Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #technologies-multimedia

Des écrans interactifs XXL

7 Juin 2016, 18:42pm

Publié par Grégory SANT


© CNRS-LRI

Les murs d'écrans à très haute résolution permettent d'afficher une grande quantité de données. Face aux données massives, ces murs d'écrans donnent la possibilité de visualiser les informations et de les manipuler pour mieux les appréhender à l'échelle humaine, après d'éventuels traitements algorithmiques. Le mur WILD du Laboratoire de Recherche en Informatique (LRI - CNRS & Université Paris-Sud, Université Paris Saclay) accueille par exemple des astronomes qui visualisent ainsi de très grandes images du ciel, ou encore l'IGN qui navigue dans de grandes cartes comportant des informations dynamiques pour des situations de crise (risque de tsunami dans les Caraïbes).

Les murs d'écrans à très haute résolution permettent d'afficher une grande quantité de données. Face aux données massives, ces murs d'écrans donnent la possibilité de visualiser les informations et de les manipuler pour mieux les appréhender à l'échelle humaine, après d'éventuels traitements algorithmiques. Le mur WILD du Laboratoire de Recherche en Informatique (LRI - CNRS & Université Paris-Sud, Université Paris Saclay) accueille par exemple des astronomes qui visualisent ainsi de très grandes images du ciel, ou encore l'IGN qui navigue dans de grandes cartes comportant des informations dynamiques pour des situations de crise (risque de tsunami dans les Caraïbes).
Au-delà de la visualisation, l'affichage de données permet de les classifier ou de les ordonner , comme par exemple la classification d'images 3D de cerveaux suivant leur morphologie avec des neurobiologistes, la découverte de similitude dans des dizaines de réseaux sociaux avec des sociologues, ou l'établissement du programme d'une conférence comportant plus de 500 présentations en une douzaine de sessions parallèles.

Toutes ces utilisations nourrissent le travail des chercheurs en interaction homme-machine qui cherchent à faciliter l'interaction sur ces supports exceptionnels. Un point commun est apparu entre ces activités: elles nécessitent toutes la manipulation et le déplacement d'objets (images, graphes, description textuel...) sur le mur. Mais, pour de telles interactions, plus question d'utiliser une souris, un clavier ou même de toucher le mur ! Les utilisateurs doivent pouvoir se déplacer pour avoir une vision d'ensemble ou au contraire se concentrer sur une information, et doivent ainsi interagir à distance. L'emploi d'un pointage "laser" permet ainsi, par exemple, d'attraper un objet à distance pour le déplacer et le déposer à un endroit d'intérêt (drag-and-drop ou pick-and-drop). Les chercheurs ont ainsi conceptualisé ces actions pour l'expérience qu'ils ont menée.

Une autre particularité prometteuse des grands murs d'écrans est qu'ils sont adaptés à l'interaction à plusieurs. En effet, le grand espace devant le mur et la grande surface d'affichage permettent à plusieurs utilisateurs d'interagir ensemble ; soit côte à côte sur un même sujet d'intérêt, soit indépendamment à distance. Cette organisation ouvre la possibilité d'une division du travail à la manière de deux processeurs œuvrant en parallèle. Cela peut permettre également une addition d'expertises complémentaires menant les utilisateurs vers la bonne décision.

Dans une expérience qu'ils ont menée, les chercheurs ont associé l'abstraction des actions de manipulation de données et le concept d'interaction partagée, où deux personnes doivent se synchroniser pour effectuer une action (porter un objet lourd, monter un meuble, allumer une cigarette de quelqu'un d'autre, etc.). Ils ont appliqué ces deux concepts dans le contexte particulier de classification de données. La tâche de classification abstraite à exécuter dans l'expérience avait été spécialement conçue pour leur permettre de tester des hypothèses sur les phénomènes interactifs avec les murs d'écrans, et d'obtenir ainsi des résultats généralisables.


