Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #technologies-multimedia

Un smartphone modulable par Lenovo

10 Mai 2016, 18:40pm

Publié par Grégory SANT

Le prochain Moto X, qui devrait être présenté officiellement le 9 juin 2016 lors du Lenovo Tech World, se dévoile petit à petit. Après avoir eu un aperçu de son design, ce sont les caractéristiques techniques du smartphone qui fuitent sur le Net.

Pour commencer, il y aura deux versions du Moto X portant les noms de code de Vertex et de Vector Thin. Ensuite, ces smartphones seront modulables grâce au connecteur 16 broches que l’on avait remarqué au dos de l’appareil. Un système proche de celui imaginé par Google pour son projet Ara que l'on retrouve aussi en moins élaboré sur le G5 de LG.

Celui-ci devrait permettre d’adjoindre six modules différents, appelés Amps par Lenovo. En plus d’une coque colorée qui sera livrée avec les smartphones, l’utilisateur pourra s’offrir en option un haut-parleur stéréo, une batterie externe, un module caméra avec zoom optique et flash, un picoprojecteur, une coque plus robuste avec une fixation pour une lentille grand angle.

Un écran « incassable »

Enfin, d’après une source citée par Evan Blass, journaliste américain souvent bien informé, la seule caractéristique commune de ces deux smartphones sera un écran Amoled de 5,5 pouces. Un écran qui pourrait bien être « incassable », indique une photo diffusée sur le compte Google+ de HelloMoto HK. Il ressemblerait à celui du Moto x Force qui avait résisté à une chute de 275 mètres !

Le reste des fiches techniques fait apparaître des différences notables que voici.

Vector Thin : écran Quad HD, processeur Snapdragon 820 cadencé à 2 GHz, 3 ou 4 Go de mémoire vive, 32 Go d’espace de stockage, capteur photo de 16 Mpix et batterie de 2 600 mAh. Il ne mesurerait que 5,2 mm d’épaisseur.

Vertex : écran Full HD, processeur Snapdragon 625 overclocké à 2,4 GHz, 2 ou 3 Go de mémoire vive, 16 ou 32 Go d’espace de stockage, capteur photo de 13 mpix et batterie de 3 500 mAh. Il serait un peu plus épais que le Vector Thin avec 7 mm.

Une coque unibody en métal

Une première photo du prochain smartphone Moto X avait fuité sur le Net en décembre 2015. Elle montrait une coque métallique en rupture avec celle des Moto X existants. Ce design a été confirmé par de nouvelles photos publiées sur le compte Google+ HelloMoto HK.

Ces photos montrent la présence d’un lecteur d’empreintes de forme carrée en façade. On aperçoit également le capteur photo dans un large cercle qui englobe également le flash et l’autofocus laser. Ce design était déjà présent sur les précédents smartphones de la marque, comme le Moto X 2e génération, mais le cercle était moins imposant.

Dernière supposition, la date du 24 août visible sur l’écran du Moto X pourrait être celle de sa sortie.

Reste maintenant à connaître le prix de ces deux versions du smartphone et leur date de disponibilité !

Source : 01net.com

Voir les commentaires

La caméra flexible va-t-elle changer notre point de vue

3 Mai 2016, 19:39pm

Publié par Grégory SANT

Grâce à des procédés toujours plus innovants, la science permet de développer des dispositifs de plus en plus incroyables. Une équipe de chercheurs américains a par exemple conçu une caméra aussi flexible qu’une feuille et qui se pose sur tout type de matériaux. SooCurious vous présente cette invention révolutionnaire.

Des chercheurs du Computer Vision Lab, de l’université américaine de Columbia, ont conçu un système pour le moins inventif : une grille de lentilles conçues à partir de caoutchouc de silicone et capables de changer de taille. Très fin et flexible, leur dispositif peut s’adapter à n’importe quel support, comme une voiture ou un lampadaire.

D’une simple pression sur le capteur, les lentilles de la grille peuvent changer la forme de l’image captée. Ainsi, en étant disposé sur un objet circulaire, le système permet de capturer des photos ou vidéos à 360°. Et même si l’appareil n’offre qu’une résolution réduite, il ne s’agit pour le moment que d’un prototype, la version finale tendant à être améliorée avec le temps.

