Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #objets communicants

Tableau interactif dynamique

18 Janvier 2010, 20:18pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires

Nouveau concept de stade à Dalian en Chine

26 Octobre 2009, 20:55pm

Publié par Grégory SANT

La société de Conception NBBJ est très attachée à la préservation de l’environnement, tout en réalisant des édifices plus grands et plus fonctionnels. L’avenir passe par cette démarche pour cette firme qui vient de proposer un design de stade pour la ville de Dalian, en Chine.

Ne vous attendez pas à retrouver un stade traditionnel, bol habituel des installations sportives… La surprise est de taille en découvrant la conception du projet :  pièce intégrable de l’environnement qui l’entoure, ce stade organique est un véritable jardin coupé en deux, ouvert sur le monde extérieur et non centré sur lui même. Les murs extérieurs  sont habillés de plantes qui changeront tout au long de l’année, alors que l’intérieur du stade dispose de panneaux géants LED. Conçu pour rendre l’expérience du stade encore plus qualitative pour les 40.000 spectateurs qui pourront siéger dans cet espace à ciel ouvert.

dalian_stadium_01.jpg

dalian_stadium_02.jpg

dalian_stadium_03_concourse.jpg

dalian_stadium_04.jpg

dalian_stadium_05.jpg

Source : pixiome.fr

The garden walls contain all of the vital systems of the building: the structure for the roof, the VIP suites, the toilets and concessions stands, the mechanical spaces, and the ticket booths. The main concourse is continuously open to the field–unlike most stadiums where concourses are separate spaces with few views into the bowl—and this new openness retains a spectator’s constant connection with the action. The walls are clad, facing outwards in living plants that change color and character depending on the four seasons—adding carbon-reducing plants where one would normally find an expanse of concrete and steel. The wall is clad on the inside, facing the concourse with giant LED panels, powered by on-site renewable energy, which changes instantly, compared to the outer wall which changes only naturally.

dalian-stadium_diagram_01_f.jpg

 

dalian-stadium_diagram_04_s.jpg

 

dalian-stadium_diagram_05_n.jpg

dalian-stadium_diagram_06_g.jpg

dalian-stadium_drawing_sect.jpg

Source : architecturelist.com

Voir les commentaires

HiREC une balance de cuisine communiquante

16 Octobre 2009, 19:43pm

Publié par Grégory SANT

Vous devez certainement vous demander à quoi peut bien servir cet étrange objet ?! La hiREC est une nouvelle génération de balance de cuisine ultra moderne équipée des dernières technologies en matière de pesage. Elle embarque un ordinateur qui va vous offrir de nombreuses données bien utiles : par exemple la date de péremption, les informations nutritionnelles, les risques d'allergies à certains aliments, des recettes de cuisine, etc.Toutes ces précieuses données sont affichées sur le large écran LED lorsque l'on pose l'aliment sur la petite tablette. Le designer italien de cette petite merveille d'inventivité, Andrea Vecera, a obtenu en 2007 le trophée d'argent au Samsung Young Design Awards.
Source : maxitendance.com

Voir les commentaires

Le japon lance les produits RFID du quotidien

15 Octobre 2009, 19:46pm

Publié par Grégory SANT

Si tous les produits et objets du commerce, les courriers, les ordonnances, les aliments étaient accompagnés d'une puce sans contact à identifiant absolument unique qui puisse être lue par une télécommande de télévision ou tout autre appareil, fixe ou mobile, muni ou adossé à un écran? Cette hypothèse est non seulement formulée au Japon, mais elle risque bien de s'y concrétiser plus vite qu'ailleurs. On vous a déjà parlé ici du professeur Ken Sakamura et de ses "ucode", on ne va pas récrire la même histoire.

Par contre, lui n'a jusqu'à présent pas (pas devant nous en tout cas) présenté la télécommande de télévision comme un possible lecteur des puces, ce qui est étonnant vu son approche visionnaire, mais ne fait que renforcer sa thèse d'une généralisation de ces dernières et d'un accès facilité à leur contenu à travers des équipements familiers. Juste un exemple: vous sortez de chez le médecin avec une ordonnance où le texte de la prescription est accompagné d'une puce RFID renvoyant vers le même contenu. Le pharmacien lit ladite puce ainsi que celle intégrée dans chaque boîte de médicaments avec son terminal de paiement. S'il se trompe, sa caisse enregistreuse le lui dit. "Ce sirop là n'est pas inscrit sur l'ordonnance"!

