Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #transport

La caravane ultra-compacte Timberleaf Trailer

11 Mai 2016, 20:29pm

Publié par Grégory SANT

Pour les amoureux de la nature qui veulent voyager léger sans s’encombrer d’une imposante caravane, ce module Timberleaf Trailer est la solution.

Réalisée en aluminium et en bois, cette mini-caravane regroupe tout le nécessaire pour pouvoir partir à l’aventure. Entièrement isolé, le module d’habitation aux finitions impeccables est taillé pour les grands espaces. Rien ne manque, tout l’espace est optimisé avec la zone couchage à l’avant et la cuisine à l’arrière. Vous pouvez apprécier toutes les options et finitions à votre disposition. Cette caravane est ultra-pratique mais aussi très belle. Le modèle de base coûte 15 250 $, pour en savoir plus sur les options et les prix, cliquez là.

Images © Timberleaf Trailers

Source : journal-du-design.fr

Voir les commentaires

Hyperloop : le chantier est lancé

11 Mai 2016, 20:24pm

Publié par Grégory SANT

Il y a encore un an, Hyperloop n'était qu'un concept improbable de train supersonique, qui a germé dans la tête du magnat Elon Musk. Petit à petit, les choses ont pris forme. Deux sociétés ont vu le jour : Hyperloop Technologies (Hyperloop One aujourd'hui), dirigée par l'ancien PDG de Cisco, Rob Lloyd, et Hyperloop Transportation Technologies, emmenée par Dirk Ahlborn.

La première est celle qui en est au stade le plus avancé. Mercredi 10 mai, elle a annoncé procéder à de premiers essais grandeur nature de son système de propulsion électromagnétique. Dans un premier temps, la vitesse de « seulement » 500 km/h est visée. À terme, ce train est censé circuler à plus de 1 200 km/h. Le secret d'une telle vitesse : la chambre très basse pression dans laquelle il va se trouver, afin de réduire au maximum les frottements.

« L'Hyperloop existe vraiment et ça se passe maintenant. Nous allons démontrer comment notre entreprise compte en faire une réalité », a déclaré Rob Lloyd. En janvier, sa jumelle HTT obtenait le feu vert des autorités californiennes pour construire une piste de test de 8 kilomètres entre Los Angeles et San Francisco, afin de mener elle aussi ses premiers tests.

« Après plus de deux ans et demi de recherches et de développement, notre équipe vient de passer un nouveau palier. Nous disposerons du premier système Hyperloop au monde capable de transporter des passagers », assurait, Dirk Ahlborn. Autre développement concret : un accord avec le gouvernement slovaque déjà signé, dans l'optique de mettre sur pied le premier Hyperloop européen dans le pays. Le but est de relier trois pays en 20 minutes, ouvrant de nouvelles perspectives.

Cette révolution qui s'annonce, la SNCF veut en être. La compagnie ferroviaire française a participé à la fin de l'année 2015, et discrètement, à un tour de table de 80 millions de dollars pour soutenir Hyperloop One...

Source : clubic.com

Voir les commentaires

La co-création automobile avec Local Motors

10 Mai 2016, 18:44pm

Publié par Grégory SANT

Utiliser le PLM et la fabrication additive pour passer plus vite de l'idée à la voiture

Partenaires depuis 5 ans l’éditeur de PLM et la plate-forme de co-creation vont développer l’usage des outils de PLM ainsi que de l’impression 3D dans le domaine automobile. Avec à la clé une prochaine implantation à Berlin.

L’éditeur de logiciels de PLM (Product Lifecycle Management - gestion du cycle de vie des produits) Siemens PLM Software et la plate-forme de co-création Local Motors ont formé un nouveau partenariat, dont l’objectif est de faire progresser le processus de fabrication dans le secteur de l'automobile en optimisant le développement des véhicules et leur impression 3D à grande échelle.

Les deux sociétés affirment partager la même vision de l'avenir du développement de produits. Local Motors prévoit d’augmenter la productivité de son programme d'innovation Local Motors Labs en bénéficiant du savoir-faire de Siemens dans le domaine de la création de “jumeaux numériques”, et Siemens compte améliorer encore davantage sa suite de logiciels dédiée à l'entreprise numérique, en y intégrant les dernières avancées en matière de fabrication additive et d'impression 3D.

