Barilla va lancer les pâtes à domicile en impression 3D

27 Mai 2016, 18:02pm

Publié par Grégory SANT

Barilla proposera une machine pour que les consommateurs puissent personnaliser leurs pâtes à domicile.

C'est une imprimante géante qui sert à préparer chez soi, en deux minutes, des pâtes sur mesure. Barilla, numéro un mondial des pâtes, se lance à son tour dans l'impression 3D. C'est un chantier d'un genre inedit pour le groupe italien. L'objectif: concevoir un plat de pasta sur mesure à partir de la variété de pâtes et des ingrédients de son choix. Barilla, qui a fait de l'équilibre nutritionnel et environnemental de ses produits le moteur de sa stratégie, rêve de pouvoir ainsi proposer des pâtes adaptées aux besoins nutritionnels de chacun en dosant l'apport en fibres ou en protéines, le taux de gras... «La personnalisation des produits est la prochaine frontière pour l'industrie agroalimentaire, explique Victoria Spadaro Grant, responsable de l'innovation chez Barilla. L'impression 3D est l'une des réponses que nous pouvons apporter».

Un four «intelligent»

Si cette imprimante 3D est encore en phase de recherche, Barilla mise beaucoup dessus. «Nous invitons les start-up à nous aider à donner vie à ce projet», a déclaré Guido Barilla, président du groupe à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels. C'est un moyen de satisfaire les attentes de la nouvelle génération, plus exigeante lorsqu'il s'agit de la transparence des produits, et plus connectée. «Cela implique de concevoir différemment les produits et services que nous leur offrons», ajoute Victoria Spadaro Grant.

Barilla a multiplié récemment les initiatives en puisant dans les nouvelles technologies. Il a mis en vente l'an passé en Italie un four «intelligent» de luxe (700 euros), fabriqué par Whirlpool, qui ressemble au concept du robot à tout faire Thermomix. Avec la start-up Qomi, il livre à domicile des plats de pâtes en kit. Enfin, avec Google, il planche sur la création de plateformes d'éducation et de communication afin de promouvoir auprès des jeunes de meilleures habitudes alimentaires.

Source : lefigaro.fr

Voir les commentaires

Les premiers bureaux en impression 3D à Dubaï

26 Mai 2016, 17:48pm

Publié par Grégory SANT

En matière d'impression 3D, c'est probablement un nouveau pas en avant qui vient d'être franchi. Comme annoncé l'été dernier, Dubaï a inauguré en début de semaine le premier bâtiment de bureaux imprimé en 3D.

Sur un étage, il couvre une superficie de 250 m² et a été imprimé couche par couche en seulement 17 jours par une imprimante 3D dotée d'un bras robotique automatisé. Celle-ci arbore des dimensions de 6 mètres de haut, plus de 36 mètres de long et 12 mètres de large.

Le matériau utilisé pour la construction est un mélange de béton armé, composite ciment verre et plastique renforcé de fibres. Le bâtiment a été assemblé sur site en deux jours, avec également des éléments d'intérieur imprimés en 3D.

Ce projet a été réalisé en partenariat avec la société chinoise WinSun, qui est pionnière dans le domaine de l'impression 3D de bâtiments, pour un coût de fabrication aux alentours de 125 000 €. Les coûts de main-d'œuvre auraient été réduits de plus 70 % par rapport à une construction similaire opérée de manière conventionnelle.

D'ici 2030, Dubaï ambitionne que l'impression 3D représentera 25 % de la fabrication de ses bâtiments.

Source : generation-nt.com

Voir les commentaires

LIGHT RIDER : la moto en impression 3D

26 Mai 2016, 17:45pm

Publié par Grégory SANT

Après le vélo, la voiture, la maison, voici le projet Light Rider, moto ultra-légère imprimée en 3D imaginée par Apworks, filiale du groupe Airbus.

Une technologie et mode de conception largement employée, voir même usée tant le nombre de projets misant leur originalité uniquement sur ces techniques sont nombreux, mais forcé de constater, qu’ici les choses vont un peu plus loin…

Utilisant la technique de frittage sélectif à partir d’aluminium, la monture pèse au final pas plus de 35kg, dont seulement 6kg pour le cadre. Un châssis vide, choix de style presque organique, certainement mais également pour un souci de gain de poids tout en préservant la rigidité et résistance de l’ensemble pouvant vous propulser à plus de 80km/h.

« La structure ramifiée complexe et creuse n’aurait pas pu être produite à partir des techniques de fabrication traditionnelles telles que le fraisage ou la soudure, » explique Joachim Zettler, CEO d’Airbus APWorks. « Les avancées de la fabrication additive nous ont permis de réaliser le design bionique envisagé pour cette moto sans avoir à modifier de changements majeurs. Avec ces technologies, les limites de la fabrication traditionnelle disparaissent ».

Une édition limitée à 50 exemplaires, contre un chèque unitaire de 50 000€, rien que ça !

Plus d’informations sur le projet : Light Rider

Source : blog-espritdesign.com

Voir les commentaires

Ecouteurs en impression 3D par Final Audio Design

23 Mai 2016, 18:03pm

Publié par Grégory SANT

Petit à petit, Final Audio Design s'impose comme une marque, certes atypique, mais incontournable en matière de casque et écouteurs audiophiles de luxe. À l'occasion du High End de Munich qui s'est tenu début mai 2016, elle a présenté plusieurs nouveautés : d'une part une nouvelle série d'écouteurs annoncés comme les plus fins et légers au monde ; d'autre part, une paire d'écouteurs LAB II, ultra haut de gamme, dont les coques sont réalisées par impression 3D.

