Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

technologies-multimedia

Lens : la fonction intelligente des appareils photo Google

1 Mars 2018, 19:25pm

Publié par Grégory SANT

Présentée en mai 2017, la technologie Google Lens ne sera plus réservée aux seuls smartphones Pixel. La firme annonce qu’elle profitera aussi aux utilisateurs de smartphones Samsung, LG, Motorola, Huawei, Sony et Nokia « dans les prochaines semaines ». Comme sur les Pixel, Google Lens sera intégrée à Google Assistant pour analyser tout ce qui apparaît à l’écran, notamment dans l’application photo. Avec des fonctions inspirées de Goggles - moteur de recherche visuelle présenté par Google en 2009, Lens peut fournir des informations en temps réel sur l’environnement de l’utilisateur.

Sur Google Assistant et Google Photos

Une fois l’application photo ouverte, il suffit d’activer Google Assistant pour voir apparaître une nouvelle icône permettant de déclencher l’analyse d’image. Google Lens affiche alors des informations contextuelles, comme le nom d’une fleur ou l’histoire d’un monument. Mais Google exploite aussi son immense base de données. En filmant un restaurant, l’utilisateur voit aussitôt apparaître les derniers avis référencés par le moteur de recherche. Face à une carte de visite, une pastille permet d’enregistrer le contact ou de lui passer un coup de fil.

En se déployant aussi largement, Google Lens pourrait rapidement atteindre une popularité supérieure à celles de services concurrents, comme ceux de Samsung (Bixby Vision) ou Huawei, réservés à leurs appareils.

Dans le même temps, Google permettra à davantage d’utilisateurs de goûter à la technologie Lens. Celle-ci va également s’intégrer à l’application Google Photos, disponible sur Android et iOS. Cette fois, l’analyse se fera a posteriori, en consultant ses différentes photos. L'entreprise précise toutefois que pour profiter de Google Lens, Google Assistant et Google Photos devront être paramétrés en anglais, au moins dans un premier temps.

ARCore 1.0 arrive

Google annonce par ailleurs l’arrivée de la version 1.0 d’ARCore, son kit de développement dédié à la réalitée augmentée. Une réponse directe à l’ARKit d’Apple. Dès maintenant, les développeurs peuvent s’en emparer afin de proposer leurs applications sur le Play Store. ARCore permet de solliciter les capteurs du smartphone pour en tirer des mesures de suivi de mouvement et d’analyse de la lumière. Ces données permettent d’intégrer des éléments virtuels à l’écran avec davantage de réalisme.

Google communique une nouvelle liste de 13 modèles compatibles, incluant les Pixel, Pixel XL, Pixel 2, Pixel 2 XL, les Samsung Galaxy S8, S8+, Note 8, S7 et S7 Edge, les LG V30, V30+ ainsi que l’Asus Zenfone AR et le OnePlus 5. Des partenariats ont été conclus avec Samsung, Huawei, LG, Motorola, Asus, Xiaomi, Nokia, ZTE, Sony et Vivo pour rendre leurs prochains modèles compatibles. Les premiers développeurs à fournir des applications ou des fonctions dédiées sont Snapchat (avec une visite virtuelle du stade du FC Barcelone) ou Porsche, qui propose d’admirer son concept car Mission E en réalité augmentée.

Voir les commentaires

Que peut-on rajouter comme fonction à un smartphone ?

8 Février 2018, 19:32pm

Publié par Grégory SANT

Le smartphone, bientôt un sixième sens Le smartphone, bientôt un sixième sens Téléphone, appareil photo, montre, moyen de paiement, écran vidéo… Le smartphone est aujourd’hui tout cela à la fois. Ce n'est pas un scoop. Pour répondre à ces nouveaux usages, les constructeurs continuent de se focaliser sur la taille et la qualité des écrans, la performance des appareils photo et la capacité de la mémoire et de la batterie. Reconnaissance faciale, écrans sans bordures et sans boutons, double caméra : chaque nouveau lancement de smartphone promet une interface utilisateur supérieure. Tant et si bien qu’il semble difficile de pouvoir aller plus loin en matière de R&D… Et pourtant, la révolution n’est pas terminée. "Non, l’innovation dans le smartphone n’est pas morte, assure ainsi Thomas Husson, le vice-président et analyste principal, spécialiste de la mobilité, du cabinet d’études Forrester. Deux grandes tendances sont en train d’émerger." Et cela va (encore) bousculer les usages.