Pour plus d'information:
WILD en détails
Le Laboratoire de Recherche en Informatique (LRI - CNRS & Université Paris-Sud, Université Paris Saclay) abrite un mur d'écrans, WILD, qui mesure 5,5 mètres de large sur 1,8 mètre de haut. Il est composé de 32 écrans de 30 pouces qui permettent d'afficher 20480 pixels par 6400, soit plus de 131 millions de pixels de définition. Pour le faire fonctionner, 16 ordinateurs (un pour deux écrans) ainsi qu'un ordinateur maître pour la synchronisation du rendu sont nécessaires. Ce type de mur (en comparaison avec l'utilisation de projecteurs) a la particularité de pouvoir afficher une très grande densité d'informations. Il est ainsi possible et nécessaire de s'approcher du mur pour voir les détails (par exemple du texte de petite taille, des détails d'une image en haute résolution) et s'éloigner pour avoir une vue d'ensemble (pour détecter un point d'intérêt potentiel). Il faut donc se déplacer physiquement pour profiter pleinement des potentialités de ces murs.

Source : techno-science.net

Voir les commentaires

iPhone7

3 Juin 2016, 17:09pm

Publié par Grégory SANT

Si l'iPhone 7 (attendu en octobre prochain) fait déjà beaucoup parler de lui, la génération suivante alimente aussi de nombreuses rumeurs. Face à des ventes moribondes dans un marché arrivé à maturité, Apple doit se différencier de la concurrence et pourrait pour cela introduire un nouveau design encore plus haut de gamme.

En avril dernier, un analyste du cabinet KGI indiquait que l'iPhone 2017 serait doté d'un dos en verre à la manière de l'iPhone 4/4S. Toutefois, selon le PDG de la société Catcher Technology en charge de la fabrication des châssis de l'iPhone, il se pourrait bien que l'intégralité du châssis soit fait en verre. Le smartphone serait donc entièrement recouvert. Un design inédit qui serait disponible sur une seule version. On imagine que ce sera la plus haut de gamme, de quoi se différencier de la masse.

Quoi qu'il en soit, nous sommes encore loin de la présentation de ce modèle. L'iPhone 7 qui arrivera en octobre prochain devrait se contenter du design déjà éprouvé de l'iPhone 6/6S, l'arrivée d'un tout nouveau style en 2017 reste donc plus que probable.

Source : cnetfrance.fr

Voir les commentaires

L'itération est essentiel à l'innovation

27 Mai 2016, 18:07pm

Publié par Grégory SANT

Trouvez-vous que l’aspirateur sans sac de Dyson est une excellente idée? Admirez-vous l’originalité des films Pixar comme Le Monde de Nemo et Toy Story ? Tous sont le résultat d’un long processus de tentatives, d’échecs et de recommencement, appelé “innovation itérative”. Cette notion implique que les changements technologiques apparaissent le plus souvent non pas lors d’explosions de clairvoyance, mais à la suite d’un long processus d’essais et d’erreurs.

Prenez l’aspirateur de James Dyson. Le produit est tellement bien conçu qu’il est tentant de penser qu’il a dû surgir, complètement formé, dans la tête de son créateur. En fait, Dyson a construit 5.126 prototypes ratés avant d’arriver à créer son invention.

Prenez les films de Pixar, comme Toy Story ou Le Monde de Nemo qui sont, eux aussi, merveilleusement construits. On imagine qu’ils ont dû surgir de l’esprit d’un génie imaginatif. Mais en fait, Pixar est un maître de l’itération, effectuant des essais puis tirant les leçons de ses erreurs. Chaque film de 90 minutes est l’aboutissement du travail de peaufinage sur 125.000 scénarios.

La créativité doit donc être envisagée différemment : si on la considère comme un voyage fait d’essais et d’erreurs, il devient plus facile de résister aux échecs, qui sont un aspect inévitable de l’innovation, et d’accepter les risques de l’expérimentation.


Source : express.live

Voir les commentaires

Le futur du smartphone passera-t-il par le pliable ?

26 Mai 2016, 17:42pm

Publié par Grégory SANT

En effet, Gizchina a repéré un smartphone a écran pliable lors de la SID 2016. Un prototype, certes, mais fonctionnel. Oppo a ici intégré un écran dans une charnière pliable, ce qui donne ainsi un côté livre à son terminal. Notons qu’il s’agit là du deuxième proto d’Oppo, selon le site chinois.

Autre info, il semblerait que ce smartphone dispose d’une batterie qui se recharge en quelques minutes seulement grâce à la technologie VOOC. Gizmochina indique en effet qu’en 5 minutes de recharge, le smartphone est passé de 3 % de batterie à 57 %.

Si Oppo arrivait à régler les problèmes de batterie en même temps que la sortie des écrans pliables, ce serait bien urbain.