Live Japon RFID

Arrivé chez vous, vous passez à votre tour ladite ordonnance sur la télécommande de la TV, puis faites de même avec les boîtes, ce qui vous donne accès à des informations complémentaires sur la posologie, les contre-indications, etc. En temps utile, la TV (ou plutôt un serveur distant), qui sait tout grâce aux puces, vous rappelle votre prescription. Avant d'avaler vos cachets, vous effleurez de nouveau la télécommande avec chaque boîte que vous vous apprêtez à ouvrir. La TV vous alertera alors en cas d'erreur "Non, le matin, vous ne devez pas prendre cette gélule". La même chose est faisable avec le téléphone portable lorsque vous êtes ailleurs.

Reconnaissez que pour une personne âgée qui n'a plus forcément toute sa tête, ces aides sont bienvenues et peuvent même s'avérer vitales, même si le stockage des données en ligne présente potentiellement un risque. Mais, tout bien pesé, et à condition que des précautions soient prises et des mises en garde répétées, n'est-il pas négligeable au regard du bienfait? Cela mérite réflexion, non? Ce type de service ne doit pas et ne sera de toute façon pas conçu sans de multiples verrous de sécurité.

Live Japon RFID

Pour rendre le tout de surcroît plus commode et facile à digérer, une petite société nippone, Faith, a développé un prototype de télécommande dont l'ergonomie est plus intuitive, sous la forme d'un écran tactile qui peut lui-même servir de support de visionnage ou de lecture et être trimbalé à l'extérieur. A la place des boutons s'affichent d'une part les objets présents alentour (TV, téléphone portable, etc.) préconfigurés ou reconnus grâce à leur puce, et d'autre part les contenus disponibles (photos, vidéos, messages, livres ou journaux électroniques, etc.).

Il suffit alors de faire glisser les seconds dans les premiers pour en profiter sur l'écran de TV ou un autre terminal, d'un geste du doigt, et la technique s'occupe du reste, sans vous dire qu'en réalité, elle ne fait que transférer des droits d'accès à un serveur distant entre un terminal (par exemple la TV) et un autre (le téléphone portable). Cet instrument peut aussi servir de centrale de domotique. On imagine même un jour qu'il saura dire à grand maman où sont ses lunettes, la puce de ces dernières indiquant leur emplacement, lequel peut par exemple être le tiroir du buffet lui-même identifié comme tel par... une puce.

Live Japon RFID
Live Japon RFID
Source : clubic.com

Voir les commentaires

Le RFID entre à l'hôpital

1 Octobre 2009, 18:51pm

Publié par Grégory SANT

Pour répondre aux besoins de réduction des coûts dans le secteur médical, Implanet a mis au point un système de RFID baptisé Implanet Smart System. Celui-ci s'adresse tout particulièrement aux professionnels en chirurgie orthopédique. Le but étant d'assurer le traçage des instruments utilisés lors des interventions et des dispositifs médicaux implantables (DMI). Ceux-ci seront suivis depuis le départ du magasin jusqu’à l'étape de la pose dans le corps du patient, quand il s'agit d'une prothèse. La traçabilité se fait via des PDA, par la lecture d’étiquettes RFID apposées sur les boîtes de produits. Le système vise à simplifier le stockage et l'inventaire.

 

Mais aussi à automatiser les processus de commande et de livraison. Ce qui réduit les frais. Au départ, il faudra qu'une infirmière saisisse par ordinateur le type d'instruments nécessaires à une opération et les informations concernant le patient à qui une prothèse est destinée (code patient, âge, pathologie). Celles-ci seront alors transférées vers la base de données d’Implanet et l'approvisionnement sera géré automatiquement. "La technologie assure un gain de temps considérable pour le personnel hospitalier tout en préservant la qualité du traitement et des performances cliniques", explique à L'Atelier Emmanuel Grenier, directeur informatique pour la PME bordelaise.

 

"Le RFID est une technologie suffisamment mûre et bon marché pour être intégrée dans la production à forte valeur ajoutée", conclut Emmanuel Grenier. "Elle fournit des avantages comme la matério-vigilance et la gestion de grand nombre d'informations, mais réduira aussi  la contrebande". La start-up a reçu le Prix de l’Excellence PME 2009. Celui-cirécompense les entreprises innovantes en matière de nouvelles technologies. Il a étéorganisé par Dell en partenariat avec la CGPME et l'Independent Council for Small Businesses.

Source : atelier.fr

Des services "jamais proposés dans l’industrie médicale"

La sécurité de la chaîne logistique de bout en bout

Voir les commentaires

L'internet des objets : le web 3.0 ?