« Nous sommes partenaires de Siemens depuis 2011, et ce nouvel accord améliore notre partenariat en permettant à notre communauté de co-créateurs d'innover encore plus vite », constate Jay Rogers, PDG de Local Motors. « Nous avons été les premiers à développer un véhicule co-créé et une voiture fabriquée par impression 3D, et aujourd'hui notre programme LM Labs offre aux industriels du monde entier un moyen, connecté ou hors ligne, de mettre au point de nouvelles technologies pour faire progresser le secteur des transports. Ouvert à tous, LM Labs aide les ingénieurs à inventer les nouvelles technologies dont le monde a besoin. Bien que notre principale priorité soit le développement de véhicules, LM Labs est un endroit où la communauté peut faire progresser n'importe quelle technologie ».

Monter en gamme

Local Motors utilise depuis plusieurs années le logiciel Solid Edge de Siemens. Cette application de CAO a joué un rôle crucial dans l'élaboration de son modèle de co-création. Grâce à la Technologie Synchrone de ce logiciel, Local Motors peut importer de façon parfaite les modèles CAO non natifs que lui envoient les concepteurs du monde entier, puis modifier facilement ces modèles dans Solid Edge.

Dans le cadre de ce nouveau partenariat, Local Motors utilisera davantage Solid Edge et équipera l'ensemble de ses sites du logiciel NX (CAO/FAO/IAO) et de la solution Fibersim pour l'ingénierie des composites de Siemens. Deux solutions largement utilisées dans l'industrie automobile.

Ces deux solutions seront utilisées dans le cadre d’une approche DDM (Direct Digital Manufacturing), qui tire parti des technologies de fabrication additive (impression 3D), pour produire des pièces directement à partir de modèles 3D. La DDM contribue à éliminer les besoins en outillage, supprime tout délai entre la fin de la conception et le début de la production, et simplifie la refonte des conceptions.

Cette année, Local Motors se prépare à ouvrir trois nouveaux sites, qui devraient tous proposer le programme LM Labs, basé sur les logiciels Siemens. Un site comportant un laboratoire, une salle d'exposition et un espace de démonstration doit ouvrir cet été à National Harbor, dans le Maryland (USA). Cette ouverture devrait être suivie, plus tard dans l'année, par celle d'un laboratoire à Berlin et d'une micro-usine DDM complète à Knoxville, dans le Tennessee. Local Motors prévoit de faire de cette dernière son principal site de développement et de construction de véhicules fabriqués par impression 3D.

Source : industrie-techno.com

Voir les commentaires

Du design pour un bâteaux-câblier par Ulstein

4 Mai 2016, 17:42pm

Publié par Grégory SANT

C'est à l'occasion du salon OTC de Houston que le groupe norvégien Ulstein a dévoilé son nouveau design, le LX 109. Il s'agit d'un câblier compact (151.6 mètres de long sur 28 mètres de large) avec une très forte capacité d'emport de câble puisque ses deux carrousels peuvent stocker 6250 tonnes chacun.

Comme à son habitude, Ulstein - qui entre ainsi sur un nouveau segment - a choisi une approche volontairement très différente de la silhouette habituelle des câbliers. Sur une base de coque combinant le X-Bow et le X-Stern, les architectes du groupe ont choisi de placer les carrousels sur le pont, proposant un design open-top, qu'ils ont déjà adapté pour un navire de pose de rochers actuellement en construction. Cette configuration permet, selon Ulstein, une meilleure stabilité du navire. La passerelle est asymétrique pour offrir une meilleure visibilité de la manoeuvre. Le bateau dispose également d'un moonpool adapté aux robots sous-marins. Equipé en DP2 avec deux propulseurs principaux de 3700 kW, il aura également deux tunnels de 2500kW et un propulseur rétractable de 2000 kW. Il pourra accueillir 90 personnes.

