Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #technologies

Vos chaussures source d'électricité

9 Juin 2013, 18:39pm

Publié par Grégory SANT

Un groupe d’étudiants de la Rice University sont parvenu à créer un nouveau type de chaussure qui permet de produire de l’énergie afin d’alimenter de futurs dispositifs médicaux transportables.
Tout cela est parfaitement logique, en particulier lorsqu’on prend en compte le fait que les dispositifs médicaux vont commencer à être de plus en plus gourmand en énergie avec le temps. Vous pouvez plus ou moins dire que les batteries au lithium-ion sont arrivées à leur autonomie maximum pour le moment, et il doit bien exister une meilleure façon d’alimenter les appareils gourmands en énergie en cas de besoin. Que diriez-vous exploiter le mouvement du corps afin de produire de l’énergie électrique utile? Certes, la quantité d’énergie récoltée ne va pas être énorme après une petite marche, mais l’invention connue sous le nom PediPower serait tout de même capable de produire environ 400 milliwatts dans les tests de laboratoire, ce qui devrait être suffisant pour charger une batterie pour certaines applications limitées. Reste à voir comment la rendre plus facilement transportable…
Source : ubergizmo.com

Voir les commentaires

Les drones imitent les mouches

8 Juin 2013, 17:58pm

Publié par Grégory SANT

Une équipe de l’université Harvard a réussi à concevoir un robot grand comme… une mouche. Ce robot, est le premier de la taille d’une mouche à pouvoir imiter une large gamme de vols, incluant notamment le vol stationnaire. Pour arriver à ce résultat, les ingénieurs ont travaillé 15 ans durant. Kevin Ma et ses collègues d’Harvard viennent tout juste de publier un article décrivant l’engin dans la revue Science.

Ce petit drone est capable de battre des ailes 120 fois par seconde. Ses ailes sont de minces films de polyester, renforcés par des nervures en fibre de carbone. Les muscles de la mouche sont imités par des cristaux piézoélectriques. Ces cristaux présentent la particularité de se déformer lorsqu’on les soumet à un champ électrique. Ainsi, suivant la tension appliquée, ces sortes de muscles cristallins se contractent ou s’étirent.

Le drone est guidé par un ordinateur, qui contrôle ses mouvements et ajuste son comportement. La tension est générée par une alimentation au sol, car pour ce robot de seulement 80 mg, il n'existe pas de pile assez légères. Les modèles qui fournissent suffisamment d’énergie pour le faire fonctionner pèsent à l’heure actuelle 0,5 g, soit presque dix fois le poids que pourrait supporter le drone. Kevin Ma pense qu’il faudra patienter encore entre cinq et dix ans pour que la recherche réalise des piles adéquates suffisamment légères.

Certains composants sont si petits qu’il est extrêmement difficile de les fabriquer de manière conventionnelle. Les chercheurs ont alors eu l’idée d’élaborer un système de pliage, similaire à celui des livres animés pour enfants, qui forme une structure 3D lorsqu’on tourne les pages.

Maintenant, le principal enjeu des chercheurs est de rendre autonome ce petit objet volant. On peut imaginer qu’une fois cet objectif atteint, le drone pourrait suivre des insectes volants et fournir des informations sur leurs modes de déplacements. Mais de tels robots seraient aussi utiles pour se faufiler dans des endroits inaccessibles à l’Homme, par exemple lors de missions de reconnaissance après des incidents comme un effondrement d’immeuble. Il est également envisageable de leur faire remplir un rôle de pollinisateur, là où certains insectes manquent à l’appel !

 

Source : clubwins.org

Voir les commentaires

Des caddies utilisant les NFC

1 Juin 2013, 16:15pm

Publié par Grégory SANT

  Hellmann

Les objets connectés sont à la mode, après avoir fait couler beaucoup d’encre et avoir été à l’origine de plusieurs évènements, leur véritable utilisation commence à prendre forme. Une campagne menée par Hellmann au Brésil montre le potentiel de vente des objets connectés et des utilisations qu’ils pourraient prendre.

 

Le “caddie à recettes Hellmann” utilise la technologie NFC (ndlr : Near Field Communication, une communication sans fil à courte portée qui permet l’échange d’informations entre deux terminaux informatiques) pour suggérer des idées de repas aux consommateurs au fil des rayons et des ingrédients croisés au sein du centre commercial. Une technique qui aurait permis aux magasins d’augmenter leurs ventes de près de 70%.

