Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #objets communicants

30 objets connectés par foyer en 2020

1 Juin 2015, 20:49pm

Publié par Grégory SANT

L’année dernière, près de 3 millions de wearables ont été vendu dans les marchés les plus importants d’Europe, l’Allemagne, Grande-Bretagne et la France, avec plus d’un tiers des volumes (36%) absorbé au cours du dernier trimestre 2014. Aujourd’hui, après les nombreuses promesses de commercialisation du premier trimestre 2015, l’Institut GfK voit la tendance s’installer durablement dans le paysage des distributeurs puisque la taille de ce marché va plus que doubler en 2015.

En effet, le cabinet GfK prévoit que 72 millions d’unités seront vendues dans le monde en 2015, principalement dans les régions développées. « Cela constitue une accélération majeure en comparaison des 30 millions de pièces vendues en 2014 » rapporte François KLIPFEL, Directeur Général Adjoint chez GfK. Le marché des wearables n’en est qu’à ses balbutiements, en particulier lorsqu’il s’agit de concevoir les produits à destination du public féminin. Actuellement, le design est généralement attrayants pour les « early adopters » qui, selon les études, sont des consommateurs de sexe masculin âgés de 25-33 ans ; déjà détenteurs d’un grand nombre de biens techniques.

En 2015, en France, il devrait se vendre 1,8 millions de produits wearable, parmi les montres et autres traqueurs. Plus globalement, GfK prévoit plus de 30 objets connectés par foyer en 2020 et des ventes d’ici là qui pourraient représenter 2 milliards d’unités dans l’Hexagone.

Le marché a démarré autour du poignet avec les montres ou les bracelets, le reste étant encore au stade du développement. La cible est très large puisque plus de 640 000 consommateurs ont été séduits dès la première année de commercialisation en 2014. Et l’équilibre est quasi parfait entre les 3 segments clés : montres connectés, montre de sport et traqueurs d’activité réalisant respectivement, 190, 250, et 200 000 ventes en 2014.

Source : journaldugeek.com

Voir les commentaires

L'avenir des wearables

6 Mai 2015, 17:12pm

Publié par Grégory SANT

Pourquoi encore si peu de projets associant mode et wearable ? Certains avancent des raisons technologiques quand d’autres pointent les retards d’un secteur dans son ensemble.

Dans une récente enquête auprès des consommateurs américains, le cabinet de conseil NPD Group montrait que 56 % des femmes interrogés et 50 % des hommes croyaient que les wearables étaient l’avenir de la technologie. Mais la plupart des sondés soulignaient également un autre aspect : ils n’étaient pas prêts à changer leur style vestimentaire pour s’adapter aux appareils portatifs souvent lourds et pas toujours attrayants.

Les wearables semblent donc devoir évoluer en fonction de la mode. L’attente pour une synergie mode/technologie est immense mais les obstacles sont nombreux. Mais si les projets existent pour intégrer les wearables dans la mode : Intel et sa « robe araignée », la maison de couture anglaise CuteCircuit et sa « Twitter dress », la start-up australienne Utope et son t-shirt intelligent, luminescent… Peu parviennent toutefois à la commercialisation.

Intel et le styliste Anouk Wipprecht créent la robe araignée avec capteurs et bras robotiques.

Des barrières technologiques

Les premières embûches sur le chemin de l’association entre mode et wearable tiennent aux avancées technologiques. Les exigences des stylistes et des consommateurs peuvent freiner la mise en place de certaines solutions. En effet, un vêtement doit pouvoir passer sous l’eau, être lavé à haute température, et – bien évidemment – ne pas risquer d’électrocuter son porteur. Autant de propriétés que n’ont pas toujours les objets connectés. D’autant que ces appareils nécessitent une batterie, difficile à intégrer à un vêtement. Même si elles font des progrès ces batteries ont encore du mal à être légères, flexibles et lavables pour un prix accessible.

Pour certains la solution passe par un dispositif discret qui peut s’enlever et se recoller à volonté : c’est l’idée du petit bouton connecté d’Intel baptisé Curie. D’autres, comme la jeune entreprise Dephotex, envisagent le photovoltaïque textile pour pallier le problème des batteries.