C'est à l'occasion du salon OTC de Houston que le groupe norvégien Ulstein a dévoilé son nouveau design, le LX 109. Il s'agit d'un câblier compact (151.6 mètres de long sur 28 mètres de large) avec une très forte capacité d'emport de câble puisque ses deux carrousels peuvent stocker 6250 tonnes chacun.

Comme à son habitude, Ulstein - qui entre ainsi sur un nouveau segment - a choisi une approche volontairement très différente de la silhouette habituelle des câbliers. Sur une base de coque combinant le X-Bow et le X-Stern, les architectes du groupe ont choisi de placer les carrousels sur le pont, proposant un design open-top, qu'ils ont déjà adapté pour un navire de pose de rochers actuellement en construction. Cette configuration permet, selon Ulstein, une meilleure stabilité du navire. La passerelle est asymétrique pour offrir une meilleure visibilité de la manoeuvre. Le bateau dispose également d'un moonpool adapté aux robots sous-marins. Equipé en DP2 avec deux propulseurs principaux de 3700 kW, il aura également deux tunnels de 2500kW et un propulseur rétractable de 2000 kW. Il pourra accueillir 90 personnes.

(© ULSTEIN)

Source : meretmarine.com

Voir les commentaires

La SNCF interessée par l'Hyperloop ?

4 Mai 2016, 17:30pm

Publié par Grégory SANT

Alors qu’on attend toujours le Wi-Fi dans les trains SNCF (c’est pour bientôt, ouf), l’entreprise française mène parallèlement, semble-il, des réflexions sur les technologies de demain, et s’intéresse de près au projet Hyperloop, selon les informations de BFM Business.

Selon le média français, La SNCF aurait participé à une seconde levée de fonds, de 80 millions de dollars. Si cela ne signifie pas que les deux entreprises vont travailler ensemble (la SNCF travaille par ailleurs avec Alstom sur un train du futur), elle indique en tout cas l’intérêt que peut avoir l’entreprise française pour un projet qui pourrait révolutionner le transport dans quelques années.

Pour ceux qui ont raté un épisode, le projet fou d’Elon Musk, évoqué pour la première fois en 2012, consiste à créer un moyen de transport supersonique capable de déplacer des passagers dans des tubes, à plus de 1000 km/h.

Source : journaldugeek.com

Voir les commentaires

Les chinois lancent un véhicule électrique autonome Leeco Lesee

2 Mai 2016, 18:37pm

Publié par Grégory SANT

La voiture électrique est actuellement la préoccupation numéro un chez de nombreux constructeurs automobiles. La voiture autonome, elle, bien que plus jeune, fait aussi l'objet de recherches poussées (et très largement financées). Toutes les grandes marques s'y sont mises, et l'on voit régulièrement de nouveaux acteurs rejoindre le marché. C'est au tour du chinois LeEco, et de dévoiler sa LeEco LeSee.

Si le nom de LeEco ne vous dit rien, peut-être connaissez-vous davantage LeTV (son ancien nom), présenté, à juste titre, comme le Netflix chinois. Le groupe du milliardaire Jia Yueting joue lui aussi la carte de la diversification. Après avoir grandement investi dans le constructeur automobile Faraday Future, voici donc le géant qui dévoile sa propre vision de la voiture électrique, la LeEco LeSee (prononcez « Lissi »).

Capable aussi « d’évoluer seule », de manière autonome donc, cette voiture sera aussi modulable, ses fauteuils s’ajustant totalement aux passagers et à leurs besoins. Sans être pour l’heure totalement autonome, Jia Yuetling avait profité de l’annonce officielle pour faire la démonstration du parking en autonome. Exactement ce que propose Tesla Motors.

Et la comparaison avec Tesla Motors et sa berline Model S ne s’arrête pas là. Le gabarit est sensiblement le même. La LeEco LeSee affiche cependant un modernisme plus prononcé, notamment avec son toit en verre englobant pare-brise et lunette arrière et son habitacle ultra minimaliste, et ultra connecté. Côté performances, la LeEco LeSee affiche tout de même une vitesse maximale de 210 km/h.