L'IA au coeur du smartphone

Le premier bouleversement concerne la partie software, avec l’utilisation de plus en plus poussée de l’intelligence artificielle et du machine learning. Cela va plus loin que Siri et Bixby, les assistants vocaux d’Apple et de Samsung : "On passe d’une logique produit à une logique d’expérience utilisateur", explique Thomas Husson. À tel point que certains constructeurs ont décidé d’intégrer l’intelligence artificielle et le machine learning directement au niveau du device lui-même, c’est-à-dire le matériel.

Plus besoin de passer par le cloud ou le réseau, tout est géré à l’intérieur même du smartphone. Initié par Apple, le mouvement a été suivi par Huawei courant 2015. "Désormais, tout ce qui peut être fait sur le device est fait sur le device, déclare Christophe Coutelle, le vice-président software marketing de Huawei Technologies. Nous avons pris le parti de jouer la carte de la confidentialité, comme le fait Apple." Mais l’intelligence artificielle embarquée permet surtout aux constructeurs de smartphones "d’anticiper les besoins du consommateur pour optimiser l’expérience utilisateur", selon Thomas Husson. Classement des photos, gestion des contacts, de la mémoire du téléphone, géolocalisation… Toutes ces fonctionnalités seront personnalisées et optimisées de manière toujours plus fine et plus rapide, selon les habitudes des utilisateurs.

 

Capter l’environnement

Deuxième révolution, elle aussi liée à l’intelligence artificielle : "Le hardware se mue en capteur. Le smartphone va devenir un sixième sens", prédit Thomas Husson. Si les reconnaissances faciale et vocale commencent à émerger dans l’univers du paiement, de la vérification d’identité, d’autres fonctionnalités se développent. "Avec des capteurs 3D et bientôt des capteurs olfactifs aussi puissants que l’odorat d’un chien – sur lesquels planchent des industriels, comme HTC, depuis trois ou quatre ans –, le smartphone va permettre de capter notre environnement, de détecter les problèmes de pollution, les produits alimentaires périmés…", poursuit Thomas Husson.

Sans compter la réalité augmentée dont les usages devraient véritablement se développer cette année avec ARCore et ARKit, les plates-formes des développements dédiées de Google et Apple. Christophe Coutelle va plus loin : "Le téléphone n’aura pas simplement des capacités de quotient intellectuel, il aura aussi des capacités de quotient émotionnel. On aimerait que le téléphone ait la capacité de comprendre votre état émotionnel, soit sur la manière dont vous parlez, soit sur la façon dont vous regardez votre téléphone… Cela nous permettrait de prendre en compte le contexte afin d’adapter les fonctionnalités."

In fine, la conjonction de l’intelligence artificielle au niveau du software et du hardware bouleversera les usages. "Le smartphone deviendra un hub, résume un porte-parole de LG Electronics. Aspirateur, robots, téléviseurs, lave-linge… Grâce à la plate-forme DeepThinQ, tous les produits seront pilotables depuis le mobile." Même parti pris pour Samsung avec sa plate-forme SmartThings. "Le mobile va servir d’interface unique à tous les objets connectés, que ce soit à la maison, au bureau, dans la voiture ou dans la rue", commente Thomas Husson. Idem côté B to B. Fini le badge, le smartphone sera la clé d’entrée. La révolution est en marche. Et ces usages ne devraient que se développer avec l’essor de la 5G. Tandis qu’accessoirement, il sera aussi toujours possible de téléphoner…

 

