Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #internet

Le classement des réseaux sociaux

12 Mars 2008, 22:23pm

Publié par Grégory SANT

Toujours largement en tête, le site a attiré 65,7 millions de visiteurs en Février 2008, mais perd 1% de trafic sur un an.

, avec 28,5 millions de visiteurs et 77% de croissance sur un an, prend la seconde place du classement, alors que classmates.com ferme le podium avec 11,9 millions de visiteurs.

A noter également la bonne position de linkedin qui arrive 8e (3,8 millions) et , le site de réseau social de Google, qui malgré une croissance de 74% est à la peine à la 12e place (469 000 visiteurs).

Twitter, 19e, affiche une des croissances les plus importantes avec 4368% sur un an et 629 000 visiteurs.

Voir les commentaires

Newsmap permet d'accèder à l'info en un coup d'oeil

10 Mars 2008, 18:48pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires

Le web invisible

9 Mars 2008, 20:28pm

Publié par Grégory SANT

L'internet ressemble sensiblement à ce qui se passe au développement des réseaux de communication entre les hommes depuis la nuit des temps En effet L'internet a commencé comme un petit sentier puis ptit à petit les sentiers se sont développés. Certains ont grossis plus vite que d'autres pour devenir des autoroutes, des nationales, et autres chemins terrestres.  Autour de ces chemins on y a construit des villages, des villes, des zones commerciales et industrielles, des panneaux de publicité, des péages....
On a ensuite développé d'autres moyens de communication comme le bâteau, le train et l'avion. 

Le parrallèle peut être fait avec l'internet et peut même anticipé l'évolution de celui-ci. Le web n'est rien d'autre qu'un tube dans lequel on fait passer de l'information et qui s'aggrandit chaque année. On y trouve des magasins, des industries, de marques, des informations qui sont visibles plus ou moins facilement suivant le la "route" que l'on utilise.  La transmission d'informations se fait actuellement d'un serveur central vers les utilisateurs. Le réseaux internet risque d'évoluer vers un modèle ou chaque individu pourra devenir serveur central qui échangera de façon "manuel" ou "automatique" avec les autres serveurs. Ces serveurs seront incorporés dans de nombreux produits nomades ou fixes rendant une partie de l'internet complètement masqué. Nous avons déjà l'exemple de ces téléphones portables qui font office de réseau d'information routière grâce au calcul de déplacement de ces derniers. La multiplication des capteurs dans nos produits permettront au météorologistes de mieux gérer les prévisions météo, au urbanistes de mieux gérer les déplacements des personnes... Ce web invisible intégrant les produits communiquants du type domotique, poduits nomades, véhicules, capteurs corporels,  vont nous donner une  multitudes d'informations utiles à la compréhension et à l'anticipation de nombreux événements. 

Grégory SANT

Voir les commentaires

USB Wine : du vin du producteur au consommateur

7 Mars 2008, 21:38pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires

124 actions pour Photoshop

6 Mars 2008, 21:31pm

Publié par Grégory SANT

Henry nous propose un lien vers Virtual-Blast qui a regroupé plus de 120 actions Photoshop programmées!
Ces actions contiennent une succession de tâches et permettent ainsi d’appliquer facilement des effets à vos images !



Source : Julg7.com

Voir les commentaires

Télévision : Internet concurrence le hertzien

4 Mars 2008, 21:53pm

Publié par SANT

Télévision sur InternetAux Etats-Unis, la notion de "prime time" – grand messe télévisuelle du soir – ne fait plus tout à fait référence à un horaire de diffusion particulier. Les téléspectateurs sont de plus en plus nombreux à regarder leurs programmes favoris à toute heure de la journée, ce grâce à Internet. Près de quatre-vingt millions d'américains, soit 43 % de la population d'internautes du pays, auraient déjà visionné une de leurs émissions TV préférées depuis la lucarne de leur ordinateur. Une proportion qui a presque doublé puisqu'ils n'étaient qu'un quart à en avoir fait autant un an auparavant.