24 Septembre 2009, 19:56pm

Publié par Grégory SANT

Après le Web 2.0, on parle du Web 3.0 qui sera un Web sémantique. Mais parallèlement à cette arrivée du Web sémantique, une autre évolution fondamentale d’Internet se prépare, celle de l’Internet des objets. On peut dire qu’avec le Web 3.0 on vivra également l’Internet des objets. La capacité de réaction de façon contextuelle qu’auront certains objets et qui constitue une « intelligence ambiante » rejoint des développements menés autour du Web sémantique.


 

 

Comment pourrions-nous définir l’Internet des objets qui est la traduction d’« Internet of things » ? La définition que je donne est « objets reliés à Internet via des étiquettes dotées de codes (par exemple, puces RFID) ou d’URL propres permettant de les identifier et de les tracer avec la géolocalisation notamment. Certains objets, plus évolués, sont dotés d’une intelligence propre qui leur permet de s’auto-organiser selon les événements et les environnements. L’Internet des objets permet l’apparition d’une multitude d’applications ».

 

Cette profusion d’objets reliés à Internet nécessite bien évidemment le passage du protocole IP à IPv6 et une véritable gouvernance d’Internet. La pénurie d’adresse IP interviendra dès 2010-2011 et c’est pour cela que le passage à IPv6 qui permettra d’allouer des milliards d’adresses IP est une nécessité car chaque citoyen consommera plusieurs centaines d’adresses IP à terme. Par ailleurs l’Internet des objets va changer le mode de gouvernance d’Internet. La « gouvernance des objets » ne relèvera pas du DNS traditionnel mais d’une autre technologie, l’ONS (Object Naming Service) qui représentera un enjeu de gouvernance bien plus crucial pour l’ensemble des États que le DNS. En outre la question de la standardisation est une question clef pour l’interopérabilité entre les différentes solutions développées, ce qui avait fait le succès d’Internet avec son protocole commun TCP/IP. Actuellement, le système EPC (Electronic Product Code), qui offre une identification individuelle et unique des objets et une large diffusion, pourrait constituer la base de la nouvelle génération de standards.

 

Les applications de l’Internet que l’on peut imaginer sont innombrables : un frigo communicant avec la possibilité de réaliser des réassort d’aliments manquants avec livraison par l’enseigne e-marchande à domicile au créneau de votre choix, des objets de consommation courante comme un DVD avec la possibilité de le scanner en magasin afin de connaître les appréciations de consommateurs, les produits dérivés, etc., des chaussures communicantes qui permettent d’avoir des statistiques sur le parcours réalisé, d’échanger les informations avec d’autres coureurs, etc. Déjà le système baptisé Nike+iPod permet à un coureur de visualiser sur l'écran de son iPod nano, la distance parcourue, la vitesse de course, les calories brûlées, grâce à des capteurs insérés dans les chaussures. Mais avec l’Internet des objets nous irons bien au-delà. On pourrait imaginer aussi la traçabilité de détenus remis en liberté, le développement de pacemakers qui pourraient en cas de défaillance cardiaque ou de malaise vagal envoyer une alarme au SAMU le plus proche pour une intervention d’urgence. Le champ des possibles est quasi infini, il faudra simplement se poser la question de l’utilité des services et des marchés potentiels. Mais ceci supposera également d’avoir une très bonne sécurité car pour les deux derniers exemples, en cas de panne ou d’attaque, les détenus en liberté ne seraient plus géolocalisables et la personne ayant un malaise ne pourrait plus être secourue.

 

Pour positionner l’Internet des objets dans les transitions du rapport de l’homme à la machine via les technologies, Denis Failly propose le schéma de synthèse qui figure au début de cet article.
Source : livres-internet-web.over-blog.com

Voir les commentaires

De nouvelles applications pour les RFID

24 Septembre 2009, 19:29pm

Publié par Grégory SANT

 Vous faites tous les jours de la marche à pied, car votre médecin ou votre employeur s’inquiète pour votre tour de taille (une situation qui est loin de relever de la fiction pour des millions de quadragénaires nippons). Podomètre arrimé à la ceinture, vous vous astreignez à l’effort pédestre, mais aurez-vous le courage d’aller jusqu’à relever chaque jour le nombre de pas, les calories brûlées, les kilomètres arpentés et de saisir le tout dans votre ordinateur? Réponse: non, dans la plupart des cas.

