Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #transport

La Norvège sans voiture à essence en 2025

6 Juin 2016, 17:01pm

Publié par Grégory SANT

Très dépendante de l'exportation de pétrole, la Norvège envisagerait de miser totalement sur les voitures électriques dès 2025. Une décision qui entraînerait l'interdiction à la vente de véhicules roulant à l'essence.

La rumeur enfle : selon le journal norvégien Dagens Naeringsliv, repris par The Independent, certains partis politiques du pays seraient en train de se mettre d'accord pour interdire la commercialisation de véhicules roulant à l'essence, et ce, dès 2025. Le Parti démocrate et le Parti libéral ont assez rapidement confirmé à un autre média norvégien être effectivement en train de réfléchir à une proposition de loi allant en ce sens, tandis que le Parti du progrès (extrême droite) est, de son côté, allé dans le sens du démenti. Le Parti travailliste, quant à lui, avait déjà évoqué une proposition relativement similaire durant les dernières élections, mais visait plutôt l'année 2030.

Un pays écologiquement engagé


Les quatre partis, qui gouvernent ensemble à travers un système de représentation proportionnelle, se sont par ailleurs déjà mis d'accord sur une nouvelle taxe climatique sur l'électricité, ainsi que sur un plan « zéro déforestation » - c'est le premier pays au monde à s'engager sur ce point, qui consiste à « ne pas contribuer à la déforestation de la forêt tropicale ».

Actuellement, la Norvège compte environ 24% de voitures fonctionnant à l'électricité - en mars 2016, une voiture achetée sur trois était un véhicule de ce type. Le pays est également un gros producteur d'énergie renouvelable : 99% de son électricité est issue de l'énergie hydraulique.
Bannir les voitures à essence au nom de l'écologie dès 2025 ne serait cependant pas nécessairement synonyme de désintérêt de la Norvège pour le pétrole. En effet, le pays s'avère être le 12e exportateur d'or noir à travers le monde. L'argent rapporté au pays par cette industrie pourrait cependant l'aider à financer ses plans pour rendre le pays plus vert : parmi les objectifs de la Norvège, il y a celui de tripler sa capacité d'énergie éolienne d'ici à 2020, à travers un plan de 3 milliards de dollars d'investissement.

La perspective de voir un monopole de la voiture électrique s'établir dans les prochaines années en Norvège n'a pas manqué de faire réagir le patron de Tesla, Elon Musk : « Je viens d'apprendre que la Norvège envisage de bannir les ventes de voitures fonctionnant à l'énergie fossile en 2025. Quel pays génial. Vous assurez, les gars ! » a-t-il déclaré sur Twitter.

Source : clubic.com

Voir les commentaires

L'impression 3D s'impose en aéronautique

3 Juin 2016, 17:07pm

Publié par Grégory SANT

Économisant poids, temps et matière, l'impression de pièces d'avion en trois dimensions s'impose au salon aéronautique ILA de Berlin comme une évidence technologique, économique et même écologique pour le futur du secteur aérien.