Quatre technos qui bousculent les usages du smartphone
 

Réalité augmentée : place à l’immersion

L’année 2018 devrait marquer un virage dans l’utilisation de la réalité augmentée sur smartphone. Et ce, notamment avec le déploiement d’ARKit et d’ARCore, les plates-formes de développement d’Apple et de Google. Tous les univers nécessitant une approche expérientielle avant l’achat sont concernés. Dans l’ameublement, le géant suédois Ikea a été l’un des premiers à se lancer avec Place, son application mobile qui permet de visualiser des meubles dans son intérieur. La Redoute, l’un des leaders français de l’e-commerce, devrait suivre. Du côté des cosmétiques, les solutions se multiplient également, avec L’Oréal et Sephora en tête de pont.
 

5G : connectivité plus puissante

Avec une connectivité jusqu’à cent fois plus rapide que la 4G, l’introduction de la 5G d’ici à 2020 devrait également bouleverser les usages du smartphone. Au sein d’une même zone, des millions d’appareils pourront communiquer en même temps, offrant de multiples possibilités dans la rue, la voiture ou les entreprises. Le smartphone fera office de hub. Voiture connectée, réalité virtuelle et augmentée en temps réel, vidéo 4K… seront facilitées.
 

Voix : l’interface naturelle

Cela va devenir l’une des interfaces clés du smartphone. Notamment en voiture, pour des aspects sécuritaires. "La voix est ce qui reste de plus naturel", assure Thomas Husson, le vice-président et analyste principal, spécialiste de la mobilité du cabinet d’études Forrester. Il suffit de parler pour commander sa musique, son repas, ses courses… Si les usages sont encore balbutiants, les experts sont unanimes sur sa démocratisation prochaine. Reste à savoir qui de Google Assistant, Amazon Alexa, Bixby de Samsung ou Siri d’Apple remportera la palme.
 

Reconnaissance faciale : sécurité et émotion

L’intégration de la reconnaissance faciale dans les smartphones va faciliter l’authentification, les paiements… "Elle est plus sécurisée que l’empreinte digitale et encore plus si l’on combine les deux", affirme Thomas Husson. Elle ouvre également la voie à d’autres usages comme l’analyse des émotions des utilisateurs, et ce, pour mesurer la perception d’un produit ou d’un service. Une fonctionnalité qui commence à se développer dans le retail notamment, mais aussi dans des lieux culturels.

Voir les commentaires

Un verre diamant pour écran de smartphones

6 Février 2018, 18:39pm

Publié par Grégory SANT

 

Archos Diamond Omega  : Les caractéristiques de ce Smartphone

La majorité des constructeurs de smartphones utilisent aujourd'hui le Gorilla Glass, un verre renforcé chimiquement, ou encore des revêtements en saphir pour renforcer leurs écrans et éviter qu'ils n'explosent en petits morceaux dès la première chute. L'entreprise Akhan Semiconductor, spécialisée dans les composants pour appareils électroniques, a annoncé que la prochaine étape sera le diamant, selon les informations de Cnet.

Akhan avait déjà annoncé les premiers écrans en diamant pour 2018 mais il semblerait que la conception et la production soient en retard. Le lancement a été repoussé en 2019 et il y aurait déjà un constructeur qui s'est octroyé l'exclusivité de ces nouveaux écrans. Akhan n'a pas annoncé de qui il s'agit. On sait toutefois le nom de ce nouveau type d'écran : le Miraj Diamond Glass.

Un écran ultra-résistant mais... très cher ?


Si Akhan Semiconductor n'a pas dévoilé quel constructeur utilisera en premier le nouveau type de verre pour ses smartphones, il se pourrait bien que ce soit un constructeur du gabarit d'Apple ou Samsung : le verre s'annonce d'ores-et-déjà très cher, plus cher que le Gorilla Glass 3. De fait il ne s'adresse qu'à des flagships.