Engouement pour la TV sur le web

Un cinquième des personnes surfant sur Internet outre-Atlantique déclarent même y regarder des shows télévisés chaque semaine. Et un peu plus du cinquième des internautes s'étant rendu sur le site d'un réseau TV majeur aurait justifié leur visite en invoquant la volonté d'y "voir un programme spécifique". Ces chiffres, publiés par le cabinet Solutions Research Group, dévoilent par ailleurs un engouement supérieur pour ce mode de diffusion que pour les offres de vidéo à la demande proposées via le câble. Seuls 14 % des internautes interrogés ont ainsi déclaré profiter de ces derniers services. Les grandes chaînes de télévisions américaines ne sont pas au bord de la faillite pour autant : elle maîtrisent aussi les services de télévision à la demande sur Internet.

Visionnage décalé

Ainsi, de l'avis des internautes américains, le service de vidéo en streaming d'abc.com serait le plus satisfaisant. Un peu plus de la majorité d'entre eux lui ont effectivement attribué la mention "excellente". Il est suivi par Fox.com qui a pour sa part contenté 44 % des sondés. D'après les statistiques recueillies par le cabinet d'étude, la pratique consistant à reporté le visionnage d'un programme "prime time" est désormais fortement ancrée. Un américain sur quatre aurait en effet regardé leur dernière émission TV de grande écoute en décalé, ce quelque soit la technologie utilisée : Internet, le téléphone mobile ou un enregistreur vidéo numérique. A noter : l'enquête porte sur un échantillon représentatif d'environ mille personnes de douze ans et plus interrogées en novembre 2007.

Source : L'Atelier.fr

Voir les commentaires

Les cybermarchands à l'heure du m-commerce

4 Mars 2008, 21:43pm

Publié par SANT

description brève de l'image

La France compte plus de 15 millions de mobinautes, selon les chiffres de l’Arcep du 30 septembre 2007. Soit environ la moitié du parc d’internautes. Pour autant, les usages commerciaux de ce média tardent à décoller : le marché de la publicité sur mobile est aujourd’hui encore embryonnaire tandis que le marché du m-commerce reste limité aux biens digitaux à faible valeur monétaire (logos et sonneries principalement).

Un petit nombre de cybermarchands, cependant, a fait le choix d'être présent sur le mobile : d'aucuns pour compléter leur stratégie multi-canal et être dans les starting-blocks quand le m-commerce décollera, d'autres, véritables pionniers, défrichent le marché.

Découvrez, en cette période de soldes, sur quels sites bénéficier de bonnes affaires et acheter en toute sérénité depuis un téléphone mobile. 

Source : JDN http://www.journaldunet.com/ebusiness/mobile/dossier/080111-zoom-sites-ecommerce-mobiles/index.shtml

Voir les commentaires

Les tendances du e-commerce

4 Mars 2008, 21:33pm

Publié par SANT

Le e-commerce français se porte bien. Mais pour faire revenir ses clients et en attirer de nouveaux, il doit désormais se diversifier. Tour d'horizon des dernières tendances du secteur.

Des années que le petit monde du e-commerce évoque la « démocratisation de l’achat en ligne », l’arrivée des femmes et des séniors et la remarquable vitalité du secteur. Et c’est vrai : en 2007, le chiffre d’affaires du secteur a atteint 16,1 milliards d’euros selon une estimation fournie jeudi matin par la Fevad. Cela représente encore une hausse annuelle de 35%, après +37% en 2006 et +53% en 2005. Toujours selon la Fevad, le e-commerce français devrait atteindre 31,4 milliards d’euros en 2010.

Cette croissance continue masque pourtant d’importants changements. Pour continuer de croître, les commerçants en ligne doivent convaincre leurs clients de revenir et de dépenser plus, et aller chercher les nouveaux internautes qu’ils ne peuvent plus se contenter d’attendre. Pour cela, rien ne vaut les livraisons sans accroc et des taux de satisfactions au sommet. Mais le e-commerce doit aussi se diversifier, multiplier les offres et les opportunités de faire dépenser plus les internautes. Dernièrement, plusieurs tendances se sont ainsi dégagées.

