Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

robots

Le robot Stan de Stanley Roboticsgare votre véhicule sur les parkings d'aéroport

18 Mars 2019, 18:02pm

Publié par Grégory SANT

Un robot pourra garer votre voiture à l’aéroport de Gatwick à Londres

Une entreprise française, Stanley Robotics, a mis au point des robots appelés Stan, programmés pour garer les voitures des usagers des aéroports à leur place. L’idée est de faire gagner du temps aux voyageurs et d’obtenir un agencement optimal de l’espace sur les parkings. Le service va prochainement être mis en place sur l’un des parkings de l’aéroport de Gatwick à Londres.

Ces robots construits par Stanley Robotics, une entreprise française, sont une petite révolution dans le monde des aéroports. Les voyageurs n’auront plus qu’à laisser leur voiture dans un box dédié confirmant leur réservation de parking via un écran dans la cabine. La réservation de la place est liée au numéro de vol et par conséquent à la date du retour du voyageur.

Le robot Stan, doté d’une intelligence artificielle, peut ainsi ramener la voiture dans le box en temps voulu. Une fois la voiture placée dans la cabine, la voiture est scannée et le robot calcule dans quel espace il va pouvoir la ranger. Pas besoin de laisser vos clés, le robot Stan est capable de soulever la voiture pour aller la garer dans un espace adapté.

Si ce système facilite l’arrivée et le départ des voyageurs, cela permet surtout d’optimiser l’espace sur les parkings souvent saturés des grands aéroports. En effet, ce service permettrait de stocker 50 % de voitures supplémentaires sur un même parking. La zone B de l’aéroport de Gatwick peut actuellement accueillir 2 350 voitures quand elles sont garées par leur propriétaire.

L’idée est de supprimer 170 places normales pendant la période d’essai, ce qui laisserait l’espace pour 270 places automatisées. L’expérience débutera en avril pour s’achever fin août. Si l’opération est un succès, elle sera étendue aux parkings C et D de l’aéroport. Notons, cependant, que l’expérience n’est pas inédite puisqu’elle avait déjà été testée à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle à Paris ainsi que dans celui de Düsseldorf.

Voir les commentaires

Digit : le robot livreur bipède

4 Mars 2019, 18:45pm

Publié par Grégory SANT

digit

Agility Robotics a présenté un nouveau modèle de robot humanoïde pouvant transporter des boites jusqu'à 18 kg. Il pourrait à l'avenir être utilisé dans de nombreux domaines d'activité.

Digit est le premier robot bipède proposé par Agility Robotics. Il dispose de deux bras pouvant porter des colis ou des objets jusqu'à 18 kg, peut monter et descendre des escaliers et est théoriquement utilisable 5 minutes après sa première mise en marche.
 

Beaucoup plus mobile que ses prédécesseurs

Pour la start-up, issue du département robotique de l'Oregon State University, Digit est une nouvelle avancée dans l'univers de la robotique. Contrairement à son précédent essai, baptisé Cassie, ce nouveau robot est équipé d'un système LIDAR et peut appréhender son environnement de manière autonome pour contourner les obstacles.

Pour le moment le système n'en est qu'à ses balbutiements mais Agility Robotics a déjà en tête des axes d'évolution pour rendre Digit plus mobile et capable de se mouvoir dans toutes les situations.
 
 

Un assistant de choix dans de nombreux secteurs d'activité

L'entreprise souhaite voir Digit évoluer dans de nombreux secteurs d'activité comme la distribution, la télé-présence ou encore le divertissement. « Son impact pourrait être aussi important que celui de l'automobile en termes de changements de modes de vie, et même de modèles de trafic et d'aménagements de villes, où ces robots promettent de transformer la logistique et la livraison de colis » ajoute Jonathan Hurst, directeur de la technologie chez Agility Robotics.

En attendant de voir Digit venir livrer nos colis à notre porte, l'entreprise continue de peaufiner son système. Les premières livraisons commenceront au premier trimestre 2020 et le prix final sera communiqué quelques mois avant, au cours de l'été.

Voir les commentaires

Le MtoM et l'Usine du futur

12 Décembre 2018, 18:11pm

Publié par Grégory SANT

Les machines seront connectées entre elles, ainsi qu'à l'Internet des Objets (IoT), dans un flux de valeur numérisé.