Pour le reste, la recherche apparaît un peu paralysée dans le domaine selon Bradley Quinn. Ce spécialiste des nouvelles technologies dans la mode soulignait au site canadien The Globe and Mail un point important : la recherche sur les nanotechnologies, nécessaire aux progrès des wearables, est en grande partie financée par l’industrie aérospatiale et médicale. La mode passe donc au second plan.

Un secteur qui peine à innover ?

Si l’on fait le tour des innovations associant wearable et mode, le constat est clair : les produits proposés correspondent à un marché de niche. Le Wealthy project visait ainsi les personnes atteintes de maladies cardiaques, la « Twitter dress » ciblent quant à elle clairement des consommateurs aisés ou l'animation d'événements ponctuels. À chaque fois, les initiatives ne sont pas dans le marché de masse du prêt-à-porter. Est-ce-à dire que le secteur de la mode a peur de se lancer pleinement dans l’innovation ? C’est en tout cas ce que suggère un rapport de la Swedish School of Textiles. Selon son auteure, Lena Berglin, il y aurait un gouffre entre les efforts réels mis dans la recherche sur les nouvelles technologies dans la mode et le désir de commercialisation. Les efforts sont mis dans des solutions de niche ou pour des événements ponctuels mais les entreprises et maisons de couture auraient peur de s’engager dans la voie de vêtements connectés de masse.

Les différents projets associant mode et wearables répertoriés par Lena Berglin : les applications médicales sont en tête.

En revanche s’il est un secteur qui porte les avancées c’est bien la santé et le bien-être. Le rapport de Lena Berglin le souligne clairement : les applications médicales et sportives sont largement majoritaires parmi tous les projets que la chercheuse a inventoriés dans son étude. L’innovation dans la mode passerait-elle donc obligatoirement par le fitness et la santé ?

Source : atelier.net

Voir les commentaires

Soyez connectés pour l'été

30 Avril 2015, 16:55pm

Publié par Grégory SANT

Le printemps est enfin là. Les beaux jours font leur apparition et vous n’avez qu’une seule idée en tête : déjeuner dehors avec vos collègues afin de prendre le soleil.

Mais savez-vous que vous pouviez transformer votre traditionnel pique-nique en moment 2.0 ?

La glacière, l’accessoire indispensable

Bien qu’encombrante, une glacière a l’avantage d’assurer une fraîcheur de tous les instants pour vos aliments. La Coolest fait bien plus que ça. Imaginez un peu : vous voulez vous faire un cocktail ? Servez-vous du blender intégré ! Vous voulez de la musique d’ambiance ? Pas de soucis, la Coolest est dotée d’enceintes bluetooth !

Enfin, si la batterie de votre smartphone ou de votre tablette flanche entre l’entrée et le dessert, vous pourrez toujours la recharger à l’aide de l’un des deux ports USB intégrés…

Seul bémol, la Coolest n’est seulement accessible qu’en précommande pour l’instant. Donc n’hésitez pas à vous inscrire !

La fourchette connectée

Il arrive que vous mangiez trop vite lors de vos pique-niques. Utilisez la 10S Fork de Slow Control. Cette fourchette intelligente est conçue pour contrôler la durée de vos repas et le temps entre deux bouchées. L’ensemble de ces données sont ensuite transmises à votre smartphone ou votre ordinateur afin de les analyser et d’agir en conséquence.

Les objectifs ? Limiter les risques d’obésité, d’hypertension ou encore de diabète de type 2.

Soignez votre digestion

Les charcuteries et autres sandwichs que vous pouvez retrouver dans de nombreux pique-niques peuvent vous faire gonfler le ventre. La société Emiota a pensé à vous et a créé Belty, une ceinture connectée qui se desserre automatiquement si le besoin se présente. Mieux, Belty vous prévient également si votre ventre se gonfle, de manière à vous faire éviter les excès.

Luttez contre le pollen

La simple idée de vous allonger dans l’herbe vous fait craindre une allergie ? Découvrez TZOA ! Ce tracker wearable mesure les taux de pollution et de pollen présents dans l’air. Extrêmement élégant, le TZOA se fera très discret sur votre nappe, et vous avertira immédiatement sur votre smartphone ou votre tablette.