Il fait figure de Petit Poucet entre les gigantesques A380 et A350 qui l'entourent, et pourtant ce petit avion blanc de 21 kilos et moins de quatre mètres de long attire les regards à l'ILA. Baptisé "Thor", il s'agit du tout premier avion imprimé en 3D.
"Il s'agit d'un test sur ce qui est possible avec la technologie de l'impression 3D. Nous voulions voir si nous pouvions accélérer un procédé de développement où l'impression 3D ne serait pas utilisée seulement pour des pièces isolées, mais pour un système entier", explique à l'AFP Detlev Konigorski, responsable du développement de Thor chez Airbus.
Et cet appareil en polyamide piloté depuis le sol, dont seuls les éléments électriques ne sont pas imprimés, "vole à merveille. Il est très stable", se félicite l'ingénieur en chef Gunnar Haase, qui a mené le vol inaugural de Thor en novembre non loin de Hambourg (nord).
- Gain de poids -
Si les possibilités ouvertes par l'impression 3D dans l'aéronautique sont encore en pleine exploration, cette technique a déjà des applications concrètes, puisqu'Airbus et Boeing ont commencé à y avoir recours, notamment pour des pièces de leurs avions A350 et 787 Dreamliner.
Chez Hofmann, une entreprise bavaroise spécialisée de 250 employés, cela se conjugue aussi au présent.
"Les pièces imprimées ont l'avantage de ne pas nécessiter d'outillage et de pouvoir être fabriquées immédiatement", met en avant Jens Henzler, responsable commercial, devant une vitrine de petites pièces ajourées.
Autre avantage, les pièces en métal peuvent être 30% à 50% moins lourdes, ajoute-t-il.
L'impression en trois dimensions réduit en outre à presque à zéro les déchets de fabrication, puisqu'il ne s'agit plus de tailler une pièce dans un bloc brut de matière, mais de la créer en déposant la matière choisie couche par couche selon le modèle préalablement créé sur ordinateur.
Parmi 102 responsables du secteur aérien interrogés par la fédération allemande de la high-tech Bitkom, 70% considèrent qu'en 2030, des petites pièces de rechange seront imprimées directement à l'aéroport, et 51% tablent sur la fabrication par ce biais de parties entières d'avion.
- Dans l'espace aussi -
Les avions ne sont pas les seuls à chercher à s'alléger grâce à l'impression 3D. La future fusée Ariane 6, qui volera à partir de 2020, comptera aussi de nombreuses pièces imprimées.
"Cela apporte énormément de réduction de coûts sur la fabrication des pièces", explique à l'AFP Alain Charmeau, le président d'Airbus Safran Launchers, alors qu'Ariane 6 est censée être quasiment moitié moins chère qu'Ariane 5.
Toutes les pièces d'une taille inférieure à 40 centimètres de côté pourront être imprimées en 3D. Un procédé particulièrement intéressant pour les pièces complexes.
"Nous avons déjà testé un ensemble d'injection pour un moteur qui est complexe. Aujourd'hui, ce sont 270 pièces qui sont fabriquées unitairement et qu'ensuite il faut assembler. Avec l'impression 3D, on a trois pièces", explique M. Charmeau.
Si pour les industriels de l'aéronautique, l'intérêt de l'impression 3D est avant tout économique, certains y voient aussi une chance de rendre le transport aérien moins dommageable pour l'environnement, car avion moins lourd signifie moins de consommation de carburant.
Pour réduire les émissions de CO2 de ce secteur en pleine croissance - le trafic aérien est amené à à doubler dans les 20 prochaines années -, "la question décisive est celle d'innovations techniques radicales, et ce dans un laps de temps relativement court", considère Ralf Fücks, président de la fondation Heinrich Böll, proche du parti allemand des Verts.
L'impression 3D en fait sans aucun doute partie, a-t-il estimé, lors d'une conférence à l'ILA aux côtés du président d'Airbus Tom Enders.

Source : leparisien.fr

Voir les commentaires

Le métro 2030 sur plusieurs lignes à Paris

31 Mai 2016, 17:21pm

Publié par Grégory SANT


Métro2030, c’est une ambition forte, la profonde mutation du métro de Paris, la somme inégalée de projets de modernisation du réseau dans son ensemble.

La RATP a engagé, au début des années 2000, l’un des plus vastes programmes de modernisation du réseau depuis la création du métro.

Avec une approche unique au monde à ce jour, Métro2030 modernise chaque composante de chaque ligne du réseau : les espaces du métro, leur aménagement, les trains, les systèmes de contrôle, de commande et d’aide à la conduite, l’accueil et les services aux voyageurs, la maintenance des équipements et des infrastructures.

Sur tous les fronts, ce programme est en marche. Jusqu'en 2030, de jour comme de nuit, il mobilise tous les savoir-faire de la RATP. Perceptible par les voyageurs ou menée en coulisses, la grande transformation du métro de Paris s’accomplit pour prendre un nouveau temps d'avance et être au rendez-vous du Grand Paris.

.

Pour le voyageur, Métro2030, ce sont d’abord des stations plus modernes, en lien avec notre temps, des stations plus agréables, plus fluides, plus fonctionnelles... C’est la prise en compte des accès, des espaces de circulation et d’échanges, puis des quais. Dans cette dimension souterraine de la ville, les matériaux, l’éclairage, la signalétique et le patrimoine composent un décor et orientent les parcours, tandis que la maintenance des espaces participe à la pérennité du réseau.

