Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #technologies-multimedia

Re-Phone : le téléphone modulaire

25 Septembre 2015, 16:47pm

Publié par Grégory SANT

Seeed n’est pas une boite très connue en France mais cela devrait changer très prochainement. Logique, car son dernier projet est en train de provoquer un véritable buzz planétaire.

Contrairement à ce que laisse entendre le titre de cet article, RePhone n’est pas vraiment un smartphone. Enfin si, mais pas complètement non plus. Difficile de faire moins clair, pas vrai ?

S’il fallait le présenter en quelques mots, on pourrait dire que ce projet se présente sous la forme d’un simple kit regroupant différents composants. Dans le lot, on trouve un processeur, un écran de 1,54 pouce, une nappe, une puce NFC, un GPS et même des capteurs de mouvements.

Un kit complet pour créer votre propre smartphone… ou plus si affinités

Pour commencer, il faudra connecter ces différentes pièces entre elles en vous appuyant sur des câbles spécifiques ou sur des soudures classiques. Lorsque ce sera fait, vous vous retrouverez avec un magnifique appareil capable de passer des appels ou d’envoyer des SMS. Magnifique !

Là, vous allez me dire que les fonctions semblent assez limitées et vous n’aurez pas complètement tort. Ceci étant, Seeed a prévu le coup et l’appareil sera compatible avec… IFTTT. Il sera donc possible de configurer des actions précises (et automatisées) en s’appuyant sur le service.

Comme un bonheur ne vient jamais seul, la boite a aussi prévu de lancer un SDK pensé pour les développeurs les plus chevronnés. Et attention car le RePhone sera en plus compatible avec Arduino et avec la Pebble Time.

Alors bien sûr, le RePhone n’a pas pour ambition à remplacer votre magnifique iPhone 6s flambant neuf, mais il sera possible de l’utiliser pour suivre le chien, par exemple, ou même pour être tenu au courant d’un changement de météo. En gros, cet appareil un peu bizarre va vous aider à rendre votre environnement plus intelligent et… plus connecté. Les bricoleurs apprécieront.

Et attention car tous ses composants seront en plus open source. N’importe qui pourra ainsi contribuer au projet et l’enrichir dans la foulée.

Notez pour finir que le RePhone n’est pas encore disponible dans le commerce. Seeed a préféré commencer par lancer une campagne sur KickStarter et elle marche plutôt bien puisque le constructeur a levé 77 428 dollars en l’espace de quelques heures.

Plutôt chouette, d’autant qu’il n’avait besoin que de 50 000 dollars pour mener à terme son projet.

Si vous voulez en savoir plus, le mieux c’est encore de vous rendre sur cette page. Notez pour finir que le prix de l’appareil dépendra essentiellement des modules que vous voulez. Le Core est ainsi proposé à… 12 dollars.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Soundbar Prava par Jorge Arbelo Cabrera

24 Septembre 2015, 19:51pm

Publié par Grégory SANT

Source : behance.net

Voir les commentaires

Luna Phone par Jorge Arbelo Cabrera

24 Septembre 2015, 19:42pm

Publié par Grégory SANT


  • Source : industrialdesignserved.com

Voir les commentaires

Scio : le scanner de composition d'aliment ou objet

15 Septembre 2015, 18:13pm

Publié par Grégory SANT

Vous vous êtes toujours demandé en quoi était fait votre t-shirt favori, ce que contenait tel ou tel plat ou encore la matière de votre canapé ? Vous pourrez bientôt le savoir grâce à SCIO, un mini scanner créé par une société israélienne.

La société israélienne Consumer Physics située à Hod Hasharon près de Tel-Aviv, a créé un mini-scanner destiné au grand public baptisé SCIO. Ce dispositif de poche permet d’analyser la structure moléculaire des objets, textiles et aliments qui nous entourent. Les informations obtenues par SCIO sont directement affichées sur le smartphone via l’application dédiée.