La campagne, menée par une agence de communication digitale (CUBOCC), prenait appui sur un centre commercial de São Paulo et sur les caddies de la surface équipés pour l’occasion de tablettes tactiles. Lorsqu’un consommateur introduit un pot de mayonnaise Hellmann dans le caddie, la tablette détectait alors où l’utilisateur était dans le magasin à l’aide de tags NFC pour l’aider dans ses achats.

 

Un guide dans les rayons pour l’utilisateur qui, s’il passait par le rayon “légumes”, lance une vidéo d’une salade d’été – utilisant la mayonnaise Hellmann - ainsi que sa recette. Une recette qui ne se lance que si l’utilisateur “like” la vidéo et qui lui indique alors sur un plan la où il pourra trouver les autres ingrédients où la possibilité de partager la recette sur ses réseaux sociaux.

Source : maddynes.com

Voir les commentaires

E-Ink : l'encre électronique

26 Mai 2013, 19:00pm

Publié par Grégory SANT

 

 

Elles s’appellent Spectra et Aurora. Elles ont été présentées au salon SID 2013 à Vancouver, et il s'agit en fait de deux nouvelles technologies concernant l'encre électronique.

 

On le savait déjà depuis un certain temps : E-Ink veut mettre son encre électronique partout et pas seulement dans nos liseuses. Des prototypes plus étonnants les uns que les autres sont apparus ces dernières années, et maintenant, c’est au tour de nouvelles technologies de permettre de nouveaux usages. Communiqués de presse (Spectra / Aurora) et présentations au SID 2013 de Vancouver (ci-dessous) ont permis d'annoncer deux nouvelles technologies concernant à l'encre électronique.

 

Spectra : le rouge, en plus du noir et blanc

La nouvelle technologie d’encre électronique présentée par E-Ink au SID 2013 de Vancouver a beau concerner la couleur et être représentée dans une liseuse, elle n’est destinée qu’aux affichages publicitaires. Elle sort pour la première fois l’encre électronique de sa logique des 2 couleurs (le noir et le blanc) pour passer à 3.

Spectra permet de créer des affichages plus percutants, en intégrant la couleur rouge, très utilisée dans le commerce pour attirer l'attention. Ce rouge étant un pigment directement affiché et pas un filtre couleur comme pour l'encre électronique couleur, il est très vif. Sur des étiquettes de prix, cela permet d'obtenir beaucoup plus d'impact, par exemple pour une promotion.

Point intéressant : c'est la technologie de Sipix, ancien concurrent racheté en août 2012 par E-Ink, qui a permis ce progrès. Les écrans Sipix avaient entre autres été utilisés par le Fnacbook.

E-Ink compte élargir les applications de cette nouvelle technologie aux cartes de crédit, aux applications médicales, à l'affichage publicitaire ou aux badges d'identification. Malgré les limitations, je ne trouverais pas complètement idiot de proposer cette technologie pour donner un peu de "peps" aux liseuses monochromes.

Aurora : l’encre électronique dans le congélateur

On reste dans les étiquetages de prix avec la nouvelle technologie Aurora, qui permet à l'encre électronique d'être utilisable jusqu'à -25 degrés, ce qui était jusqu'ici impossible. L'objectif : permettre des affichages à encre électronique aussi dans les bacs de congélation.

Pour cela, E-Ink a modifié le fluide dans lequel les billes d'encre électronique sont en suspension pour le rendre plus résistant au froid. On devine encore une fois que cela ne concernera pas les liseuses (à part peut-être pour ce modèle).

Pour la première fois, le communiqué de presse indique que ces technologies sont destinées à d'autres marchés que celui des liseuses. Et E-Ink en profite pour préciser que beaucoup de produits arriveront sur le marché rapidement, suite aux investissements faits cette année pour développer ces nouveaux marchés.

Du côté des liseuses, E-Ink vient de montrer son dynamisme avec un partenariat avec Sony sur des écrans flexibles grand format. On peut maintenant se demander si E-Ink continuera à travailler sur ses écrans couleur, qui ont besoin désormais de dépasser cette limitation à 4096 du nombre de couleurs, ainsi que de les rendre beaucoup plus riches, pour obtenir un rendu plus proche de ce que permet le nouveau pigment rouge de la technologie Spectra.