« Un métro plus beau » : en 2014, les travaux se sont poursuivis dans 16 stations, dont 5 ont été entièrement réhabilitées : Porte de la Chapelle, La Fourche, Porte des Lilas, Louis Blanc et Palais Royal – Musée du Louvre, portant à 246 le nombre de stations rénovées à ce jour, soit 90 % des stations du projet.
En savoir plus

Un éclairage plus sophistiqué et plus durable : fin 2014, 150 stations (soit 50 %) étaient équipées, dont l’intégralité des stations des lignes 1, 2, 5, 7 et 14 et 5 grands pôles d’échanges : Gare du Nord, Montparnasse – Bienvenüe, Charles de Gaulle – Étoile, Nation et Gare de Lyon. Ce programme sera achevé début 2016 avec un an d’avance sur le calendrier initial.
En savoir plus

Un métro plus facile à pratiquer : le métro historique est exclu du délai légal de 10 ans pour sa mise en accessibilité aux personnes utilisatrices de fauteuils roulants en raison des nombreux obstacles techniques et des difficultés d’insertion dans le sous-sol parisien que supposerait sa mise en accessibilité. Néanmoins, les nouvelles stations créées lors des prolongements de lignes sont entièrement accessibles. Par ailleurs, la RATP mène de nombreuses actions pour rendre le réseau historique accessible au plus grand nombre. Ainsi, en 2014, les stations Château de Vincennes, Reuilly – Diderot et Olympiades ont commencé à s’équiper à titre expérimental de dispositifs facilitant les déplacements dans les espaces.

Des verrières et des ouvrages d'art pérennes : les viaducs et les verrières centenaires font l'objet d'importants travaux de rénovation pour maintenir en bon état ce patrimoine spécifique du paysage de Paris et affronter sereinement l'avenir. En 2014, c'est la ligne 6 qui a été concernée par ces travaux, avec la rénovation complète des verrières des stations Cambronne et Sèvres-Lecourbe et du viaduc entre Montparnasse - Bienvenüe et Trocadéro. Les 3 dernières verrières seront rénovées d’ici 2016.

Un métro plus agréable : véritables sources de dégradation du réseau souterrain, les infiltrations d’eau donnent lieu à d’importants moyens d’action. En 2014, 15 stations ont notamment fait l’objet d’importants travaux d’étanchéité depuis la voirie. La propreté est également une priorité de la RATP, qui impose des critères plus exigeants à ses prestataires et un système de contrôle renforcé. Par ailleurs, 26 opérations « Coup de propre » ont été menées en 2014 sur le réseau métro, comme à la station Madeleine.

Avec Métro2030, la mobilité se conjugue sur tous les modes et l’information se décline sur tous les supports. Résolument entré dans le 21e siècle, le métro devient un espace connecté qui informe ses voyageurs en continu et leur permet de naviguer sur leurs propres réseaux.

L’information des voyageurs en temps réel : en 2014, 300 écrans ont été installés sur le réseau métro. À ce jour, 170 stations de métro sont équipées de ce nouveau dispositif.
En savoir plus

Génération connectée : avec Métro2030, le développement du haut débit mobile se poursuit. En savoir plus
Disponible sur « smartphone », l’application RATP s’est enrichie de nouvelles fonctionnalités. En savoir plus

La modernisation du transport recouvre plusieurs domaines d’expertise, où le visible et l’invisible sont intimement liés. Le visible : avec les trains qui nous emmènent vers le futur, et dont les voyageurs peuvent apprécier les évolutions du confort et du design. L’invisible : avec toute une architecture numérique et avec les activités de maintenance des trains et des voies.

Nouveaux trains et automatisation : les lignes 1, 2 et 5 sont équipées de trains nouvelle génération et leur déploiement est en cours sur la ligne 9 avec la mise en service de 20 trains en 2014 (il sera achevé fin 2016).
Par ailleurs, la RATP et le STIF ont augmenté en 2014 la fréquence des métros sur la ligne 14, qui passe de 95 à 85 secondes à l’heure de pointe du matin les jours de semaine : une première mondiale.

La révolution numérique : Métro2030, c'est aussi la modernisation des systèmes d’exploitation du métro avec le développement des technologies numériques.
En service depuis fin 2012 sur la ligne 3, le nouveau système numérique de contrôle et de commande des trains était en cours de déploiement en 2014 sur les lignes 5 et 9, pour une mise en service définitive en 2015 sur la ligne 5.
Élément clé de la modernisation du métro, ce système offre la possibilité de réduire l’intervalle entre deux trains et d’augmenter ainsi l’offre de transport, lorsqu’il est associé à la mise en service de trains supplémentaires.