De quoi confirmer la thèse selon laquelle le prix des smartphones est destiné à continuer d'augmenter. Désormais, un flagship à plus de 1.000 euros n'a plus rien d'étonnant, le prochain cap à franchir est celui des 1.500 euros et il pourrait être dépassé plus rapidement que prévu.

Voir les commentaires

Samsung imagine une combinaison de sécurités biométriques

30 Janvier 2018, 17:54pm

Publié par Grégory SANT

 

 

 

Mais bien entendu, tout ceci est à prendre avec des pincettes, même si d’autres

Est-ce la réponse de Samsung au FaceID de l’iPhone X ?

A moins d’un mois du Mobile World Congress, le salon à Barcelone durant lequel Samsung présentera le Galaxy S9 et le S9+, de plus en plus d’informations fuitent sur ces nouveaux smartphones hauts de gamme. La keynote de Samsung sera particulièrement intéressante dans la mesure où les S9 et S9+ seront les premiers hauts de gamme Samsung à sortir après l’iPhone X d’Apple.

Et justement, on apprend que Samsung pourrait présenter une nouvelle fonctionnalité de reconnaissance faciale appelée ‘Intelligent Scan Biometrics’ pour contrer le FaceID de l’iPhone X.

Le géant coréen propose déjà la reconnaissance faciale sur ses précédents modèles (ainsi qu’un scanner d’iris). Mais pour le moment, Samsung a estimé que cette fonctionnalité n’est pas suffisamment fiable pour qu’on l’utilise pour valider des paiements, alors qu’Apple se fie complètement au FaceID, au point de ne pas mettre de scanner d’empreintes sur l’iPhone X.

Mais en utilisant à la fois le scanner d’iris et l’ancienne reconnaissance faciale, Samsung aurait développé la fonctionnalité « Intelligent Scan » qui permet d’avoir plus de sécurité et plus de précision.

Pour le moment, cela n’est bien évidement pas officiel

L’info provient du site SamCentral (largement relayé par la presse high-tech) qui a analysé la dernière beta d’Android Oreo pour le Galaxy Note 8. Selon cette découverte, Samsung utiliserait « le scanner d’iris et la reconnaissance faciale ensemble pour de meilleurs résultats même en faible ou très fort éclairage ». Une vidéo mise en ligne sur YouTube donne également un aperçu du fonctionnement.

 

 

Mais bien entendu, tout ceci est à prendre avec des pincettes, même si d’autres éléments suggèrent qu’après la sortie de l’iPhone X (et de son FaceID), Samsung compte miser sur une meilleure reconnaissance faciale. En effet, le SoC Exynos 9810 qui sera utilisé par certaines variantes du S9 et du S9+ est conçu pour mieux supporter cette fonctionnalité.

Voir les commentaires

Redux : un système haptique de haut-parleur pour écran

17 Janvier 2018, 18:51pm

Publié par Grégory SANT

Redux : un système haptique de haut-parleur pour écran

Google a mis la main sur Redux, start-up spécialisée dans les systèmes haptiques et capable de transformer l’écran d’un smartphone en haut-parleur.

Alphabet, la maison mère de Google, a discrètement jeté son dévolu sur Redux, une startup à l’origine d’une technologie avancée dite de retour haptique à « haute résolution ».

Publicité

Ses développements permettent de simuler des boutons physiques sur un écran plat ou bien de diffuser de la musique, de qualité surround, via l’écran lui-même.

Si Bloomberg a initialement indiqué que l’acquisition était toute récente, elle remonterait plus exactement à l’été dernier.

À ce jour, Google n’a pas confirmé officiellement cette acquisition pour laquelle le montant déboursé reste inconnu.

Toutefois, dans la mesure où la start-up a levé 5 millions de dollars en mars dernier auprès de la société de capital-risque Arie Capital, le montant de la transaction pourrait être du même ordre.

Fondée en 2013 et basée à Cambridge, Redux emploie plus de 50 personnes. À sa tête, on trouve Nedko Ivanov, ex-P-DG de BullGuard (antivirus et sécurité Internet).

Brevets, sécurité ?