Source : ubergizmo.com

Voir les commentaires

Model E, l'électrique par Ford

29 Avril 2016, 17:13pm

Publié par Grégory SANT

Ce véhicule devrait s'appeler Model E, Ford a récemment déposé la marque. Sa production devrait commencer en 2019 dans une nouvelle usine dont le constructeur a récemment annoncé la construction au Mexique.

À ce jour, la seule voiture électrique du constructeur est la Ford Focus Electric, dont il a annoncé le renouvellement au mois de mars au salon international de la téléphonie mobile (MWC). Avec une autonomie maximale de 100 miles ou de 160 km, ce modèle n'est qu'un véhicule d'appoint. Selon des études de marché, les consommateurs américains fixent le seuil à 200 miles, soit 320 km.

Ford : nouvelle Focus électrique et Sync 3 au MWC ?

Ford a récemment annoncé qu'il investirait 4,5 milliards de dollars pour l'« électrification » de ses voitures d'ici 2020. Des véhicules « électrifiés » sont des véhicules 100% électriques, mais aussi des modèles hybrides et hybrides rechargeables. 40% des modèles de la marque bénéficieront de telles motorisations d'ici la fin de la décennie.

Voir les commentaires

Super-yacht UNA

28 Avril 2016, 17:29pm

Publié par Grégory SANT

Source : behance.net

Voir les commentaires

BlueBus le bus 100% par Bolloré

27 Avril 2016, 19:16pm

Publié par Grégory SANT

C'est sur le site Blue Solutions d'Ergué-Gabéric, que le Groupe Bolloré a inauguré vendredi en présence d'Emannuel Macron, l'usine Bluebus, qui produira le bus « grand format » 100 % électrique.

Ce site compte déjà 2 usines Blue Solutions, qui produisent les batteries LMP® (Lithium Métal Polymère), et l'usine Bluetram, inaugurée il y a tout juste un an, qui développe le tramway 100 % électrique sans rail ni caténaire.

La construction de cette nouvelle usine, d'une superficie de 5000 m2, ainsi que les travaux de recherche et développement pour la conception du bus de 12 mètres, représentent un investissement total de 40 millions d'euros sur 2015-2016. La production a commencé le 21 décembre 2015 et la capacité de production atteindra 200 Bluebus par an avec une configuration à 2 équipes.

Cette nouvelle usine permettra à terme de créer 150 emplois dédiés à la fabrication des Bluebus 12 mètres.

Les batteries LMP® : Technologie offrant une grande autonomie

Les batteries LMP® se distinguent par leur forte densité énergétique et leur sécurité d'utilisation. Ce sont des batteries sèches (c'est-à-dire « tout solide » et donc sans solvant), ce qui leur confère de nombreux avantages, notamment en termes de sécurité puisqu'elles sont insensibles aux variations climatiques et résistent aux températures élevées. Dépourvues de composants toxiques, ces batteries sont recyclables.

Le pack de batteries LMP®, développé pour les applications de mobilité, a une capacité unitaire minimale de 30 kWh. Dans des conditions normales d'utilisation, les batteries disposent d'une durée de vie supérieure à 3 000 cycles de charge. Les 8 packs batterie LMP® (240 kWh) installés sur le toit du Bluebus lui permettent de bénéficier d'une autonomie de 180 à 250 km.

Cotée en Bourse depuis le 30 octobre 2013, Blue Solutions est la société qui regroupe les activités de stockage d'électricité développées par le Groupe Bolloré.

En diversifiant son activité historique de producteur de papiers et de films plastiques ultrafins, le Groupe Bolloré est devenu producteur de composants électriques complets pour condensateurs, jusqu'à détenir plus d'un tiers du marché mondial. À partir de cette expertise et après 20 ans de R&D, le Groupe a mis au point des batteries et solutions de stockage d'électricité qui reposent sur une technologie unique, la batterie LMP® (Lithium Métal Polymère) ainsi que sur la technologie des supercapacités.