Le rail et l'électricité : chaque année, entre les opérations régulières de maintenance et les nouvelles réalisations, environ 40 kilomètres de câbles électriques sont installés ou remplacés.
Par ailleurs, en 2014, 4 appareils de voies (aiguillages) ont été mis en place ou renouvelés sur le réseau.

La ventilation : pour le confort et la sécurité des voyageurs, la ventilation du métro fait l’objet d’une amélioration constante. En 2014, 11 ventilateurs du réseau ont été modernisés.
En savoir plus

Source : ratp.frar

Voir les commentaires

A quoi va rassembler le voyage en HYPERLOOP ?

30 Mai 2016, 18:30pm

Publié par Grégory SANT

y

Aussi prometteur soit-il, le système de transport hyper-rapide Hyperloop ne devrait pas être des plus confortables.

Le projet Hyperloop avance bien. Ses premiers tests concluants laissent entendre qu’il devrait bel et bien réussir son pari initial, c’est à dire transporter ses passagers à une vitesse de 1 200 km/h dans des capsules… qui s’annoncent par contre sacrément petites !

Si on évoquait l’autre jour la résistance de ces dernières – grâce à l’utilisation d’un matériau intelligent basé sur de la fibre de carbone -, leur intérieur n’est par contre pas des plus ambitieux si l’on se fie à ces quelques clichés et la vidéo de démonstration qui suit.

Non seulement, l’intérieur des capsules de l’Hyperloop devrait s’inspirer de celui des trains grande vitesse, mais les passagers devraient également faire avec des rangées de sièges « optimisées » au maximum, quitte à perdre le moins d’espace possible. Et déjà, de l’autre côté de l’Atlantique, on se demande le plus sérieusement du monde comment l’américain moyen pourra trouver sa place dans un espace si confiné. Et c’est sans parler de la place laissée aux bagages. Etonnant, même si on se consolera en se disant qu’au moins, les sièges sont en cuir…

Source : ubergizmo.com

Voir les commentaires

Le surprenant trimaran patrouilleur par Exid Concept & Developpement

26 Mai 2016, 17:51pm

Publié par Grégory SANT

Dans le cadre de deux projets de développements de flottilles de pêche en Afrique, comportant un volet protection, un consortium constitué de la société rennaise Exid Concept & Developpement, ainsi que du cabinet d’architecture Perspective Design et du chantier Etelium, tous deux implantés dans le Morbihan, travaillent sur un nouveau concept de patrouilleur répondant au nom de « Code_Libellule ».

Long de 29 mètres pour une largeur de 10.4 mètres, ce bateau en composite adopte une architecture de monocoque stabilisé, avec une étroite coque principale et deux flotteurs placés en arrière. Ce design permet de disposer d’une plateforme de grande taille, qui peut être configurée, disent les concepteurs, « pour embarquer des drones, des modules de missions ou des bateaux semi-rigides ».

(© EXID - PERSPECTIVE DESIGN)

Conçu pour la surveillance en haute mer comme dans les zones littorales et les estuaires, ce patrouilleur « dispose d’une plage d’utilisation pouvant atteindre 32 à 40 nœuds selon la motorisation choisie par le client. Nous tablons plutôt sur une propulsion hybride diesel-électrique avec par exemple des hydrojets », explique Régis Coat, président d’Exid. « L’objectif est de disposer d’un bateau, simple, compact, rapide et économique qui dispose d’une bonne autonomie afin notamment de pouvoir accompagner des flottilles de pêche. Il pourrait rester théoriquement 21 jours en opération mais l’idée est plutôt de travailler sur des roulements d’une semaine ».

En matière d’armement, le bateau peut, toujours selon ses concepteurs, mettre en œuvre depuis les ailerons bordant la passerelle de l’artillerie légère, comme des mitrailleuses multitubes Dillon ou des affûts de 7.62 à 12.7mm. « En fonction des besoins, il est aussi possible d’intégrer devant la passerelle un canon télé-opéré de 20mm ».

Ce design, qui n’est pas sans rappeler, en plus petit, le patrouilleur trimaran Ocean Eagle 43 vendu par CMN au Mozambique, est donc proposé à des clients « privés » africains. Des discussions seraient en cours avec au moins deux pays, un en Afrique de l’ouest et l’autre sur la façade du continent donnant sur l’océan Indien. Dans les deux cas, ces patrouilleurs s’inscrivent dans des projets plus globaux axés sur le développement d’une filière pêche. « Les projets comprennent la création d’une flottille de pêche, dans un cas avec la construction de bateaux neufs et dans l’autre du refit, une usine pour la transformation du poisson, une flotte logistique constituée de camions frigorifiques, ainsi que l’organisation de cette filière pêche et sa protection en mer, en particulier contre la piraterie. Nous proposons aussi un volet consacré à la maintenance des bateaux », précise Régis Coat. C’est en 2012 qu'Exid Concept & Developpement, spécialisée dans la conception et le pilotage de projets, notamment dans les transports, a commencé à travailler sur le sujet.