SCIO : un mini scanner pour analyser le monde qui nous entoure

Le scanner de poche SCIO utilise la technologie infrarouge pour scanner l’objet, l’aliment ou le textile, afin de faire réagir les molécules à la lumière. Les résultats de la réaction physique sont ensuite comparés avec toutes les données stockées sur internet, une base de données que les utilisateurs du système seront invités à alimenter de façon collaborative. Grâce à l’application dédiée, installée sur le smartphone, l’utilisateur du scanner pourra donc connaître la composition de son objet, son textile ou son aliment.

Concrètement, le mini-scanner SCIO sera capable de déterminer si un aliment est mûr ou non, il pourra également indiqué la teneur en sucre ou en gras de l’aliment, son taux d’humidité, etc. Pour le moment SCIO est capable d’analyser des aliments simples comme des légumes ou des fruits mais ne peut pas encore analyser de plats complexes comme des gratins, des civets, etc. En ce qui concerne les objets et les textiles, SCIO sera capable d’analyser leur composition, afin que l’utilisateur sache exactement de quoi est composé le produit.

Une campagne de financement participatif

Si le mini-scanner SCIO a pu voir le jour, c’est en grande partie grâce à la campagne de financement participatif que la société israélienne a lancé en 2014 et qui a mobilisé quelques 13 000 personnes qui ont participé à hauteur d’environ 200 dollars chacune.

SCIO est commercialisé depuis le mois d’août, et même s’il est destiné au grand public, le co-fondateur de la société entend bien séduire aussi les entreprises : « SCIO intéresse certaines multinationales qui y voient un intérêt pour un développement en interne ou pour certains de leurs clients, à savoir n’importe qui dans le commerce ou l’industrie qui a besoin de savoir si le produit qu’il a commandé a les propriétés attendues ». Ce petit dispositif va probablement séduire un grand nombre de personnes de plus en plus préoccupées par la composition de leurs aliments, vêtements ou objets du quotidien en général.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Apple dépose un brevet de pile à combustible

11 Septembre 2015, 20:05pm

Publié par Grégory SANT

Apple a mis au point un brevet de pile à combustible qui offrirait aux Mac une bien plus grande autonomie.

Un MacBook qui consomme peu d'énergie et qui offre une autonomie de plusieurs jours voire de plusieurs semaines, vous y croyez ? Ce type d'ordinateur autonome et respectueux de l'environnement pourrait bientôt voir le jour. C'est en tout cas ce que laisse penser le brevet d'Apple que le Bureau des brevets américains vient de publier sur son site. Le document mentionne un système de pile à combustible qui alimente un ordinateur portable.

La firme de Cupertino aurait donc trouvé une façon ingénieuse de faire fonctionner ce type de batterie sur un ordinateur portable. Les piles à combustible présentent un triple avantage : elles peuvent stocker une quantité importante d'énergie, n'occupent pas beaucoup d'espace et leur poids n'est pas beaucoup plus élevé qu'une batterie classique. Cette innovation est une grande prouesse car, comme l'indique le site américain, « il est extrêmement difficile de concevoir des systèmes à pile à combustible à hydrogène qui soient suffisamment portables et économiquement viables pour être utilisés dans des appareils électroniques ».

Les piles à combustible fonctionnent généralement à l'hydrogène mais Apple envisagerait d'utiliser d'autres composés chimiques tels que le silicate de sodium, le borohydrure de sodium ou l'hydrure de lithium, associé à de l'eau. Si ces piles offrent une plus grande autonomie que les batteries classiques, il est cependant nécessaire de les recharger de temps en temps. D'après le brevet, seule une partie de l'équipement devrait être remplacée.

Source : commentcamarche.net

Voir les commentaires

Les apps arrivent sur la télé avec Apple

10 Septembre 2015, 16:38pm

Publié par Grégory SANT

L'Apple TV, c'était jusqu'à alors un moyen pour la marque de distribuer du contenu (vidéo ou musique), que ce soit via iTunes ou via des partenariats (Hulu, Netflix, HBO).

