Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #transport

Ce qu'il faut retenir du Mondial de l'Auto 2016

11 Octobre 2016, 19:30pm

Publié par Grégory SANT

La star des voitures connectées : la Peugeot 3008

Le nouveau modèle de Peugeot est sans aucun doute l’une des stars de l’édition 2016. Le véhicule a en effet reçu le prix de la voiture connectée de l’année. Avec son SUV, le constructeur français compte bien continuer dans sa lancée après la réussite de la Peugeot 308 2 en 2013 et rivaliser avec le Renault Kadjar et le Volkswagen Tiguan. Côté connectivité, la voiture est munie d’un « i-cockpit 2.0 » : un écran 100% numérique de 12,3 pouces au-dessus d’un volant compact, combiné à un écran tactile central. La Peugeot 3008 est en outre munie d’un système de Grip Control, aidant la motricité dans les situations délicates (neige, boue, sable…). Elle dispose également d’une alerte à distance de sécurité, d’un système d’aide au stationnement, d’un régulateur de vitesse adaptatif ou encore d’un détecteur de fatigue. Dévoilé au printemps à la presse, le véhicule est très attendu du grand public.

La première voiture électrique d’Opel : l’Ampera-e

Il s’agit de la toute première voiture 100% électrique du constructeur allemand. L’Ampera-e a été calquée sur la Chevrolet Bolt, autre filiale du géant américain General Motors. Et si la citadine s’annonce comme l’une des vedettes de ce salon, c’est parce que son autonomie a déjà fait ses preuves. La voiture a pu parcourir les quelques 417 kilomètres qui séparent Londres de Paris sans aucune recharge, un record !

Le concept CXPERIENCE de Citroën

Forte de son succès dans l’Hexagone, Citroën compte frapper fort lors de ce Mondial de l’auto. Avec son concept-car CXPERIENCE, le constructeur mise sur un design futuriste impressionnant : des caméras remplacent ses deux rétroviseurs. Et l’extérieur n’est pas le seul atout de ce véhicule hors du commun. À l’intérieur, vous n’y trouverez aucun bouton. Toutes les commandes sont concentrées sur un écran tactile de 19 pouces. Sur les des portes, deux autres écrans permettent d’afficher les images capturés par les caméras qui remplacent les rétroviseurs. Enfin, la voiture n’a pas besoin de clé, elle démarre grâce à une simple manipulation à partir d’un smartphone.

Le monstre mécanique de Ferrari

Le Mondial de l’auto est également l’occasion pour Ferrari de présenter officiellement son nouveau cabriolet, un véritable monstre de puissance. La LaFerrari Aperta est dotée d’un moteur V12 de 800 chevaux combiné avec un moteur électrique de 136 chevaux, elle peut atteindre les 350 km/h. Ce bolide somptueux va jouir de l’absence d’Aston, de Lamborghini et de Bugatti au salon. Et son succès est déjà prouvé, les 200 exemplaires du véhicule sont tous déjà vendus. Car une telle voiture ne peut qu’être produite en édition limitée.

Le concept TreZor de Renault

Pour l’édition 2016, les constructeurs français impressionnent avec des concepts toujours plus innovants. La preuve en est avec le TreZor de Renault. Ce véhicule sportif possède une particularité étonnante : il ne possède pas de portières. Toute la partie haute s’ouvre pour laisser pénétrer les passagers dans le bolide. Enfin, le moteur électrique permet au TreZor de passer de 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes, rien que ça.

Source : dailygeekshow.com

Voir les commentaires

Quand le vélo électrique devient Revival

11 Octobre 2016, 19:10pm

Publié par Grégory SANT

Vous aimez le principe du vélo électrique, mais pas son design ? Il signor Agnelli a ce qu’il vous faut. Cet artisan passionné collectionne les vieux réservoirs des pétrolettes des années 50 à 70, et bâti autour une bicyclette moderne, à assistance électrique. Le réservoir abrite la batterie, tandis que le cadre reçoit le reste.

Le résultat est un engin unique, fabriqué à la main et personnalisé à la demande, moyennant de nombreuses heures de travail soigné. Une quarantaine de ces œuvres sont livrées par an. Le prix ? A la demande… mais pas en dessous de 6000€. Le prix de la passion du travail parfaitement réalisé, pour un résultat unique.

Comme il ne se fixe aucune limite, Monsieur Agnelli a même réalisé un tri-porteur avec l’avant d’une vénérable 2CV dont les ailes ont été retaillées afin de protéger les roues de l’engin.