Pour le volet maritime, Exid, qui a adhéré à Bretagne Pôle Naval, a été par cet intermédiaire mis en relation avec Perspective Design. Basé à Saint-Avé, ce cabinet a été créé par Philippe Roulin, architecte naval qui a travaillé pendant 15 ans pour VPLP avant de lancer sa propre agence. Encore peu connu dans le secteur des navires de travail et faisant aujourd'hui son entrée sur le segment des bateaux gris, Perspective Design a surtout à son actif des réalisations de voiliers multicoques, mais a aussi conçu quelques bateaux professionnels, comme un support de plongeurs de 10 mètres en aluminium et des vedettes à passagers, dont la navette fluviale électrique de 19 mètres livrée à Keolis Bordeaux par le chantier girondin Dubourdieu en 2013.

(© EXID - PERSPECTIVE DESIGN)

Côté constructeur, Exid n'a pas révélé hier avec quel Breton la société travaillait. Mais Perspective Design a vendu la mèche sur sa page Facebook. Il s'agit donc d'Etelium, société née en 2014 de l’alliance du groupe Marck via sa filiale Sillinger (51%), et de Chantier Bretagne Sud (49%), basé sur la rivière d’Etel, à Belz, et repris fin 2012 par Yannick Bian, architecte naval de formation et ancien de DCNS. La nouvelle structure propose sur le segment militaire une gamme de vedettes et de petits patrouilleurs, dévoilée à l’occasion d’Euronaval 2014 mais qui n’a pour le moment pas enregistré de commande.

Ce sera donc peut-être le cas avec l'Afrique, les porteurs du projet Code_Libellule espérant la signature d’un contrat « d’ici la fin de l’année ».

Concernant la construction, il conviendra de voir comment peut s’organiser Etelium car CBS, qui a réalisé plus de 300 bateaux, en particulier à la pêche, est historiquement spécialisé dans les coques en bois et en acier. Or, c’est un navire « entièrement construit en composite » qui est annoncé, « avec des matériaux rigoureusement sélectionnés mis œuvre par infusion, un procédé très qualitatif qui permet d’obtenir un excellent rapport résistance/poids ». Il faudra donc développer ce savoir-faire, ou sous-traiter.

On notera que le consortium réuni autour de Code_Libellule compte aussi proposer son design à des marines européennes.

Enfin, en plus des patrouilleurs, les projets portés en Afrique par Exid comprennent des options proposant aux clients la réalisation par des chantiers français de bateaux de pêche. Il s’agit d’unités de 21 à 24 mètres, notamment pour la pêche au thon.

Source : meretmarine.com

Voir les commentaires

Rool'in Smart : la roue de vélo électrique

24 Mai 2016, 18:12pm

Publié par Grégory SANT



Les Français de Rool'in nous ont proposé de tester leur deuxième génération de roue électrique, la Smart. Leur idée est tout à fait enthousiasmante : transformer n'importe quelle bicyclette en vélo électrique par le simple changement de la roue avant. Le tout saupoudré d'une dose de connecté. Est-ce que la réalisation concrétise bien la théorie ?

La société française, détenue à 26% par le Fond régional de co-investissement d'Ile-de-France, a été créée début 2013. Les deux entrepreneurs à l'origine du projet disent avoir voulu se pencher sur « la problématique de la mobilité en milieu urbain et périurbain ». Sans aucunement mettre en doute leurs aspirations écologiques, il faut bien admettre que les moyens de transport personnels électriques ont le vent en poupe ces derniers temps, portés notamment par les Vélos à Assistance Electrique (VAE). Leurs ventes ont augmenté de 37 % en 2014 et plus de 30 % encore en 2015, d'après l'Union Nationale de l'Industrie du Vélo. Alors forcément, ça motive.