Vitrine de l’usine du futur, l’évènement SPS IPC Drives qui vient de se tenir a démontré la place centrale qu’occupera l’IoT dans l’Industrie 4.0. Sur les lignes de fabrication, au-delà des stations déjà interconnectées, différentes variantes de capteurs IoT prennent place pour collecter et analyser de manière rentable des données telles que la température, l'accélération et le magnétisme. Ainsi, dans un futur proche, c’est l’intégralité de la ligne qui sera connectée…

De nouvelles solutions IoT

De nombreux éditeurs et fabricants du domaines industriel proposent déjà des solutions qui permettent cette approche. Ainsi sur SPS IPC Drive a-t-on pu voir :

  • Une solution système complète pour collecter, transmettre et analyser rapidement des données, avec des capteurs, un rack IoT pour centraliser les interconnexions, un passerelle pour l’informatique de l’entreprise, et des tableaux de bords.
  • Des applications pour accélérer le service, simplifier le diagnostic des erreurs et garantir une assistance rapide lorsqu'un service est nécessaire. Des solutions logicielles et des services intelligents pour la production et la logistique, simplifier les tâches quotidiennes et optimiser les processus, conçus pour aider à connecter l'ensemble de leur flux de valeur.
  • Des systèmes de contrôle de mouvement, avec par exemple un seul matériel intégré à partir duquel les utilisateurs peuvent automatiser des concepts pour lesquels ils ont besoin aujourd’hui de plusieurs contrôleurs. Comme un nouveau contrôleur intégré qui peut désormais contrôler jusqu'à 192 axes !
  • Des logiciels systèmes pour automates (PLC) qui en simplifiant la connexion aux systèmes IoT de niveau supérieur facilitent l'intégration des machines dans l'IoT.
Développement et IA

D’autres axes vont aider les industries à rejoindre le mouvement de l’usine du futur :

  • Une nouvelle fonction technologique, par exemple, Sequential Motion Control, basée sur un variateur, permet aux utilisateurs de réduire les efforts de programmation et de mise en service jusqu'à 90% par rapport à la programmation par automate classique.
  • Des équipements de dernière génération sont désormais bardés de capteurs et connectés. Comme des servomoteurs synchrones, dotés d’axes d'entraînement à courroie dentée, et pilotés par l’IoT, qui permettent d’atteindre des performances, une vitesse et une dynamique qui n'étaient auparavant réalisables qu'avec des axes de moteur linéaires.

Enfin l'IA (Intelligence Artificielle) gagne du terrain.

  • Un jeu de baby-foot a été équipé d'une technologie de commande et d'entraînement industrielle qui utilise l'IA pour apprendre à répondre avec souplesse. Afin d'accélérer le processus d'apprentissage, le système est associé de manière virtuelle à un logiciel. L'expérience et les connaissances acquises grâce à ce projet sont directement utilisées pour développer la prochaine génération de solutions d'automatisation.
Au-delà : flexibilité maximale

Dans l'usine du futur, le transport des pièces dans les cellules de fabrication ne sera plus effectué de manière rigide et linéaire via des convoyeurs ou des robots, mais librement dans l'espace.

  • Une étude conceptuelle sur des porte-pièces à guidage magnétique avec six degrés de liberté a montré qu’ils peuvent approcher n’importe quelle position indépendamment les uns des autres...

Voir les commentaires

Les robots, l'IA et le MI6

12 Décembre 2018, 18:08pm

Publié par Grégory SANT

L’avenir de l’espionnage est-il dans les nouvelles technologies, la robotique ou l’intelligence artificielle? C’est ce que semble penser le directeur du MI6, le service de renseignement britannique. Emmanuel Goffi, expert en éthique militaire et en études de sécurité, évoque ces enjeux pour le Désordre mondial.

L'intervention est d'autant plus précieuse qu'elle est rare. Alex Younger, le directeur du MI6, l'agence de renseignement extérieur britannique, a consacré son deuxième discours public à l'avenir de l'espionnage.

Une opération séduction dans son alma mater, l'Université de St Andrews, en Écosse, qui a entre autres diplômés prestigieux le prince William et son épouse, Kate. Il a évoqué le souhait de l'agence de recruter des esprits brillants pour contribuer à l'essor de «l'espionnage de quatrième génération», qui allie compétences humaines et innovation technologique. En d'autres termes, intelligence artificielle et robots.

La guerre de quatrième génération fait référence à une guerre idéologique qui n'est pas limitée à (ou définie par) des frontières géographiques. Tel a cependant toujours été le cas de l'espionnage. Y a-t-il un seul film de James Bond dans lequel le héros passe tout son temps à courir à Londres?