Source : journaldugeek.com

Voir les commentaires

Les technologies clés du futur

25 Mai 2016, 17:46pm

Publié par Grégory SANT

A l'occasion du premier anniversaire des dix solutions de la Nouvelle France industrielle, Philippe Varin, président du Cercle de l’industrie, a présenté une étude prospective dans laquelle 47 technologies clés ont été identifiées. Le numérique y occupe une place centrale.

Il y a un an, Emmanuel Macron transformait les 34 plans industriels imaginés par son prédécesseur Arnaud Montebourg en dix solutions. Une nouvelle mouture dans laquelle l’industrie du futur occupe une place prépondérante. Pour célébrer ce premier anniversaire, François Hollande et Emmanuel Macron ont reçu à l’Elysée les industriels chefs de file des dix défis fléchés par Emmanuel Macron.

A cette occasion, Philippe Varin, président du Cercle de l’industrie, a remis au ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique un document intitulé « Technologies clés 2020, préparer l’industrie du futur ». Commandée tous les cinq ans par la direction générale des entreprises (DGE), cette étude est un exercice prospectif qui vise à accompagner les choix des entreprises, notamment les PME et les ETI.

Réalisée entre l’automne 2014 et début 2016, l’étude identifie 47 technologies stratégiques pour la compétitivité et l’attractivité de la France dans les cinq à dix années à venir, ainsi que les opportunités à saisir pour conquérir de nouveaux marchés.

La version interactive de l’étude révèle très clairement la place centrale qu’occupe le numérique dans l'industrie du futur. Parmi les 47 technologies clés identifiées, on retrouve notamment : les capteurs, l’internet des objets, l’intelligence artificielle, la 5G, les supercalculateurs, les technologies immersives, la modélisation et la simulation numérique ou encore la cobotique, l’humain augmenté et la robotique autonome.

Pour chaque technologie, l’étude indique les marchés concernés, le positionnement de la France, ses atouts et ses faiblesses mais aussi les degrés d’interactions entre les différentes technologies. Enfin, le document répertorie, pour chaque technologie, les acteurs clés du territoire et y associe leurs coordonnées pour faciliter les mises en relation.

Source : industrie-techno.com

Voir les commentaires

Le graphène communique plus rapidement

25 Mai 2016, 17:38pm

Publié par Grégory SANT

Des scientifiques suisses de l’EPFL (Lausanne) et de l’UNIGE (Genève) ont développé un microprocesseur utilisant du graphène qui pourrait permettre aux télécommunications sans fil de partager des données à un débit dix fois plus rapide qu'actuellement.

« Notre microprocesseur à base de graphène est une étape essentielle dans la perspective de télécommunications sans fil plus rapides dans des bandes de fréquences auxquelles les appareils mobiles actuels ne peuvent pas accéder », précise le scientifique de l’EPFL Michele Tamagnone. Ce microprocesseur agit en protégeant les sources de données sans fil - qui sont essentiellement des sources de rayonnement invisible - du rayonnement indésirable, ce qui assure que les données demeurent intactes, en réduisant la dégradation de la source.

Ces chercheurs ont montré que le graphène peut filtrer le rayonnement largement de la même manière que des lunettes polarisantes. La vibration du rayonnement a une orientation. Comme avec des verres polarisants, le microprocesseur au graphène veille à ce que seul le rayonnement qui vibre d’une certaine manière puisse passer. De la sorte, le graphène est à la fois transparent et opaque au rayonnement, selon l’orientation du rayonnement et la direction du signal.

Les scientifiques de l’EPFL et leurs collègues de Genève ont mis à profit cette propriété pour créer un appareil appelé isolateur optique. De plus, leur microprocesseur travaille dans une bande de fréquences actuellement vide, appelée la gamme du terahertz. Les appareils sans fil fonctionnent aujourd’hui en transmettant des données dans la bande des gigahertz, ou à des fréquences optiques.

Mais si les appareils sans fil pouvaient utiliser la bande des terahertz, votre téléphone mobile du futur pourrait potentiellement envoyer ou recevoir des données dix fois plus vite que maintenant, ce qui signifie une meilleure qualité de son et d’image, et des téléchargement plus rapides.