Aujourd'hui, Apple ajoute ce qui manquait en effet à l'Apple TV ce dont disposent tous ses autres appareils, à savoir un App Store.

L'ambition ici est double : développer le service pour conserver les utilisateurs dans son écosystème jusque sur la télé, et générer de nouveaux partenariats, potentiellement lucratifs. Le voyage, le transport, l'hébergement sont des cibles évidentes, et on ne serait pas étonné de voir rapidement arriver une app amazon.

Pour arriver à ses fins, Apple doit convaincre simultanément utilisateurs et développeurs, car sans utilisateurs, point de développeurs, et sans applications, pas d'utilisateurs.

Pour les développeurs, Apple proposera un SDK de manière plutôt restrictive à partir du 11 septembre, histoire de proposer uniquement des applications de qualité pour les débuts de son TV OS. Un système d'exploitation qui ne devrait pas trop surprendre ceux qui ont l'habitude de travailler pour Apple, puisqu'il est basé sur iOS.

Il faudra avoir un œil sur la taille de l'App Store de TV OS, pour savoir si les développeurs sont ou nous convaincus de l'intérêt de cet énième support.


Côté utilisateur, le pari nous semble en revanche gagné : la commande vocale avec Siri semble très prometteuse, la télécommande tactile permet de conserver les habitudes acquises sur les iPhone et iPad, et l'interface présentée hier semble particulièrement fluide et réactive.

Pour parvenir à s'installer dans un maximum de salon, il fallait enfin à Apple un produit qui reste accessible : et à 150 dollars en prix d'appel, ce produit est sans doute plus pertinent qu'un téléviseur qui aurait été nettement plus onéreuse, à la fois à la vente et à la production.


Cette nouvelle Apple TV semble donc convaincante et complète l'écosystème d'Apple. Reste qu'en France, les boxes barrent le passage au boîtier à la pomme. A moins qu'à la manière de Google avec Android TV, Apple tisse des partenariats avec les opérateurs pour proposer son Apple TV comme boîtier TV.

Source : clubic.com

Voir les commentaires

Samsung imagine la télé qui s'adapte à votre vue

7 Septembre 2015, 19:57pm

Publié par Grégory SANT

Via des technologies de eye-tracking et de reconnaissance faciale, Samsung veut allier confort d’utilisation et véritable bien-être médical dans ses futures télévisions.

Est-ce que plutôt que de le regarder, ce sera bientôt l'écran de télévision qui nous regardera ? Cela semble en tout cas bien parti pour ! En effet, Samsung aurait déposé selon le DailyMail un brevet d'invention pour un écran de télévision s'adaptant à la vision du spectateur (ou plutôt à ses problèmes de vue) grâce à des caméras présentes au devant de cet écran et utilisant des technologies de eye-tracking et de reconnaissance faciale.

Plus concrètement, en fonction des difficultés que pourrait avoir le spectateur à visionner l'écran de sa télévision, celle-ci serait capable de zoomer automatiquement certaines parties de l'image, de changer la luminosité de l'écran et, dans le cas de sous-titres, de changer leur taille, leur couleur, leur vitesse...

Si l'on s'intéresse un peu plus en profondeur à cette technologie, on voit 2 types de capture d'image. La première serait de l'ensemble de la pièce dans laquelle se trouve le spectateur. Ainsi, la caméra pourrait évaluer si la lumière ambiante ou celle du soleil, par exemple, gêne l'image, mais également pourrait déterminer si la distance du spectateur par rapport à l'écran n'indique pas qu'il peine à bien voir ce qu'il s'y passe.