Dans le domaine des écouteurs audiophiles High End, Final Audio Design est depuis les débuts un précurseur. S'affranchissant du style dicté par les oreillettes professionnelles, la marque japonaise a imaginé des modèles au style et aux caractéristiques inédites comme avec les Piano Forte ne disposant d'aucun embout intra-auriculaire et se déclinant en différent alliage précieux.

Les écouteurs LAB II utilisent un nouveau transducteur électrodynamique de 15 mm et reprennent la forme de petites poires des Piano Forte. Mais cette fois-ci, leurs coques sont en titane réalisées par impression 3D. Cela en fait de magnifiques pièces de joaillerie et a permis aux ingénieurs de Final de faire une optimisation très poussée de la charge acoustique, de ses résonances et modes d'amortissements.
Les écouteurs Final Audio Design LAB II ont été annoncés au prix international de 4000 $, pour une sortie prévue fin août.

La seconde nouveauté chez Final Audio Design, ce sont les trois paires d'écouteurs F3100, F4100 et F7200, qui devraient être commercialisées d'ici cet été entre 180 et 500 $. Il s'agirait des écouteurs les plus petits et les plus fins au monde. Chacun ne pèserait que deux grammes. Une approche intéressante sur du haut de gamme, de qualité audiophile, sachant que beaucoup d'utilisateurs ont du mal à supporter les grosses et lourdes oreillettes que l'on trouve habituellement dans ces gammes de prix.

Source : on-mag.fr

Voir les commentaires

Un plan relief en impression 3D par Do'in3D

20 Mai 2016, 18:12pm

Publié par Grégory SANT

Fondée en 2014, Do'in3D vient de réaliser la plus grande impression 3D d'un plan-relief au monde. D'une précision millimétrique, cette maquette de 26 m², constituée de 400 pièces et 13 500 arbres, a nécessité trois mois de travail.

Le plan-relief original - celui d'Aire-sur-la-Lys (commune du Pas-de-Calais) en 1743 en dépôt au musée des Beaux-Arts de Lille - a d'abord été modélisé et numérisé par un partenaire, Ingeo puis imprimé avec des machines d'impression 3D.

Do'in3D développe des services d'impression 3D à destination des professionnels (architecture, urbanisme, marketing, design...).

Source : info-economique.com

Voir les commentaires

UPS et SAP prêts pour l'impression 3D à la demande

20 Mai 2016, 18:06pm

Publié par Grégory SANT

La société spécialisée dans la distribution de colis UPS a annoncé le lancement d'un service d'impression 3D à la demande. Ce dernier reposera sur la solution de gestion de la chaîne logistique de SAP.

Le marché de l'impression 3D réserve parfois des surprises inattendues. C'est le cas avec l'annonce d'UPS qui lance un service d'impression 3D à la demande en s'appuyant sur son réseau UPS Store présent dans 60 localités aux Etats-Unis. Les produits imprimés en 3D seront fabriqués sur la plateforme Fast Radius d'UPS dans son usine spécialisée de Louisville dans le Kentucky. Les internautes sont invités à passés par le site web Fast Radius (anciennement CloudDDM) pour commander leurs produits 3D qui seront ensuite transférés au site de fabrication le plus proche. Certaines commandes peuvent par ailleurs être exécutées et livrées le jour même a par ailleurs fait savoir UPS. Le service n'est pas limité aux Etats-Unis et les livraisons peuvent être effectuées dans d'autres pays.

Le service d'impression 3D d'UPS intègre la plateforme logicielle étendue de gestion de la chaine logistique de SAP avec les imprimantes 3D d'UPS ainsi que son réseau logistique. Parmi les cibles visées, UPS et SAP visent les fabricants pris par des temps de fabrication trop courts, des designers et ingénieurs industriels recherchant des prototypes « de haute qualité et rapide à réaliser » ou encore des entrepreneurs et des start-ups n'ayant pas d'imprimantes 3D.

Source : lemondeinformatique.fr

Voir les commentaires

Soyez LEADER sur votre marché avec l'impression 3D

18 Mai 2016, 21:28pm

Publié par Grégory SANT

En moins de 4 ans, l'impresion 3D a totalement remplacé les modes de fabrication dans
de trés nombreux domaines. Vous aussi, vous devez vérifier que votre process ne va pas être prochainement bouleversé par cette nouvelle technologie...

_____________

Faites dès maintenant, un audit technique personnalisé pour évaluer vos forces et faiblesses et adapter l'impression 3D à votre métier.

Vous cherchez des réponses à ces questions :


Qu'est-ce que l'impression 3D ?
Méthodologie et mise en œuvre d’une approche
d’impression 3D adaptée à votre métier
.


Comment choisir la bonne technologie de fabrication additive ?
Nous vous accompagnons avec nos experts.


Quels sont les matériaux utilisables et finitions possibles pour vos besoins ?
Plastiques industriels - Matériaux biosourcés - Poudres métaliques - Résines composites

Prenez rendez-vous
maintenant par e-mail :

audit@mpc-technologies.
fr

MPC Technologies - 1bis, rue Pierre & Marie Curie 59260 Lezennes - Tel : 06 95 48 47 32
----------------
All-Tren
ds - 41 rue des Métissages
592000 Tourcoing - Tel : 06 17 34 44 20

Voir les commentaires

LA révolution biologique avec "Modular Body"

3 Mai 2016, 19:50pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>