Les services supplémentaires

C’est un des faits marquants de l’année 2007, selon le PDG d’Alapage. Longtemps réticents, « les internautes n’hésitent plus à souscrire des services supplémentaires comme des livraisons rapides », explique Christophe Lasserre. La plupart des cyber-marchands se font d’ailleurs très insistants et ajoutent des options à décocher par la suite. RueDuCommerce, par exemple, souscrit par défaut une assurance contre le vol et une extension de garantie, à 29,90 euros chacune, lors de l’achat d’un simple GPS TomTom.

Les sites mobiles

Le e-commerce, c’est partout, tout le temps. Après quelques discrètes tentatives, les vendeurs investissent massivement ce nouveau terrain, encouragés par l’arrivée des forfaits de navigation illimitée. Premier site français en terme de chiffre d’affaires, Voyages-SNCF, vient de rejoindre les pionniers comme la Fnac et Alapage, qui réalise 3% de son chiffre d’affaires par ce mode. « C’est un véritable phénomène », se félicite Christophe Léon, directeur marketing du voyagiste alors que 10.000 internautes utilisent aujourd'hui le site mobile. D’autres e-commerçants suivront rapidement. La Redoute et les 3 Suisses préparent ainsi leur boutique.

Le luxe... pour tous

C’est une des autres grandes tendances de 2007. Plusieurs grands noms du luxe se sont ainsi lancés cette année, comme le joaillier Boucheron. Et « ils se développent extrêmement rapidement », confirme Marc Lolivier, vice-président de la Fevad. Le site internet de Gucci aurait ainsi un chiffre d’affaires qui le placera au deuxième rang des boutiques. « Leur clientèle est sur internet et achète déjà sur internet », ajoute Marc Lolivier. Plus intéressant encore, ces grandes marques touchent aussi des clients qui n’oseraient pas entrer dans les boutiques en temps normal.

Les jeux et les jouets

Produit vedette pour les cadeaux de Noël chez les cyber-marchands ? Les consoles de jeu. « Les jeux, les logiciels et les consoles ont cartonné. Nous avons vendu énormément de Wii, de DS et de PSP », détaille Christophe Lasserre de Alapage. Des achats souvent complétés, et c'est plus marqué qu'auparavant, par toute une panoplie d’accessoires, judicieusement mis en évidence. Quatrième place produits les plus achetés en ligne, derrière les immuables CD, DVD et livres, les jeux vidéo sont néanmoins dépassés par l’autre succès du moment, le jouet. Le site Eveil et Jeux de la Fnac a ainsi fait une entrée remarquée en treizième place des sites les plus visités, selon Médiamétrie.

Source : L'Expansion

Voir les commentaires

Interconnexions entre le réseaux pour le web 3.0

4 Mars 2008, 21:26pm

Publié par SANT

//
Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte Style d'origine

Recherche

Dans le web 3, l'utilisateur crée aussi son réseau

 

La prochaine révolution Internet pourrait consister en des réseaux totalement sans-fils maillés. Avec cette approche, l'internaute ne génère pas seulement le contenu, mais aussi le support pour le diffuser.

 

Publié le 21 Janvier 2008

Mesh networkAprès le web 2.0 et son User Generated Content, l'Internet troisième génération verra-t-il l'avènement du "réseau généré par l'utilisateur" ? C'est en tout cas dans cette direction que les huit partenaires du projet IST WIP souhaitent aller. Cette initiative vise le développement d'une architecture réseau sans-fil. Une architecture que les utilisateurs contribueraient à former, leurs ordinateurs portables ou tout autre appareil mobile se faisant le relais du réseau. Ce projet autour des réseaux sans-fil maillés (Wireless Mesh Networks)  pourrait constituer un premier pas vers l'Internet 3.0. Un web où il sera possible de créer son propre réseau de façon spontanée, en quelques minutes. "Ce que nous proposons est un cadre technologique et des standards fiables, flexibles et optimisés, mais avant tout simples d'utilisation. Ceux-ci permettront à tout utilisateur d'identifier les appareils alentours et de s'y connecter quel que soit l'endroit où il se trouve", indique Marcelo Dias de Amorim, chercheur impliqué dans le projet.