Et s’il suffisait de poser le podomètre près de la télécommande le soir en rentrant, geste banal que vous faites peut-être déjà? Les données seraient alors automatiquement transférées à un serveur et votre téléviseur vous présenterait alors vos exploits sous forme de graphiques sans rien vous demander. Encourageant, non? Pas suffisant? Poursuivons: vous haïssez les tonnes de prospectus que vomit chaque jour votre boîte à lettres, vous bazardez systématiquement tout à la poubelle sans prendre la peine de trier le bon grain de l’ivraie. N’y-a-t-il pas pourtant parfois dans le lot des bonnes affaires que vous ratez bêtement, parce que vous avez la fainéantise, compréhensible au demeurant, de sélectionner.
Et s’il suffisait de poser la carte de fidélité de vos boutiques fétiches sur la télécommande de votre TV pour prendre connaissance des offres en rayon et surtout de celles qui risquent le plus de vous intéresser en fonction de vos achats antérieurs? On en entend déjà crier au loup, mais il n’empêche, un tel système minimiserait le gâchis de papier et vous ferait peut-être bien économiser quelques yens sur des produits que vous achetez la veille ou le lendemain de la promotion, faute d’avoir regardé le prospectus. Et si toutes les dépenses effectuées avec votre carte de paiement à débit différé se saisissaient toutes seules au jour le jour dans un logiciel de compte?

Avouez que ce serait moins pénible que d’éplucher les facturettes et de comparer avec ce qui est inscrit en fin de mois sur votre relevé. Admettons que vous raisonniez comme les Japonais (pour qui le bénéfice d’usage et le côté pratique passent devant les craintes sur l’utilisation légale, précisée, d’informations à des fins commerciales) et rajoutons-en, car ce n’est pas tout.

Si tous les produits et objets du commerce, les courriers, les ordonnances, les aliments étaient accompagnés d’une puce sans contact à identifiant absolument unique qui puisse être lue par une télécommande de télévision ou tout autre appareil, fixe ou mobile, muni ou adossé à un écran? Cette hypothèse est non seulement formulée au Japon, mais elle risque bien de s’y concrétiser plus vite qu’ailleurs. On vous a déjà parlé ici du professeur Ken Sakamura et de ses “ucode”, on ne va pas récrire la même histoire.

Par contre, lui n’a jusqu’à présent pas (pas devant nous en tout cas) présenté la télécommande de télévision comme un possible lecteur des puces, ce qui est étonnant vu son approche visionnaire, mais ne fait que renforcer sa thèse d’une généralisation de ces dernières et d’un accès facilité à leur contenu à travers des équipements familiers. Juste un exemple: vous sortez de chez le médecin avec une ordonnance où le texte de la prescription est accompagné d’une puce RFID renvoyant vers le même contenu. Le pharmacien lit la dite puce ainsi que celle intégrée dans chaque boîte de médicaments avec son terminal de paiement. S’il se trompe, sa caisse enregistreuse le lui dit. “Ce sirop là n’est pas inscrit sur l’ordonnance”!
Source : blognfc.com

Voir les commentaires

Une poubelle intelligente pour mieux recycler

21 Septembre 2009, 19:28pm

Publié par Grégory SANT

Pour recycler d'une manière plus efficace et éviter le gaspillage, le Georgia Institute (GIT) a mis au point une poubelle intelligente. Equipée d'un lecteur de tags RFID et de CUP (code universel des produits), Smart Trash scannera les objets afin d'identifier ceux qui sont recyclables et qui peuvent avoir potentiellement de la valeur commerciale. Il suffira aux utilisateurs de glisser dans la poubelle les appareils qu'ils pensent susceptibles d'être réutilisés. Celle-ci sera reliée aux services de recyclage par une connexion Wi-Fi. Ceci dans le but d'anticiper ou d'organiser proprement la collecte des déchets. L'autre fait intéressant, c'est que les objets recyclables - gadgets électroniques, mais aussi objets de grand usage comme une bouteille de savon liquide - seront par la suite vendus aux enchères via des services en ligne spécialisés.

 

L'argent collecté sera déduit de la facture mensuelle du consommateur, ou alors un chèque bancaire lui sera envoyé. La poubelle triera aussi les objets dangereux pour l’environnement. Le but étant de les séparer des autres déchets avant de les envoyer aux services spécialisés. Selon les chercheurs, les objets non recyclables ne doivent pas être juste détruits, mais doivent être utilisés d'une manière plus responsable. Par exemple, pour produire de l'énergie, utilisée aussi bien pour l'éclairage des maisons que pour des appareils électroménagers.

 

"Aujourd'hui, nous utilisons encore les technologies élaborées en 1950  pour recycler les déchets", explique Valérie Thomas, responsable du projet. "Avec Smart Trash, pratiquement tout objet peut être traité d'une manière plus efficace, responsable et écologique". Le système peut aussi être utile pour identifier des objets dangereux pour la santé et la sécurité des usagers. Plusieurs associations ont montré leur intérêt pour le projet. Parmi elles : l'Agence de Protection Environnementale (EPA), le projet PURE (Promoting Understanding of RFID and the Environment) et même Hewlett-Packard.