À l'heure où les questions de développement durable et de stockage de l'électricité sont devenues des enjeux majeurs pour les citoyens, les villes et les États, le Groupe Bolloré s'appuie sur cette expertise pour développer des solutions de production, de stockage et de consommation intelligente de l'électricité.

Ces solutions prennent vie dans des applications mobiles (voitures, bus, tramways, bateaux) mais également stationnaires (pour les particuliers, entreprises, collectivités…) développées et commercialisées par d'autres entités du Groupe réunies au sein de Blue Applications, qui connaissent depuis 2011 un développement rapide en France, mais aussi en Angleterre, aux États-Unis, en Asie et en Afrique. Blue Solutions c'est aujourd'hui plus de 300 chercheurs, ingénieurs et techniciens qui produisent ces batteries de haute technologie sur deux sites de production situés en Bretagne et au Canada.

La capacité de production annuelle s'élève à ce jour à 300 MWh, équivalent à 10 000 batteries de 30 kWh. À l'horizon 2019-2020, celle-ci sera portée à 1 GWh, soit l'équivalent de 32 500 batteries de 30 kWh.

Ensemble, Blue Solutions et Blue Applications estiment bénéficier d'un positionnement unique d'intégrateur disposant à la fois des batteries et des solutions complètes pour répondre aux nouveaux besoins liés à la transition énergétique.

Source : enerzine.com

Voir les commentaires

Un MagLev à 1 018km/h

26 Avril 2016, 19:06pm

Publié par Grégory SANT

L'armée de l'air des États-Unis vient de battre un nouveau record de vitesse en propulsant un traîneau à sustentation magnétique en dépassant 1.000 km/h. Si les premières applications envisagées sont militaires, cette prouesse pourrait contribuer à faire progresser les trains à très grande vitesse basés sur cette technologie.

Actuellement, le record de vitesse pour un train à sustentation magnétique est de 603 km/h. Il a été obtenu en avril 2015 par un train maglev de la Japan Railway circulant sur une ligne d’essai dans la préfecture de Yamanashi (Japon). Peut-on aller encore plus vite ? Sans doute, à en juger par le nouveau record établi le mois dernier par l’armée de l’air nord-américaine. Des militaires du 846th Test Squadron ont propulsé un traîneau, sans passager, à 633 miles/h, soit un peu plus de 1.018 km/h. L’essai s’est déroulé sur l’Holloman Air Force Base (Nouveau-Mexique) sur un rail de 640 mètres de long.

Pour mémoire, un train à sustentation magnétique (appelé maglev en anglais) se déplace en lévitation au-dessus des rails grâce aux forces magnétiques. C’est l’absence de contact et donc de résistance au roulement qui permet d’atteindre des vitesses très élevées.

Un système de refroidissement à l'hélium liquide

Le traîneau de l’US Air Force pèse un peu plus de 900 kilogrammes et utilise un système de sustentation dite électrodynamique. Ce procédé repose sur des aimants supraconducteurs faits d'un alliage de niobium et de titane placés dans la motrice et des bobines conductrices installées sur les rails. Ces composants exercent des champs magnétiques attractifs et répulsifs qui créent le phénomène de lévitation. Pour maintenir la supraconductivité, il faut refroidir les aimants avec de l’hélium liquide à une température de -269 °C.

La propulsion du traîneau était assurée par des fusées et la vidéo ci-dessus témoigne de la puissance de l’accélération de l’engin qui atteint les 282 mètres par seconde. Mais quelle est la finalité de cette démonstration ? Vraisemblablement des applications militaires sur lesquelles l’armée américaine ne souhaite pas s’étendre. Toutefois, ces travaux pourraient également faire progresser la technologie maglev civile en la rapprochant des performances de l’Hyperloop.

Lancé en 2013 par Elon Musk, le fondateur de SpaceX et Tesla Motors, l’Hyperloop est un projet de train subsonique susceptible de foncer à près de 1.200 km/h pour rivaliser avec les avions de transport de passagers. Hyperloop Transportation Technologies, l’une des sociétés les plus en pointe dans le développement de ce concept, compte ouvrir la première ligne commerciale en 2020.

Source : futura-sciences.com

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>