Redux n’est pas la seule société à creuser le sillon du retour haptique. Apple exploité déjà une telle technologie depuis l’iPhone 7 avec le bouton Home. Si ce dernier ressemble à un bouton physique, la sensation est due à un retour haptique.

Sony s’est aussi fendu d’une technologie atypique pour la diffusion sonore sur ses téléviseurs Bravia A1E Series à écrans OLED sortis en 2017. En effet, le son provient de la dalle grâce aux vibrations de moteurs positionnés derrière l’écran.

Mais, si le retour haptique n’est donc pas une nouvelle technologie, Redux est forte de 177 brevets (qui arriveront à expiration dans la fourchette 2021 à 2033).

La technologie arrivée à maturité de Redux pourrait donc bien être utilisée dans de futurs smartphones Pixel ou bien des Chromebooks.

Les brevets sont aussi névralgiques dans cette acquisition, puisqu’ils vont permettre à Google d’avancer sur la technologie haptique, sans avoir à se soucier des brevets déposés par Redux.

Pour rappel, en novembre 2012, Google avait été condamné après une action en justice pour contrefaçon de brevet déposé par Immersion, une start-up également spécialisée dans la technologie de retour haptique.

Immersion avait déposé la plainte en février dans le but de bloquer l’importation de smartphones signés Motorola Mobility aux États-Unis. Le procès avait été intenté avant que Google n’ait clos son acquisition de Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars.

L’intégration dans les smartphones devrait aussi être à l’honneur avec cette acquisition. Si Apple avait amorcé le retrait du port jack 3,5 mm de ses iPhone pour gagner en épaisseur et en intégration, la suppression du haut-parleur pourrait bien être l’apanage de Google dans des prochains smartphones Pixel.

(Crédit photos : @Redux)

 
 

Voir les commentaires

L'écran qui s'auto-répare imaginée par des japonais

21 Décembre 2017, 19:33pm

Publié par Grégory SANT

 

Smartphone à l'écran cassé
Les écrans auto-réparables, un rêve de scientifiques et fabricants de smartphones

Un écran de smartphone qui se répare tout seul ? Cela n'existe pas encore sur le marché, mais un produit de ce type a déjà été élaboré dans un laboratoire. Le matériau miracle, le verre à base de polyéther-thiourées, a été découvert par Yu Yanagisawa, étudiant à l'université de Tokyo, lorsqu'il préparait une glue. Les matériaux capables de se réparer existent certes déjà, mais pour ce faire, ils nécessitent d'être chauffés à 120 degrés voire plus. La découverte de Yu Yanagisawa est unique, dans le sens où son verre se régénère grâce à une pression de doigt pendant 30 secondes et ce, à température ambiante. Quelques heures plus tard, le verre retrouve toute sa robustesse d'avant.

Jusqu'ici, on croyait que la robustesse mécanique et la capacité d'un écran à s'auto-réparer étaient impossibles à concilier dans un même appareil. Dans un polymère, les chaînes sont fortement soudées les unes aux autres (gage de robustesse de l'écran), mais la diffusion moléculaire est très faible, ce qui empêche les liens entre les molécules de se reconstituer lorsque l'écran est cassé. La thiourée, en revanche, forme des liaisons en zigzag sans pour autant provoquer de cristallisation superflue. La découverte faite par Yu Yanagisawa a fait son chemin dans la prestigieuse revue Nature. Depuis, le jeune homme enchaîne des moments de gloire, comme son interview à NHK, la radio et télévision japonaise publique, dans laquelle il a déclaré : « J'espère que le verre réparable deviendra un nouveau matériau écologique qu'on pourra éviter de jeter une fois cassé ».

Ce n'est pas la première fois qu'un polymère a été proposé par la communauté scientifique en guise d'écran auto-réparable. Par le passé, des chercheurs à l'université de Californie ont élaboré un polymère capable de s'étirer jusqu'à 50 fois sa taille et réparer les fissures en l'espace de 24 heures. Et en 2015, LG a intégré au dos de ses smartphones G Flex 2 une substance capable de réparer de petites fissures.