Source : atelier.fr


Zéro gaspillage


Gagner de l'argent en recyclant

Voir les commentaires

Zaha Hadid Crée une salle tourbillon pour Bach

4 Septembre 2009, 20:06pm

Publié par Grégory SANT

L’architecte Zaha Hadid vient une nouvelle fois de démontrer son attachement à l’architecture légère, simple et souple. A travers son nouveau projet, un auditorium pour le Festival international de Manchester, elle met en avant une spirale fluide au service de la musique classique. Effectivement, des concerts de Jean Sébastien Bach seront donnés à l'intérieur de cet espace, situé à la Manchester Art Gallery jusqu’au 19 juillet.

Dans la conception, l’architecte a souhaité développer une sorte de boucle flottante qui enlacerait le public. La pièce principale ressemble à une boîte sculptée à l’intérieur d’espaces fusionnés et fluides. «Le design met en valeur les différentes facettes du travail de Bach à travers une intégration cohérente de logique structurelle et formelle. Un ruban de tissu continu s’enroule sur lui-même créant au passage plusieurs espaces pour protéger les artistes et le public et créer une certaine intimité», explique Zaha Hadid.
Qualités acoustiques
Le ruban a également été conçu pour dégager un son de qualité. Ainsi, des panneaux acoustiques sont suspendus au-dessus de la scène pour améliorer la qualité du son et en faire profiter chaque spectateur. «L’architecte Zaha Hadid arrive toujours avec de nouveaux défis et des idées innovantes. C’était merveilleux de voir la réalisation de ce projet», indique Alex Poots, le directeur du Festival.
Tout comme le Mobile Art, musée itinérant, qu’elle avait créé pour Chanel, cet auditorium est facilement démontable et réutilisable.

Un ruban
Dans la conception, l’architecte a souhaité développer une sorte de boucle flottante qui enlacerait le public.
La pièce principale ressemble à une boîte sculptée à l’intérieur d’espaces fusionnés et fluides.
Zaha Hadid
Zaha Hadid ©

Source : batiactu.com

Voir les commentaires

Les interfaces fluides du projet Sixième Sens

15 Juin 2009, 21:21pm

Publié par Grégory SANT

Pour Pattie Maes, à la tête du du Groupe des interfaces fluides du Media Lab (qui présentait il y a peu le projet Sixième Sens), nous avons besoin de créer des objets technologiques que nous pouvons chérir et qui soient capables de porter les réponses émotionnelles auxquelles nous sommes habituées avec les produits non technologiques (des objets évocateurs, comme les aurait appelé la psychologue Sherry Turkle). Son laboratoire travaille à construire des relations émotionnelles avec les objets, via les comportements numériques qui sont intégrés aux produits, comme c’est le cas de ces oreillers relationnels, qui peuvent communiquer ensemble, par des lumières ou en changeant de formes, selon les pressions des utilisateurs. Les étudiants du Groupe des interfaces fluides travaillent ainsi à d’étranges fourrures dynamiques, à des affiches en papier ou en tissu capables de se rétracter en partie comme des volets pour afficher de l’information, à des structures en mousse tissées de circuits leur permettant de se déformer physiquement à distance selon nos sollicitations, ainsi qu’à augmenter d’électronique les qualités physiques et tactiles du papier.

Quelques-uns des projets d'étudiants du Fluid Interfaces Group

Le dernier exposé de cet atelier a été celui de Seth Goldstein de l’école d’informatique de l’université Carnegie Melon qui travaille sur la Claytronique, la “matière programmable”, c’est-à-dire des éléments de la taille d’un grain de sable, munis de capteurs, de capacités de calculs et d’aimants, capables de s’assembler pour se constituer en n’importe quel objet, comme une pâte à modeler (clay) électronique, comme nous l’avait déjà expliqué Rémi Sussan.

Reste à savoir quand cette informatique organique nous sera accessible ? Si Seth Goldstein table sur les alentours de 2015, Hiroshi Ishii est plus prudent et explique qu’il nous faudra au moins un siècle pour faire de ces technologies une réalité quotidienne. En attendant, les interfaces tangibles deviennent toujours un peu plus communes, comme le montre le projet Trackmate Tracker mis au point par le Tangible Media Group. Le Trackmate Maker est une initiative open source pour créer une interface tangible soi-même à faible coût : il permet de créer sa propre électronique tangible, permettant à n’importe quel ordinateur de reconnaître des objets marqués, leur position, leur rotation et leur couleur, explique Geoffrey Dorne (vidéo).

 


Source : internetactu.net

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 > >>