Une telle invention avait déjà été développée par des chercheurs singapouriens en 2014, qui avaient alors utilisé du graphène. Mais le dispositif des chercheurs américains utilise des matériaux aux coûts moins élevés, ce qui devrait permettre de démocratiser l’appareil. A terme, il pourrait servir à de nombreuses applications, et notamment à permettre aux conducteurs de voitures de couvrir les angles morts de leurs véhicules.

Ce dispositif est réellement inventif et prometteur. Et même s’il semble tout droit sorti d’un film de science-fiction, il devrait prochainement permettre de nombreuses utilisations, pratiques voire artistiques. Si ce type d’innovations vous intéresse, découvrez également ce matériau doté d’une résistance et d’une légèreté hors du commun.

Source : soonsoonsoon.com

Voir les commentaires

Microsoft se lance dans le stockage sur ADN

2 Mai 2016, 18:44pm

Publié par Grégory SANT

Microsoft a acheté 10 millions de brins d’ADN synthétiques à l’entreprise Twist Bioscience dans l’idée de repenser la manière de stocker des informations, notamment pour mettre au point les data centers de demain. Les besoins en volume de stockage promettent d’être gargantuesques avec l’essor du Cloud, de l’internet des objets, des réseaux sociaux, du web, des plateformes vidéos et de la réalité virtuelle, il est donc nécessaire d’investir dans la recherche pour trouver sans cesse le moyen de stocker toujours plus, dans toujours moins de place.

Microsoft a acheté 10 millions de brins d’ADN synthétiques

Microsoft semble croire que l’avenir du stockage de données est peut-être dans notre ADN, il est vrai que chacune de nos cellules contient des milliards d’informations, il n’est donc pas déraisonnable d’imaginer que l’ADN synthétique puisse servir de support de stockage un jour.

Il ne s’agit pas d’un hoax, mais d’une possible nouvelle opportunité pour optimiser le stockage de données. Emily M. Leproust, la PDG de Twist Bioscience très enthousiaste suite à cette collaboration a déclaré : « Notre plate-forme de synthèse d’ADN à base de silicium offre le moyen d’accélérer considérablement la capacité d’écrire l’ADN à un niveau de coût permettant de stocker des données. Nous sommes ravis de travailler avec Microsoft, et les chercheurs de l’Université de Washington, pour relever le défi croissant du stockage des données numériques ».

Deux arguments ont été avancés par Twist Bioscience pour démontrer le potentiel de l’ADN comme support de stockage. D’une part, un seul gramme d’ADN serait capable de stocker mille milliards de gigaoctets de données ! On est loin des disques les plus performants du moment qui plafonnent à 5 téraoctets de données… De plus, on sait tous que même les meilleurs supports de stockage ont une durée de vie relativement courte, alors qu’un brin d’ADN peut résister plus de 2000 ans !

L’ADN est donc le candidat idéal pour conserver des informations durablement et dans peu d’espace. Il reste toutefois un problème de taille que Microsoft devra résoudre : comment naviguer au sein de ses fichiers dans un brin d’ADN ? Pour l’instant il n’existe pas de lecteur, mais il ne fait aucun doute qu’une entreprise y parviendra un jour, une révolution est sans doute déjà en marche dans le domaine des datas.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Le supercalculateur Bull Sequana

15 Avril 2016, 18:14pm

Publié par Grégory SANT

"Le supercalculateur le plus efficace au monde" vante Atos qui lance officiellement ce jour Bull sequana, son nouveau supercalculateur. Objectif : réaliser d'ici 2020 un milliard de milliards d'opérations par seconde.