Le eye-tracking viendrait alors en second et se focaliserait sur la pupille du spectacteur. Si celle-ci est dilatée, c'est que l'écran manque certainement de luminosité et devra donc s'adapter dans ce sens. Si au contraire, il est identifié que le spectateur plisse les yeux, la technologie sera capable de comprendre que ce dernier à des difficultés à bien voir et proposera des solutions en fonction de la dilatation progressive de la pupille.

La question désormais serait de savoir si le but ultime de cette technologie ne serait pas la santé visuelle du consommateur. Le brevet déposé semble aller dans ce sens en tout cas puisqu'il laisse entendre que les données issues des zooms et autres modifications de l'écran pourrait être directement rattachées à un dossier médical en ligne adressé à son médecin. L'écran pourrait d'ailleurs même alerter le spectateur lui-même de la nécessité de consulter.

Source : atelier.net

Voir les commentaires

Revo Build par Acer présenté à l'IFA 2015

4 Septembre 2015, 19:45pm

Publié par Grégory SANT

Le Revo Build d’Acer est un PC composé de plusieurs modules, permettant de séparer les différents composants essentiels d’un PC, de façon à pouvoir les retirer et les changer en fonction des besoins de chacun.

Revo Build : Acer présente son PC modulaire à L’IFA 2015

L’intérêt d’un PC modulaire est très facile à comprendre, si l’on souhaite personnaliser ce dernier avec un disque dur plus important ou changer le bloc audio, en fonction de ses besoins réels. De plus, si une partie tombe en panne, il n’est plus nécessaire de devoir bidouiller ou de racheter l’ensemble. Le Revo Build d’Acer s’inscrit donc dans l’ère du temps !

Acer a montré lors de sa présentation à l’iFA 2015, que le Revo Build disposait de plusieurs blocs d’extension comme le Power Bank qui permet de recharger des smartphones sans fil, ou encore l’Audio Block qui contient les enceintes, le micro, etc. mais aussi le Graphic Block, le Portable Hard Drive… Aucun fil ne relie les blocs entre eux, simplement un système de broches à alignement magnétique. De plus, chaque bloc peut servir individuellement et de façon autonome sur un autre PC ! Enfin, sa dimension vraiment compacte est aussi un atout, ce PC modulaire dans sa configuration de base ne mesure que 125 x 125 mm.

Le Revo Build intègrera un processeur Intel Pentium ou Celeron, qui sera épaulé jusqu’à 8 Go de DDR4 si vous souhaitez ajouter cette configuration dans le PC. Par chance, il ne faudra pas attendre longtemps pour en disposer puisque Acer a révélé qu’il serait commercialisé dès le mois d’octobre, à partir de 199 euros.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Fly360 : la caméra 360°

10 Juin 2015, 17:07pm

Publié par Grégory SANT

Commercialisée à la rentrée pour 499 euros, la Fly360 est la première caméra de sport mono-lentille (8 Element Glass Ultra-Fisheye, 360° par 240° de FOV, F2.5) optimisée pour les smartphones et les réseaux sociaux. Elle est résistante à la sueur, à la pluie, à la neige, à l’eau de mer (jusqu’à 40m), sable et poussières. La Fly360 embarque également le Bluetooth Smart Device, le Wifi, une capacité de 32Go, un micro et une batterie de 1600mA (jusqu’à 2h d’enregistrement vidéo). Elle peut enregistrer des vidéos jusqu’en 1504 x 1504 @ 29.97fps (H.264) et faire des photos d’une qualité de 12.4MPx. Elle dispose de nombreux accessoires pour la fixer facilement sur des supports tels qu’un casque, une planche de surf, une voiture… Enfin, elle se commande grâce à une application qui sera disponible sous iOS et Android, permettant notamment la visualisation des vidéos en 360° ainsi que le partage.