Voir les commentaires

Prizm : le lecteur audio intelligent

19 Décembre 2017, 18:56pm

Publié par Grégory SANT

#MaddyTest : On a testé Prizm, le lecteur audio intelligent qui adapte la musique à son entourage
 
Prizm veut simplifier l’accès à la musique et la découverte de nouveaux artistes grâce à un algorithme qui adapte la musique aux goûts de son audience.

Après plus de 3 ans de R&D et une campagne Kickstarter ayant permis de récolter plus de 160 000 dollars, la startup parisienne Prizm annonce la sortie commerciale de son premier produit : un lecteur audio intelligent capable de sélectionner la musique selon les goûts des personnes présentes dans la pièce et l’ambiance du momentDéveloppé par Pierre Gochgarian (Directeur Général), Arthur Eberhardt, Olivier Roberdet et Pierre Verdu, Prizm se présente sous la forme d’une petite pyramide proposée au prix de 149 euros (hors abonnement).  

Un jukebox intelligent 

À la sortie de la boîte, nous sommes séduits par le design de Prizm, que l’on imagine sans problème trôner à côté des enceintes. Ca tombe bien puisque ce sera sa place pour les prochaines semaines. Avant toute chose, il faut le brancher (Prizm fonctionne sur secteur) et le connecter aux-dites enceintes. Ensuite, passage obligé par l’application mobile (disponible sur iOS et Android) que nous avons préalablement téléchargée, pour créer un profil et définir nos goûts musicaux. Un processus qui devra être répété par chaque utilisateur qui veut voir ses goûts pris en compte par Prizm. Contraignant certes, mais c’est le prix à payer pour que l’algorithme puisse ensuite proposer à chaque fois des morceaux qui collent au plus près des préférences de chacun. 

visuel-prizm-3

La prise est main est relativement intuitive, tout comme le fonctionnement : nous lançons une première chanson en appuyant sur le bouton play, et la musique démarre. L’appareil va piocher parmi les musiques de son catalogue (disponible avec l’abonnement à 39,90 euros par an) ou via les web-radios qu’il propose. Le plus : la première année est offerte à l’achat.

Un titre vous plaît ? Il suffit ensuite d’appuyer sur le cœur du produit pour que Prizm sauvegarde le titre et vous le rejoue plus tard. Un titre ne vous plait pas ? Signalez-le à Prizm par un appui long sur la croix. Nous avons aussi la possibilité de contrôler Prizm avec l’application pour sauvegarder ou passer un titre, rejouer un morceau découvert précédemment, ou bien orienter la sélection avec un titre ou un genre musical. Et c’est d’ailleurs bien plus intuitif que de se déplacer jusqu’à Prizm : on est plus habitués à piloter la musique depuis nos smartphones qu’en appuyant sur une pyramide en plastique. 

visuel prizm 3

Le vrai intérêt de Prizm se ressent sur le long terme, grâce au machine learning. Plus on interagit avec Prizm, mieux il connaît nos goûts musicaux, et l’heure à laquelle vous aimez les écouter, pour vous proposer votre playlist idéale selon le moment de la journéeEt ce qu’il fait avec vous, Prizm sait aussi le faire avec votre conjoint et vos collègues qui disposent d’un profil utilisateur sur l’application. Il détecte ainsi leur présence via leur smartphone pour adapter automatiquement la playlist à ce qu’ils aiment. 

Verdict ?

Le fait que toutes les personnes présentes dans la pièce doivent avoir rempli leur profil pour être pris en compte par Prizm enlève la spontanéité que l’on attendrait d’un tel produit. Difficile en effet de demander à chaque invité qui arrive à la soirée de télécharger l’application et de renseigner ses goûts musicaux en détails. Le prix, également, peut être un frein à l’adoption pour certains consommateurs, d’autant plus que Prizm nécessite l’utilisation d’un smartphone et d’enceintes pour fonctionner. Néanmoins l’application est très intuitive et fonctionne très bien, et on salue l’idée de la startup, originale, qui permettra aux fans de musique de découvrir, ou redécouvrir, de nouveaux sons aux côtés de leurs proches. 