N’oubliez pas vos lunettes de soleil

Optez pour des lunettes de soleil connectées pour bronzer en tout confort. Les modèles de Tzukuri en précommande proposeront une application iOS afin de pouvoir tracker vos lunettes et être sûr de ne jamais les perdre. Le tout grâce à la technologie iBeacon d’Apple.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Miragii : le collier connecté

7 Mars 2015, 20:46pm

Publié par Grégory SANT

Miragii est un bijou qui surfe sur la vague des objets connectés. Mariant l’esthétique et les fonctionnalités, il s’agit d’un collier muni d’un pendentif en céramique renfermant tous ses composants électroniques.

Mis sa part son design épuré, Miragii propose des fonctionnalités classiques pour interagir avec un smartphone sans avoir à le sortir de la poche. Une fois connecté à un terminal via Bluetooth, il peut avertir son porteur de notifications reçues : appel, message ou autres. Grâce à un pico-projecteur intégré, il est capable d’afficher ces informations directement sur la main. L’utilisateur peut ainsi accéder à leur contenu facilement. En outre, ce bijou embarque des capteurs capables de détecter certains gestes. Ainsi, un effleurement du doigt sur le galet permet de mettre fin à un appel entrant.

Miragii est l’œuvre de Lövepac Ceramics. Le fabricant suédois a fait appel au japonais Tosoh Japan pour développer ce bijou connecté. Décliné en deux coloris, Miragii est disponible en précommande pour la modique somme de 399$.


Source : tomsguide.fr

Voir les commentaires

Les wearables : des solutions en pleine croissance

24 Janvier 2015, 18:23pm

Publié par Grégory SANT

wearables ventes 2018

 

Les Wearables (technologies portables en français) ont été l’une des grandes tendances du CES et ce chiffre révélé par l’étude IDATE renforce les estimations de ce marché en pleine expansion. Montres connectées (smart watch), bracelets connectés (wristband) ou encore lunettes connectées (connected glasses) vont de plus en plus se démocratiser dans les prochaines années et devraient conforter l’expansion de ce secteur en pleine croissance. 


Alors qu’on pouvait imaginer que ces objets connectés soient réservés à une tranche de population éduquée aux nouvelles technologies, il s’avère que ce phénomène est en train de se populariser à très grande vitesse. Pour preuve en 2014, plus de 20 millions de wearables ont été vendus, et selon les études IDATE sur les équipements grand public (Wearables and its vertical), ces ventes seront portés à plus de 123 millions en 2018.

Quels seront les wearables les plus vendus en 2018 ?

L’année 2015 sera marquée principalement par 60% de ventes de montre connectée, un marché arrivant en phase de maturité grâce au récent lancement de l’Apple Watch. Alors que ce sont pourtant les bracelets connectés qui ont ouvert la voie royale à tous les autres wearables mis sur le marché par la suite, les ventes de ces derniers arrivent seulement en 3ème position. Selon l’étude, les ventes unitaires de bracelets devraient baisser dès 2017 et représenter seulement 12% des ventes en 2018.

Les doutes se situent aussi au niveau des lunettes connectées (2ème volume de vente en 2018), qui se traduisent par 2 problèmes majeurs : le prix, qui freine une adoption de masse et les développements web, qui n’arrivent pas à séduire les profils techniques et donc l’arrivée d’applications innovantes.

wearables idate

Ventes annuelles de Wearables par type de produit en 2018 (en million d’unités)

Les ventes d’ordinateurs en retrait dès 2015

Des volumes de ventes qui seront accompagnés par une augmentation conjointe des terminaux, notamment les Portable Media (smartphones, tablettes et autres consoles portables) et les Digital Media Boxes (consoles de salon, lecteurs Blu-ray…). A contrario, les ventes d’ordinateurs devraient être en déclin dès 2015, en partie à cause de l’essor des tablettes, qui s’impose petit à petit comme un véritable terminal personnel.

Source : maddyness.com

Voir les commentaires

Les voitures connectées au CES 2015

18 Janvier 2015, 18:57pm

Publié par Grégory SANT

Alors que le Consumer Electronic Show (CES) 2015 a refermé ses portes vendredi dernier, le moment est venu de dresser le bilan de ce que sera la voiture connectée de demain.

Avec onze constructeurs automobiles, et pas des moindres (Audi, Mercedes, Ford, Chevrolet, VW…), accompagnés d'une flopée de sous-traitants liés à l'automobile, l'édition 2015 du CES avait comme un parfum de salon automobile, voire de salon de tuning sur certains stands. Les deux tendances automobiles de ce grand salon high-tech ? La voiture connectée et la voiture autonome. Portraits-robot. 