La Rool'in Smart est déclinée en trois tailles : 20 pouces pour les vélos pliants, 26 pouces pour la plupart des VTT et les vélos de ville féminins ou 28 pouces pour les autres cycles (ville masculin, trekking, hollandais, fitness, etc.). Dans tous les cas, la Smart englobe un moteur brushless de 250 W dans le moyeu et une batterie Lithium-Ion de 30 V et 9 Ah (Panasonic ou Samsung) disposée autour. Le tout est caché par deux capots de protection en aluminium, tandis que la jante est chaussée d'un pneu de 1,5 pouce avec chambre à air.


Il n'y a techniquement qu'à monter cette roue en lieu et place de la roue avant de notre vélo, scratcher le boîtier sans fil Bluetooth au pédalier (le détecteur de vitesse), et nous voilà avec un VAE ! Vraiment ?

Voir les commentaires

Aston-Martin Vanquish Volante

23 Mai 2016, 17:55pm

Publié par Grégory SANT

Après le coupé Zagato de ce week-end à la Villa d'Este, pourquoi pas une version Volante de la belle Anglaise ?

Aston Martin a honoré le concours d'élégance de la Villa d'Este cette année avec un joli recarrossage sur la base du coupé Vanquish, réalisé en collaboration avec la maison Zagato.

Dans la droite lignée des précédents projets menés en collaboration entre les deux marques, cette Vanquish Zagato prend la forme d'un coupé au style plus sophistiqué que la Vanquish normale.

Et pourquoi pas une version cabriolet ? Oui, pourquoi pas lorsqu'on observe cette image modifiée par X-Tomi, montrant une version Volante imaginée virtuellement. Plutôt joli, n'est-ce pas ?


Source : turbo.fr

Voir les commentaires

L'Angleterre se prépare aussi au véhicule autonome avec Gateway

16 Mai 2016, 11:23am

Publié par Grégory SANT

Si vous prévoyez de partir en vacances à Londres cet été, vous aurez peut être la chance de vous y balader en voiture autonome. Le Transport Research Laboratory (Laboratoire de Recherche sur le Transport au Royaume Uni) vient d'annoncer ce vendredi le premier test public de voitures autonomes en Angleterre. L'essai, organisé dans le cadre du projet de recherche sur les voitures autonomes Gateway, se déroulera dans le quartier de Greenwich, à Londres.

Le grand public est convié à l'événement. Il est possible dès aujourd'hui de s'inscrire sur le site du Gateway Project afin de participer au test. Les personnes sélectionnées se baladeront en voitures autonomes dans le quartier de Greenwich. Ils seront encouragés à partager leur expérience et même à participer à des discussions sur le futur des transports automatisés.

Les véhicules ressemblent plus à de petits tramways qu'à de véritables voitures. Nous ignorons encore s'ils rouleront sur des routes fréquentées par d'autres voitures où s'ils se contenteront de rues piétonnes. En tout cas, chaque véhicule doit d'abord être conduit manuellement dans le quartier afin qu'ils réalisent une carte en 3D des environs. Ainsi, les voitures seront en mesure de se déplacer de manière autonome dans la zone en évitant les éventuels obstacles à l'aide de leurs capteurs laser et de leurs caméras.

Cet essai est en fait le premier d'un trio organisé dans le cadre du projet Gateway, lequel a reçu une enveloppe de 8 millions de livres (10 millions d'euros environ) pour mener à bien ses expériences.

Source : cnetfrance.fr

Voir les commentaires

Design incroyable du Concept-car Jaguar C-X95

11 Mai 2016, 20:33pm

Publié par Grégory SANT

Source : behance.net

Voir les commentaires

La caravane ultra-compacte Timberleaf Trailer

11 Mai 2016, 20:29pm

Publié par Grégory SANT

Pour les amoureux de la nature qui veulent voyager léger sans s’encombrer d’une imposante caravane, ce module Timberleaf Trailer est la solution.

Réalisée en aluminium et en bois, cette mini-caravane regroupe tout le nécessaire pour pouvoir partir à l’aventure. Entièrement isolé, le module d’habitation aux finitions impeccables est taillé pour les grands espaces. Rien ne manque, tout l’espace est optimisé avec la zone couchage à l’avant et la cuisine à l’arrière. Vous pouvez apprécier toutes les options et finitions à votre disposition. Cette caravane est ultra-pratique mais aussi très belle. Le modèle de base coûte 15 250 $, pour en savoir plus sur les options et les prix, cliquez là.

Images © Timberleaf Trailers

Source : journal-du-design.fr

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>