Voir les commentaires

Le prochain i-Phone sera-t-il pliable ?

28 Novembre 2017, 17:06pm

Publié par Grégory SANT

Selon un récent dépôt de brevet, Apple s’intéresserait de près à la technologie d’écran pliable, pour (peut-être) l’intégrer dans un futur iPhone.

Un iPhone pliable dans les cartons d’Apple ?

Il fait partie de notre quotidien depuis de longues années maintenant, et rend accro de nombreux utilisateurs, ce bon vieux smartphone tente perpétuellement de se renouveler, avec des terminaux toujours plus fins, dotés de dalles toujours plus larges… L’année 2017 a notamment été marquée par l’avènement des écrans au format 18:9 et du format « borderless » désormais très tendance. En 2019, la tendance pourrait être plus… flexible.

En effet, cela fait quelques années maintenant que le concept d’écran pliable fait son chemin chez les constructeurs, et certains ont effectué des démonstrations plutôt probantes sur divers salons high-tech. Des écrans flexibles qui seront à terme embarqués dans nos futurs smartphones. On sait notamment que Samsung travaille sur l’élaboration d’un tel terminal, mais il semblerait qu’Apple soit également sur les rangs.

En effet, si le géant de Cupertino a mis un peu de temps avant de lancer enfin son premier iPhone au ratio 18:9 (avec l’iPhone X), Apple a déposé un nouveau brevet concernant un appareil doté d’un écran flexible. Evidemment, un dépôt de brevet n’implique pas forcément l’arrivée sur le marché d’un produit correspondant, mais on peut néanmoins penser que le groupe de Cupertino s’intéresse de très près à cette nouvelle technologie, qui pourrait être intégrée dans un smartphone, une tablette, un ordinateur, une montre connectée…

Bien sûr, même si Apple semble sur le coup, il faudra certainement patienter (très) longtemps avant de voir débarquer sur le marché un produit à la pomme doté de cette technologie. Il est évident que la sphère Android sera la première à proposer un terminal doté d’un écran/design pliable, reste à savoir désormais quel sera le premier constructeur à s’engager dans cette nouvelle voie. On sait que Samsung est sur les rangs, avec un certain Galaxy X, mais LG, Huawei ou encore Oppo pourraient également dégainer assez rapidement. Le CES de Las Vegas, en janvier prochain, pourrait être l’occasion de faire la démonstration d’un smartphone de ce type. Patience donc.

Voir les commentaires

Un iPhone avec stylet pour 2019 ?

26 Octobre 2017, 19:30pm

Publié par Grégory SANT

iPhone stylet Steve Jobs était pourtant totalement contre l’idée d’ajouter un stylet à son iPhone, il disait même il y a presque 10 ans : « Dieu nous a donné 10 ‘stylets’. N’en inventons pas un nouveau ». Pourtant, selon les fuites, le stylo digital serait bel et bien de la partie pour l’iPhone de 2019.

Un iPhone avec stylet dès 2019

« Apple se prépare à lancer le téléphone (accompagné du stylet) dès 2019 » a confié une source proche de l’affaire sous couvert d’anonymat. « Des pourparlers avec quelques fabricants de stylets pour un partenariat sont également en cours. ». En 2016, Apple avait lancé le Apple Pencil pour les iPad Pro. La firme a également continué d’introduire de nouvelles fonctionnalités pour iOS, telles que les outils Notes et Makeup.