Voici un aperçu des réalisations de cet artisan remarquable.

Réservoir Benelli 1960
cellules Panasonic 36V 10Ah
Fourche Monark
Moteur Bafang 36V 250 Watt
Selle Brooks Flyer Brown

sidecar Mr Harris
Fourche Springer
Réservoir Guzzino 65 des années 1950
Moteur arrière Bafang 36V 250 Watt

Réservoir Harley Davidson 883
Cadre aluminium

Amortisseur de 140mm
Fourche Monark
Selle Brooks Flyer

Fourche Springer chromée
Donna Brooks B17
Réservoir Benelli 1960

Source : w3sh.com

Voir les commentaires

Concept-car CXperience par Citroën

6 Octobre 2016, 18:51pm

Publié par Grégory SANT

Cela ne vous aura pas échappé : le nom du CXperience est un hommage à la CX des années 70. Et comme cette dernière, le concept mise d'ailleurs sur des formes qui sortent de l'ordinaire. De profil, le CXperience hésite ainsi entre les genres berline coupé et break de chasse. On est loin de la familiale traditionnelle qu'est la C5.

Avec une motorisation hybride rechargeable

Citroën profite du concept CXperience pour mettre en avant sa nouvelle suspension à butées hydrauliques progressives, qui remplacera le célèbre système Hydractive sur les modèles haut de gamme de la marque. Le confort d'amortissement est également assuré grâce à des mousses de sièges d'un nouveau genre. Ces innovations feront bientôt leur entrée sur les Citroën de série. Reste à savoir si la motorisation hybride rechargeable du CXperience, qui développe un total de 300 ch, trouvera elle aussi le chemin de la production.

Source : autodeclics.com

Voir les commentaires

Nouvelle Mégane Berline

6 Octobre 2016, 18:46pm

Publié par Grégory SANT

Renault nous dévoile aujourd'hui officiellement la nouvelle arrivée dans la famille Mégane après la berline "hatchback" et le break. Voici la Mégane Sedan, comme l'appelle Renault qui choisit un nom universel pour une voiture qui devra conquérir un certain nombre de marchés. Globalement, point de surprise sur cette Mégane Sedan qui reprend tous les attributs de la Mégane cinq portes, la malle en plus.

L'année 2016 est probablement l'une des plus chargées de l'histoire de Renault. Mégane Estate, Clio restylée, Scénic et Grand Scénic, Twingo GT, concept Clio RS16 et maintenant Mégane Sedan, les nouveautés s'enchaînent à un rythme effréné et aujourd'hui c'est donc au tour de la version tricorps de la Mégane de voir le jour.

D'emblée, il faut préciser une chose importante : cette Mégane un peu particulière ne sera PAS commercialisée en France. On sait que le marché français n'est pas vraiment friand de la configuration tricorps sur ce segment C (berlines compactes), et Renault n'a retenu qu'une vingtaine de pays dans une liste qui ne contient donc pas la France : Australie, Bulgarie, Croatie, Egypte, Emirats arabes unis, Estonie, Hongrie, Irlande, Italie, Israël, Lettonie, Liban, Lituanie, Maroc, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Serbie, Slovénie, Tunisie,Turquie, Ukraine.

Assemblée en Turquie, cette Mégane Sedan reprend toutes les caractéristiques de la Mégane cinq portes, à commencer par sa face avant et son habitacle. La poupe fait quant à elle passer cette Mégane Sedan pour une mini Talisman. Dotée d'un énorme toit panoramique vitré (pas sûr que ce genre de chose sera choisi dans les pays chauds où la Mégane Sedan sera commercialisée), cette nouveauté au losange propose 508 litres de volume de coffre, la malle pouvant être ouverte sans les mains grâce à la technologie de Renault "easy trunk access". A l'intérieur, on retrouve les dispositifs R-Link 2 et Multisense, mais aussi l'easy park assist et la plupart des équipements disponibles sur la Mégane.