Une nouvelle approche du réseau

Et les recherches du consortium formé pour l'occasion, encore au stade de l'expérimentation, se concentrent sur trois axes : la définition de protocoles de communication spécifiques, le développement d'interfaces utilisateur dédiées et de systèmes capables d'assurer ces fonctions de connexion. Appliquée à très grande échelle, cette approche pourrait se présenter comme une alternative à certaines limites posées par les technologies de réseau actuelles. Les fonctions de routage des informations et d'identification sont aujourd'hui toutes deux assurées par l'adresse IP, ce qui n'est pas sans poser de problèmes. "Cela fonctionne très bien lorsque l'on se trouve dans un réseau câblé, mais ce n'est plus le cas si l'utilisateur se déplace. Dans cet exemple l'adresse a changé mais l'identité de l'utilisateur reste bien sûr la même", commente Marcelo Dias de Amorim.

Vers un Internet radio…

Les chercheurs vont même jusqu'à évoquer la naissance potentielle d'un "Internet radio", c'est à dire dénué de toute communication passant par voie câblée. On peut d'ores et déjà imaginer les résidents d'un même immeuble partageant leur réseau d'un commun accord, ou encore la création d'un réseau ad hoc lors d'un voyage entre amis. Une solution permettant d'échanger ses fichiers gratuitement et à distance. D'autres initiatives sont sur les rangs pour la création de ces "User Generated Network". Ainsi le consortium américain Wireless Innovation Alliance prône-t-il l'utilisation des bandes passantes libérées par la télévision lors des tests tout juste autorisés par la FCC, l'autorité de régulation américaine. Rappelons aussi que les micro-ordinateurs issus du projet un ordinateur par enfant (OLPC) intègrent des technologies de connexion sans-fil haut débit qui permettent non seulement aux utilisateurs de recevoir des informations d'un réseau aérien, mais aussi de prolonger ledit réseau.

Julien François

Voir les commentaires

Qu'attendre du web 3.0

4 Mars 2008, 21:16pm

Publié par SANT

Plus pragmatique que la “définition” proposée par John Markoff, Frédéric Cavazza expose sa vision de ce que sera l’internet après le web 2.0, quand le web devient une modalité d’accès aux services parmi d’autres. En prenant comme exemple la façon dont se modifie pour l’utilisateur la découverte, la validation, l’achat et le paiement d’un produit en ligne, il montre que le web 1.0 correspondait à l’époque où un seul acteur était présent tout le long de la chaîne. L’innovation du web 2.0 consiste à destructurer l’expérience de l’utilisateur tout au long de l’achat : l’utilisateur utilise plusieurs services pour découvrir, valider, acheter et payer son produit.
Le web 1.0 par Frédéric Cavazza
Le web 2.0 par Frédéric Cavazza

Et le web 3.0 alors ? Frédéric Cavazza le voit comme une montée de services innovants venant ajouter de nouveaux maillons à une chaîne de valeur qui ne se limitera plus au web :

  • La découverte de produits pourra se faire dans des univers virtuels (comme ceux d’Habbo Hotel ou de Second Life), dans des jeux en ligne (comme dans World of Warcraft ou le Xbox Live) ou à l’aide de widgets (comme ceux proposés par le Dashboard d’Apple ou Yahoo! Widget) ;
  • La validation des produits serait fondée sur des servicidentitées indépendants qui s’appuieraient sur des systèmes de gestion universelle de la réputation des prescripteurs (comme ceux de BazaarVoice, iKarma ou Rapleaf) ;
  • L’achat pourrait se faire à l’aide d’un mashup marchand comme celui de Cooqy ou à l’aide d’applications marchandes connectées comme le Mozilla Amazon Browser) ;
  • Le paiement pourrait enfin se faire directement au sein du système d’exploitation (en exploitant le futur CardSpace de Vista), sur d’autres terminaux (comme les mobiles à l’aide de PayPal Mobile) ou à l’aide de moyens de paiement qui sont utilisés dans les univers virtuels (en Linden Dollars par exemple puisque des banques vont prochainement proposer des services bancaires dans Second Life).
Source : Internetactu.net 

Voir les commentaires

<< < 10 20 21