Le supercalculateur Bull Sequana d'Atos (source : Bull)

superordinateur « Atos est l'un des trois ou quatre acteurs mondiaux à savoir concevoir et fabriquer aujourd'hui des supercalculateurs, et le seul européen » mentionne pour l'occasion Thierry Breton. « C'est (...) un avantage compétitif pour nos clients qui bénéficient d'une puissance de calcul exceptionnelle. »

Bull, marque d'Atos dédiée aux produits et logiciels de technologies distribués depuis 2014, précise qu'il s'agit là du premier ordinateur qui devrait être capable de réaliser d'ici 2020 un milliard de milliards d'opérations par seconde. Heureusement, l'inimaginable à deux noms : l'exascale pour évoquer le type de système, et l'exaFLOPS (floating-point operations per second), soit la capacité de traitement.

10 fois plus dense

Surtout, le fabricant mentionne qu'à capacité égale, le supercalculateur Bull sequana consomme 10 fois moins d'énergie que les machines actuelles grâce à une densification 10 fois plus importante. L'architecture informatique de la machine a été pensée de manière à être très évolutive assure Atos. Côté architecture physique, avec 5 mètres carrés de présence au sol, l'ordinateur est rangé dans deux armoires. Détail qui compte : elle pèse 9 tonnes a révélé le PDG au micro de Europe 1..

Les verticaux qui utilisent ce type de solution sont les secteurs de la santé, de l'agriculture de précision ou encore de la météorologie. Le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) reste toutefois le premier client. A titre d'exemple côté météorologie, Atos explique que ce nouvel ordinateur devrait permettre de prédire les nappes de brouillard et les orages de manière très localisée autour des aéroports. Mais de nouveaux usages moins gourmands pourraient être poussés pour le bénéfice d'entreprises plus réduites. A noter que ce nouvel ordinateur entre dans le cadre de l'offre de business analytics Atos Codex de Bull.

C'est dans un local tenu secret du CEA que Bull Sequana, réalisé dans l'usine angevine d'Atos, est en train d'être installé.

C'est également un supercalculateur de Google, Alphago, qui a battu le champion du monde de jeu de go au mois de mars dernier.

Source : zdnet.fr

Voir les commentaires

Un clavier tactile pour le prochain MacBook ?

11 Avril 2016, 18:09pm

Publié par Grégory SANT

Apple a déposé un nouveau brevet qui signerait la mort du clavier physique sur son MacBook. Il y serait remplacé par de grands emplacements tactiles.

Ce brevet est connu sous le nom « Zero Travel »sur le site de l’US Patent and Trademark Office (USPTO) qui gère les brevets aux États-Unis. Il fait référence à la course des touches, soit la distance qu’elles parcourent lorsqu’elles sont pressées. Pas d’équivoque ici, une course réduite à zéro n’est possible qu’avec une surface tactile.

Le brevet d’Apple met en évidence trois zones de travail : la plus large prend la place du clavier alors que le touchpad se voit entouré par deux espaces tactiles plus petits. L’objectif est de permettre à l’utilisateur de personnaliser ces zones en fonction des applications utilisées. On pourrait aussi bien y afficher les outils de Photoshop qu’un clavier classique ou un pavé numérique ou encore remplacer la plus grande zone par un touchpad géant pour la navigation Web, par exemple.

Apple en profite pour intégrer une nouvelle fois Force Touch, sa technologie de retour haptique déjà présente sur certains iPhone et le trackpad des derniers MacBook. Pour rappel, elle rend les écrans tactiles réactifs à la pression et donc capables de comprendre différentes informations en fonction de la force d’appui.

Un concept similaire avait vu le jour en 2011. Il s’agissait de l’Iconia Touch Book d’Acer qui avait remplacé clavier et touchpad par un large écran de 14 pouces. Le concept était intéressant puisqu’il permettait une personnalisation complète de cet espace de saisie. Néanmoins, il manquait de précision et souffrait de sérieux ralentissements.

Source : tomsguide.fr

Voir les commentaires

OMNI la GoPro à 360°

8 Avril 2016, 18:36pm

Publié par Grégory SANT

GoPro sort un nouvel appareil pour filmer à 360 degrés, l'Omni. Il devrait être bien moins coûteux que sa plate-forme Odyssey.