Selon les marchés et les niveaux de finition, la Mégane Sedan pourra bénéficer de tout un tas d'aides à la conduite héritées du segment supérieur (Talisman, Espace), comme le régulateur adaptatif, le freinage d'urgence, la détection d'angle mort, la reconnaissance de la signalisation ou encore l'alerte de fatigue, le tout couplé à un affiche tête haute en couleur. Notons au passage la présence d'équipements comme le volant chauffant, la climatisation bi-zone ou encore l'ouverture de la malle main libre grâce à un mouvement du pied sous le bouclier. Globalement, la Mégane berline se veut plutôt très bien équipée, et c'est finalement assez dommage et pas franchement compréhensible qu'elle ne soit pas pas proposée chez nous, même s'il faut reconnaître le manque de popularité de la configuration tricorps en France.

La Mégane Sedan sera commercialisée avec cinq motorisations : deux essence (SCe 115 / boîte manuelle à 5 rapports ou transmission à variation continue (CVT) - TCe 130 boîte manuelle à 6 rapports/ boîte automatique à double embrayage EDC à 7 rapports) et trois diesels (dCi 90 - dCi 110 boîte manuelle 6 rapports /boîte automatique à double embrayage EDC6- dCi 130). La Mégane berline dispose par ailleurs de la récupération d'énergie au freinage et du Stop&Start sur l'ensemble des motorisations.

Au final, c'est vraiment dommage que Renault, qui a retenu une trentaines de pays pour la commercialisation de cette Mégane (la plupart sont des marchés dits "non matures", donc souvent en Europe de l'Est ou du Sud), n'ait pas choisi les marchés traditionnels d'Europe de l'Ouest pour cette Mégane bien dotée et aux motorisations modernes.

Source : caradidiac.com

Voir les commentaires

Concept-car Volkswagen I.D.

6 Octobre 2016, 18:42pm

Publié par Grégory SANT

Le Mondial de l'Auto 2016 a ouvert ses portes jeudi 29 septembre 2016 et un constructeur était très attendu : Volkswagen.

Au centre du scandale du DieselGate, le groupe se devait de présenter un virage stratégique à 180 degrés. Avec le concept-car Volkswagen I.D. c'est chose faite : la firme de Wolfsburg emboîte le pas de ses concurrents pour se tourner vers l'électrique... et la voiture autonome.

Le Volkswagen I.D. concept : 600 km d'autonomie au prix d'une Golf


La firme de Wolfsburg n'a pas raté le rendez-vous tant attendu. Après avoir déclaré à maintes reprises à la presse que le groupe avait appris de ses erreurs et estimait que la motorisation électrique était l'avenir de l'automobile, il était attendu au tournant.

Volkswagen a donc profité de l'ouverture du Mondial de l'Auto 2016 pour présenter sa concept-car 100 % électrique. Le côté électrique n'est pas une nouveauté chez le constructeur allemand qui a déjà un Golf électrique de série (qui, au passage, voit son autonomie passer de 200 à 300 km), mais les spécificités de la I.D. ont de quoi séduire.

Longue de 4,10 mètres avec un moteur 170 chevaux (125 kW), la Volkswagen I.D. place les batteries sous l'habitacle permettant donc d'avoir une voiture spacieuse. De plus, elle aurait une autonomie allant de 400 à 600 kilomètres lors de sa production en série. De quoi concurrencer directement Tesla et ses Model S, X et 3.

L'I.D. concept présenterait donc toutes les bases pour devenir le premier modèle de voiture autonome du constructeur allemand grâce au mode "I.D. Pilot".

Un modèle de série en 2020, un modèle autonome en 2025 ?


Si la I.D. concept n'est pas encore produite, le groupe a déjà en tête de la faire sortir de ses usines à grande échelle. A la conférence de presse Volkswagen annonce 2020 comme la date de sortie de la I.D. en version de série. Mais elle ne sera "que" 100 % électrique à ce moment-là et afficherait un prix proche de celui d'une Golf, soit environ 30 000 euros.

Pour la version autonome, Volkswagen vise l'année 2025 pour une production en série ou, plus probablement, une mise à jour du système de navigation. En espérant que d'ici là la réglementation concernant les voitures autonomes aura été explicitée par les diverses autorités nationales...

Source : turbo.fr

Voir les commentaires

Conept-car NIVA 4x4 California

6 Octobre 2016, 18:36pm

Publié par Grégory SANT

Source : behance.net

Voir les commentaires

Plastic Omnium s'intéresse à la pila à combustible

5 Octobre 2016, 17:37pm

Publié par Grégory SANT

L’équipementier automobile français a créé une société avec l’Israélien Elbit Systems pour développer des piles à combustibles et des super condensateurs. Par ailleurs, il présente un prototype de stockage d’hydrogène à haute pression.