Younger semble donc vouloir miser sur les nouveaux jouets technologiques qui opèrent à distance: intelligence artificielle, robotique, nanotechnologies et informatique quantique. Tout cela à un moment où certains critiques appellent justement à moins se reposer sur la technologie et à miser davantage sur le renseignement humain.

Quelles sont exactement ces nouvelles technologies dont parle le directeur du MI6? Comment vont-elles impacter l'espionnage? Et quels sont les risques et failles potentiels? Pour nous éclairer sur ces enjeux complexes, Rachel Marsden reçoit Emmanuel Goffi, membre externe du Centre FrancoPaix de l'Université du Québec à Montréal et expert en éthique militaire et en études de sécurité. 

Voir les commentaires

Franprix va proposer des droïdes pour transporter vos courses

28 Novembre 2018, 17:09pm

Publié par Grégory SANT

 

 

« Nous cherchions de nouveaux modes de livraison pour répondre aux consommateurs, a déclaré au Parisien François Alarcon. Leurs besoins changent et nous devons trouver comment nous adapter. » Le responsable innovation chez Franprix explique également qu'avec les « futures problématiques de transports dans les villes », comme l'intégration des péages en centre-ville, l'enseigne souhaite trouver de nouvelles solutions. Le droïde pourrait aussi porter les courses des personnes aveugles, à m

Voir les commentaires

Affetto : un androïde qui s'exprime

28 Novembre 2018, 17:06pm

Publié par Grégory SANT

 

Les intelligences artificielles se développent à une vitesse folle. Pleines de promesses, elles peuvent aussi nous faire peur. La preuve avec Affetto, l’enfant robot pas si mignon.

Affetto, c’est le petit nom de l’androïde sur lequel planche l’Université d’Osaka depuis 2011. Véritable tour de force technologique, il fascine (et fait se hérisser les poils) grâce au réalisme de ses animations faciales. Joie, tristesse, colère, moue dégoûtée et autres rictus… la palette de ses émotions est en effet bluffante. La preuve en images :

 

 

Imitation (presque) parfaite

Depuis 7 ans, l’équipe japonaise redouble d’efforts pour rendre le garçonnet le plus humain possible. « Nos dernières trouvailles nous permettront de contrôler de manière plus efficace les mouvements faciaux afin d’introduire des expressions plus contrastées, comme le sourire ou le froncement des sourcils », a-t-elle récemment expliqué, rapporte Clubic. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont analysé en détail pas moins de 116 zones de notre visage, du nez à la bouche en passant par les yeux et même la langue qui est particulièrement bien reproduite. Prochaine étape ? Offrir à Affetto un corps tout aussi réaliste.

Voir les commentaires

Progression des centres logistiques robotisés chez Amazon

26 Novembre 2018, 18:29pm

Publié par Grégory SANT

Amazon mise sur de nouveaux robots pour automatiser ses entrepôts

Aujourd’hui, 1/6 des 185 centres logistiques du géant américain sont en partie robotisés. Il s’agit pour la plupart de chariots automatisés chargés de transporter les produits jusqu’aux employés qui doivent préparer les colis. Mais désormais, Amazon travaille sur des robots capables d’opérer lors de cette dernière phase de tri et de mise en boîte baptisée “picking”, dévoile The Information.

L’un des projets de recherche d’Amazon impliquerait notamment un robot à même d’identifier visuellement les articles arrivant sur le tapis roulant, de les saisir grâce à des systèmes de succion aux extrémités des bras, et de les déposer sur un établi, rapporte l’une des sources du journal.

Pour autant, Amazon maintient que ces robots n’ont pas vocation à remplacer les humains au sein des entrepôts, mais plutôt à les aider à travailler plus efficacement. La compagnie souligne qu’elle a embauché plus de 300 000 personnes dans le monde depuis qu’elle a commencé à utiliser des robots dans ses entrepôts logistiques, il a six ans, rapporte le journal. Des recrutements qui ont tout de même diminué au regard de l’augmentation du volume de ventes.

Quoi qu’il en soit, le groupe devra se reposer sur ses employés encore quelque temps. Amazon estime en effet que les robots de picking sont encore loin de pouvoir remplir les fonctions qui leur sont destinées. Les articles actuellement saisis et triés par les humains sont de taille, poids et formes trop différentes pour que les robots qui existent sur le marché puissent les appréhender.

Le picking nécessite également de pouvoir repérer et identifier précisément les produits à sélectionner parmi un large éventail d’objets. Or, certains articles comme des bouteilles d’eau seraient pour eux encore difficiles à visualiser. Les robots ne seraient pas non plus aussi performants que les humains pour détecter des défauts sur les articles destinés à être envoyés. 