Source : rtflash.fr

Voir les commentaires

Logitech lance l'enceinte Bluetooth Ultimate Ears Roll 2

24 Mai 2016, 18:07pm

Publié par Grégory SANT

Ce mardi, Ultimate Ears a dévoilé la nouvelle version de son enceinte Bluetooth milieu de gamme. La UE Roll 2 reprend les mêmes lignes que le précédent modèle, mais des caractéristiques boostées.

Avec son tarif attractif de 129 euros, ses 330 grammes, son design en forme de galet et son étanchéité à un mètre de profondeur, la Ultimate Ears UE Roll avait su nous séduire, d’autant plus que la qualité sonore était également au rendez-vous. Nous en avions même fait le meilleur rapport qualité-prix de notre guide d’achat d’enceintes Bluetooth. C’est donc fort logiquement qu'Ultimate Ears a dévoilé ce mardi un nouveau modèle de son enceinte Bluetooth compacte.

La nouvelle UE Roll 2 reprend exactement le même format que la version précédente, à savoir un disque de 330 grammes avec un diamètre de 135 mm. Elle est elle aussi étanche pendant 30 minutes, immergée sous un mètre d’eau avec un indice IPX7. Là où l’UE Roll 2 se démarque de la première version, c’est au niveau de la puissance sonore, annoncée comme 15 % supérieure. Par ailleurs, la portée du Bluetooth est également supérieure avec une liaison possible à 30 mètres de distance. Enfin, comme le premier modèle, l’UE Roll 2 peut fonctionner par paire d’enceintes grâce à l’application Android ou iOS. Deux enceintes peuvent alors diffuser un son stéréo ou la même musique.

L’enceinte UE Roll 2 sera disponible dès le mois de juin au tarif annoncé de 99 euros. Quatre coloris différents seront proposés au lancement : orange, violet, noir, bleu ou multicolore.

Source : tomsguide.fr

Voir les commentaires

Projet de smartphone personnalisable ARA par Google

23 Mai 2016, 17:20pm

Publié par Grégory SANT

Fin 2013, Motorola présentait un projet appelé Ara, qui consiste à développer des smartphones modulaires. L’idée, en substance, est de permettre aux utilisateurs d’acheter des mobiles à la carte grâce aux nombreux modules qui leur seraient proposés.

En même temps, cela est supposé prolonger la durée de vie d’un smartphone dans la mesure où si, par exemple, un module appareil photo est endommagé ou devient obsolète, l’utilisateur n’aura qu’à remplacer ce module au lieu de changer de smartphone.

Lorsque Motorola a été racheté par Lenovo, l’équipe de R&D du projet Ara est restée chez la firme de Mountain View, qui a continué les travaux. Et en 2015, les premiers smartphones modulaires devaient arriver au Porto Rico, dans le cadre d’une phase pilote.

Cependant, ce pré-lancement a été annulé à la dernière minute, ce qui a laissé certains penser que Google avait abandonné son projet de smartphones modulaires. Pourtant, lors de l’édition 2016 de la conférence Google I/O, le projet Ara a refait surface. Sur scène, un employé de la firme a procédé à quelques démonstrations. Et Google a même publié cette nouvelle vidéo sur YouTube.

Le premier smartphone en 2017

Google entend lancer un nouveau prototype de smartphone modulaire pour les développeurs au dernier trimestre 2016. Et en 2017, l’entreprise entend commercialiser le premier mobile de ce projet.
Comme je l’évoquais plus, haut, l’un des principaux avantages des smartphones modulaires est qu’ils ne deviennent pas facilement obsolètes. Cependant, l’esprit de Google est aussi de faire en sorte que ces smartphones soient capables d’offrir des fonctionnalités qui ne sont pas disponibles sur les mobiles classiques, qu’ils soient moins conventionnels, grâce aux modules créés par ses partenaires.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

BeoLab 90 par Bang&Olufsen

20 Mai 2016, 18:16pm

Publié par Grégory SANT

Fondée en 1925 par Svend Olufsen et Peter Bang, la marque Bang & Olufsen (B&O) s'est peu à peu imposée comme l'une des références de l'audiovisuel haut de gamme. Et malgré un contexte économique défavorable depuis la crise de 2008, l'entreprise danoise a su résister à ses difficultés financières pour continuer à émerveiller. Ainsi, elle a dévoilé l'an dernier une enceinte incroyable pour célébrer ses 90 ans d'existence : la BeoLab 90. Les superlatifs viennent à manquer lorsqu'on évoque cet appareil monumental, qui fait plus penser à une sculpture contemporaine qu'à un dispositif audio. Elle vient s'ajouter à une riche collection de téléviseurs, de casques audio ou d'enceintes nomades... des produits qui répondent tous aux préoccupations de B&O : un design sobre et futuriste, mais surtout une qualité de son et d'image irréprochable.