Il y a un peu moins d’un an, le PDG de GoPro, Nick Woodman, annonçait sa volonté de sortir un drone et un accessoire pour filmer à 360 degrés. Si le premier est encore dans les cartons, le site Engadget a pu découvrir le second : le GoPro Omni .

Cet accessoire n’est pas le premier destiné à la production de contenus à 360 degrés, GoPro avait en effet déjà proposé Odyssey, une plate-forme conçue en partenariat avec Google qui coûtait la bagatelle de 15 000 dollars. Même si on ne connaît pas encore son prix, le GoPro Omni devrait être beaucoup moins coûteux.

Omni est un accessoire entièrement conçu par GoPro. Il embarque six caméras GoPro Hero 4 Black, qui coûtent à elles seules environ 3 000 euros. L’objet ne s’adressera donc pas encore au grand public. Contrairement à la plate-forme Odyssey, l’Omni n’enregistrera pas en 3D, mais GoPro indique que les composants inclus dans l’accessoire assureront une synchronisation des caméras au pixel près. Il devrait également fonctionner avec Autopano Video Pro, le logiciel d'assemblage vidéo de Kolor, racheté par GoPro l’an dernier.

GoPro, qui présentera L’Omni la semaine prochaine durant le NAB Show, grand-messe des diffuseurs américains, a également précisé que l’on pourrait acheter un kit complet comprenant l’Omni, des câbles et les caméras ou juste l’accessoire seul. On devrait à ce moment-là obtenir des détails supplémentaires sur cet appareil et connaître sa disponibilité ainsi que son prix.

Source : 01net.com

Voir les commentaires

Apple à 40 ans et quelques échecs

5 Avril 2016, 19:26pm

Publié par Grégory SANT

L'Apple III, un des échec d'Apple

Vendredi 1er avril, Apple fêtait ses 40 ans. Si la firme californienne créée dans le garage de Steve Jobs est aujourd'hui l'une des mieux cotées au monde, elle a aussi subi des revers pendant ces 4 décades.

De Apple, on retient l’un des tout premier ordinateur personnel, l’Apple II, le premier iMac et bien sûr l’iPhone, la star des smartphones. Cependant, la marque à la pomme n’a pas réussi tout ce qu’elle a entreprit. Durant ces 40 ans, des produits ont été un échec retentissant, en voici quelques exemples.

L’Apple III ou la difficile succession

En 1976 sortait l’Apple II, un ordinateur personnel qui connait un gros succès auprès du monde des entreprises. Quelques années plus tard, c’est tout logiquement qu’Apple lance l’Apple III. Ce nouveau PC était dépourvu de ventilateur interne un système novateur mais qui posera beaucoup de problèmes de surchauffe et de pannes. Les ventes seront désastreuses.

L’Apple Newton est considéré par certains l’ancêtre des tablettes. Cet assistant personnel commercialisé en 1993 était pourvu d’un stylet. Il ne trouvera malheureusement jamais son public et suite à une période sombre pour Apple (dont Steve Jobs avait été écarté), le fabricant décidera d’abandonner le développement de tels assistants.

En 1994, Apple souhaite se lancer dans Internet et crée, en partenariat avec AOL, EWorld, un portail en ligne. Ce portail proposait divers services aux internautes tels qu’un forum de discussion, un service de mail ou encore une messagerie instantanée. Comptant à peine plus de 100.000 visiteurs en 1 an, Apple décidera d’abandonner EWorld à AOL deux ans après sa création.

Une incursion ratée dans le monde des jeux vidéo

En 1995, la firme de Tim Cook présentait une console du jeu lors du tout premier salon E3 de Los Angeles. Baptisée la Pipin, elle était commercialisée par Bandaï. Elle reprenait certains composants des Macintosh de l’époque et faisait le poids techniquement.

Mais à cause d’un prix trop élevé et surtout d’un manque cruel de jeux à son catalogue, elle représentera un échec cinglant pour Apple. Les gamers de l’époque lui préférant la première Playstation de Sony ou encore la N64 de Nintendo.