 

Pas une mais des voitures connectées

Lors d'une discussion avec Fabrice Devanlay, responsable presse chez Ford France, sur la voiture connectée, celui-ci nous faisait remarquer à juste titre qu'il n'y a pas un type de voiture connectée, mais bien des voitures connectées. C'est aussi l'avis de Benoît Tiers, directeur général de Audi France, pour qui « tous les protocoles de conduite et multimédias sont désormais séparés » au sein d'une une voiture connectée.  Avec pour conséquence positive « un upgrade plus rapide des systèmes embarqués » qui fait que la voiture reste toujours « jeune ».
Mais qu'est-ce qu'une voiture connectée ? C'est un véhicule classique bardé de capteurs et de processeurs (Nvidia, Qualcomm, Intel) qui échange des informations avec l'extérieur (géolocalisation, vitesse, état du moteur et des pièces d'usure, pression des pneus, comportement et état du conducteur…). En retour, ce même véhicule peut recevoir des informations diverses et variées, comme l'état du trafic, la présence de dangers, être informé cinq secondes à l'avance lorsqu'un feu de signalisation va passer au rouge ou au vert (expérimentation en cours en Allemagne), la présence et le type de commerces aux alentours. Enfin, les voitures communiquent entre elles (V2V) afin de prévenir et d'anticiper un éventuel accident, surtout lors d'un freinage soudain ou tardif !

Golf Connect

Montre et smartphone, nouveaux outils de l'Automobile

Lors du CES 2015, la montre connectée et le smartphone étaient les produits star chez les constructeurs automobiles et les équipementiers. Ils ont trouvé en eux les remplaçants de la clef traditionnelle tout en ajoutant des fonctions. Ainsi chez Audi, le programme Mobile Key permet de verrouiller,  de déverrouiller et de démarrer sa voiture avec une montre connectée et un smartphone via le protocole NFC. Même démarche chez Vaelo avec le système InBlue, sauf que le Français préfère utiliser le Bluetooth. Les deux systèmes permettent également de générer des clefs virtuelles permettant de prêter son véhicule à qui que ce soit. Chez le coréen Hyundai, la montre connectée permet non seulement de connaître l'état de son véhicule (porte restée ouverte, feux allumés, géolocalisation) mais également de démarrer son véhicule à distance via la commande vocale alors que le smartphone permettra, via l'application dédiée blueLink, de démarrer ou d'arrêter le moteur à distance, de régler la température de l'habitacle, de verrouiller les portes et de géolocaliser sa voiture en cas de vol.

Audi RS7 Concept

L'Audi S7 dotée du système de clef mobile Mobile Key (montre + smartphone).


Montre Audi

La montre en question signée LG utilise la technologie NFC. Elle sera disponible d'ici deux à trois mois.
 

La voix et la main de son maître

Il y a 32 ans, apparaissait sur les télévisions françaises la série U.S K2000 où le héros Mickaël Knight sauvait la veuve et l'orphelin à l'aide de K.I.T.T, une voiture bourrée de nouvelles technologies et capable de tenir une conversation avec le conducteur. Si à l'époque cela relevait de la science-fiction, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Désormais, commande et reconnaissance vocales sont de mise avec notamment comme chef de file Nuance Communication, dont la technologie équipe plus de 100 millions de voitures dans le monde. Depuis, le système ne cesse d'évoluer puisque le conducteur n'est plus tenu de formuler des phrases ou des mots pré-enregistrés pour lancer des ordres. Par exemple chez Ford et son nouveau système Sync 3, il suffit de dire « j'ai faim » pour se voir indiquer tous les restaurants situés autour de sa position. Certes, on est encore loin de la discussion à bâtons rompus entre la voiture et son conducteur.

14C1450 074

Qui ne souvient pas K.I.T.T, la première voiture connectée, héroïne de K2000.


Kitt Bosch

Chez Bosch, K.I.T.T sert de voiture ambassadeur pour montrer ce que l'on peut faire avec une voiture connectée.


Chez Volkswagen, on a fait un combo entre tactile et gestuel à l'image de ce qui se pratique sur les consoles de jeux (Xbox, Playstation et Wii). Le concept de la Golf R Concept présenté au CES détone avec ses trois écrans (12,8 pouces, 12,3 pouces et 8 pouces) intégrés dans le tableau et la planche de bord. Ces trois écrans sont accompagnés d'une batterie de caméras. Le conducteur use du tactile ou de mouvements de la main pour ouvrir le toit ou les vitres latérales.  
 