Source : cnetfrance.fr

Voir les commentaires

iWatch, nouveau retard et nouvelles fonctionnalités

23 Mai 2013, 17:04pm

Publié par Grégory SANT

Don't hold your breath for the rumored Apple iWatch, as it may not release until late 2014...
Les révolutions de la technologie portable font beucoup parler par leurs retards . Ce fut d'abord Google Glass, qui a repoussé sa sorte en fin d'année, et plus probablement au début de 2014. Maintenant la smartwatch d'Apple (baptisée "iWatch" par la presse) pourrait ne sortir que fin 2014.

Apple n'a peut-être pas les ressources suffisantes pour développer une version iWatch d'iOS, parce qu'il y a déjà de grands changements pour les  iOS iPhone et iPad. En outre, ces appareils portables ne sont pas matures. Pour ces raisons, nous pensons que la production de masse de l'iWatch est plus susceptible de commencer en 2014.
Kuo  prédit que la biométrie jouera un grand rôle dansla montret. Il pense que la technologie va ajouter la sécurité et les fonctionnalités médicales avancées.

Apple a acheté une société de capteurs biométriques AuthenTec l'an dernier, et Kuo a également prédit que l'iPhone 5 intégrera un capteur d'empreintes digitales.
The watch is rumored to sport biometric capabilities (fingerprint image: Shutterstock)
L'iWatch, selon Kuo, utilisera également certaines technologies d'affichage utilisées par Apple sur l'iPod nano. Il voit aussi l'appareil arborant un écran de 1,5 à 2 pouces.
Source : gizmag.com

Voir les commentaires

Durex lance la culotte communicante

21 Mai 2013, 17:10pm

Publié par Grégory SANT

 

culotte

 

 Cela devait finir par arriver (nous ne sommes pas forcément prêts…), voici la culotte moderne imaginée par Durex. Oui, elle vibre. Oui, elle est contrôlable via iPhone.

Durex vient d’annoncer ce qu’il appelle ‘Fundawear‘, qui se tient officiellement comme ‘sous-vêtements fun’ et officieusement comme ‘jamais je n’oserai en parler en public’.

Ces dessous sont donc jumelés à la technologie tactile et la vibration contrôlée via une application iPhone. Désormais affublé de votre slip/culotte connecté(e), votre partenaire se fera la joie de vous émoustiller en sélectionnant les zones de votre entre-jambe via son écran.

L’idée est donc de glisser votre doigt sur un écran pour enflammer Môsieur ou Madame où que vous soyez dans le monde. Seul ou accompagné, en classe, au travail…

Source : gizmodo.fr

Voir les commentaires

Des batteries flexibles et biodégradables

21 Mai 2013, 17:04pm

Publié par Grégory SANT

Pile du futur

Charger un téléphone en 30 secondes, une voiture électrique en l’espace de quelques minutes ne relève plus de la science fiction. Deux chercheurs américains ont mis au point un super-condensateur révolutionnaire à base de graphène. Ultra-puissant, super résistant, flexible et biodégradable, cette pile du futur offre des opportunités de développement très prometteuses.

Mines de crayon et prix Nobel

On côtoie le graphène depuis notre plus jeune âge sans le connaître vraiment. C’est un cristal de carbone que l’on retrouve notamment sous forme de graphite dans les mines de nos crayons à papier. Sa découverte par deux chercheurs de l’université de Manchester remonte à 2004. Le duo de scientifiques s’est vu remettre le Nobel de physique pour leurs travaux en 2010.

Découverte inattendue

Les plus grandes découvertes sont souvent le fruit du hasard, de l’erreur ou de l’accident. L’idée s’est vérifiée pour notre pile du futur. Après avoir déposé de l’oxyde de graphite liquide sur un CD, Richard Kaner et Maher El-Kady, deux autres chercheurs de l’université de Californie ont solidifié la substance grâce au laser d’un graveur d’ordinateur. Ils s’aperçoivent alors en le testant avec un appareil électronique et une LED que celle-ci reste allumée plusieurs minutes après avoir chargé le graphène seulement quelques secondes. Eurêka !