Après avoir développé des réservoirs pressurisés pour les véhicules hybrides, Plastic Omnium (PO) se lance désormais dans les piles à combustibles en fondant la société POCellTech avec le groupe israélien de défense Elbit Systems. Un centre de recherche commun vient d’ouvrir ses portes à Caerarae, au Nord de Tel Aviv, pour concevoir une pile à combustible à très faible teneur en métaux précieux, afin d’en réduire le coût, et d’un super-condensateur de nouvelle génération. « Notre objectif est de proposer des solutions pour le marché automobile, alors qu’Elbit va plutôt s’intéresser aux marchés militaires », précise Jean-François Bérard, directeur R&D de PO Auto Energy.

Une cinquantaine de personnes se partagent déjà entre la Belgique, où Plastic Omnium dispose d’un centre de R&D, et Elbit Systems. L’un des défis des ingénieurs est de s’affranchir des métaux chers comme le platinum et le palladium, habituellement utilisés dans les piles à combustibles. L’autre objectif est d’innover dans les super-condensateurs, ce système qui permet de récupérer l’énergie cinétique et de la restituer. « Nous sommes en TRL 3-4 ; donc nous pensons présenter un démonstrateur d’ici trois ans », ajoute Jean-François Bérard. En parallèle, PO investit 50 millions d’euros dans un centre de recherche fondamentale à Bruxelles sur les énergies nouvelles, Deltatech, qui emploiera à terme 200 personnes et accompagnera les développements de POCellTech.

Concernant la partie stockage de l’énergie, Plastic Omnium a présenté au Mondial de l’Automobile un prototype de réservoir pressurisé à 700 bars capable d’assurer 500 à 600 kilomètres d’autonomie à un véhicule type Toyota Mirai, et ce, avec un temps de recharge limité à 3 minutes. Des performances à l’évidence bien meilleures que la propulsion électrique basée sur les batteries. Pour résister à la pression tout en offrant une masse acceptable, le réservoir présenté par PO est composé de fibres de carbone avec la technique de l’enroulage filamentaire. Ce type de stockage pèse environ 100 kilos, mais l’équivalent dans les technologies batteries nécessiterait 1,5 tonne de batteries Li-ion, selon Jean-François Bérard.

Source : industrie-techno.com

Voir les commentaires

FURBOT : le fret du futir

3 Octobre 2016, 18:56pm

Publié par Grégory SANT

Les services de fret urbain sont en cours de modernisation. Grâce à de nouvelles conceptions efficaces, ils seront automatisés et donc plus respectueux de l'environnement et plus sûrs.

Globalement, les services de fret reposent sur une conception héritée du 19ème siècle et présentent encore de nombreuses fonctionnalités susceptibles d'être modernisées. Les trains de marchandises de demain pourraient être totalement robotisés et bien plus efficaces à de nombreux égards.
Le projet FURBOT (Freight urban robotic vehicle), financé par l'UE, avait pour mission de faire de cet objectif une réalité. Constitué de huit partenaires européens, le projet a conçu un type de véhicule de fret urbain électrique radicalement nouveau, et proposé de nouvelles idées concernant son utilisation.

Au cours de la conception, l'équipe a privilégié modularité, économie d'énergie, maniabilité, sécurité, conduite automatisée et négociation robotisée des bifurcations. Le système intègre des composants spécifiques tels qu'une structure de châssis-plateforme, une alimentation électrique efficace et un groupe motopropulseur doté d'une transmission basée sur la technologie X-by-wire. Il présente aussi des composants tels qu'un nouveau système de capteurs de l'état interne ainsi que des commandes automatiques.


Si le véhicule FURBOT peut être utilisé seul, il est plus efficace lorsqu'il est intégré dans un parc de véhicules. C'est la raison pour laquelle l'équipe a aussi défini plusieurs concepts applicables à tout le système. Ceux-ci permettent de bénéficier d'un fret intra-urbain d'une grande efficacité et de gérer de manière optimale le parc de véhicules, en s'adaptant à l'évolution de la demande de fret et à la disponibilité.

De façon plus détaillée, le système s'appuie sur le concept de point de retrait (avec notamment des lieux de retrait et paiement, des sites de conditionnement et des boîtes Bento), offrant ainsi une solution de livraison innovante pour le e-commerce. Il s'agit également d'un système de fret coopératif qui intègre les ressources des entreprises participantes pour réduire les coûts.