Golf R Touch concept

NVIDIA, Qualcomm, Intel, nouveaux cerveaux


Avant, la voiture de papa, c'était quatre roues, une batterie, des bougies et des vis platinées. Mais ça c'était avant. Désormais, les voitures connectées, ce sont des kilomètres de câbles électriques pour transmettre les ordres et les informations. Et la pièce centrale de ce système, c'est le processeur. Avec une part croissante de l'électronique, les fondeurs tels que NVIDIA, Qualcomm et Intel sont les nouveaux cerveaux. Ici, pas de contrainte, les constructeurs veulent ce qu'il y a de meilleur. NVIDIA a fait sensation avec son tout nouveau Tegra X1 mais également ses systèmes futuristes PX (destiné aux véhicules autonomes avec douze caméras) et CX (dédié à l'infotainment, la navigation GPS, tableau de bord ludique…). Qualcomm n'est pas en reste avec sa solution dédiée Snapdragon 602A permettant d'offrir une connexion 4G/LTE à l'intérieur d'une voiture, de recharger les smartphones (WiPower), sans oublier la gestion d'écrans tactiles, la navigation et tout ce qui touche à la sécurité du conducteur et de son véhicule.

 
NVIDIA Trgra NVIDIA compte bien profiter de la manne que représente la voiture connectée. Son système Drive CX sert à gérer l'infotainment, la navigation GPS, les nouveaux écrans de tableau de bord à l'image de la nouvelle Audi TT.

 

 

La voiture autonome roule mais…


Vieux fantasme depuis l'invention de l'Automobile, la voiture autonome, celle qui est capable de se déplacer toute seule, existe et roule. Audi en a fait une démonstration éclatante avec sa RS7 Sportback Concept. D'abord sur le circuit d'Hockenheim en Allemagne lors de la dernière manche du championnat de DTM (voiture de tourisme) en octobre dernier, où la voiture a effectué à vive allure un tour complet du circuit sans aucune personne à bord. Puis juste avant la tenue du CES 2015, ce même véhicule a roulé, avec succès, pendant 900 kilomètres entre la Silicon Valley (Californie) et Las Vegas (Nevada) en version autonome mais avec des passagers. D'ailleurs, sur le CES, Audi présentait quatre générations de voitures sans conducteur. Autre constructeur fortement impliqué sur le créneau, Mercedes et sa futuriste F105 qui donne une vision de ce que pourrait être la voiture de demain : un cocon roulant. Le français Valeo avait lui aussi apporté dans ses bagages une voiture autonome (VW Golf) capable de distinguer les autres véhicules situés devant et freiner en cas d'urgence. Google Car n'a qu'à bien se tenir…  Mais il reste néanmoins un problème de taille : obtenir l'aval du législateur. Car la Convention de Vienne ratifiée par la France (1968) et de nombreux pays européens insiste sur le fait que le conducteur est le seul responsable à tout moment de son véhicule.

Audi voitures autonomes

Chez Audi, quatre générations de voitures vous contemplent.


Mercedes F105

Chez Mercedes, le futur est déjà là avec le concept car F105, véritable cocon roulant
 

CarPlay et Android Car, les deux sinon rien


Alors que l'on prédisait une guéguerre entre CarPlay (Apple) et Android Car (Google) pour savoir qui ferait main basse sur l'Automobile, il n'en est rien. Et pour cause, que cela soit du côté des constructeurs automobiles ou de celui des équipementiers, personne ne souhaite prendre position pour l'un ou pour l'autre. Intelligemment, ils font cohabiter les deux systèmes, à l'image du français Parrot et son autoradio double DIN RNB6. C'est également la voie choisie par Audi avec son nouveau SUV Q7 qui permet de choisir entre les deux systèmes. Chez Volkswagen aussi, on est pour la paix des ménages avec le système MIB II (Modular Infotainment Platform), qui laisse le choix entre CarPlay, Android Car et Mirror Link. Mais chez d'autres équipementiers, tels que Pioneer, Kenwood et JVC, vous avez la possibilité de sélectionner la station multimédia en fonction de l'OS de votre smartphone, sachant que les produits sont identiques en tous points.