Source : journaldugeek.com

Voir les commentaires

Nouveaux micro-écrans pour les systèmes de visualisation du futur

8 Juin 2015, 20:14pm

Publié par Grégory SANT


Nitrure de gallium Ga3+ N3-. Illustration: Wikimedia Commons

Les chercheurs du CEA ont démontré un procédé de fabrication d'écrans micro-LED très haute luminosité pour les systèmes d'affichage nomades de prochaine génération. Le procédé est adaptable à une production industrielle de circuits intégrés. La technologie, à base de nitrure de gallium (GaN), s'adresse au marché des systèmes de vision avancés, en croissance rapide.

Les systèmes de vision avancés, comme les affichages tête haute (1) ou les lunettes informatives, peuvent accroître la sécurité et la performance dans des domaines comme l'aéronautique ou l'automobile, en permettant aux pilotes et aux conducteurs de disposer de données de navigation capitales toujours dans leur champ visuel. Pour le grand public, les lunettes à réalité augmentée ou les appareils de projection nomade fournissent des itinéraires, des mises à jour de sécurité, des publicités et d'autres informations sur l'ensemble du champ visuel. Les micro-écrans LED sont idéalement adaptés à ces systèmes de vision: peu encombrants et peu gourmands en énergie, leur contraste élevé et leur forte luminosité garantissent une grande qualité d'image.

Une nouvelle technologie de microLED

Au sein de CEA Tech, la direction technologique du CEA, les chercheurs de l'institut Leti (2) ont développé une technologie LED à base de nitrure de gallium (GaN) pour produire des dispositifs de micro-écrans émissifs à très haute luminosité. Les applications de ce dispositif devraient connaître une énorme croissance dans les trois à cinq prochaines années (3).

"Les dispositifs de micro-écrans pour les lunettes informatives et applications tête haute compactes actuellement disponibles souffrent de limitations technologiques importantes, empêchant la conception de produits légers, compacts et économes en énergie", explique Ludovic Poupinet, chef du département Optique et Photonique du CEA-Leti. "Avec la première démonstration d'un écran micro-LED à très haute luminosité et forte résolution capable de surmonter ces limitations et pouvant être produit en série, le Leti a fait une avancée capitale. Cette technologie fournit une solution de pointe peu coûteuse aux entreprises évoluant sur les marchés des dispositifs des systèmes de visualisation nomades, en croissance rapide."

Une luminosité 100 à 1 000 fois supérieure aux niveaux existants

L'innovation du CEA-Leti, annoncée lors de la Display Week 2015 de San José, en Californie, s'appuie sur des matrices à micro-LED hybridées sur un circuit d'adressage en silicium. Le produit intègre d'autres innovations-clés: croissance épitaxiale de couches de GaN sur du saphir, micro-structuration des matrices de LED (pixels de 10 microns ou moins), et hybridation des matrices LED sur un circuit silicium.

Ces innovations permettent d'obtenir une luminance d'un million de cd/m² (candela par mètre carré) (4) en affichage monochrome et de 100 Kcd/m² pour les affichages couleur, d'une résolution de 2,5 millions de pixels, sur un dispositif de moins de 2,5 centimètres. Cela représente un facteur d'amélioration de 100 à 1 000 par rapport aux micro-écrans émissifs actuels, avec une excellente efficacité énergétique. La technologie permettra également de fabriquer des produits très compacts, réduisant de manière importante les contraintes d'intégration système.

Le processus de fabrication des écrans micro-LED haute densité a été développé en coopération avec le III-V Lab.

Notes:

(1) "Affichage tête haute", ou ATH ou HUD en anglais, regroupe les technologies d'affichage équipant les surfaces comme les parebrises par exemple.

(2) Laboratoire d'électronique et de technologies de l'information.

(3) Par exemple, le cabinet de recherche marketing MarketsandMarkets prévoit que le seul marché des affichages tête haute passe de 1,37 milliards de dollars en 2012 à 8,36 milliards en 2020.

(4) Une bougie ém
ettant environ 1 cd.

Source : techno-science.net

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>