Voir les commentaires

Dense Object Nets reconnait les objets

5 Novembre 2018, 19:20pm

Publié par Grégory SANT

Le robot qui comprend les objets

Comment doter les robots d’un semblant de bon sens humain qui les rendrait aptes à infiniment plus de tâches qu’aujourd’hui ? Des chercheurs du MIT ont apporté un début de réponse à l’aide du deep learning. Ils ont développé une méthode, baptisée Dense Object Nets, permettant à un robot de "comprendre" un objet.

Ils le démontrent avec un bras robotisé doté d’une caméra qui, après avoir capté moins d’une dizaine d’images dudit objet, est capable d’en élaborer seul (sans supervision humaine), une représentation géométrique particulièrement utile pour la préhension.

Ayant "compris" ce qu’est une chaussure, le robot peut l’attraper par une zone indiquée par un opérateur – ici la languette – avec un algorithme de préhension simple. Surtout, il peut répéter l’opération sur une chaussure de forme et couleur différentes qu’il n’a jamais vue. Il est aussi capable de distinguer et attraper une chaussure particulière au milieu d’un tas de chaussures. De quoi, selon les chercheurs, étendre les possibilités de la manipulation robotisée.

Voir les commentaires

HRP-5P : un robot qui pose du Placo

9 Octobre 2018, 17:40pm

Publié par Grégory SANT

wall e cafard

L'Institut de Sciences et Technologies Industrielles Avancées (AIST) du Japon a mis au point un robot humanoïde capable de se rendre très utile sur un chantier. HRP-5P - c'est son nom - sait poser du placo. Présentation de ce robot pas comme les autres.

HRP-5P utilise plusieurs outils de mesure de son environnement proche, la détection d’objets et planifie ses mouvements pour ensuite manier ses petits crochets et attraper la pièce de placoplâtre. Il est ensuite capable de la poser et de la fixer. Pas mal, non ?

AIST imagine un futur dans lequel des robots comme HRP-5P travailleraient sur de gros chantiers – maisons, buildings, bateaux ou avions -. Voici une jolie réponse technologique à un réel problème au Japon, la population vieillissante et le manque de main-d’œuvre.

Qui sait, peut-être verra-t-on ce genre de robots travailler à la construction/rénovation de nos bâtiments dans quelques années.

Voir les commentaires

Une Oeuvre d'Art "dessinée" par un robot

24 Septembre 2018, 18:26pm

Publié par Grégory SANT

 

[Vidéo] Un robot industriel tisse une tête de chat
Ce portrait de chat a été tissé par un robot industriel à l'université technique de Vienne.© Université technique de Vienne

Des chercheurs de l’université technique de Vienne ont développé un algorithme qui permet à un robot industriel de tisser des visages à partir d’images. Albert Einstein, Ada Lovelace et un chat se voient tirer le portrait dans le cadre de cette pratique appelée « string art ».

Le « string art » consiste à former une image en tirant des fils entre des crochets. A l’université technique de Vienne (Autriche), des chercheurs ont imaginé une façon originale de le pratiquer : déléguer la tâche à un robot industriel. En quelques heures, celui-ci relie les 256 crochets répartis autour d’un cercle de 63 cm de diamètre pour faire apparaître des formes. Notamment ici des visages comme celui d’Albert Einstein, d’Ada Lovelace, ou encore celui d’un chat.

Le « string art » consiste à former une image en tirant des fils entre des crochets. A l’université technique de Vienne (Autriche), des chercheurs ont imaginé une façon originale de le pratiquer : déléguer la tâche à un robot industriel. En quelques heures, celui-ci relie les 256 crochets répartis autour d’un cercle de 63 cm de diamètre pour faire apparaître des formes. Notamment ici des visages comme celui d’Albert Einstein, d’Ada Lovelace, ou encore celui d’un chat.

Derrière cette performance artistique, un programme informatique qui calcule le chemin optimal du fil à partir d’une image. Le fil peut être enroulé par le droite ou par la gauche autour de chaque crochet, et arriver sur le crochet suivant par la droite ou par la gauche également. « Ainsi, même avec seulement une trentaine de lignes, il y a plus de variantes possibles que d’atomes dans l’univers observable », lit-on sur le site internet de l’université de Vienne. Or pour reproduire une image reconnaissable, il faut bien plus de trente lignes.

Les travaux ont été réalisés au Centre de géométrie et d’informatique de l’université technique de Vienne, avec le soutien d’un groupe de recherche à l’université des sciences et technologies du roi Abdallah en Arabie Saoudite.

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>