Kenwood Android Car
 
Kenwood CarPlay

Blanc bonnet ou bonnet blanc, chez Kenwood comme chez Pionner ou JVC : choisissez votre station multimédia en fonction de votre OS.


Golf Connections OS

Chez Volkswagen, pas de discrimination, tous les systèmes (Mirror Link, CarPlay et Android Car) sont acceptés.

Conclusion


Cette édition 2015 a été riche en annonces de la part des constructeurs automobiles pour qui l'exercice est nouveau : il ne s'agit plus de présenter de nouveaux modèles mais de dire aux futurs clients que leur voiture, c'est un peu (beaucoup) leur smartphone, leur maison, mais sur quatre roues. On l'a vu, la voiture connectée est plus qu'une réalité, elle roule déjà et devrait dans les années à venir devenir encore plus ludique avec pléthore de services et de sécurité. Quant à la voiture autonome, il ne faut rien attendre de concret avant 2020 voire 2030.  

Source : lesnumeriques.com

Voir les commentaires

Kallista Tebis : un interrupteur sans fil par Hâger

10 Janvier 2015, 18:56pm

Publié par Grégory SANT

Association naturelle de la technologie et de l’esthétique, kallysta tebis est le prolongement de votre installation domotique KNX. Disponible dans toutes les finitions de la gamme traditionnelle, kallysta tebis offre une plus grande richesse fonctionnelle sur la surface d’un poste standard.


Cliquez pour fermer



Commander l'installation tebis
Le poussoir communicant "bus" kallysta tebis est un émetteur d’ordres du système KNX tebis qui se distingue par sa richesse fonctionnelle, sa compacité et sa simplicité de raccordement.
Cliquez pour fermer
Simplicité de mise en oeuvre
Proposé en 2, 4 ou 6 touches avec ou sans voyants, il se monte sur un même poste et le raccordement se limite aux seuls deux fils du bus d’où un important gain de temps à la mise en oeuvre. De plus, les fonctions affectées à chacune des touches sont librement programmables et modifiables.

Cliquez pour fermer

Source : hager.fr

Voir les commentaires

Application Umanlife

10 Janvier 2015, 18:55pm

Publié par Grégory SANT

P:\01_INTERNE\0005_UMANLIFE.COM_V3\01_Mode Non Connecté\05_Creation\JPG\Refonte_UL_Big.jpg

1er site en France à proposer un service clé en main et sécurisé pour soi et toute sa famille. Véritable tableau de bord digitalisé, Umanlife propose un programme unique et personnalisé de suivi ayant pour objectif d'aider l'utilisateur à devenir acteur de sa santé et de son bien-être. Accédez de manière ludique à un ensemble de services inédits : pour gérer ses rendez-vous avec les professionnels de santé, suivre ses vaccinations, garder en mémoire ses maladies et examens de santé, veiller sur ses activités physiques, son suivi grossesse, son alimentation, son sommeil, ou encore ses addictions.

 

Voir les commentaires

La montre connectée Withings Activité Pop

5 Janvier 2015, 19:49pm

Publié par Grégory SANT

Withings Activité Pop

Spécialisé dans les capteurs d’activités, le Français Withings profite de ce CES 2015 pour dévoiler une nouvelle version de sa montre de fitness baptisée Withings Activité Pop. Contrairement au modèle précédent, cette montre dotée d’un cadran analogique, est fabriquée à partir de matériaux moins nobles, avec du plastique et du silicone pour le bracelet. Pour le coup, son tarif est sacrément revu à la baisse avec un prix de 150 dollars, contre 450 dollars (390 euros) pour la Withings Activité.

Restant toutefois élégante, la montre a la particularité de disposer d’aiguilles pour afficher l’heure et d’un mini cadran permettant de consulter l’évolution d’un objectif fixé préalablement. C’est avec l’application Withing Health Mate que la Winthings Activité Pop peut être pilotée. Le fait qu’elle dispose de fonctions limitées lui confère une autonomie de huit mois selon le constructeur. La montre se décline en plusieurs coloris (bleu, gris, noir, blanc et sable).