Les activités de diffusion du projet ont consisté à poursuivre l'introduction des véhicules et conteneurs FURBOX dans la grande distribution tout en assurant la promotion du système de transport FURBOT auprès de nombreuses municipalités. Ces activités se sont appuyées sur le site du projet, des publications, plusieurs conférences, des salons dans le secteur robotique et un atelier de démonstration finale.(voir vidéos).

Les travaux du projet FURBOT déboucheront sur un système de fret urbain totalement inédit. Plus respectueux de l'environnement, plus économique et plus sûr, il améliorera la compétitivité du secteur du transport de fret européen. Enfin, le système offre l'opportunité d'étendre les systèmes de fret urbain à des quartiers jusqu'à présent considérés comme inadaptés. S'il était complètement exploité, ce système pourrait bien marquer le début d'une nouvelle ère dans le transport de fret urbain.

Source : techno-science.net

Voir les commentaires

Le véhicule autonome ne sera-t-il qu'électrique ?

27 Septembre 2016, 18:49pm

Publié par Grégory SANT

Les entreprises ayant recours à des véhicules autonomes auront tout intérêt à diminuer le coût d’entretien de leur flotte, et donc à passer à l’électrique.

Lorsqu’on aborde le futur de l’automobile, autonomie et électricité sont implicitement considérées comme les deux faces d’un ruban de Möbius, l’une impliquant nécessairement l’autre. Outre l’aspect futuriste des deux technologies, comment expliquer cette synergie apparente entre deux caractéristiques a priori parfaitement indépendantes l’une de l’autre ?

Comme l’a expliqué Emily Castor, Director of Transportation Policy chez Lyft, lors de l'événement Bridge SF, l’avènement des voitures autonomes impliquera, pour les entreprises comptant une flotte de véhicules parmi leurs actifs, un report des coûts du chauffeur vers le véhicule lui-même. « L’automatisation nous permettra de réduire encore le coût de chaque trajet, et de proposer ainsi aux consommateurs une alternative moins chère que la voiture individuelle pour leurs déplacements. Dès lors, la seule manière d’optimiser nos coûts sera de réduire les frais d’entretien de chaque véhicule. Ce qui implique logiquement de passer à l’électrique. »

Outre le fait qu’elles ne consomment pas d’essence, les voitures électriques nécessitent également bien moins d’entretiens, comme l’expliquait Elon Musk lors de la Code Conference. Selon le milliardaire, le freinage régénératif propre aux véhicules électriques permet de limiter l’usure des freins et des batteries. La vidange disparaît également, le moteur n’exigeant pas de lubrification.

Partagés entre les individus, sur le modèle développé par Lyft et Uber, ces véhicules électriques et autonomes donneront le meilleur d’eux-mêmes, permettant une réduction des embouteillages, un accroissement de la sécurité routière et une chute des émissions de gaz à effet de serre.

Source : atelier.net

Voir les commentaires

BlackCat Superyachts

26 Septembre 2016, 18:30pm

Publié par Grégory SANT

Catamaran de luxeCredit Photo - BlackCat Superyachts

Créer et façonner un bijou des océans, majestueux et relaxant, ayant pour artisans les meilleurs architectes du moment. Voilà l'ambition de BlackCat Superyachts.

Au service de la marque, une équipe haut de gamme d'experts, de designers et d'esthètes : le groupe North Technology (entreprise américaine de voilerie et de construction d'espars), M2 Atelier (cabinet italien spécialisé dans le design d'intérieur) et Baltic Yachts (spécialiste de la construction sur-mesure de yachts ultra performants en fibre de carbone).

Ce qui frappe de prime abord, c'est cette impression d'un catamaran construit sur une seule et vaste plateforme, rassemblant les différents espaces (bain de soleil, chambre, coin cinéma...) sur un même niveau. Les ouvertures, immenses, laissent entrer l'extérieur, le ciel, la mer, offrant une sensation de totale liberté. "Le BlackCat combine une plate-forme très large et stable et des extraordinaires performances." confirme Malcolm McKeon, concepteur en chef de BlackCat. L'intérieur design se distingue par sa discrétion, voire sa sérénité, loin du luxe tape-à-l'oeil.

Mais ce qui fait la fierté de la maison BlackCat, c'est la construction en fibre de carbone. Un matériau qui confère à ce bijou des mers très zen une esthétique extérieure très technologique.

Source : mensup.fr

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>