Ultra-puissant et biodégradable

Sitôt branché, sitôt chargé. A peine 30 secondes pour un smartphone, quelques minutes tout au plus pour une voiture électrique, c’est le temps, ou l’instant, qu’il faudra pour recharger nos appareils électriques demain. Non content d’être le meilleur conducteur d’électricité connu à ce jour, le graphène recèle d’atouts multiples : il est ultra-puissant, super résistant et flexible. Et cerise sur le gâteau, il est aussi biodégradable. Constitué d’atomes de carbone, il est donc possible d’en faire du compost au côté de déchets végétaux.

Nicolas Blain

Les détails en vidéo :

 

 


 

Voir les commentaires

On reparle de la cape d'invisibilité !

20 Mai 2013, 18:09pm

Publié par Grégory SANT

Et maintenant, toujours selon Yaroslav Urzhumov, l’impression 3D pourrait servir à atteindre l’invisibilité. Selon lui, les premiers tests qu’il aurait effectués avec son équipe laisseraient penser que l’invisibilité est accessible. Pour l’instant, sa fameuse « cape d’invisibilité » n’a rien à voir avec ce que l’on imagine. C’est un disque à trous dont l’objectif est de dévier des faisceaux projetés sur la « cape » pour qu’elle ne soit plus vue.

La version créée par les chercheurs n’est pas des plus convaincantes pour l’instant mais, qui sait ? Cette technologie pourrait bien mener à une invisibilité effective d’ici quelques décennies. Ce premier disque pourrait donc nous ouvrir de grandes perspectives en étant le premier pas vers l’invisibilité.

Source : webtech.fr

Voir les commentaires

"Things come apart" : des objets mis en pièces par Todd McLellan

13 Mai 2013, 20:33pm

Publié par Grégory SANT

Vous vous rappelez de ce moment dans votre enfance où vous éprouviez le besoin de comprendre comment fonctionnait le monde qui vous entourait, une envie qui se traduisait notamment — au grand désespoir de vos parents — par la mise en pièces d'objets plus ou moins précieux?

Todd McLellan, artiste et photographe originaire de Toronto, lui s'en souvient très bien. À tel point que cela lui a même servi de source d'inspiration pour son nouveau livre Things Come Apart ("Tout tombe en morceau", en français) dans lequel on retrouve des clichés méticuleusement organisés d'appareils modernes, ou anciens, décomposés et exposés.

» Découvrez la couverture de "Things Come Apart":

Le premier ordinateur Mac vendu par Apple en 1984, le Macintosh 128K


Les objets visibles dans les images ne sont pas tous arrangés de manière identique. On peut parfois se concentrer sur une partie bien spéciale, clairement disposée sur le sol, ou admirer l'explosion d'une pièce entière grâce à la photographie à haute vitesse qui capture les moindres détails de ces gadgets en chute libre.

Le livre de Todd McLellan présente au total 50 objets très différents — des plus high-tech (comme un BlackBerry ou un MacBook) aux plus simples (comme un petit train ou un vélo) — désagrégés en 21.959 pièces. Le tout disposé de façon telle que l'envie de sortir une boîte à outil pour essayer de les reconstruire est immédiate

Source : huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

Une caméra inspirée de l'œil de mouche

13 Mai 2013, 20:09pm

Publié par Grégory SANT

Une caméra panoramique inspirée de l'œil d'une mouche ! 

Des chercheurs de l'Université américaine d'Illinois à Urbana-Champaign ont mis au point une micro-caméra numérique, dont le mode de prise de vue est calqué sur la perception visuelle des insectes.

Ce système, mesurant seulement 1,5 cm de diamètre, filme la réalité telle que la voit une mouche. Cette caméra est composée de plusieurs facettes comportant chacune leur propre lentille et leur récepteur. L'image finale est obtenue en assemblant les différentes images partielles, ce qui permet des prises de vues panoramiques impossibles à réaliser avec une caméra classique.

Pour l'instant, le prototype présenté se compose de 180 facettes optiques. Bien que ce nombre soit très inférieur à la quantité de facettes présentes dans l'œil des insectes (de 15 000 à 30 000 selon les espèces), ce système permet un angle de vue et une résolution comparables, grâce au traitement électronique, à l'image panoramique que peut voir une fourmi.

Ce type de caméra intéresse particulièrement l'armée qui pourrait en équiper certains drones qui auraient ainsi une capacité d'observation et de détection décuplée.

Source : rtflash.fr

Voir les commentaires