Source : begeek.fr

Voir les commentaires

l'iPhone 7: encore plus fin

4 Avril 2016, 17:39pm

Publié par Grégory SANT

Toujours plus fin ! Les iPhone se suivent et respectent une même tendance, l’affinement. L’iPhone 7 portera visiblement au pinacle cette vision, ce qui impliquera de gros changements à l’intérieur.

L’iPhone 7 sera fin ou ne sera pas. Les rumeurs voulaient déjà qu’il se débarrasse de son port jack pour gagner en épaisseur, maintenant, il semblerait qu’Apple envisage de refondre les modules qui gèrent les antennes et les fréquences pour gagner encore quelques millimètres. Selon des sources d’ETNews, réduire le châssis de l’iPhone serait de première importance pour Apple.

Les ingénieurs du géant américain chercheraient à augmenter la densité des terminaux d’entrée/sortie tout en réduisant la taille de l’ensemble – on appelle cette technologie le fan-out. Pour y arriver, Apple réunit les puces dans un seul et même package, afin de limiter le nombre de circuits imprimés et la surface nécessaire.

Les modules visés sont toutefois essentiels, car ce sont eux qui gèrent le passage d’un réseau sans fil à un autre, de la LTE au GSM en passant par l’UMTS. Or justement la technologie de fan-out permettrait également de réduire les interférences.

En plus de réduire la taille des composants radio, Apple pourrait également accroître son utilisation de blindage contre les interférences électromagnétiques (EMI). Ils permettraient aux principales puces du smartphone d’être protégées. La complexité renforcée des appareils, l’augmentation de la puissance des différentes puces imposent de les protéger des interférences extérieures et provoquées par les unes et les autres pour un fonctionnement optimal.

Dans le cas des modules de gestion des antennes et des fréquences, l’utilisation d’un blindage EMI faciliterait la réduction de leur taille et leur densification tout en permettant de produire des puces plus complexes. Le blindage assurerait également une perte de signal réduite et des interférences moindres. Apple a déjà utilisé des « boucliers » EMI dans un de ces produits le plus compact. Ainsi, la S1, la puce pour principale de la Watch, est équipée de cette technologie.

Source : 01net.com

Voir les commentaires

JPL Pulse 2

14 Mars 2016, 19:20pm

Publié par Grégory SANT

Les enceintes Bluetooth compactes ont tendance à se ressembler de plus en plus et c'est pourquoi la JBL Pulse 2 offre une originalité rafraîchissante. Non seulement elle diffuse un son excellent, mais en plus elle intègre un système d'éclairage LED interactif. En France, on la trouve à 199 euros sur le site JBL.

Le jeu de couleurs propose 12 modes différents que l'on choisit en appuyant sur un bouton qui sert également à couper cet éclairage. L'application mobile pour Android et iOS permet de contrôler les jeux de lumière et de télécharger de nouveaux modes.

Autre option inédite et amusante, un capteur intégré à l'enceinte lui permet de jouer les caméléons en copiant la couleur d'un objet ou d'une feuille de papier que l'on place dans son axe. Il ne s'agit que d'un gadget, qui n'a pas toujours fonctionné pour nous, mais qui reste plaisant.

Comme on peut s'y attendre, le jeu de couleurs se synchronise aussi avec le style de musique que l'on écoute. Il est également possible de télécharger des sons pour créer des ambiances en accompagnement de l'éclairage (vagues, feu, pluie, étoiles...).

Autre détail à noter, il est possible d'associer deux Pulse 2 pour augmenter la puissance sonore. L'enceinte en elle-même semble assez robuste (775 grammes). Elle est protégée contre les éclaboussures mais elle n'est pas étanche. Le port micro-USB et la sortie audio sont protégés par un clapet.

Signalons également la présence d'un microphone pour les appels mains-libres qui fonctionne très bien. En revanche, la Pulse 2 ne dispose pas du système de recharge USB pour terminaux mobiles que l'on trouve sur les enceintes de la gamme Charge. L'autonomie est donnée pour 10 heures en écoute de musique seule (ce qui est très bon) et 5 heures lorsque le système d'éclairage est allumé.