Mais Apple semble vouloir se rapprocher de ce que fait Samsung et ses phablettes Galaxy Note en collaboration avec Wacom depuis 2011. Seulement, le stylet des Galaxy Note est basé sur la technologie de résonance électromagnétique, qui nécessite des panneaux supplémentaires sous l’écran pour pouvoir fonctionner. Selon les sources, Apple adoptera plutôt un stylet à super-condensateur et ce pour des questions de coût« Un stylet à super-condensateur est moins cher à fabriquer par rapport au stylet EMR. Il offre également une sensation qui ressemble plus à un vrai stylo », a déclaré une autre source à The Investor.Pour finir et toujours selon la même source, la puce mobile de série Ax d’Apple devrait subir une mise à niveau drastique afin de mieux prendre en charge les fonctions d’écriture du stylet qui seront ajoutées.Bien que ces informations ne soient encore qu’au stade de rumeurs, on peut comprendre qu’Apple, témoignant du succès des Galaxy Note de Samsung, veuille elle aussi faire profiter ses utilisateurs d’une expérience optimale sur leur smartphone grand format.

Voir les commentaires

L'avenir de l'ordinateur selon Facebook

16 Octobre 2017, 18:29pm

Publié par Grégory SANT

1

Le DAQRI Smart Helmet, où la réalité augmentée pour les professionnels.

Dans les années 80', le minitel faisait son apparition. Nombreux sont les foyers en ayant possédé un. Seulement, avec l'apparition de l'ordinateur, le minitel a été descendu au rang d'obsolète, lui octroyant une place de choix, dans les poubelles ou chez des collectionneurs. Seulement, il se pourrait bien que l'ordinateur ait finalement atteint ce point de non-retour. Alors, prêts à délaisser votre PC pour vous focaliser sur votre iPhone X ?
 
La fin de l'ordinateur tel que nous le connaissons ? 

Se connecter à Internet est devenu presque primordial, pour de nombreuses personnes. Que ce soit pour s'y informer, échanger ou tout simplement télécharger les 100 Go de l'Ombre de la Guerre, la toile est devenue un lieu de rassemblement pour des milliards d'humains. Selon l'étude Ruptures 2020 réalisée par Facebook IQ et présentée par le directeur de Facebook France au Hubforum, Laurent Solly, ce mercredi, les smartphones seront la seule source de connexion au net pour 3 milliards de personnes. Le nombre de personnes équipées d'un téléphone mobile devrait atteindre 5,5 milliards d'ici 2020. 

1

Le minitel, disparu depuis le début des années 2000.

Leur connexion Internet, certains la vénèreraient s'ils le pouvaient. Aux Etats-Unis, un interrogé sur deux serait prêt à se passer de manger au restaurant pendant un an ou partir en vacances quand un interrogé sur cinq au Kenya et en Afrique du Sud renoncerait aux transports en commun, afin de garder leur accès au web. Même si certains sont plus connectés que jamais et tiennent à le rester, ce n'est pas autant qu'il faut commencer à dire adieu à ces bons vieux desktop. 

"Je ne pense pas qu’on arrivera jusque-là car l’ordinateur, dans certains cas d’usage, a une utilité" rassure Brice Vinocour, marketing manager pour Facebook France, dans des propos rapportés par 20 minutes. "En termes d’intensité et de durée d’exposition média, le téléphone dépasse l’ordinateur. Mais ce qui est certain c’est que, dans nos pays, la croissance du mobile dépasse largement celle du desktop et cette tendance va se poursuivre. Dans les pays émergents, des millions de gens vont découvrir Internet avec le smartphone, ils ne verront sans doute jamais un desktop de leur vie."

Même si Facebook ne parie pas sur une disparition rapide de l'ordinateur de bureau, son utilisation devrait être grignotée par les smartphones, mais également les nouvelles technologies en approche. "La vidéo va être beaucoup plus diversifiée avec la réalité virtuelle, la réalité augmentée et l’intelligence artificielle." indique Brice Vinocour. Pourtant, même si la réalité virtuelle a conquis le foyer de nombreux gamers, son utilisation professionnelle de tous les jours reste rare. Facebook tient d'ailleurs à s'imposer dans ce domaine depuis l'acquisition de l'Oculus Rift en 2014 pour 2 milliards de dollars. 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>