Source : cnet.fr

Voir les commentaires

Les tendances technologiques pour 2015

16 Décembre 2014, 21:20pm

Publié par Grégory SANT

Nouvelles technologies : les 10 tendances qui vont exploser en 2015 Le paiement via son smartphone, une des tendances de 2015 © Photo

Quentin Salinier
Internet, smartphones, tablettes... Nous sommes de plus en plus connectés. Et les consommateurs s'attendent à ce que cela continue. Selon une étude Ericsson ConsumerLab, dix tendances vont nettement se développer entre 2015 et 2020. Les voici :  

 

© Photo Ericsson ConsumerLab

1. Le streaming

"En 2011, 83% des consommateurs regardaient de nombreuses fois par semaine la télévision et seuls 61% utilisaient la vidéo à la demande. Ce comportement change", constate l'observatoire. D'ores et déjà, les trois quarts des téléspectateurs regardent des vidéos à la demande. Et "2015 sera une année historique dans la mesure où nous allons regarder plus souvent du contenu en streaming que la télévision linéaire".

2. La maison utile

Puisque nous sommes de plus en plus connectés, il devient logique que la maison le soit aussi. La moitié des consommateurs aimeraient notamment s'équiper de détecteurs les alertant en cas d'incident électrique, fuite d'eau etc. Et pourquoi pas recevoir sur leurs smartphones des indications sur d'éventuels changement de température du frigo ou lorsqu'un membre du foyer rentre ou sort. 

3. Communiquer par la pensée

C'est peut-être la tendance la plus "science-fiction". 40% des consommateurs aimeraient bien pouvoir utiliser des vêtements et/ou accessoires connectés qui puissent directement transmettre leurs pensées/émotions aux autres. Les deux tiers pensent même que cela sera courant en 2020... 

4. Des citoyens "intelligents"

Comprendre par-là "informés en temps réel" de tout ce qui est trafic sur les routes, consommation énergétique, qualité de l'eau, de l'air, présence de centres de recyclages etc. Bref, 70% des consommateurs estiment que ce genre d'applis leur permettraient d'adopter une comportement plus écologique et économique. 

5. L'économie de partage

Partager son frigo, louer sa voiture, prêter son appartement en échange de celui de quelqu'un d'autres etc. Autant de de nouvelles façons de consommer qui permettent de faire des économies. Et la moitié des utilisateurs de smartphones estiment que l'économie de partage va se développer de plus en plus. Une sorte de troc connecté en somme. 

6. Le portefeuille virtuel

Les espèces ? Dépassées. Si la carte bancaire a encore de beaux jours devant elle, 48% des consommateurs se verraient plutôt utiliser leur smartphone pour payer. Puisqu'il leur sert déjà à faire à peu près tout le reste. D'ailleurs, parmi ces adeptes du paiement via leur téléphone, 80% s'attendent à ne plus du tout posséder de bon vieux portefeuille d'ici 2020. 

7. Protéger ses informations

Dans le domaine des nouvelles technologies, la collecte de données est un peu le nerf de la guerre. Les consommateurs en ont de plus en plus conscience et aimeraient bien protéger plus efficacement les leurs. Et pour commencer, 47% préféreraient que leurs informations personnelles ne soient pas transmises de manière automatique et inévitable lors des paiements électroniques. L'avenir appartient donc aux programmes de cryptage des données. 

8. La santé connectée

Applis de mesure des performances lors d'un footing, podomètres, accessoires mesurant le nombre de calories des plats etc. Les consommateurs estiment que toutes ces technologies peuvent les aider à vivre plus vieux et en meilleure santé. Elles devraient donc être de plus en plus plébiscitées. 

9. Les robots ménagers

Quoi de mieux pour se décharger des corvées les plus pénibles et consacrer son temps libre à des activités plus gratifiantes que la lessive, le ménage, voire la cuisine (tout le monde n'est pas obligé d'aime cuisiner) ? D'ici 2020, quasiment tout le monde aura au moins un robot ménager, estime l'étude. Certaines pousseraient même le vice jusqu'à investir dans un robot capable de leur tenir compagnie... 

10. Les enfants connectés à... tout

Pour les plus jeunes, internet fait partie intégrante du monde. A tel point que 46% des personnes interrogées sont persuadées que les bébés nés avec les tablettes s'attendront en grandissant à ce que tous les objets soient connectés entre eux. 

Etude réalisée auprès de plus de 5 000 utilisateurs de smartphones dans neufs pays : le Brésil, la Chine, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Suède, Taïwan, l'Espagne, la Corée du Sud et l'Allemagne.  

 

Source : sudouest.fr

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>