Performances

En termes de performances, cette Pulse 2 est comparable à la Charge 2+ sortie en 2015, ce qui en fait l'une des meilleures enceintes Bluetooth de sa catégorie avec des basses correctes et une très bonne précision audio. Comparée à la Pulse 1, la 2 dispose d'un plus grand nombre de LED et le tressage qui recouvre l'enceinte est plus dense et assure une diffusion plus douce de l'éclairage.

Pour ce qui est du son, nous reprochions à la Pulse 1 sa tendance à la distorsion à fort volume. La Pulse 2 s'en sort un peu mieux dans ce domaine. Le son est globalement meilleur et les basses un peu plus performantes. Il faut savoir que le processeur de traitement du signal (DSP) bride les fréquences dès que l'enceinte est en surcharge avec des morceaux denses au niveau instrumental.

Avec ce type d'enceintes sans fil compactes, tout l'art consiste à trouver le bon équilibre entre un son assez puissant et un niveau de distorsion acceptable. Que ce soit avec la Charge 2+, la Flip 3 et cette Pulse 2, JBL est parvenu à trouver un très bon compromis.

Ceux qui voudraient obtenir un son encore plus puissant peuvent associer deux Pulse. Le jeu d'éclairage se synchronise entre les enceintes, mais l'on ne peut pas créer un véritable effet stéréo droite et gauche. On n'obtient pas de basses plus puissantes ni plus de détails, mais cela permet d'étendre la scène sonore, surtout si l'on espace les enceintes de plusieurs mètres.

Les effets lumineux se paient un peu plus cher. Mais à 199 euros (sans doute un peu moins dans les mois qui viennent), la Pulse 2 offre un très bon rapport qualité/prix.

Source : cnetfrance.fr

Voir les commentaires

Des téléphones à grand stockages bientôt dans vos poches

4 Mars 2016, 20:28pm

Publié par Grégory SANT

Vous êtes coincé à supprimer des applications et d’anciens podcasts pour faire de la place sur votre smartphone ? Cela pourrait ne plus être un problème avec la nouvelle gamme de puces de stockage de Samsung, qui peut stocker jusqu’à 256 Go de données, dans une puce d’une taille plus petite qu’une carte micro-SD.

En utilisant le Stockage Flash Universel (UFS, pour Universal Flash Storage), ce type de mémoire flash a pour objectif d’améliorer la vitesse de transfert et la fiabilité du stockage en mémoire flash tout en éliminant la diversité des connecteurs. Selon Samsung, elle peut gérer des données deux fois plus rapidement qu’un SSD lambda dans un ordinateur de bureau, avec environ la même quantité d’espace de stockage que l’on retrouve dans un ordinateur portable traditionnel.

En alliant la fois des vitesses de transfert assez élevées, et une grande capacité de stockage, les puces de stockage UFS pourraient faire en sorte que le streaming vidéo en 4K sur les appareils mobiles soit un jeu d’enfant, et ajouter de plus grandes capacités dans le multitâche. Samsung veut se concentrer sur ce besoin, en mentionnant que l’énorme capacité de stockage permet aux puces d’accorder “une plus grande flexibilité dans l’électronique grand public de poche”.

Prête pour le Galaxy S8 ?

La nouvelle technologie de Samsung est également compatible avec l’interface USB 3.0, ce qui signifie des transferts plus rapides, et de meilleurs temps de chargement entre les appareils mobiles. Depuis que l’USB 3.0 permet de transférer un film full HD en quelques secondes, les utilisateurs peuvent remplir tous ces gigaoctets supplémentaires en un rien de temps.

Les puces sont actuellement en production de masse, mais Samsung n’a pas encore fourni de détails sur les appareils qui vont recevoir cette puce. Le streaming 4K fonctionne généralement mieux sur une tablette haut de gamme, mais peut-être que cette puce fera son apparition sur le Galaxy S8.

Peu importe où elles finissent par arriver, étant donné que le stockage est souvent synonyme d’un coût supplémentaire, espérons que cela ne va pas impacter le prix d’un futur dispositif.

Source : blog-nouvelles-technologies.fr

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>