Une entreprise en lutte contre l'obsolescence programmée

Quand Peter Bang et Svend Olufsen ont créé leur marque de récepteurs dans le sous-sol de la maison des parents de ce dernier, dans la petite ville de Struer, ils n'imaginaient probablement pas que leur entreprise serait, 91 ans plus tard, la plus ancienne société spécialisée dans l'audiovisuel grand public. Pourtant, Bang & Olufsen est toujours considérée comme l'une des marques de référence du secteur. Le tout premier produit fabriqué par Peter Bang et Svend Olufsen, baptisé sobrement récepteur secteur, répondait à leur volonté de concevoir la première radio fonctionnant sur secteur. Ils ont ensuite développé dans les décennies suivantes des produits audio en tous genres : des radios, des amplificateurs, des haut-parleurs, des gramophones... Tout cela aurait pu prendre fin en 1944, après la destruction d'une bonne partie des ateliers de la marque par les forces d'occupation allemandes, en raison de son refus de collaborer avec le régime nazi. Mais B&O a subsisté et s'est reconstruite petit à petit.

C'est dans les années 1950 que Bang & Olufsen commence à considérer le design comme primordial pour concevoir ses produits. Plus précisément, c'est à partir de 1954 que l'on note ce changement de mentalité. Auparavant, les appareils de la marque n'étaient pas particulièrement séduisants d'un point de vue esthétique. Mais les critiques du style danois de l'époque, notamment celles du designer Poul Henningsen, connu pour sa lampe artichaut, ont donné envie à Peter Bang d'évoluer (Svend Olufsen étant décédé en 1949). B&O a alors commencé à recruter de grands designers pour concevoir ses produits, comme Sigvard Bernadotte, Acton Bjørn ou Jacob Jensen. Aujourd'hui, le design danois est reconnu dans le monde entier, et la société Bang & Olufsen n'y est pas étrangère. L'entreprise a fini par comprendre qu'il était plus facile de communiquer par ce biais, plutôt que par la qualité de ses produits, car tout le monde n'a pas la chance de pouvoir les tester.

Après près d'un siècle d'existence, Bang & Olufsen n'a pas fini de faire rêver les amoureux de nouvelles technologies comme les amateurs de design. La marque se distingue des géants de la high-tech et de l'audiovisuel en proposant des produits alliant tradition et avant-gardisme. Au sein de son siège, The Farm, conçu comme une ferme traditionnelle danoise teintée de références au mouvement Bauhaus, les employés se succèdent souvent de père en fils. Certes, on y trouve de nombreuses machines, mais le travail y reste largement artisanal. Outre l'attachement à la tradition, ce qui différencie B&O de nombre de ses concurrents, c'est sa volonté de lutter contre l'obsolescence programmée. Ainsi, tous les produits de l'ère moderne de Bang & Olufsen sont compatibles entre eux. Une télécommande de téléviseur des années 1990 fonctionne parfaitement sur les derniers modèles de la firme. Et dans le secteur des nouvelles technologies, ce genre de préoccupation devient de plus en plus rare...

Source : boursorama.com

Voir les commentaires

Magic Leap veut donner du (des) sens

10 Mai 2016, 18:47pm

Publié par Grégory SANT

Transmettre l’odorat, le toucher, le goût, transformer la vision avec une réalité augmentée ultra-réaliste, changer la perception de l’environnement sonore… les start-up touchent à tous les sens. Pour les bouleverser.

La start-up californienne Magic Leap promet d’ajouter un peu de magie dans la perception du monde de ses futurs clients. Plus que la vision, le casque de réalité augmentée compte également changer le toucher en permettant des hologrammes tactiles. D’autres travaillent à transmettre les odeurs, le toucher voire même le goût. De son côté la jeune entreprise Doppler Labs entend changer la façon dont ses utilisateurs perçoivent les sons qui les entourent. En définitive, c’est un peu la façon dont les cinq sens sont actuellement envisagés qui pourrait en être bouleversée.

Source : atelier.net

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>